Du Zaïre de Mobutu au Congo de Kabila

Du Zaïre de Mobutu au Congo de Kabila

-

Livres
130 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le futur se construit à partir du passé et du présent. Malheureusement pour la RDCongo, le passé est terrible et le présent plus terrible. L'objectif de ce livre est de contribuer à la réflexion sur ce que doit devenir ce pays en matière de bonne gouvernance et de bonne gestion en tant que nation qui se construit et qui veut sortir du sous-développement. Il a fallu faire une rétrospective, un état des lieux après 30 ans de règne de Mobutu et recueillir des témoignages montrant comment la population a vécu les deux dernières guerres qui ont suivi la chute de Mobutu.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 juillet 2009
Nombre de lectures 104
EAN13 9782296214101
Langue Français
Signaler un abus

DU ZAÏRE DE MOBUTU Raphaël Chirimwami Bulakali
AU CONGO DE KABILA
UNE ALTERNANCE D’ESPOIR ET D’ANGOISSE
Le futur se construit à partir du passé et du présent. Malheureusement
pour la RDCongo, le passé est terrible et le présent plus terrible. L'objectif de
ce modeste travail est de contribuer à la réflexion sur ce que doit devenir ce DU ZAÏRE DE MOBUTU
pays en matière de bonne gouvernance et de bonne gestion en tant que nation
qui se construit et qui veut sortir du sous-développement. AU CONGO DE KABILAPour cela, il a fallu faire une rétrospective, un état des lieux après 30 ans
de règne de Mobutu. Si celui-ci a ruiné le pays, c'est aussi parce qu'il y avait
des pesanteurs endogènes liées aux hommes, à la population. Il a fallu des
témoignages à l'appui pour montrer comment ces hommes ont vécu les deux
UNE ALTERNANCE D’ESPOIR ET D’ANGOISSEdernières guerres qui ont suivi la chute de M. Mobutu. C'est avec ces hommes
transformés positivement, nous osons l’espérer, par cette traversée du désert,
qu'il faudra reconstruire le pays.
Né à Bukavu (RDCongo), Raphaël Chirimwami
Bulakali est docteur en médecine de l'Université Catholique
de Louvain (1974) (Belgique). Spécialiste en Anatomie
pathologique, docteur en sciences médicales, il est professeur
d'université en RDC.
Collection « Comptes Rendus »
Dirigée par Eddie Tambwe et Claude Buse Misambo
© Editions L’Harmattan - RDC, fondées et dirigées
par Eddie Tambwe et Léon Matangila
ISBN : 978-2-296-07071-4™xHSMCTGy070714z 13 € Collection « Comptes Rendus »
DU ZAÏRE DE MOBUTU AU CONGO DE KABILA Raphaël Chirimwami BulakaliDuZaïredeMobutuauCongodeKabila :
unealternanced’espoiretd’angoisse©L’Harmattan,2009
Paris:5-7,ruedel’Ecolepolytechnique,75005Paris
http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
Kinshasa:1025 AvenueByPass
Kinshasa/Lemba,RDCongo
ISBN:978-2-296-07071-4
EAN: 9782296070714RaphaëlChirimwamiBulakali
DuZaïredeMobutuauCongodeKabila :
unealternanced’espoiretd’angoisse
ComptesrendusL’Harmattan-RDCAlamémoire
de mon père Lubale Mweze
etde ma mère MwaKarusha Chirezi,
Alamémoire
de toutesces victimes innocentesconnues
et anonymesdespériodestroublesduCongo.AVANT-PROPOS
Ce texte està la fois sentiments, analyse et histoire
provenantdu vécu quotidien de la génération descongolais
situésàchevalentreladernièregénération précolonialeetla
nouvelle génération postcoloniale, qui apprend ,par l’histoire
,laviedel’époquecoloniale.Notregénérationavécuquelque
tempsdanslacolonieeta passéune bonne partie de sa
maturité d’adulte dans le Congo indépendant.C’est la
génération la plus traumatiséesur le plan psycho-mental,la
plus écartelée entreles deux mondesculturels qui se sont
mêlésou côtoyés.Mais, c’estaussi la génération des
principaux dirigeants congolaisd’aujourd’hui,même si la
relève, parlagénération suivante,se fait de plus en plus
croissante.
L’idée d’écrire ce livre vient seulementdu constatqu’il y
avaitdelamatière.J’aicollecté assez bien de notes pendant
une période très critique de ce pays, le Congo. C’estla
période de guerre de 1996à1997 et 1998à2003, période
quecertainsontqualifiée,nonsans,raisondepremièreguerre
mondialed’Afrique.Comme enseignant àl’Université de
Kinshasa,à l’époque,je vivaisà Kinshasa;mais, pendant
plusieursannéesje voyageaiscommeprofesseurvisiteurdans
plusieursprovinces du paysdont le Sud Kivu. Dans cette
dernière,jedispensaisdescoursàla Faculté de Médecine de
l’Université Catholique de Bukavu (UCB) depuis1993 et,à
cette occasion,àpartir de 1995, j’y ai rencontré mesanciens
maîtresdel’Université Catholique de Louvain, chapotés par
MonseigneurGillon. Ce dernieravaitbeaucoup aidé au
démarrage de l’U. C. B, avec la contribution desProfesseurs
Norro,Renders,Ph. De Villé, le regretté S. Haumont et son
épouseDrAM. Haumont,Vincent A.,R.Fiasse, D. Moulin,
L. Cassiers, P. Van Brandt,D.Latine, Dr Chatelain, le
7regretté A. Hassoun, J. Kolanowski, Pr Mme Detry-Morel,
Pr.Mme Sneyerset Dr Constant,Mme Claudine Guerrieri,
MessieursPhilippe Franquin et FloreStuyven.
Pourparticiperplusactivementà la croissancedelajeune
Universitéàun moment très critique de la guerre de 1998,
touten gardantmachargehoraireàl’UniversitédeKinshasa,
nous avons accepté d’assumerles fonctions de Doyen de la
FacultédeMédecine de l’U.C.B. en 2000.Alors que tout
plaidait pour notre une expatriationàl’étranger, me voici,
contre touterationalité,parti dans une zone rouge, celle
embrasée parlaguerre,avec desallers – retoursréguliers
entreKinshasaetBukavu dans desconditions très difficiles.
C’estcecontexte qui motivalaprise de notes au jour le jour
surl’histoireque je vivais. Ellesforment le corpsdecelivre,
qui estaussi un témoignage de la capacité d’endurance des
Congolais, et donc une preuvequ’ilspeuventfaire mieux et
qu’ils feront mieux dans l’avenir,ceàquoi personnellement
je crois. Je remercie nos autoritésfacultairesainsi que les
différentsRecteursàKinshasa, lesquels ont souventcompris
l’importancedecesdéplacements.
Toutemareconnaissance vaaussi aux personnes qui
m’ont encouragéàsortircelivre,notammentàcellesqui ont
lu nos notes et qui m’ont permis de l’améliorer. Il s’agit du
Professeur V. Mulago gwaCikalaMushiarhamina,ancien
Recteurdel’U.C.B,deR.Fiasse,ProfesseurEmériteà l’UCL
et Professeur visiteuràl’UCB, du Prof.Ntagoma JB.,
Vicerecteurchargédes Affaires Académiquesà l’UCB, de Tona
R.,ProfesseurOrdinaire àl’Université de Kinshasa ,
Monsieur KahashaKaNashi Ntwali.et du ColonnelDr.
Kabanda,Chefdes Travauxàl’Université de Kinshasa mes
remerciementss’adressent aussià Monsieur Gustave
RWIZIBUKA, Secrétaire Administratiffacultairedela
FacultédeMédecine de l’U.C.B.,l’opérateur de saisie des
textesconstituantcelivre.
8INTRODUCTION
Quand on décide d’écrire, ce qu’onaun messageà porter,
quelque soit le genre littéraire:un poème,un roman, un
théâtreou un récitd’histoire. D’autrepartécrireest un art,
mais c’estsurtout un langage, une formed’expression. Nous
avons donc choisi de nous exprimer en portant notre regard
surun pays vaste commetoutel’Europe Occidental,lequel
de surcroît estnotre pays. Il s’agit de la République
Démocratique du Congo, anciennement Etat Indépendant du
Congo et propriété personnelledu Roides Belges, Léopold
II.,devenu Congo et ColonieBelge,ensuite Etatindépendant
ouRépublique Démocratique duCongoen 1960.
Depuisson indépendance, ce paysa connu une évolution
tumultueusequiaculminé sous le règnede Mobutu Sese
Seko Kuku Ngbendu waZaBanga qui dira trente ans. Cet
écrit porte un regard intéressésur cettedernièrepériode
parceque nous l’avons vécue physiquement,une période
pendant laquelle le paysa changé de nom,a subi la
révolution culturelle de l’authenticité,a connu une
nationalisation dessociétésprivées,faitalors appelé
zaïrianisation et qui aachevéderuinerlepays. Il faut
s’intéresser aux causes profondesqui ont menéà cette
situation de misère généralisée, car en effet, il ne suffitpas
de constaterseulement qu’àlatêtedu pays,ilyaeu un
Dictateur, un mauvaisgestionnaire, il faut plutôtallerunpeu
plus en profondeur.C’est le soucique nous avons eu dans le
premierchapitredecetessai.
Notrepaysn’a paseu de chance car,après Mobutu, et
commelui-mêmel’avaitprédit, ce futlechaos engendrépar
lesdeux guerresqui se sont succédéde1996à1997 et de
1998à2OO3,sansparlerdeleurs prolongements.Durant
9cette période,les Congolaisontluttéet soufferttouten vivant
réellement le principe stipulantque le pays,c’est nous,
l’ensemble descitoyens;c’est grâceà celaque le paysa pu
se maintenirdansson intégrité.Cet effortquotidien de tous,
et lessouffrancesenduréessont relatésdans le deuxième
chapitre où nous donnons le vécu au jour le jour des
Congolaisàl’EstduPays, dansune zonealorsoccupéeparla
rébellion. Moment très pénible, certes,maisaussi période de
beaucoupde hérosdansl’ombre.
Mais l’histoire n’étantpas statique,ilest important de
nous projeter dans l’avenir.LeCongo estdans un gouffre, il
n’y resterapas enfoui,ilen sortira, d’où l’essaisur un projet
desortiede crisecontenu dans le troisièmechapitre.
Quantà la méthodologie adoptée,il y aun mélange
littéraireconsistant en une analyse historique dans la
première partie,une narration ou chronique des événements
dans la seconde et une thèsedesortie de crisedansla
dernière partie.Toutcela pour répondreà une seulequestion,
àsavoirque fairepour nous insérerdansle circuitdu
développementdurable.
Ilétaitdèslorsnécessairedefairel’étatdeslieuxavantde
passer àdes propositions concrètes. Le lecteurrestera
sûrement sursasoifsur certainesquestions qui seront
évoquées tout au long de ce livre;nous luidemandons de
rester patient.
10CHAPITREI:
LEZAIRE
Le Zaïre, c’estlaRépubliqueduCongorebaptiséeaprès
l’arrivée de M. Mobutu Sese Seko au pouvoiren novembre
1965. Il eutun règnesanspartage duranttrenteans,règne
qui précipitacepaysdansun gouffreprofond..Comment
celaapu arriver?Y a-t-il desfacteursendogènes
indépendantsdesapersonnalité qui ontpu agir etcontribuer
àcette hécatombe?Danscechapitrenous essayons de
répondreà cette question en faisantun état deslieux,en
scrutant le niveau d’organisation du pays, en examinant
ensuite la place de l’éliteintellectuelledanscette société.Il
s’agit d’une réflexion générale en partie déjà publiée
(ChirimwamiBR1996, ChirimwamiB R, 1997) et qui avait
ététransmise commecontributionàlaConférence Nationale
Souveraine (1990-1992).Elletraduisait le sentimentcommun
àl’époque s’agissant de la situation socio-économique du
pays.
1.1. Etatdeslieuxetde ladifficultéd’êtreZaïrois.
Al’étatactueldu développement de l’histoire du Zaïre,
nous pensons que chacun de nous estappeléàméditersur
son sort et,par voiedeconséquence, surcelui de la nation
touteentière,tantilest vraique même si l’individu naît et
meurtsolitaire,ilchemine obligatoirement au sein d’une
communautéfamiliale,nationale et mêmeinternationale.
Le Zaïreest sinistré et même profondément sinistré,à
entendreles conclusions émanantdes différentes sourcesde
l’intérieurcomme de l’extérieurdu pays, àsavoirla
Présidence de la République,leGouvernement,les différents
corpsdemétiers,lesEglisesetl’expertiseinternationale,dont
11la Banque mondialeetles paysamis. Cela découleaussi des
conclusions logiquesdu Zaïrois moyen quand il voit la
désolationdans laquelle il vitjournellement.
Cependant,sitout le monde estd’accord avec le
diagnostic, lesdivergences apparaissent dèsqu’il s’agit de
définirletraitement àadministrer.Tout le monde,ou
presque,s’accorde aussià reconnaître qu’il estnécessairede
déterminer,au préalable,les causes profondesdecedésastre
afin de pouvoirdonnerune thérapeutique adéquate.Ilest
admiségalement que le gouffres’approfonditdejour en jour
et que l’urgences’impose. Lescausesprofondesdu marasme
zaïrois.Cesujetaété traitéàplusieursoccasions pardes
personnesetdes organismes diverssous l’angle
sociopolitique et économique.
Nous pouvons citerquelquesétudesetrapports sans être
exhaustif:
-Les rapports desEglises du Zaïre(en
particulierl’EgliseCatholique)1990,1991 ;
-Les conclusions du Colloque de l’Université
de Kinshasa,1987 ;
-Les rapportsde E. Blumenthal.1982 ;athèse de D.J. Gould, 1979 ;
-Lespublicationsde J.C. Willame,1986 ;es écrits politiques: KAMITATUM.1971 ;
J. Chomé1975;Nguz K. B.,1982;Angulu M. Edi
1991;Lettre ouverte des13 parlementaires1980, etc.
De cestravaux,ilressort que le systèmepolitique qui a
dirigé le Zaïre, avec son initiateur et son monisme, sont les
principalescausesdeladégradation généralisée,mêmes’il
existedeséchelonssecondairesderesponsabilité.Nousavons
choisi,quantànous,departir d’une réflexion globale tenant
comptedesprincipauxparamètresmoteursdudéveloppement
pour essayer de dégagerlapartjouéepar chacun d’eux dans
l’évolution quiaaboutiàlasituationprésente.
12