Du dara à la caserne

-

Livres
148 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ce roman raconte l'histoire singulière d'un jeune Séngalais du nom d'Amadou Dieng qui, après avoir fréquenté l'école coranique de son village, s'engage durant la Deuxième Guerre mondiale dans l'armée française en tant que sous-officier. Blessé, il fut fait prisonnier et déporté en Allemagne. Tout le monde le prit pour mort. Sa femme, traumatisée, devint folle. Mais un beau jour, comme par enchantement, Amadou Dieng réapparut dans son village et conta son histoire. Que s'était-il passé durant tout ce temps ? Qu'adviendra-t-il de sa femme ?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 02 décembre 2016
Nombre de lectures 45
EAN13 9782140024528
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0082€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Cheikh Sadibou NI A N G
DU DARA à LA CASERNE Le destin d’un homme
DU DA R A À L A C A SE R NE Le destin d’un homme
COL ONE LCHE IK HSA DIBOUNIA NGDU DA R A À L A C A SE R NE Le destin d’un homme
© L’HA R MAT TA N-SÉ NÉ GA L, 2016 10 V DN, Sicap A mitié3, L otissement C itéPolice, DA K A R http://www.harmattansenegal.com senharmattan@gmail.com senlibrairie@gmail.com ISBN : 978-2-343-10729-5 EA N : 9782343107295
EX PL IC A T ION DE S T E R ME SW OL OF S E N F R A NÇ A IS
Dara : école coranique Hilaire : houe K hassaïdes : poè mes religieux Sanglé: bouillie à base de mil Talibé: élè ve de l’école coranique Tisbar : deuxiè me priè re de la journée Dakhine : plat sénégalais Bassi : plat sénégalais Safara : eau bénite protectrice contre tout danger Ndè yessane : signe de pitié
7
I LDEE DA R A SE R IG NEASSA NE
Un groupe de talibés passait en riant et en frappant bruyamment sur des pots de sauce tomate vides qui l eur servaient de sébiles. Certains, aux pieds nus de la couleur mauve du sable, tapaient sur une grosse balle en étoffe qu’ils avai ent eux-mê mes fabriquée. A ssis sur un tronc d’arbre accolé à la palissade de la maison paternelle, A madou les observait, pensif, l’air joyeux et envieux à la fois. Pour lui, ces futurs érudits symbolisaient la liberté. A lors pensait-il : « je serai comme eux ». A insi, aprè s la priè re crépusculaire, il rejoignit son pè re Moussa Dieng dans la chambre. Il s’agenouilla respectueusement auprè s de lui et d’une voix rassurante lui fit savoir son plus ardent désir. « Papa, je voudrais étudier au dara de Serigne A ssane, car j’aimerais pouvoir prier correctement et lire le Coran. » Moussa Dieng ne répondit pas. Il continuait à égrener son chapelet en murmurant à voix basse des versets du saint Coran. Puis il se redressa, frotta le chapelet dans ses mains et le porta à son visage. « J e suis flatté et honoré mon fils, l’idée ne m’étonne pas de toi. Mais as-tu bien réfléchi ? – Oui Papa.
9