//img.uscri.be/pth/c9c5580c3b45c53dec08fad21b3818aa8cb22328
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Histoire générale du Congo des origines à nos jours (Tome 4)

De
478 pages
Ce quatrième volume sur l'histoire du Congo traite de l'avenir du Congo en abordant différentes thématiques : la construction économique, les arts et la culture, le sport, les médias, les villes congolaises dans l'histoire et les grandes figures de l'histoire du Congo.
Voir plus Voir moins
  Histoire générale du Congo des origines à nos jours   
                              Couverture : Logo du Cinquantenaire de l’Indépendance du Congo.  
             
 
Sous la direction du Professeur Théophile OBENGA    Histoire générale du Congo des origines à nos jours   IV. Le Congo et son Avenir
Préface par Denis SASSOU GUESSO Président de la République du Congo   L’HARMATTAN
 
  
                                    
 
            
© LHarmattan, 2011 5-7, rue de lEcole-Polytechnique, 75005 Paris  http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-296-54367-6 EAN : 9782296543676
PREFACE  Inaltérable conviction, dans l’intelligence pratique de l’action politique pour bâtir une nation, édifier une patrie, construire un Etat dans le monde moderne, notre constante réflexion, par goût personnel (à cause de la prime éducation au village) et par expérience des affaires publiques (à cause des nécessités circonstancielles et des responsabilités), est que l’histoire ne saurait se résoudre en une succession de péripéties fortuites, mais qu’elle est, assurément, l’expression même de la relation dialectique entre le présent et l’avenir, le passé restauré et assumé, les faits connus. C’est cela la liberté qui garantit et préserve les valeurs de paix sociale, d’espérance collective, les vertus de démocratie et de travail qui procurent la prospérité et le bonheur. Affaire de mémoire et de conscience, l’histoire est également une affaire d’historicité, c’est6à6dire de valeurs fondamentales qui sous6tendent toute action humaine remarquable. Dès lors, il nous plaît de féliciter l’équipe mise en place, pour ses compétences, en vue de la rédaction de ce premier ouvrage de synthèse sur l’ Histoire générale du Congo, des origines à nos jours . Ce travail patriotique de science et de culture, de connaissance et de pédagogie, trouvera nécessairement, et toujours, grand accueil auprès de tous les Congolais et de tous les amis du Congo de par le monde. C’est un des fermes souhaits à la Nation que nous formulons à l’occasion de la célébration du Cinquantenaire de l’Indépendance de la République du Congo.     
Denis Sassou"guesso  Président de la République du Congo
 
 
 
          PARTIE IX  LA COSTRUCTIO ECOOMIQUE DU COGO   
 
 CHAPITRE 1 er   LA GESTIO ÉCOOMIQUE DU COGO DE 1960 À 2010  par Hervé DIATA
 ITRODUCTIO  Après avoir utilisé le système des concessions comme mode de gestion économique du territoire du Moyen6Congo, l’administration coloniale opta, dans les premières années qui suivirent la fin de la Seconde Guerre mondiale, pour une gestion économique plus directe en recourant à la planification 1 . C’est ainsi que furent mis en œuvre, à partir de 1947, deux plans septennaux et un plan quinquennal financés par le fonds d’investissement économique et social (FIDES) auquel la métropole avait consacré une partie de l’aide Marshall en vue de développer les colonies. Le premier plan (194761953) visait la modernisation de l’axe fédéral de communication, l’électrification et l’adduction d’eau des principales villes, la construction d’aérodromes, des routes du Djoué et du Gabon, de la poste centrale à Brazzaville, des formations sanitaires, des infrastructures scolaires et urbaines. Le deuxième (195361959) visait le développement de l’économie rurale (agriculture, élevage, exploitation forestière),
                                          1  Lire, à ce propos, Abraham Constant Ndinga Mbo, 2010, « La gestion économique du Congo (1886190) », in Histoire générale du Congo,  vol. 2, pp. 1976223.
9 6 6
l’équipement des centres secondaires et l’extension des écoles de brousse. Le troisième plan (19586192) visait l’encadrement des fermes pépinières, l’extension du réseau routier et le développement de l’industrie du bois. Complétant les investissements publics réalisés dans l’entre6 deux guerres (ouverture des routes, construction des ports de Brazzaville et de Pointe6Noire, construction du CFCO), les réalisations ayant sanctionné la mise en oeuvre de ces trois plans firent qu’à l’indépendance, le Congo disposait d’une infrastructure économique et sociale de base parmi les plus avancées d’Afrique subsaharienne. . Un projet qui aurait pu faire du Congo le centre industriel de l’Afrique est la construction du barrage du Kouilou auquel se seraient greffées de nombreuses industries lourdes, notamment sidérurgiques. Ce projet n’a pu être réalisé à cause du « non » guinéen à la Communauté, car la matière première devrait provenir de ce pays. Il a été récupéré par le Cameroun qui l’a réalisé, en dimensions plus réduites, à Edéa. En 190, le PIB par habitant du Congo était de 511 dollars américains contre une moyenne de 330 pour l’ensemble des pays en développement. La structure de la production était la suivante : 23 % pour l’agriculture ; 17 % pour l’industrie (dont 10 % pour l’industrie manufacturière) ; 0 % pour les services. Les plans et programmes de développement ainsi que les politiques appliquées depuis l’accession du pays à l’indépendance ont6ils permis au Congo de réaliser des avancées significatives en matière de développement économique, social, culturel et humain ? Les lignes qui suivent sont consacrées à l’examen de cette question. Au cours des cinquante années écoulées, des efforts non négligeables ont certainement été déployés et une masse importante de ressources mobilisée. Cependant, la structure
10 6 6