//img.uscri.be/pth/88b0ff2e9db317343ef3b44d9b77d777a4a1a38c
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 20,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

L'historien dans la cité

De
276 pages
L'historien est un citoyen au sein de la cité, comme d'autres. Mais il a un rôle plus spécifique : établir les faits et les rendre intelligibles en montrant comment ils s'articulent de manière rationnelle à des causes et des conséquences. Ce devoir est devenu indispensable de nos jours et c'est à cet objectif que tendent les textes rassemblés ici : éveiller la conscience des concitoyens, les inciter à lire le sens des évènements. L'histoire, loin d'être un réquisitoire, est davantage un guide pour l'action.
Voir plus Voir moins
droits et devoirs, au sein de la cité. Mais il a en plus un rôle spécifique à y jouer, méconnu de beaucoup : établir les faits, puis les expliquer en montrant leurs causes et en les reliant à leurs conséquences, de façon rationnelle, afin qu’ils deviennent intelligibles. Le devoir de l’historien est donc de rendre témoignage fidèlement de ce qui est ou de ce qui fut. Ce devoir est devenu aujourd’hui d’autant plus indispensable que les années que nous venons de vivre ont donné en quelque sorte un brutal congé à l’histoire, une
C’est exclusivement à cet objectif que tendent les textes ici rassemblés, conférences publiques au ton volontiers oratoire, n’ayant qu’un but, éveiller la conscience de nos concitoyens, en les incitant à lire le sens des événements. Car l’historien n’impose pas son jugement, il se contente de fournir la possibilité d’un véritable jugement sur la cité avec ses orientations et ses risques. Ainsi, l’histoire, loin d’être un réquisitoire, est davantage un guide pour
Etudes africaines
Série Histoire
Simon-Pierre E
L’historien dans la cité
L’historien dans la cité
Collection « Études africaines » dirigée par Denis Pryen et son équipe
Forte de plus de mille titres publiés à ce jour, la collection « Études africaines » fait peau neuve. Elle présentera toujours les essais généraux qui ont fait son succès, mais se déclinera désormais également par séries thématiques : droit, économie, politique, sociologie, etc.
Dernières parutions
GODEFROY (Christine),Éthique musulmane et développement. Territoire et pouvoir religieux au Sénégal, 2015. TAMBWA N. NKULU K., GHOANYS K., MWANACHILONGWE K., MPYANA K., BUKASA K.,Le développement du Katanga méridional, 2015. FODOUOP (Kengne) (dir.),Le Cameroun. Jardin sacré de la débrouillardise, 2015. DJILA KOUAYI KEMAJOU (Rose),Le droit pénal des affaires au Cameroun, 2015. ATTISSO (Fulbert Sassou),Le mal togolais. Quelle solution ?, 2015. PUÉPI (Bernard),Les gouvernances foncières et leur impact sur le processus de développement, 2015. OLOMBI (Jean-Claude),Guerre et paix : leçons de l’intervention de l’ONU en République Démocratique du Congo, 2015 MOSSOA (Lambert),Où va la Centrafrique? 2015 AMBOULOU (Hygin Didace),La déjudiciarisation et les procédures non contentieuses en Afrique, 2015.BOUOPDA (Pierre Kamé),L’indépendance du Cameroun, Gloire et naufrages politiques de l’UPC, 2015.YEKOKA (Jean Félix), KIDIBA (Samuel) et LEMBIKISSA (Augus) (dir.),Le mariage coutumier chez les Suundi du Congo-Brazzaville, 2015. VITA (Ndugumbo), SAVARD (Denis), FOURNIER (Jean-Pierre),Reconstruire l'éducation "après-guerre" en R.D. Congo, 2015.NGOULOURE NJOYA (Moïse),Les unions consensuelles chez les femmes africaines, 2015. DE YEIMBÉREIN (Bali),Quand l’Afrique réapparaîtra…, 2015.
Simon-Pierre Ekanza L’historien dans la cité
© L'HARMATTAN, 2015 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-07673-7 EAN : 9782343076737
 SOMMAIREAVANT-PROPOS 9 INTRODUCTION 13 PREMIÈRE PARTIE : COMBAT POUR LA LIBERTÉ ET LASOUVERAINETÉ17 Chapitre 1 : Résistance coloniale et lutte émancipatrice 21 Chapitre 2 :L’Afriqueindépendante  contrel’empriseéconomique étrangère 39 Chapitre 3 : Panafricanisme et prise de conscience nationale 65 DEUXIÈME PARTIE :L’AFRIQUEEN CRISE83 Chapitre 1 : Esquissed’unegéopolitique nouvelle del’Afrique 87 Chapitre 2 : Que peut-on dire de la genèse del’Etat et des services publics en Afrique del’Ouest? 107 Chapitre 3 :L’Etat-nation contre-modèle pour la construction nationale et le développement en Afrique 121 Chapitre 4 : Akan et Dyula, histoire ignorée de deux peuples e e  proches aux liens séculaires (XIV -XVIII siècles) 129 Chapitre 5 : La Côted’Ivoireà la recherche de son identité 143 Chapitre 6 : Les conditionsd’unepaix durable en Côted’ivoire 161 Chapitre 7 : La Côte-d’Ivoirede la post-crise  en quête de son unité. Quelle démarche adopter ? 175 7
TROISIÈME PARTIE : L’AFRIQUEET LES MUTATIONS SOCIO-POLITIQUES181 Chapitre 1 : Sciences historiques, sciences de développement 185 Chapitre 2 : Les alliances en Afrique del’Ouest et spécifiquement en Côted’Ivoire 201 Chapitre 3 : Citoyenneté et histoire 211 Chapitre 4 : Quelle école pour la nouvelle Côted’Ivoire? 223 Chapitre 5 : Del’Eglisemissionnaire à la communauté  chrétienne locale :l’Egliseva-t-elle continuer  de mépriser la culture africaine ? 239 POSTFACE 257 BIBLIOGRAPHIE SOMMAIRE 259
AVANT-PROPOS L’historien est un citoyen comme tant d’autres, vivant et ayant des droits et devoirs, au sein de la cité. Mais, en plus il a un rôle spécifique à y jouer, méconnu de beaucoup. Quelle est cette fonction qui lui revient en propre, et à laquelle il tient par-dessus tout ? Est-il tourné vers l’actualité, au même titre que le journaliste relatant au quotidien les événements de la cité ? Ou serait-il un amateur, curieux de la vie des hommes illustres du passé ? Le rôle de l’historien n’est ni l’un ni l’autre. De même, il n’a pas vocation à être un juge, conduit à prononcer une sentence, en condamnant ou en approuvant ce qui est juste ou mauvais dans les événements qu’il rapporte.Si le rôle de l’historien n’est pas d’être un chroniqueur, un conteur des hauts faits des hommes d’antan, et un juge de leurs actes et méfaits, qui peut-il donc être ? Sa prétention est plus modeste : donner une connaissance rigoureuse du passé; son rôle est d’établir les faits, puis de les expliquer en montrant leurs causes et en les reliant à leurs conséquences, de façon rationnelle, afin qu’ils deviennent intelligibles. À ce titre, juger ne semble pas faire partie de son rôle. Car, juger implique une prise de parti, incompatible avec l’exigence de scientificité. Cependant, l'historien reste un homme inscrit dans une époque, imprégné des préjugés de son milieu, conditionné par les influences et les valeurs de son temps dont il doit prendre conscience. L'idéal pourl’historienserait d'embrasser la totalité d'un sujet, en n'étant soi-même situé nulle part. C'est en ce sens que Fénelon affirme qu'un bon historien « n'est d'aucun temps ni d'aucun lieu ». Mais cela est-il possible ?L’historienparvenir à peut-il l’objectivitéens’empêchantjuger ? Au sens courant du mot, de l’objectivitésynonyme de neutralité complète. Il faudrait être est capable d'énoncer ce qui est, ou de rappeler ce qui fut, en faisant abstraction de tout point de vue non seulement partisan, mais même particulier. Elle réclame donc la suspension de tout parti pris, qu'il soit national, religieux ou politique. Ainsi,l’idéalse caractérise-t-il avant tout par d'objectivité l'attachement aux faits, par opposition aux reconstructions dues à la fantaisie ou aux idéologies partisanes. Auguste Comte, qui crée la e philosophie positive au milieu du XIX siècle, désigne parl’adjectif« positif » l'esprit soucieux de précision, d'exactitude et d'attachement
9