Chronique du 28 octobre

-

Livres
8 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

ATTENTION ÉVÉNEMENT : Découvrez en exclusivité numérique la toute nouvelle collection CHRONIQUE D'UN JOUR !



Plus qu’une éphéméride, retrouvez la Chronique d’un jour sur toute l’histoire de l’humanité.


Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur votre jour de naissance ou sur une date clef qui a marqué l’Histoire.


Des ouvrages précis et élaborés par les meilleurs auteurs des Éditions Chronique, réputées pour leur sérieux depuis plus de 30 ans.



Une collection à prix découverte unique pour apprendre sans se ruiner.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 janvier 2014
Nombre de visites sur la page 5
EAN13 9782366022827
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0007 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Couverture

Petite chronique du 28 octobre

Plus qu’une éphéméride, retrouvez la Chronique d’un jour sur toute l’histoire de l’humanité.

Éditions Chronique
EAN : 9782366022827
Éditions Chronique
Mediatoon Licensing
15-27, rue Moussorgski – 75018 Paris
E-mail : contact@editions-chronique.com
Site Internet : http://www.editions-chronique.com
1962 - Crise des missiles à Cuba : la guerre est évitée
Washington, États-Unis

Le monde entier vient de vivre une semaine dramatique : sept jours de tension internationale qui ont failli conduire les États-Unis et l'Union soviétique à la guerre nucléaire. Face à un président américain qui est resté inébranlable, le leader de l'URSS, Nikita Khrouchtchev, a fini par céder aujourd'hui en acceptant de retirer les missiles qui, selon le Pentagone, auraient pu anéantir le système de défense américain en 17 minutes. Khrouchtchev a pris sa décision après que Kennedy lui eut promis de ne pas envahir Cuba.

C'est au mois d'août dernier que les dirigeants américains ont reçu les premières informations sur l'arrivée à Cuba de cargos soviétiques avec à leur bord des milliers de techniciens et du matériel lourd. Le 31 août, le New York Daily News a révélé à la une que « 18 000 soldats russes se trouvent à Cuba ». Le même jour, JFK a vu les premières photos prises par des avions-espions. Elles montraient de grandes rampes de lancement de missiles sol-air en cours de construction sur l'île. Ce type de missiles, des SAM-2, ne sont pas capables d'atteindre le territoire des États-Unis mais peuvent abattre un avion-espion U-2, unique moyen pour les États-Unis d'assurer une surveillance efficace de Cuba. Plusieurs sénateurs républicains ont alors demandé à Kennedy de lancer une invasion de l'île afin de détruire les lanceurs de missiles. Ils ont aussi prétendu que des missiles sol-sol de longue portée, capables de lancer une bombe atomique, avaient été mis en place à Cuba. JFK a diffusé, le 4 septembre, une déclaration confirmant la...