Après les camps

Après les camps

-

Français
254 pages

Description

Cet ouvrage apporte une lecture croisée de l'actualité et de l'histoire des camps de réfugiés, en s'intéressant aux initiatives institutionnelles et aux luttes associatives qui président à la création et à la fermeture de ces lieux, à leur disparition ou à leur conservation une fois le temps de l'urgence passé, à leurs traces matérielles et aux mémoires qui en émergent. L'après-camp interroge l'histoire des camps de réfugiés, leur présent, mais aussi leur devenir.

DVD inclus (--> Exemple du camps de Cotonou)

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 04 février 2019
Nombre de lectures 0
EAN13 9782806109941
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
9HSMIKG*baedae+
APRÈS LES CAMPS
Traces, mémoires et mutations des camps de réfugiés
JeanFrédéric de Hasqueet Clara Lecadet (dir.)
17
Investigations d’Anthropologie Prospective
APRÈS LES CAMPS
Traces, mémoires et mutations des camps de réfugiés
C O L L E C T I O N « Investigations d’anthropologie prospective »
Déjà parus : 1. JulieHermesse, MichaelsingletonAnne-Marie et Vuillemenot (dir.), Implications et explorations éthiques en anthropologie, 2011. 2. KaliArgyriAdis, StefaniaCApone, RenéedelAtorreet AndrémAry(dir.), Religions transnationales des Suds. Afrique, Europe, Amériques, 2012. édA eridder 3. Pierre-JosephlAurent, CharlotteBrMarie et d (dir.),La modernité insécurisée. Anthropologie des conséquences de la mondialisation, 2012. 4. Jorge P. SA(dir.),Maria R  et Pratiques religieuses afro-ntiAgo ougeon américaines. Terrains et expériences sensibles,2013. 5. Nathalie BurnAy, Servet Ertul et Jean-Philippe MelCHior (dir.),Parcours sociaux et nouveaux desseins temporels, 2013. 6. Valéry Riddeet Jean-Pierre JACoB(dir.),Les indigents et les politiques de santé en Afrique. Expériences et enjeux conceptuels, 2013. moulle 7. Pascale JA (dir.),Passeurs de mondes. Praticiens-chercheurs dans les lieux d’exils, 2014. 8. Jacinthe M (dir.),Migrations subsahariennes et condition AzzoCCHetti noire en Belgique. À la croisée des regards, 2014. 9. Julie Hermesse, Charlotte PlAideAuOlivier S et erVAis (dir.),Dynamiques contemporaines des pentecôtismes, 2014. 10. Charlotte BredA, Mélanie CHAplier, Julie Hermesse et Emmanuelle PiCColli(dir.),Terres (dés)humanisées : Ressources et climat, 2014. 11. Elisabeth Defreyne, Gazaleh HAgdAdMofrAd, Silvia Mesturiniet Anne-Marie Vuillemenot(d ir.),Intimité et réflexivité. Itinérances d’anthropologues, 2015. 12. Jacinthe MAzzoCHetti, Olivier SerVAis, Tom Boellstorffet Bill MAurer(dir.), Humanités réticulaires. Nouvelles technologies, altérités et pratiques ethnographiques en contextes globalisés, 2015. 13. Alice AteriAnus-OwAngA, Maixant MeBiAme-Zomet Joseph TA(dir.),La o ond violence de la vie quotidienne à Libreville, 2016. 14. AndreaCeriAnir.),Entre errances AmAyneri(det silences.Ethnographier des souffrances et des violences ordinaires, 2017. 15. VirginiagArCiA ACostA, Alainmusset(dir.),Les catastrophes et l’interdisciplinarité. Dialogues, regards croisés, pratiques, 2017. 16. LaurentJérôme, NicolasBoissière,Flavia CristinaArAuJo luCAs, Manoel iBeiro de orAes unior dA ostA uni r m J, Josias C Jor(dir.),Natures et Sociétés. Identités, cosmologies et environnements en Amazonie brésilienne, 2018.
INVESTIGATIONS D’ANTHROPOLOGIE PROSPECTIVE
APRÈS LES CAMPS
Traces, mémoires et mutations des camps de réfugiés
Jean-Frédéricde Hasqueet ClaraLecadet(dir.)
17
Le directeur et la directrice de l’ouvrage remercient Valentine De Fruytier et Brigitte Lecadet pour leur travail gracieux de relecture, ainsi que Rosemary Masters pour la relecture des textes en anglais.
Ce livre a bénéficié du soutien financier de l’Institut d’Analyse du Changement dans l’Histoire et les Sociétés Contemporaines (IACCHOS, UCL), du Laboratoire d’An-thropologie Prospective (LAAP, UCL) et de l’Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain (IIAC, CNRS-EHESS).
D/2019/4910/3
© AcademiaL’Harmattan s.a. Grand’Place, 29 B-1348 LOUVAINLANEUVE
ISBN : 978-2-8061-0430-4
Tous droits de reproduction, d’adaptation ou de traduction, par quelque procédé que ce soit, réservés pour tous pays sans l’autorisation de l’éditeur ou de ses ayants droit.
www.editionsacademia.be
Introduction
ClaraLecadetet Jean-Frédéricde Hasque
L’installation de mémoriaUx et de mUsées à l’emplacement de lieUx qUi fUrent oU sont encore des camps de réfUgiés, leUr trans formation en sites archéologiqUes oU en parcoUrs de mémoire, constitUent Un phénomène récent, inscrit dans Un processUs plUs large de mémorialisation des faits de la gUerre Peschanski, 2013. Si la tradition des mUséesmémoriaUx des deUx gUerres mon diales est conforme à la morale des vainqUeUrs et des militaires Wahnich, 2005, et si ceUx constrUits sUr les sites d’anciens camps de concentration et d’extermination nazis le fUrent aU prix d’Une véritable lUtte contre l’oUbli portée par des déportés rescapés et sUrvivants de la Shoah Wievorka, 2005, les lieUx où fUrent ras semblées dans Un bUt d’assistance et de secoUrs les popUlations civiles déplacées par les gUerres ont été investis plUs tardivement d’enjeUx mémoriels. Ils semblent occUper Un entredeUx, Une place fragile et parfois occUltée dans l’histoire de l’oppression et des crimes de masse sUr laqUelle l’historiographie des camps s’est constitUée. La qUestion de la mise en place d’Un modèle visant à assUrer l’accUeil et l’assistance aUx exilés, concomitante aUx e conflits et aUx gUerres dU 20 siècle, semble être en partie restée dans l’ombre des gUerres et dans leUr aprèscoUp. En dépit des
5
travaUx consacrés aUx camps de déplacés de l’après 1945 Greaves, 2013 ; Hitchcock, 2008 ; Cohen, 2000, à la consolidation par le HaUtCommissariat poUr les RéfUgiés HCR dU modèle dU camp de réfUgiés sUr la scène postcoloniale dans les années 1960 et à la formUlation connexe d’Une réflexion critiqUe sUr la notion d’assis tance hUmanitaire HarrellBond, 1986, aUx camps de réfUgiés contemporains Agier, 2008 ; Agier, Lecadet, 2014, leUr historio graphie reste parcellaire oU annexée aU grand récit des camps dU e 20 siècle et dU fait concentrationnaire Kotek, RigoUlot, 2000. Ce relatif effacement historiographiqUe peUtil s’expliqUer par la difficUlté à caractériser cet objet hybride qU’est le camp de réfU giés, ainsi qUe par les ambigUïtés et les critiqUes inhérentes aU développement de ces espaces ? Il apparaît en effet délicat d’en saisir les formes, les fonctions et les Usages à travers Une seUle grille d’analyse. La première occUrrence dU label de « camps de réfUgiés » apparaît dUrant la gUerre des Boers en AfriqUe dU SUd, qUand l’armée britanniqUe met en place le confinement des civils et redéploye ainsi sa stratégie militaire Benneyworth, 2016b, dans ce qUi constitUe l’avènement dU phénomène concentration naire et participe des reconfigUrations de la gUerre aU débUt dU e 20 siècle Kotek, RigoUlot, 2000. Déjà, Une rationalité hUmani taire est invoqUée et mise en scène poUr parqUer ces civils, mais elle masqUe les différences de traitement entre popUlations blanches et noires, ainsi qUe la réalité des conditions de vie dans ces camps Benneyworth, 2016a et dans ce volUme. Car parler de camp de réfUgiés, en dépit de la popUlarité qUe cette formUle a gagnée plUs tard avec les actions dU HCR dans le monde, n’a rien d’Une évidence. Elle a même Un caractère anachroniqUe face aUx errements, aUx ambigUïtés et aUx mUltiples fonctions qUi entoU rèrent l’aménagement de lieUx où les civils étaient indissociable ment mis à l’abri et confinés, oU poUr lesqUels le prétexte de l’assistance s’est aUssi avéré être l’oUtil de leUr contrôle Clochard, GastaUt, Schor, 2004. L’expression de camps de réfUgiés, aUjoUrd’hUi coUramment admise poUr caractériser ces camps, apporte rétrospectivement Une dimension protectrice et Une coloration hUmanitaire à des lieUx qUi ont reÇU diverses dénomi Après les camps nations : les camps créés poUr les réfUgiés espagnols en France en 6 INTRO1D9u3C9TIéOtNaient ainsi appelés « centres de recUeil » oU camps de
1 concentration . Cette polysémie est emblématiqUe de la difficUlté à identifier et à qUalifier ces lieUx, des tensions et des critiqUes qUe leUr existence a presqUe toUjoUrs sUscitées. Des camps créés poUr les réfUgiés espagnols dans le SUd OUest de la France en 1939, le Parti commUniste déclare qU’ils sont Une insUlte à la dignité hUmaine et prévoit Une campagne poUr dénoncer Une « institUtion de caractère fasciste », insistant sUr la nécessité de donner dU travail aUx réfUgiés et de toUt faire poUr empêcher leUr rapatriement. La Conférence internationale d’aide aUx réfUgiés espagnols, qUi se tient à Paris les 15 et 16 jUil let 1939, conclUt sUr la sitUation dans les camps : « L’internement dans les camps de concentration n’est pas Une solUtion accep table poUr la conscience hUmaine. […] La conférence considère donc comme Une de ses tâches les plUs Urgentes la répartition jUdicieUse de ces réfUgiés et volontaires internationaUx dans les divers pays démocratiqUes et leUr établissement dans Une vie normale de travailleUrs. » Peschanski, 2002, p. 6768. Car l’image positive, protectrice, de ces « “refUges” improvisés, qUi n’ont de “refUges”, bien soUvent, qUe le nom. » MoUlinié, 2011, p. 31, est Un trompel’œil. Les réfUgiés sont entassés dans des conditions misérables où dominent la faim, l’épUisement, les maladies. Ils deviennent dans ce contexte qUelqUefois les collecteUrs de leUr propre mémoire. DidiHUberman écrit dans le texte « QUand l’hUmilié regarde l’hUmilié » à propos d’AgUsti Centelles, cet Espagnol photographe de profession interné à ArgelèssUrMer pUis à Bram, qUe le geste de photographier le qUotidien dU camp, par leqUel il se fait le reporter et l’archiviste d’Une sitUation collec tive de misère, permet de restaUrer Un sentiment de dignité par la trace et de poUvoir sUrvivre à l’hUmiliation sUbie DidiHUberman, 2009. Les critiqUes adressées à l’installation de ces camps posent ainsi presqUe immédiatement la qUestion de la sortie, voire de la
1. L’évolUtion des Usages terminologiqUes semble désormais tracer Une ligne de partage entre les camps de concentration et d’extermination nazis et d’aUtres types de camps, alors qUe c’est le terme de concentration e qUi, dès la fin dU 19 siècle avec la gUerre d’indépendance cUbaine, vient qUalifier le processUs d’isolement et de confinement des popUlations civiles, et qUe ce mot était assez coUramment Utilisé poUr qUalifier ce qUe l’on nom merait aUjoUrd’hUi des camps de réfUgiés.
7
fin des camps, dU placement des réfUgiés dans Un milieU ordi naire, mais aUssi des conditions de possibilité d’Une mémoire de ces lieUx par l’archive, le témoignage. L’aprèscamp s’impose ainsi comme Une qUestion inhérente à l’existence de ces lieUx, la sitUa tion d’exception qU’ils représentent imposant presqUe aUtomati qUement la nécessité, le besoin d’en faire trace et d’en garder la mémoire. L’ampleUr sans précédent de la logistiqUe hUmanitaire mise en œUvre aU lendemain de la Seconde GUerre mondiale en EUrope poUr des millions de déplacés déportés, travailleUrs for cés, prisonniers politiqUes, etc., donne lieU à l’aménagement de camps de déplacés, dU nom dU statUt de DP Displaced Personoctroyé par les organismes en charge de la distribUtion de l’aide, l’Administration des Nations Unies poUr le secoUrs et la recons trUction uNNRA pUis l’Organisation Internationale des RéfUgiés OIR. Si ces camps ont sans doUte joUé Un rôle inaUgUral dans la diffUsion et la systématisation d’Un modèle d’assistance hUmani taire, ils revêtent des formes très diverses. Ils vont de simples abris de fortUne à des logements en dUr sitUés dans d’anciennes casernes, des bâtiments désaffectés, etc. Certains sont le lieU d’Une intense vie sociale et politiqUe poUr les réfUgiés après 1945, avec leUrs écoles, leUrs lieUx de cUlte, leUrs ateliers, leUrs lieUx de rencontre politiqUes. L’EUrope de l’aprèsgUerre compte ainsi d’in nombrables camps de réfUgiés, formels oU informels, administrés par les États et/oU l’uNNRA et l’OIR, oU encore aUtoorganisés. Ils révèlent le caractère protéiforme de lieUx dont certains, comme dans le cas emblématiqUe des camps de DachaU et de Bergen Belsen, fUrent des camps de concentration nazis pUis, à la Libération, des « centres d’accUeil » poUr les déportés n’ayant plUs nUlle part où aller Kotek, RigoUlot, 2000. Le caractèread hocet pragmatiqUe inhérent à l’aménagement de ces lieUx se laisse dès lors difficilement sUbsUmer à l’Unicité d’Un modèle. D’ailleUrs qUand le HCR, à la fin des années 1950, s’engage dans Un vaste programme de fermetUre des derniers camps de déplacés eUropéens, il ne dispose toUjoUrs pas d’Une définition claire et rigoUreUse de ce qU’est Un camp de réfUgiés. Il en propose Après les camps Une définition délibérément soUple, oUverte, amendable : « Un 8 INTROgDruoCUTIpOeNd’habitations provisoires oU de maUvaise qUalité, aUtre
qU’Un centre d’émigration, qUi contienne aU moins dix foyers parmi 2 lesqUels il y ait aU moins cinq réfUgiés soUs le mandat dU HCR » . La définition dU camp de réfUgiés prend son sens par rapport à l’insti tUtionnalisation dU statUt de réfUgié adopté lors de la Convention de Genève de 1951, mais le lieU lUimême fait l’objet d’Une caracté risation assez floUe. Le terme de camp, y compris dans sa dimension d’assistance, est par ailleUrs entaché dU poids de la gUerre et le HCR, en soUhaitant fermer les derniers camps de déplacés, cherche à en éradiqUer le stigmate honteUx. Mais la critiqUe sévère qUe le HCR porte sUr la sUrvivance des camps de déplacés en EUrope longtemps après la fin de la gUerre, n’a non seUlement pas signé le renoncement à ce modèle, mais elle a précédé sa diffUsion et son essor dans la période postcolo niale à des espaces extraeUropéens. Alors qUe le HCR hésitait encore à la fin des années 1950 sUr la définition et l’expression même de camp de réfUgiés, encore loUrde de la charge historiqUe associée aUx camps, le camp est lié dans le contexte de la décolo nisation aU développement d’Une logistiqUe hUmanitaire globale avec ses normes, ses standards, son architectUre et ses infrastrUc tUres Siddiqi, 2016, et associé à l’image d’Un lieU de protection et d’assistance poUr des popUlations affamées et/oU fUyant les gUerres. La diffUsion d’Une imagerie de compassion visàvis de la « soUffrance à distance » Boltanski, 1993 à partir des années 1970, semble occUlter poUr Un temps les critiqUes inhérentes aU contrôle et à l’enfermement des popUlations assistées. La qUestion de leUr fermetUre, de leUr évacUation, Une fois passé le temps de l’Urgence, demeUre poUrtant. La militarisation de certains camps de réfUgiés en AfriqUe dans les années 1980 et 1990, même si elle est restée Un phénomène mineUr, a alimenté Une réflexion institUtionnelle intense aU sein dU HCR sUr les mesUres de sécUrisation des camps Milner, ChristoffersenDeb, 2006 ; MUggah, 2006. La mUltiplication des protestations et l’aUtoorganisation des réfUgiés à l’intérieUr des camps Agier,
2.UNHCR Interoffice Memorandum from Arnold Rorholt, Representative, UNHCR, Vienna to The UN High Commissioner for Refugees, Geneva, “Camp Clearance Programme”, 3 avril 1958, G XV/V/15 n°164, 27/5/1 AuS, Fonds d’archives uNHCR, Genève.
9