Chronique du 18  mars
8 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Chronique du 18 mars

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
8 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

ATTENTION ÉVÉNEMENT : Découvrez en exclusivité numérique la toute nouvelle collection CHRONIQUE D'UN JOUR !

Plus qu’une éphéméride, retrouvez la Chronique d’un jour sur toute l’histoire de l’humanité.

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur votre jour de naissance ou sur une date clef qui a marqué l’Histoire.

Des ouvrages précis et élaborés par les meilleurs auteurs des Éditions Chronique, réputées pour leur sérieux depuis plus de 30 ans.

Une collection à prix découverte unique pour apprendre sans se ruiner.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 janvier 2014
Nombre de lectures 4
EAN13 9782366021301
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0007€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Couverture

Chronique du 18 mars

Plus qu’une éphéméride, retrouvez la Chronique d’un jour sur toute l’histoire de l’humanité.

Éditions Chronique
EAN : 9782366021301
Éditions Chronique
Mediatoon Licensing
15-27, rue Moussorgski – 75018 Paris
E-mail : contact@editions-chronique.com
Site Internet : http://www.editions-chronique.com
1871 - La capitale se soulève
Paris, France

La capitale a pris sa revanche sur les royalistes et les « ruraux » qui l'ont « trahie ». L'Assemblée a en effet décidé de s'installer à Versailles. Un de ses premiers gestes a été de supprimer la solde des gardes nationaux, leur unique ressource pour la plupart. Un autre aura été de décréter la fin du moratoire des loyers, mettant le petit peuple de Paris dans une situation matérielle tragique. Mais, ce soir, le Comité central de la garde nationale est maître de Paris. Thiers et ses ministres ont en effet fui devant l'ampleur du mouvement populaire qui s'est développé dans la journée.

Tout a commencé ce matin, quand l'armée a voulu récupérer les canons que les Parisiens avaient mis à l'abri sur les collines de Belleville et de Montmartre, lors de l'entrée des Prussiens dans la ville. Les soldats, invités par les gardes nationaux à fraterniser avec eux, ont bientôt mis la crosse en l'air, refusant d'obéir aux ordres de leurs officiers. Les généraux Clément et Lecomte, qui dirigeaient l'opération, ont été arrêtés par les gardes nationaux et fusillés sur-le-champ.

Un pouvoir insurrectionnel se met alors en place dans Paris révolté, après la fuite du gouvernement. Ce soulèvement a plusieurs causes. La population, qui a durement souffert pendant le siège, qui a fait montre d'héroïsme, n'a cessé de reprocher leur manque d'initiative aux chefs militaires et elle a très mal accueilli la capitulation. Le comité central de la garde nationale s'installe à l'Hôtel de Ville et annonce l'élection du conseil municipal de la Commune de Paris, qui a lieu le 26 mars dans des conditions régulières, mais les abstentions sont nombreuses. Les...