//img.uscri.be/pth/a54fb85509dd72cec616d8053d1d9eab411afda1
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'Europe au temps des neuf ou la fin des illusions

De
132 pages
Ce livre raconte une page de l'histoire de l'Europe, qui commence avec l'entrée du Royaume-Uni, du Danemark et de l'Irlande dans la Communauté européenne et qui se termine avec les négociations pour l'adhésion de l'Espagne, du Portugal et de la Grèce. En passant de 6 à 9, l'ensemble économique cohérent qu'elle formait cède la place à un grand marché ouvert...
Voir plus Voir moins
L’EUROPE AU TEMPS DES NEUF
Questions Contemporaines Collection dirigée par B. Péquignot et D. Rolland Chômage, exclusion, globalisation… Jamais les « questions contemporaines » n’ont été aussi nombreuses et aussi complexes à appréhender. Le pari de la collection « Questions Contemporaines » est d’offrir un espace de réflexion et de débat à tous ceux, chercheurs, militants ou praticiens, qui osent penser autrement, exprimer des idées neuves et ouvrir de nouvelles pistes à la réflexion collective. Derniers ouvrages parus Marie Saiget,L’ONU face aux violences sexuelles de son personnel, 2012. Vanessa Fargnoli,Viol(s) comme arme de guerre,2012. Jean-Jacques LEDOS,Petite contribution à l’histoire de la radio, 2012. Jean-Jacques LEDOS,Petite contribution à l’histoire de la télévision, 2012. Julien DENIEUIL,Concentration éditoriale et bibliodiversité, 2011. Roland GUILLON,La Méditerranée à l’épreuve de la globalisation, 2012.Esther RESTALa société patriarcale face à la résistance des femmes, 2012.Esther RESTA,Du matriarcat au patriarcat, 2012.Saïd KOUTANI,Le devenir du métier d’ingénieur,2012. Bernard GOURMELEN,Handicap, projet et réinsertion. Analyse des processus identitaires pour les travailleurs handicapés, 2012. Eric SARTORI,Le socialisme d’Auguste, 2012. Jean-Christophe TORRES,Du narcissisme. Individualisme et amour de soi à l’ère postmoderne,2012.
Stéphane Scrive
L’EUROPE AU TEMPS DES NEUF OU LA FIN DES ILLUSIONS Essai
Du même auteur La deuxième bataille de Bouvine(Société des Ecrivains) Une année noire pour la Corse(Société des Ecrivains) La crise de la démocratie en Afrique(L’Harmattan) © L’Harmattan, 2012 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-96491-4 EAN : 9782296964914
Sommaire Prologue 9 I L’Europe de Six à Neuf 13 II La Commission dans tous ses Etats 21III L’Europe vue de la Représentation française 33 IV D’un Conseil, l’autre 47V Des partenaires adversaires et complices 59 VI La Communauté face à la crise 69VII « If any » 81VIII Une voiture européenne 93IX Des cosmétiques et de leur emploi 105X Une industrie européenne : mythe ou réalité 113 Epilogue 1237
Prologue  Demain, peut être, inch Allah, la Turquie sera dans l’Europe, une Europe dont on ne connaîtra plus les limites, une quelconque Europe aux frontières imprécises, à la culture métissée, un vaste conglomérat dont le seul ciment sera le grand marché libéral que les entreprises internationales apatrides appellent de leurs vœux.  Ce livre remonte le cours de l’histoire d’une trentaine d’années et se penche sur les traces de cette Europe des Six, celle que l’on appelait « l’Europe carolingienne », quand elle s’est trouvée aux prises avec les premiers problèmes de son ouverture aux pays nordiques, le Royaume-Uni, le Danemark, l’Irlande qui venaient d’y adhérer.  Pour ceux qui ont connu cette époque et surtout pour ceux qui s’étaient attachés à la construction de la première Communauté européenne, pour ceux qui avaient vécu ses premières années hachées de crises et de renouveau, l’élargissement a été une rupture parfois mal ressentie.  Ils se souvenaient que, au moment de sa naissance, en 1958, les Britanniques avaient refusé d’entrer dans une Europe continentale qui pourrait la couper de son avatar américain et que, pour la torpiller, ils avaient constitué l’Association européenne de libre échange, l’A.E.L.E., un organisme concurrent destiné à lui faire pièce à défaut de la remplacer.  Cette tentative s’était révélée une piètre entreprise qui avait rapidement débouché sur un échec. Au moment où
9
l’Europe des Six connaissait un grand essor, l’A.E.L.E. se morfondait et s’affaiblissait avant de disparaître.  Les Britanniques, des pragmatistes, comme ils ont la réputation de l’être, en avaient aussitôt tiré les conséquences et, dès 1963, le gouvernement de M. MacMillan avait demandé l’adhésion de son pays. Le non du général de Gaulle avait été ferme et définitif, du moins le croyait-il...  De fait, le général disparu, les Britanniques étaient revenus à la charge auprès de son ancien Premier ministre et successeur, M. Georges Pompidou qui, inspiré du même réalisme qui avait touché les citoyens d’Outre-Manche, décidait de leur laisser libre le passage. L’équipe européenne allait jouer à neuf.  A la lecture des pages qui suivront, on prendra conscience de l’importance du pas qui a été franchi et qui, presque immédiatement, a été considéré par la France mais aussi par ses partenaires qui avaient poussé à cet élargissement, comme un mauvais pas.  Tout est devenu plus difficile. La volonté délibérée du Royaume-Uni, faute de pouvoir modifier les règles du club auquel il avait demandé d’être admis, a été de freiner, autant que faire se peut, cette démarche d’intégration qui avait été entreprise quinze ans plus tôt. De politiques communes, il n’était plus question. L’Europe des producteurs, agriculteurs, industriels et artisans, cédait sa place à celle des marchands.  En définitive, l’entrée des trois pays dans la Communauté avait, certes, augmenté la dimension du marché commun. Elle n’avait, en aucun cas, renforcé
10