//img.uscri.be/pth/d8a1ea0d711cf590441fec83ea52e38c9b21475d
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB

sans DRM

L'Indo-Chine et son avenir économique

De
322 pages

Aperçu historique et développement politique du peuple annamite. — Coup d’œil ethnographique et traits distinctifs de la race. — La religion, le culte des ancêtres, la famille.

Pour bien comprendre l’état d’un pays, pour en suivre l’évolution et en connaître le sens, il est indispensable d’en étudier tout d’abord les divers éléments constitutifs.

La péninsule indo-chinoise, qui forme aujourd’hui un tout complet, est comme la synthèse de tous les peuples d’Extrême-Orient.

Fruit d’une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.


Voir plus Voir moins
À propos deCollection XIX
Collection XIX est liothèque nationaleéditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bib de France. Fruit d’une sélection réalisée au sein des prestigi eux fonds de la BnF, Collection XIXsiques et moins a pour ambition de faire découvrir des textes clas classiques de la littérature, mais aussi des livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou livres pour la jeunesse…
Édités dans la meilleure qualité possible, eu égard au caractère patrimonial de ces e fonds publiés au XIX , les ebooks deCollection XIX sont proposés dans le format ePub3 pour rendre ces ouvrages accessibles au plus grand nombre, sur tous les supports de lecture.
Albéric Neton
L'Indo-Chine et son avenir économique
PRÉFACE
Un grand progrès a certainement été réalisé dans no tre pays depuis l’époque où le prince de Bismarck, dans un de ses paradoxes restés fameux, définissait l’attitude coloniale de l’Angleterre, de l’Allemagne et de la France. « L’Angleterre, disait-il, a des colonies et des colons ; l’Allemagne a des colons, mais n’a pas de colonies (c’était en 1883) ; la France a des colonies, mais n’a pas de c olons. » Le mot eut d’autant plus de succès chez nous qu’il correspondait à la thèse favorite des adversaires de la Tunisie, des adversaires du Tonkin, aussi nombreux à cette époque qu’ils sont devenus rares aujourd’hui. Pourquoi, comment coloni ser quand il n’y a pas d’excédent de population qui alimente un courant régulier d’ém igration ? Cependant la France est devenue coloniale ; ses jeunes énergies trouvent en Afrique, en Asie, en Océanie l’emploi d’initiatives que rebutent les voies trop encombrées de la vieille Europe. Les officiers, les explorateurs ont montré la route . Et maintenant, c’est la jeunesse studieuse qui, à la parole de ses maîtres, comprend qu’il y a aux colonies non seulement de beaux coups à donner ou à recevoir, no n seulement des découvertes à faire, mais aussi de fructueuses entreprises à tent er. Du même coup est entrée, dans le domaine des idées universellement admises, une v érité timidement énoncée auparavant par quelques théoriciens audacieux : à s avoir que l’expansion au dehors, loin d’être une cause d’affaiblissement pour un pay s par le prélèvement qu’elle détermine sur l’effectif de sa population, vivifie les forces actives de la nation et augmente sa puissance politique. Mais qu’on nous entende bien. Il ne s’agit pas de d iriger vers les colonies des fruits secs, mais des jeunes gens, cultivateurs, ingénieur s, commerçants, industriels, armés pour la vie et spécialement préparés à l’existence coloniale. Déjà Lyon, Marseille, Bordeaux ont pris des initiatives hardies que le su ccès n’a pas tardé à couronner. Petit à petit, la pépinière des colons utiles se forme, s e complète, et répondra bientôt à tous les besoins. Nous n’aurons plus le lamentable spectacle de l’exo de vers les pays lointains, sous le nom d’émigrants, de malheureux qui n’ont pour to ut bagage que les désillusions d’essais malencontreux tentés sur le vieux continen t et les illusions qu’entretient leur ignorance des terres nouvelles où ils vont chercher fortune. Il est de toute nécessité que chacun sache à l’avance quelles sont les condit ions, souvent difficiles, du succès, et qu’il ait avant de partir la certitude de trouve r un emploi immédiat de son activité, de sa compétence spéciale et de ses capitaux. C’est ai nsi que s’opèrera la mise en valeur de nos colonies et principalement de l’Indo- Chine, la plus riche, la plus prospère, la plus puissante de toutes. N’est-elle p as déjà en pleine activité et ne fait-elle pas, chaque jour, preuve d’une incomparable én ergie ? L’ordre et la discipline, partout rétablis, ont ramené la confiance. Les indi gènes ont repris possession des terres que la piraterie avait fait abandonner. L’im pôt ancien a rendu au delà des prévisions les plus optimistes. Des taxes nouvelles ont été acceptées sans trop de peine et sont venues grossir les recettes du budget . Aux déficits d’autrefois ont succédé les excédents. Après avoir gagé les emprunt s qu’a autorisés le Parlement, ils ont permis de payer une part importante des dépense s militaires que la métropole avait conservées à sa charge ; d’emplir la caisse d e réserve, qui présente un respectable actif de 30 millions ; de subventionner enfin d’une façon très profitable à l’influence française des établissements ou des ent reprises qui sont en dehors du territoire indo-chinois. La colonisation s’est égal ement développée. En 1896, le
nombre des exploitations rurales européennes était de 323 avec une superficie de 80.861 hectares. A la fin de 1901, il était de 717 avec 357.481 hectares. Quant au commerce, dans la même période, il a augmenté de 14 8 pour 100, la part de la France passant de 30 à 100 millions pour les marchandises qu’elle envoie en Indo-Chine, de 10 à 39 millions pour les produits qu’elle en reçoi t.
* * *
Il est, en effet, peu de colonies qui aient bénéfic ié d’un aussi remarquable essor. Et le fait est d’autant plus surprenant que l’Indo-Chi ne est le dernier né — si je puis ainsi m’exprimer — de toute la famille. Voyez ses aînés, nulle part on n’y sent s’affirmer un organisme aussi robuste, une vitalité aussi puissan te. Et cependant nulle colonie n’eut à vaincre plus de résistances, plus de préjugés, pl us de parti-pris. L’histoire est toute récente de cette impopularité qui frappait le Tonkin, cette colonie lointaine que l’on disait malsaine, meurtrière, inf estée de pirates, pays de brousses et de forêts où jamais les Français n’oseraient s’étab lir. Puis, peu à peu, les préventions sont tombées ; on s’est risqué — timidement — à ven ir dans ces inquiétantes régions, on les a parcourues ; un jour, enfin, on s’y fixa. Et quand ceux qui y avaient pénétré les premiers furent revenus et qu’ils eurent montré toute la fausseté des légendes ou des préventions répandues sur l’Indo-Chine, un mouv ement de sympathie se manifesta dans l’opinion. La conquête morale était faite. Depuis la faveur du public n’a fait que s’accroître, et aujourd’hui, cette colonie , bafouée, décriée, est devenue comme un enfant gâté à qui on ne sait rien refuser. Elle a joui d’un véritable régime de faveur et il faut reconnaître qu’elle sut très util ement et très intelligemment le mettre à profit. Jusqu’en ces dernières années, l’absence ou l’imper fection des moyens de communication, la lenteur, l’incertitude, le prix é levé des transports, la difficulté de se procurer parfois la main-d’œuvre sur place, tout en fin, jusqu’à notre ignorance des mœurs et des coutumes d’un peuple que nous voulions coloniser, furent de très sérieux obstacles à une œuvre d’ensemble et paralys èrent les initiatives privées. Le mouvement industriel se dessinera de plus en plu s, à mesure que les richesses que l’Indo-Chine recèle en abondance sur toute l’ét endue de son territoire seront mieux connues et surtout mieux utilisées, et, qu’à côté des chemins de fer, la construction de routes nombreuses, l’extension des services de correspondances fluviales, l’organisation des lignes de cabotage ac hèveront de préparer le pays en vue d’une production de plus en plus intense. L’Indo-Chine est à une heure décisive de son histoi re. Son avenir économique se précise et s’affirme au loin. Encore quelques année s de tranquillité et de paix, de labeur et de patience, et elle aura pris, dans les relations mondiales, la situation qui lui revient sans conteste. Quel chemin franchi en moins de quinze ans !
* * *
En 1890, l’administration des Colonies — qui n’étai t, à cette époque, qu’un sous-secrétariat d’État insuffisamment émancipé de la tu telle d’un autre ministère — soumettait au gouvernement un projet d’ emprunt destiné à liquider le passif du Tonkin et à doter notre nouvelle colonie de l’outillage indispensable à sa
sécurité et à son développement. Ce mot d’emprunt s onnait mal, à cette époque, aux oreilles parlementaires. Après une consultation som maire de la Commission du budget, le ministre des finances substituait à la c ombinaison primitive un projet d’avances, au taux de 3 pour 100, à faire par le Tr ésor à la Colonie. Mais les Chambres ne voulaient pas plus d’avances que d’empr unt. Le Tonkin dut se contenter de quelques menus subsides et vivre d’expédients en attendant des jours meilleurs. Six ans plus tard, la loi du 10 février 1896 autorisait le protectorat de l’Annam-Tonkin à contracter, avec la garantie de l’État, un emprun t amortissable de 80 millions, dont 43 millions ont servi à liquider des engagements an térieurs et 37 millions à exécuter des travaux publics particulièrement urgents. Deux ans plus tard un pas nouveau était franchi. M. Doumer obtenait du Parlement l’autorisa tion d’emprunter 200 millions pour la construction de chemins de fer en Indo-Chine. La garantie métropolitaine n’intervenait que pour la ligne qui de Laokay pénèt re en territoire chinois. L’emprunt indo-chinois proprement dit n’était garanti que par la seule colonie. Lancées dans le public, par l’intermédiaire de la Banque de l’Indo-Chine et de quatre de nos principales banques d’émission, les obligations de 500 francs à 3 1/2 créées par le gouvernement général ont été, à deux reprises, accueillies avec faveur. Cinquante millions une première fois en 1898, soixante-dix millions une se conde fois en 1902 ont pu être consacrés à l’exécution du réseau ferré indo-chinoi s. Actuellement, la ligne de Haïphong à Hanoï est ouve rte à l’exploitation ; les travaux de la section Hanoï à Laokay sont en cours. La part ie de Hanoï à Viétri touche à son achèvement, le tronçon de Viétri à Laokay sera term iné dans deux ans. Avant la fin de l’année, Hanoï sera relié à Nam-Dinh et Vinh au Son g-Ma. Sur d’autres points les travaux de terrassements sont adjugés et entrepris ; mais il serait prématuré d’indiquer la date de leur achèvement. Ce que l’on peut affirm er, c’est que l’expérience devant laquelle reculaient, il y a treize ans, le gouverne ment et les Chambres, est faite aujourd’hui avec un plein succès en Indo-Chine. Le crédit colonial indo-chinois est créé ; il se soutient, malgré la dure épreuve que v ient de traverser le Tonkin, avec une remarquable fermeté. Nos colonies ont, en effet, besoin d’être dotées d’ un capital de premier établissement nécessaire à leur pleine mise en vale ur. Ce capital, ce ne sont pas les subventions de la métropole qui peuvent le fournir, ce ne sont pas non plus les revenus annuels des colonies. C’est au crédit publi c qu’il faut le demander. Ainsi ont procédé les colonies anglaises dont la de tte, comparée à celle de nos colonies, peut paraître formidable. Pour le Canada, elle s’élève à 346 millions 207.980 dollars, c’est-à-dire à 1 milliard 700 millions de francs. Le Cap a 27 millions 613.947 livres sterling d’emprunts non garantis, sans préju dice de 3 millions 483.878 livres d’emprunts garantis ; en tout, en chiffre rond, plu s de 750 millions de francs de dette coloniale. Natal a une dette de 225 millions contra ctée pour la construction de ses chemins de fer. En Australie, chacune des sept colo nies qui forment le Commonwealth a eu recours à l’emprunt pour des totaux qui varien t de 300 millions de francs (pour l’Australie Occidentale) à 1.625 millions (Nouvelle -Galles du Sud). D’année en année, ces dettes augmentent, à mesure que s’impose l’exéc ution de nouveaux travaux. Nul ne s’en étonne chez nos voisins ; personne ne s’en effraie. On sait que les travaux entrepris augmenteront les revenus de la colonie, e t cette plus-value, en laquelle le public a foi, constitue le meilleur gage, la plus s ûre garantie des emprunts coloniaux. Que manque-t-il à nos colonies pour inspirer la mêm e confiance ? Il leur manque surtout d’être connues. Et c’est pourquoi, on ne sa urait trop encourager les efforts d’hommes d’initiative qui, comme M. Albéric Neton, ont pris à cœur de dresser
l’inventaire méthodique des ressources qu’offre l’I ndo-Chine, et de répandre, par la plus large publicité, les résultats de leur enquête . Je souhaite que tous les bons Français, que tous ce ux qui ont le juste souci des vrais intérêts du pays lisent et méditent ce livre, fruit d’études consciencieuses et d’observations sagaces. Ils y trouveront, en même t emps qu’un enseignement utile pour le présent, des espérances réconfortantes pour l’avenir. Eug. ETIENNE.
Paris, le 10 Septembre 1903.
AVANT-PROPOS
On a déjà beaucoup écrit sur l’Indo-Chine et de for tes et substantielles études ont appris au grand public à mieux connaître et à mieux apprécier ce pays. Je crois les avoir à peu près toutes lues, et bien qu’elles aien t forcément traité les diverses matières qui font l’objet du présent livre, je n’hé site pas à publier celui-ci, persuadé que tout n’a pas encore été dit, qu’au contraire, b ien des points ont été laissés dans l’ombre, points qu’il est indispensable que l’on dé couvre, lacunes qu’il est nécessaire de combler sans retard. Soit que l’on ait fait l’éloge ou la critique, soit que l’on ait défendu ou attaqué — thèse, dithyrambe, réquisitoire — la préo ccupation personnelle perce dans tous les écrits précédents, et le lecteur impartial , celui qui veut, en dehors de tout parti-pris, se faire une opinion, ne peut se dégage r des formules où voudrait l’enfermer l’écrivain, ni s’affranchir de jugements qui parais sent vouloir lui être imposés. L’heure est venue où les faits doivent être exposés en toute impartialité, afin qu’ils puissent parler par eux-mêmes et provoquer le verdi ct que l’histoire prononcera un jour. Vingt ans d’efforts, de travail et de luttes ; vingt ans où l’on a dépensé, sans compter, l’énergie de la France, son intelligence e t son argent, constituent un témoignage que rien ne peut obscurcir ni troubler, et il devient puéril de songer même à l’essayer. C’est ce témoignage qu’il faut invoque r. Décriée systématiquement par les uns, louée avec excès par les autres, l’Indo-Chine se présente aujourd’hui avec toute la pureté d’une œuvre lentement dépouillée des scor ies, des souillures, des impuretés qui l’embarrassaient, en altéraient les contours ou en dissimulaient les formes. Il ne s’agit pas de rechercher la part plus ou moin s grande qui revient à chacun ; il ne s’agit pas davantage de proclamer, souvent aux d épens d’un autre, les résultats particuliers ou même ceux d’un instant. Il faut voi r plus haut et plus grand. Il faut surtout s’élever au-dessus des petites considératio ns, parfois étroites, toujours mesquines, d’intérêt personnel, et voir l’œuvre d’e nsemble, l’œuvre générale, la fresque grandiose qui embrasse toute une époque, où , artisans d’un même travail, les hommes d’hier comme ceux d’aujourd’hui se trouvent groupés, unis et confondus. Longtemps, la France n’a voulu voir dans l’Indo-Chi ne qu’une colonie militaire, sans le moindre avenir commercial ou industriel, une marche sur les frontières de Chine, un point de pénétration éventuelle dans cet Empire du milieu considéré, au contraire, comme un véritable Eden, dont toutes les puissances continentales viendraient un jour se disputer les richesses et se partager les lambea ux. C’était une double erreur. D’abord, la Chine est loin d’être ce pays merveille ux que quelques-uns se sont plu à décrire, et rien ne paraît plus problématique que l es espérances que l’on avait un instant fondées sur elle. Au surplus, elle traverse aujourd’hui une telle crise qu’il devient impossible de pronostiquer quoi que ce soit et encore moins de prévoir, sauf le cas de décomposition ruinant alors tout le profit e scompté, si cette opération toujours un peu rude, qui s’appelle en histoire un partage, donnerait les résultats qu’on en attend. La seconde erreur est plus capitale encore. Considérer l’Indo-Chine comme une colonie militaire, c’est méconnaître, en même t emps que tous les sacrifices qui ont été faits dans ces vingt dernières années, la s ituation même du pays, la mentalité de la race, la valeur du sol, sa position géographi que, comme aussi son passé, son origine, son histoire. Nulle autre colonie que l’Indo-Chine n’est, au cont raire, appelée à un plus grand développement commercial et industriel, nulle n’a d evant elle un avenir économique
plus brillant. Tant que l’instabilité, l’insécurité désolaient la plupart des provinces, que les relations étaient loin d’être assurées, que, d’ un bout de l’empire à l’autre, l’hostilité ou la méfiance paralysait tout système d’échange, l es détracteurs avaient beau jeu ; il était, en effet, à peu près impossible de songer à tirer un parti quelconque des divers éléments utilisables. Mais aujourd’hui rien ne s’op pose plus à l’exploitation sur place des matières premières que l’on trouve répandues, e n abondance, sur presque toute la surface du Tonkin et de l’Annam. Ce n’est, certe s, pas la main-d’œuvre qui manque, elle est, au contraire, considérable, parfois habil e et toujours à bon marché ; ce ne sont pas davantage les moyens de communication, car bien que le réseau de chemins de fer soit à peine entamé, on supplée facilement à son insuffisance par la voie de mer, par les routes qui sillonnent tout le pays et aussi par les canaux. La jonque ou le sampan, bien qu’encore primitifs comme procédés, re ndent cependant d’inappréciables services et ont surtout l’avantage d’être appropriés aux besoins mêmes du pays. Non, ce qui a manqué jusqu’ici à l’Indo-Chine, ce q ui lui manque encore aujourd’hui malgré les incontestables progrès réalisés, ce qu’i l est indispensable qu’elle possède pour jouer le rôle que sa position sur le globe lui assigne, c’est-à-dire pour devenir la rivale favorisée de l’Inde, ce sont les colons et s urtout les capitaux. Trop rares encore sont ceux de nos compatriotes qui sont venus s’y in staller, apportant, avec leur connaissance des affaires, leur activité, leur inte lligence et leur argent. Et rien n’est plus attristant que la lente évolution des industri els et des capitalistes français, lorsqu’on a pu se rendre compte, comme nous venons de le faire, de ce que peut donner un pays qui produit, presque à foison, pourr ait-on dire, le charbon, la soie, le coton, le sucre, le caoutchouc, l’indigo ; où l’on trouve d’abondantes mines, de riches gisements, de puissantes carrières ; où d’immenses forêts peuvent fournir les essences les plus variées ; où la nature, semble-t- il, a voulu largement doter les hommes et les combler de bienfaits comme pour leur rendre plus amer le regret de leur impuissance et l’aveu de leur abandon. Livré à ses propres ressources, l’indigène — dont j e dirai plus loin les étonnantes aptitudes — ne peut faire grand chose et c’est mira cle qu’il ait même pu résister si longtemps. Le jour où vous lui aurez donné les inst ruments qui lui manquent, et où vous l’aurez initié aux procédés modernes de fabric ation et d’outillage, avec le don prodigieux d’assimilation qu’il possède, avec ses a dmirables qualités d’endurance, de patience et de ténacité, on peut, sans exagérer, pr édire qu’il se produira, en très peu d’années, dans le domaine économique une transforma tion complète. Il faut savoir ce qu’était l’Indo-Chine lorsque nou s y avons pénétré la première fois, il faut avoir vu ce qu’elle est devenue en moins de vi ngt ans, malgré d’incessantes fluctuations, malgré les erreurs, les faux départs, les contradictions, le manque absolu de méthode et d’esprit de suite de notre politique coloniale, pour comprendre et aimer ce pays. C’est l’histoire attachante du passé, c’es t l’étude raisonnée du présent, ce sont les nécessaires probabilités d’avenir que nous voudrions fixer, établir et indiquer, sine ira, en toute impartialité, sans aucun souci des person nes, sans autre considération que de faire œuvre d’historien, et de rendre à l’Indo-Chine la part qu’elle doit occuper dans les préoccupations comme dans les espérances légitimes du pays. L’Indo-Chine, c’est la moisson qui se lève, c’est l a France retrouvant au loin son génie, sa beauté et son art ; c’est la consécration glorie use d’une lente obstination ; c’est la réalisation certaine d’un rêve longtemps caressé ; c’est enfin, à l’aurore d’un siècle nouveau, l’oubli de douloureux sacrifices qui attri stèrent la fin d’une époque déjà lointaine, mais toujours vivace par ses souvenirs.
Nombreux sont ceux qui sont tombés sur la route, no mbreux sont ceux qui, ayant été courageusement à la peine, ne seront pas à l’ho nneur. Français des siècles futurs, lorsque vous promènerez votre regard sur ces région s immenses où la patrie se sera comme renouvelée et vivifiée, pensez à ces hardis p ionniers ; dites-vous qu’ils ont acheté bien cher la gloire dont vous jouirez ! Pleu rez-les, mais ne les plaignez pas ! Ils ont donné leur vie sans compter, mais ils sont mort s heureux, parce qu’ils savaient qu’un jour, sur ces terres, arrosées de leur sang, fleurirait une seconde France aussi belle, aussi riche que celle pour laquelle ils se s acrifiaient !
Hanoï, 3 avril 1903.