Chronique du 21  mars
8 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Chronique du 21 mars

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
8 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

ATTENTION ÉVÉNEMENT : Découvrez en exclusivité numérique la toute nouvelle collection CHRONIQUE D'UN JOUR !



Plus qu’une éphéméride, retrouvez la Chronique d’un jour sur toute l’histoire de l’humanité.


Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur votre jour de naissance ou sur une date clef qui a marqué l’Histoire.


Des ouvrages précis et élaborés par les meilleurs auteurs des Éditions Chronique, réputées pour leur sérieux depuis plus de 30 ans.



Une collection à prix découverte unique pour apprendre sans se ruiner.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 janvier 2014
Nombre de lectures 4
EAN13 9782366020588
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0007€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Couverture

Chronique du 21 mars

Plus qu’une éphéméride, retrouvez la Chronique d’un jour sur toute l’histoire de l’humanité.

Éditions Chronique
EAN : 9782366020588
Éditions Chronique
Mediatoon Licensing
15-27, rue Moussorgski – 75018 Paris
E-mail : contact@editions-chronique.com
Site Internet : http://www.editions-chronique.com
2003 - Une pluie de missiles s’est abattue sur Bagdad
Irak

Il était 5 h 32 hier matin (heure locale) lorsque les premiers Tomahawk sont tombés sur Bagdad. Lancés à partir de bâtiments croisant dans le Golfe ou en mer Rouge, ou depuis des bombardiers furtifs F-117 Nighthawk, ces missiles de croisière ont inauguré l’offensive des forces américaines et britanniques commandées par le général américain Tommy Franks, qui avait déjà dirigé les opérations en Afghanistan.

Un peu moins d’une heure après, le président Bush s’adressait à ses compatriotes et justifiait l’ouverture des hostilités par la nécessité de « désarmer l’Irak », de « libérer son peuple » et de « défendre le monde contre un grave danger ». Il n’a toutefois pas caché que l’opération, baptisée Liberté de l’Irak, pourrait être « plus longue et difficile » que certains le croient.

Toute la question est là, en effet. Outre des conditions climatiques peu favorables aux coalisés (hausse de la température, tempêtes de sable), la plus grande incertitude règne à ce jour quant aux capacités de résistance des Irakiens. Si l’armée régulière ne s’est jamais vraiment relevée de sa défaite de 1991, lors de la première guerre du Golfe, la garde républicaine et surtout la garde républicaine spéciale dévouée au raïs et à son fils Qoussaï pourraient se révéler redoutables dans l’hypothèse où les Irakiens refuseraient le combat en rase campagne et se retrancheraient dans les grandes villes : une stratégie de guérilla que viendraient appuyer les milices armées du parti Baas. D’autre part, on ignore...