//img.uscri.be/pth/317033b8781cd41902457d1dc523e87c398f13fd
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB - MOBI

sans DRM

Histoire du dix-neuvième siècle - Tome I - Directoire - Origine des Bonaparte

De
439 pages

Ce que Camille Desmoulins entrevoit dès 92, la Terra incognito, qu’il signale à l’horizon, parait au 9 thermidor. Les chefs des trois écoles socialistes, Babeuf, Saint -Simon, Fourier, sortent presque en même temps des prisons de la Terreur.

Saint-Simon avait trente-quatre ans, Babeuf trente, Fourier vingt-deux. Saint-Simon avait été enfermé au Luxembourg, et Babeuf à l’Abbaye. Fourier, en 93, après le siège de Lyon, fut très près de l’echafaud, puis, en 94, prisonnier à Besançon.

Fruit d’une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.


Voir plus Voir moins
À propos deCollection XIX
Collection XIX est liothèque nationaleéditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bib de France. Fruit d’une sélection réalisée au sein des prestigi eux fonds de la BnF, Collection XIXsiques et moins a pour ambition de faire découvrir des textes clas classiques de la littérature, mais aussi des livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou livres pour la jeunesse…
Édités dans la meilleure qualité possible, eu égard au caractère patrimonial de ces e fonds publiés au XIX , les ebooks deCollection XIX sont proposés dans le format ePub3 pour rendre ces ouvrages accessibles au plus grand nombre, sur tous les supports de lecture.
Jules Michelet
Histoire du dix-neuvième siècle -Tome I
Directoire - Origine des Bonaparte
INTRODUCTION
Dans ma Préface, j’exposerai le sujet de ce volume et de ceux qui doivent suivre. Mais j’ai besoin de dire d’abord comment il a été p réparé et, fini, dans telles circonstances qui pouvaient l’empêcher de paraître jamais. En 1838, lorsque j’entrai à l’Institut dans la sect ion des sciences morales et politiques, les diverses nuances de partis, d’opini ons et de gouvernements par lesquels la France a passé, y étaient représentées par des hommes qui avaient fait et su bien des choses. La Convention s’y voyait encore en Lakanal, l’âge du Directoire en Reinhard. L’Empire y était dans la personne du d uc de Bassano. Ils causaient volontiers avec un écrivain fort jeune relativement , et qui semblait uniquement occupé d e l’ancienne monarchie. Alors combien j’espérais p eu amener monHistoire jusqu’au dix-neuvième siècle ! Cependant mon instinct de cha sseur historique m’intéressait à leurs récits, et je ne rentrais guère sans avoir qu elque note curieuse que je jetais au fond de mes cartons. Ces notes attendirent trente années. Aux Archives a ussi, où j’étais chef de la Section historique, j’eus occasion de voir et d’éco uter d’autres personnages que leurs affaires y amenaient pour faire quelques recherches et qui causaient obligeamment. Là, je connus Lagarde, le spirituel secrétaire du D irectoire, et tel des fournisseurs qui, bien plus que le Directoire, commanditèrent le jeun e Corse et le lancèrent à leurs dépens dans, la grande affaire d’Italie, qui enfin, malgré son ingratitude sauvage, s’attachèrent à sa fortune et lui manipulèrent son coûteux 18 Brumaire. Ces notes assez précieuses dormaient paisiblement d ans leurs cartons, lorsqu’au jour où j’allais m’en servir, elles furent fort en péril. J’habite près de l’Observatoire, quartier désert, s ilencieux, qui n’avait jamais eu l’honneur d’être mêlé aux grandes aventures de Pari s. Un matin, on décide que, pour défendre cette ville, le plus sûr est de la brûler. Mais, si l’on en brûlait le centre, l’Hôtel de Ville, à plus forte raison devait-on incendier t out ce qui se trouvait sur la route de l’armée de Versailles, le quartier du Mont-Parnasse et de l’Observatoire. Ma maison au coin de deux rues et près du Luxembourg, dans un e position stratégique, devait y passer la première. Ce qui n’arriva pas. Ses gardie ns obstinés firent ajourner la chose. Cependant le combat se rapprochant, on brûla le rez -de-chaussée, qui fut tout à fait mis en cendres. Le premier fut incendié et les flam mes qui montaient flambèrent le second étage et le troisième que j’occupe ; elles o nt roussi le fauteuil sur lequel j’ai écrit tant d’années. Mais ce fut tout ; le temps ma nqua au feu pour en faire davantage. Ce qui fit le plus de dégât dans cet appartement co nservé par miracle au-dessus de l’incendie, ce fut l’explosion de la poudrière dans le Luxembourg. Les vitres volèrent non pas en éclats, mais divisées en petits fragment s acérés, en aiguilles qui allèrent s’implanter partout, spécialement dans mon visage ; je veux dire dans celui de mon portrait, qui eut de plus une balle. Si son origina l eût été. là, il eût été à coup sûr, sinon tué, au moins aveuglé. — Et qui eût pu alors se rec onnaître dans mes manuscrits ? J’étais absent de Paris ; j’en étais sorti, lorsque l’Impératrice, loin de songer à la défense, laissait entrer dans cette ville de deux m illions d’âmes tout un monde de bouches inutiles, quatre ou cinq cent mille paysans . Personne ne pouvait comprendre un gouvernement si insensé qui, dans Paris, engouff rait la nation comme pour la faire 1 prendre en une fois . Cette ineptie parut dans tout son jour lorsque la F rance aurait eu si grand besoin de plaider sa cause, de répondre aux calomnies, aux ar ticles payés d’une foule de
journalistes, quand, dis-je, dans cette tempête d’i njures et de sifflets, elle resta muette, ayant elle-même enfermé, étouffé entre quatre murs ses voix les plus autorisées. Dans ce temps lugubre, de près de six mois, le mond e retentit des coups sonores que recevait la France muette. Mon âge de soixante-douz e ans ne me permettait pas d’être la voix forte qu’il eût fallu. Mais la chose était si criante que, même sans être Français, on eût pu en être ému. Les dérisions de l ’ennemi ne me perçaient pas tant le cœur que l’abandon de nos amis. J’avais constamment le songe de 1400, du temps de Charles VII, la vision de celui qui voyait le va inqueur trônant autour de Notre-Dame, et la France humiliée qui pleurait dans le Parvis. Dans ce grand silence, seul en Europe je parlai. Mo n livre que je fis en quarante jours fut la première, et longtemps la défense uniq ue de la Patrie. Traduit en plus d’une langue, spécialement en anglais, il rompit l’ unanimité de malveillance que l’or de M. de Bismarck avait facilement obtenue. Des voix j eunes, éloquentes, s’élevèrent, et même de Londres, pour nous. La conscience publique fut avertie, de la Tamise au Danube. L’Autriche et l’héroïque Hongrie insérèrent par fragments mon livre en leurs journaux. J’intitulai ce cri du cœur :la France devant l’Europe, lui donnant pour 2 épigraphe ce grave avis d’avenir : Les juges seront jugés (janvier 1871) . Par un hasard singulier que je ne regrette nullemen t, l’éditeur de ma grandeHistoire a publié cette année le premier volume de sa réimpr ession, et dans ce volume la préface où, rendant compte de mes études préalables , j’explique sans restriction mes sympathies pour l’ancienne Allemagne, pour son apôt re Luther, pour ses jurisconsultes. populaires, et l’amitié dont m’a ho noré leur savant collecteur, Jacob Grimm, esprit très pénétrant, qui comprit bien que, derrière la France académique, officielle, il y en avait une autre, non plus spiri tuelle, mais candide et profonde. Mon point de vue était fraternel pour l’Allemagne. Oh ! que je l’ai aimée, cette Allemagne-là, la grande et la naïve, celle desNiebelungende Luther, celle de et Beethoven, et celle du bon Frœbel et des jardins d’ enfants. Mais j’aimais beaucoup moins l’Allemagne ironique de Goethe, l’Allemagne s ophistique d’Hegel qui a produit son fatalisme d’aujourd’hui. J’espérais mieux de l’ Allemagne, et je suis frappé dela voir morte en sa victime même, au sépulcre de fer o ù (un État slave) la Prusse l’a inhumée. Mes sympathies pour l’Allemagne et, en général, pou r les grands peuples de l’Europe, sympathies d’autant plus françaises qu’el les étaient européennes, ont apparu surtout au Collège de France. Entouré de ces jeunes gens qui m’aimaient, j’y tenais la table d’Arthur, où tous les peuples venai ent s’asseoir, me demander de leur verser la vie. Tant que César dura, je ne pensai pas à y retourner . J’achevais l’immense monument que je devais à la France. Mais, en 1871, je crus devoir réclamer moins pour moi que pour le Collège de France, pour l’inam ovibilité de ses professeurs, droit reconnu dès sa fondation, et par plus d’un ministre même. M. Jules Simon, alors ministre, me répondit que ma chaire était régulièrement occupée. Ce que je nie. — En 1852, M. Alfred Maury, bibliothécaire très confident de l’empereur, s’y fit nommer, et, de plus, directeur des Archives, ce qui est un sous-ministère. Même interdiction contre mes livres d’enseignement, contre lePrécis d’histoire moderne,prescrit jadis par l’Université. Tant on craint mê me les livres impartiaux qui remplaceraient ceux de l’Empire. Ceci n’est pas une plainte.
Suspendu en 1847 par le ministère Guizot, Destitué au 2 décembre (sans retraite, ni pension), De nouveau repoussé de ma chaire par le gouvernemen t de Versailles, Je n’ai pas à me plaindre. Car rien ne m’a manqué. Les gouvernements, les partis se sont trouvés d’accord pour me récompenser en pro clamant, de leur mieux, mon indépendance. Je le méritais bien. Je n’ai point varié. Si je n’a i point ma chaire, j’ai d’autant mieux mon tribunal, immuable, assez haut, pour bien voir les tempêtes où tout s’agite et tourne au grand vent des révolutions. Pour les rois , pour les peuples, et les révolutions elles-mêmes, là est le Jugement dernier, l’arrêt dé finitif, la sentence et la grande, épée.
er 1 Janvier 1872.
1iers). M. Michelet avait vu dans saLes forts n’étaient pas gardés (constaté par M. Th jeunesse les Prussiens envahir deux fois le territo ire, entrer à Paris en maîtres insolents. — Il ne se sentait plus la force de subi r une troisième fois cette humiliation. Un matin, il vint à moi, me dit d’une voix concentr ée que j’entends encore : « Si je reste, j’en mourrai. » Nous partîmes le soir même ; mais à distance il reçut le contre-coup de nos malheurs ; il devait mourir des blessures faites à la France. — A.M.
2l a été vendu. au profil de l’armée, Ce que ne dit pas l’auteur de ce livre, c’est qu’i des blessés. A cet argent s’ajoutaient des envois d e linge, de vêtements. Dans cet hiver qui fut un des plus rudes de ce siècle, nous n’eûmes que nos habits d’été, un feu unique pour déraidir les doigts glacés. Ainsi, M. M ichelet à soixante-douze ans, malade, déjà atteint au cœur, s’imposait volontaire ment les plus rudes privations pour tout envoyer à nos soldats. — A.M.
PRÉFACE
Un des faits d’aujourd’hui les plus graves, les moi ns remarqués, c’est que l’allure du temps a tout à fait changé. Il a doublé le pas d’un e manière étrange. Dans une simple vie d’homme (ordinaire, de soixante-douze ans), j’a i vu deux grandes-révolutions qui autrefois auraient peut-être mis entre elles deux m ille ans d’intervalle. Je suis né au milieu de la grande révolution territ oriale, et j’aurai vu poindre la grande révolution industrielle. Né sous la terreur de Babeuf, je vois avant ma mort celle de l’Internationale. Plusieurs fois la même panique a créé de mon temps ce que l’on croyait un remède, le gouvernement militaire ; le César d’Austerlitz, le César de Sedan. Grands changements qui, captivant l’attention, l’on t détournée d’un fait non moins grave et plus général : la création de l’empire le plus grand qu’ait vu le soleil, l’empire anglais, dix fois plus étendu que ceux de Bonaparte et d’Alexandre-le-Grand. Jamais la mort n’a eu de tels triomphes sur le glob e. Car si Napoléon en dix ans seulement (1804-1814) a, d’après ses propres chiffres, tué dix-sept cent mille Français et sans doute autant d’Allemands, Russes, etc., l’A ngleterre, dans un procès célèbre, accusa un de ses gouverneurs d’avoir tué par la fam ine, en un an, des millions d’Indiens. Par ce seul fait, on juge ce que put être en cent années la tyrannie coloniale exercée sans contrôle dans l’inconnu, sur deux cents millions d’hommes. Mais si les forces destructives ont eu de tels succ ès, les forces créatrices n’étonnent pas moins par leurs miracles. Et cela si récent ! Je crois rêver quand je songe que ces choses incroyables se sont faites dan s une vie d’homme. Je suis né en 98. C’est le temps où M. Watt, ayant fait depuis lo ngtemps sa découverte, la mit en œuvre dans sa manufacture (Watt et Bolton), produis ant sans mesure ses ouvriers de fer, de cuivre, par lesquels l’Angleterre eut bient ôt la force de quatre cents millions d’hommes. Ce prodigieux monde anglais, né avec moi, a décliné. Et ce siècle terrible appliquant à la guerre son génie machiniste a fait hier la victoire de la Prusse. Ceux qui croient que le passé contient l’avenir, et que l’histoire est un fleuve qui s’en va identique, roulant les mêmes eaux, doivent réflé chir ici et voir que très souvent un siècle est opposé au siècle précédent, et lui donne parfois un âpre démenti. Autant le dix-huitième siècle, à la mort de Louis XIV, s avan ça légèrement sur l’aile de l’idée et de l’activité individuelle, autant notre siècle par ses grandes machines (l’usine et la caserne), attelant les masses à l’aveugle, a progre ssé dans la fatalité. Notez qu’à ces grands faits d’en bas répond par en haut très fidèlement une petite sonnette. C’est la philosophie, qui dit parfaitemen t les mêmes choses. Au fatalisme de 1815 et d’Hegel succède le fatalisme médical, physi ologique, de Virchow, Robin et Littré. Moi, je m’en tiens ici à la grosse machine. Et si j e parle ici du fatalisme d’idées, ce sera par occasion, et seulement quand j’y serai tra îné par le progrès des sciences naturelles (comme par Lamarck en ce volume). En général, cette histoire, fort matérielle, pourra it se dire toute en trois mots : Socialisme, MilitarismeetIndustrialisme. Trois choses qui s’engendrent et s’entre-détruisent l’une l’autre. La terreur de Babeuf fit Bonaparte autant que ses v ictoires, c’est-à-dire que le Socialisme naissant, par sa panique, a fait le trio mphe du Militarisme. Celui-ci, que rencontra-t-il dans sa grande lutte ? Constamment l’or anglais créé par
la puissance industrielle qui payait et armait l’Eu rope. Puissance vaincue à Austerlitz, victorieuse à Waterloo. On ne peut comprendre un siècle qu’en le voyant dan s son ensemble. Les faits énormes de celui-ci resteraient fort obscurs, si on ne le reprenait à son principe général,la machine,et d’abord la machine humaine :l’enrégimentation. Je suppose que vers 1800, sans rien savoir de notre Europe, je la regarde d’en haut, par exemple du haut d’un ballon. Quelle chose frappera ma vue ? Un phénomène analogue dans tout l’Ouest. Je verrai dan s notre France des masses énormes graviter vers de vastes ruches maussades qu ’on appelle des casernes, et des foules non moins grandes en Angleterre s’entass er dans ces ennuyeux habitacles qu’on appelle des fabriques. Je croirais des deux côtés voir des maisons péniten tiaires où l’on ne va que condamné. Il n’en est pas ainsi. Tout entière, l’An gleterre d’elle-même y a passé, et s’est enterrée là. Où est-elle la vieille Angleterr e, avec ses classes agricoles, le paysan, le gentilhomme de campagne ?... Tout cela, en trois quarts de siècle, a disparu, fait place à un peuple d’ouvriers, enfermé s aux manufactures. Chez nous, depuis quatre-vingts ans, le fils du paysan chaque année, gaillardement enrubanné, a accepté en chantant la servitude des casernes et de leurs exercices ennuyeux. Pourquoi ? Pour échapper au labeur du sillon, à la monotonie du travail agricole. Cette monotonie, l’ennui sans fin des longues heures, l’A nglais l’accepte parfaitement. Pour que tous deux agissent tellement contre la nature, il y a des motifs variés. Mais le plus général à coup sûr pour l’Angleterre depuis un sièc le, et chez nous depuis un peu moins, c’est le grand changement du régime alimenta ire, le besoin d’une nourriture plus coûteuse qui double la force. Est-ce (comme croient les moralistes) un pur matéri alisme ? Est-ce la simple sensualité qui met le monde sur cette pente ? Non, c’est surtout une idée, joie dese croire fort,de croire qu’on peut davantage. De plus en plus on y tend pour agir ou pour produire. Tout a été augmenté et accéléré par ce ch angement de régime. L’aveugle, l’impatient besoin d’être fort a entraîn é à préférer souvent à la viande même, ce qui donne immédiatement un accès de force factice, les liqueurs fermentées, l’alcool. De là, mille maux. Il suffit ici de constater que ces moteurs puissants, qui tendent si violemment la machine hum aine, ont infiniment augmenté la passion de faire des miracles, d’obtenir des effets subits, de suivre les grands machinistes, et les faux enchanteurs qui nous tromp ent en les promettant. Dans le présent volume, je dois signaler une chose et prévenir d’avance le lecteur qui, parvenant sans avis aux deux tiers, rencontrer ait un changement à vue, un énorme saut, d’une chute épouvantable. Est-ce ma fa ute si ce volume est monstrueux, discordant ? Non, c’est celle du Dieu de ce siècle, de sa fatalité barbare et meurtrière. Avez-vous quelquefois, en chemin de fer, passé brus quement un tunnel qui change tout à coup l’aspect des lieux, le paysage, comme q uand de l’aimable Lyonnais vous entrez au monde des mines, dans les rudes scories e t les noirs charbons du Forez ? Changement qui ne rend que faiblement celui qu’on t rouve en ce livre. Vous y arrivez tout à coup à une fente profonde et si large que vo us ne pouvez la sauter. C’est comme sur la Mer de glace, à tel pas dangereux. Tou t s’effondre, s’abîme. Que vois-je au fond ? Horreur ! trois millions de morts, pour c ommencer, de plus 1815, 1870,
l’enterrement de la France, et demain celui de l’Al lemagne, qui craquera pressée entre la France et la Russie. Mais pour revenir au principe du désastre, avant 18 00 une chose fort tragique, c’est le vertige, une sorte d’aliénation mentale. Le mauv ais rêve de la terreur et de la guerre universelle avait bouleversé les esprits, les metta nt hors de la raison et de tout équilibre, et les rendant surtout avides d’émotions . Après avoir épuisé et forcé tout ce que donnait l’humanité, il faut quelque mirage, que lque songe qui semble être au delà. On veut du miracle à tout prix. Mais quelles contradictions ! Jamais la France ne f ut si attendrie que le lendemain de Thermidor. Une vive sensibilité éclate, et par l es systèmes de fraternité sociale, et dans les sciences qui montrent (de l’homme jusqu’à l’animal) l’universelle parenté de la Nature. Dans l’art, une grâce touchante, apparaî t dans Prudhon. Il semble que le faux héroïsme et les comédies d’énergie se soient t ous réfugiés dans les toiles de David. Qui croirait qu’à ce moment même, la surprise d’un imbroglio violent, la vive entrée en scène d’un acteur étranger ravisse les spectateu rs et les jette hors d’eux-mêmes ? Et ce n’est pas seulement la masse qui s’extasie de vant Bonaparte. Les artistes, qui sont des enfants, battent des mains. (c Quel bonheu r ! changement à vue !... Quel merveilleux spectacle, inexplicable ! L’humanité to ut à coup ne compte plus dans les affaires humaines. Quelle simplification sur le thé âtre. Un seul acteur ! Ah ! voilà bien le spectacle classique, la vraie peinture d’histoir e. » D’autres sentent, dans cette unité apparente, un terrible brouillamini, mais se garden t de l’éclaircir. Ils en ont la joie des enfants, la joie que l’enfant a du déménagement et de l’incendie. C’est superbe ! Il n’y comprend rien ! Aussi, bien loin de vouloir éclaircir cette grande complication, ils l’augmenteraient plutôt. De la confusion ils feraient volontiers une Babel encore plus discordante, ils veulent à tout prix le miracle. Le miracle, c’est notre sottise et notre aveuglemen t. Le naturaliste et l’historien (ce qui est même chose) est celui qui supprime les mira cles en les expliquant, et montre que les plus étonnants ne sont que des cas naturels . Pour Bonaparte, un sérieux examen prouvera que (bie n loin que son succès fût un miracle), le miracle eût été qu’avec de telles circ onstances il ne réussît pas. Le gouvernement qui venait après le grand effort de 93 était perdu par la seule lassitude d’un tel effort (Voy. Hamel). Perdufinancièrement par les milliards de faux assignats que fabriquèrent les Anglais, perdumilitairementpar la nécessité où il fut de réformer en un an trois cent mille soldats, dix-sep t mille officiers. Il était facile à prévoir que ces gens licenciés regarderaient vers un chef e t le suivraient. Ils ne voulurent pas un des leurs, mais plutôt un étranger, que le malad roit Barras et le crédule Carnot élevèrent à l’envi, et qui, avec l’armée merveilleu se de la Révolution, eut de très rapides succès. Une étrange coïncidence, mais facile à concevoir, c ’est qu’indépendamment de l’armée, il vit la nation venir à lui. Pourquoi ? La France ayant eu la magnanime imprudence de laiss er rentrer les émigrés, un débat interminable s’élevait entre l’émigré de reto ur et l’acquéreur de biens nationaux, entre l’ancien et le nouveau propriétaire. Comment juger un tel procès ? On crut que tout Français y était trop intéressé. On se fia à c et Italien qui donnait des espérances à tout le monde. C’est ce qu’on avait vu si souvent en Italie, où un e ville, n’espérant pas concilier elle-même ses débats intérieurs, se fiait plutôt à quelque étranger qu’on cherchait au
loin, et qu’on créait juge armé,podestat. Mais ici, il y avait une chose de plus. Les variati ons de lapropriétéavaient créé des doutes sur sa nature et son droit même. Babeuf, le principal auteur de ces théories, avait pour lui une partie des jacobins. Cela causa une alarme universelle. On crut voir la société elle-même en péril, et pour la sauver on implora ce grand prometteur italien qui gagna les deux classes de propriétaires, en gar antissant les nouveaux, et donnant aux anciens des places, et leurs biens non vendus, enfin les dédommagements d’une cour. Au reste, je ne veux nullement faire l’histoire de Napoléon. Je désire seulement montrer lesorigines de son système et du militarisme, montrer comment la guerre, devenant sous lui un métier, une industrie, lutta c ontrel’industrie anglaise. Celle-ci, si rapace dans l’infini colonial, et créant dans l’int érieur un monde de richesses, a détruit en revancheOld England,la vieille Angleterre, où était l’âme du pays. Voici le sens, le sujet principal des volumes que j e publie. C’est ma joie de pouvoir enfin ramener la justice dans une histoire si longt emps obscurcie. Les vainqueurs, les vaincus en ont également souffert. Et je ferai effo rt pour leur faire à tous réparation. On verra quelle conspiration le bonapartisme fit const amment contre Hoche, Masséna et tant d’autres héros. Je rendrai aussi ce qu’on doit aux Hongrois, Slaves et tant de nations brutalement perdues dans le nom d’Autrichie ns et qui, tant de fois, dans cette lutte, ont relevé l’Autriche avec une mémorable obs tination. L’Italie a bien le droit de réclamer aussi contre u n faux Italien qui, bien loin de l’aider au grand moment de son réveil (95), l’a constamment injuriée par de funèbres mots qui la replongeaient dans la tombe. Je me félicite de publier si tard les vues qu’à div erses époques de ma vie j’eus sur Bonaparte, ce sujet où tant de gens ont regardé san s voir. C’est, certainement, le plus difficile de l’histoire, le plus obscur en plein so leil par la quantité des mirages et des fausses lueurs qui ont égaré les esprits. Il n’est aucun exemple d’une vie si préparée et si voulue. Né d’une prophétie, dès l’enfance élevé et s’élevant lui-même pour les réal iser, en tout le reste variable, il 1 fascina par des moyens divers des hommes différents, des Barras, des Carnot. Pui s, le succès faisait le reste, il éblouit même ses ins truments, les hommes héroïques qui faisaient ce succès. Ils s’admirèrent et s’adorèren t en lui. Les grands acteurs de cette époque, guerriers ou politiques, n’ont point écrit, ou ils ont laissé leurs écrits à des mains intéressées à en ajourner la publication (Vic tor, Barras, La Révellière-Lepeaux, Réal et Talleyrand, etc.). Bonaparte a eu l’insigne avantage d’écrire et de pa rler, de son rocher de Sainte-Hélène, à l’Europe attentive, avec une incroyable a utorité et l’intérêt tragique de ses malheurs. Il s’est glorifié et a calomnié tout le m onde, sans conteste et de haut(in articulo mortis).ennemis l’ont cru, et les historiens anglais r  Ses épètent à l’envi ses mensonges. Cet homme désintéressé a laissé une grosse fortune, une famille fort riche, qui, sur la foi de sonétoile, a tauration,puissamment cultivé la légende, en vue d’une res travaillant et pour lui, et, comme il avait fait, c ontre les grands acteurs de l’époque (Masséna, Hoche, Ney, etc.). La vérité pourtant subsistait en dessous, quoique e nterrée. Pendant un demi-siècle,