//img.uscri.be/pth/36c9a77e3c2c1089416b61d552df7184203f2129
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB

sans DRM

Essai sur le caractère d'Hannibal

De
60 pages

Hannibal descend dans la plaine de Turin vers la fin de l’année 218 avant notre ère.

A cette nouvelle, le consul Publius Scipion s’étonne de cette belle traversée des Alpes, et Rome s’épouvante pour la première fois (). Diverses mesures sont prises par fuite de la consternation générale : on rappelle de Lylibée l’armée de Tibérius, on porte les légions à 5,000 hommes au lieu de 4,000, on en lève huit au lieu de quatre, on forme de ces huit légions une feule armée.

Fruit d’une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.


Voir plus Voir moins
À propos deCollection XIX
Collection XIX est liothèque nationaleéditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bib de France. Fruit d’une sélection réalisée au sein des prestigi eux fonds de la BnF, Collection XIXsiques et moins a pour ambition de faire découvrir des textes clas classiques de la littérature, mais aussi des livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou livres pour la jeunesse…
Édités dans la meilleure qualité possible, eu égard au caractère patrimonial de ces e fonds publiés au XIX , les ebooks deCollection XIX sont proposés dans le format ePub3 pour rendre ces ouvrages accessibles au plus grand nombre, sur tous les supports de lecture.
Édouard de La Barre Duparcq
Essai sur le caractère d'Hannibal
1 ESSAI SUR LE CARACTÈ)RE D’HANNIBAL (
Hannibal descend dans la plaine de Turin vers la fi n de l’année 218 avant notre ère. A cette nouvelle, le consul Publius Scipion s’étonn e de cette belle traversée des 2 Alpes, et Rome s’épouvante pour la première fois ( ). Diverses mesures sont prises par fuite de la consternation générale : on rappell e de Lylibée l’armée de Tibérius, on porte les légions à 5,000 hommes au lieu de 4,000, on en lève huit au lieu de quatre, on forme de ces huit légions une feule armée. Quel âge avait donc Hannibal pour effrayer ainsi le s Romains ? vingt-cinq ans. Il 3 amenait fans doute une armée confidérable ? 26,000 hommes seulement ( ), 23,000 même suivant quelques auteurs, et ses soldats « se trouvaient si changés par fuite de 4 leurs fatigues qu’on les aurait pris, dit Polybe ( ), pour une troupe desauvages ». Alors il fe trouvait foutenu par une patrie puissan te, rapprochée ? Carthage, située à 800 kilomètres de Rome, était plus animée de l’espr it de commerce que de l’esprit de conquête, elle songeait peu à le seconder, et au li eu de le jeter en Italie au moyen 5 d’une flotte ( ), elle lui avait laissé (quelle marque de désappro bation !) improviser son expédition, franchir 1,600 kilomètres, escalader le s Alpes ; il est vrai qu’elle ne perdait 6 guère à cela que 36,000 hommes ( ). Au moins Hannibal était un homme vigoureux, plus fort que les intempéries, à l’abri des misères de notre vie maladive ! il venait justement de perdre un œil fous l’influence délétèr e des marais qu’il avait été forcé de 7 traverser ( ). Ainsi voilà un jeune homme à la tête de 26,000 comb attants seulement, fûr d’être abandonné à lui-même, de ne pas recevoir un renfort , déjà borgne et gêné comme 8 général par cette infirmité ( ), le voilà qui, dans des conditions peu redoutable s, fait 9 trembler Rome ( ). Et ce n’est pas Rome à son début, c’est Rome dan s l’âge mûr, 10 Rome comptant plus de 260,000 ( ) habitants et déjà maîtresse de toute l’Italie ! Qui nous le représente ainsi ? La plume d’un parent , d’un ami ? non une plume romaine, celle du commensal des Scipions, celle de Polybe. Telle est la condition d’Hannibal auprès de la postérité : il paraît devan t elle fans un trait dû à un compatriote, et dans cette situation il ressort ave c un magique relief. Quelle grandeur morale ! et de quel caractère devait être animé cet homme pour avoir marqué ainsi l’empreinte de son passage fur la terre. Cette grandeur, ce caractère, signes de sa puissant e personnalité, se conservent-ils entiers chez lui, en dépit des revirements de la fo rtune, en dépit des glaces de l’âge ? Oui, cet homme ne se dément pas ; deux faits vont l e montrer.
1 CetEssaiitulé :été écrit en 1861, antérieurement au mémoire int  a Hannibal en Italie,lu à l’Académie des sciences morales et politiques en 1862, et publié en 1863.
2POLYBE, livre III, chap XII, XVIII, XXIII.
3Dont 6,000 cavaliers.
4Livre III, chap. XII.
5M. MICHELET prétend qu’Hannibal « ne voulut point folliciter les flottes de Carthage (pour son expédition), ni se mettre dans sa dépenda nce ». Puis il ajoute, et je préfère cette deuxième explication : « Il convenait d’aille urs à Hannibal de traverser ces peuples barbares, tout pleins de la défiance qu’ins pirait la grande ville italienne et du
bruit de ses richesses ; il espérait bien entraîner contre elle les Gaulois des deux côtés des Alpes, comme il avait fait des Espagnols, et do nner à cette guerre l’impétuosité et la grandeur d’une invasion universelle des barbares de l’Occident ».Histoire romaine, 1831, t. I, p. 219. Carthage, au début de la guerre , vint un peu en aide à Hannibal, en envoyant trente galères essayer de soulever la Sici le et ravager les côtes d’Italie.
6hône jusqu’en Italie.Ces 36,000 soldats périrent depuis le passage du R
7e lecteur nous pardonnera cet C’est seulement après la bataille de la Trébie ; l anachronisme.
8On a néanmoins tenu à honneur de lui ressembler pa r ce côté : Civilis, par exemple. Voy. TACITE,Histoire,IV, 3.
9L’apparition d’Hannibal à l’armée Carthaginoise, e n Espagne, deux ans auparavant, avait aussi frappé tous les regards ; subordonné pa tient, chef habile, robuste, intrépide, modeste et affable pour tous, tel il s’é tait d’abord montré. e 10lustre), d’après leue (19 à l’origine de la séconde guerre puniq  Exactement, recensement des censeurs, 262,322 habitants. TITE-L IVE, X, 47.