//img.uscri.be/pth/ce887724059bb9169c97dd124e3c89a52b15f6b8
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB - MOBI

sans DRM

La Nouvelle-France - Tome I

De
399 pages

En l’année mil cinq cent trente-trois, Jacques Cartier, pilote malouin, désirant perpétuer son nom par quelque action signalée, fit savoir à Messire Philippe Chabot, amiral de France, la bonne volonté qu’il avait de découvrir des terres, ainsi que les Espagnols avaient fait aux Indes occidentales, et aussi neuf ans auparavant Jean Verazzano, lequel n’avait créé aucune colonie, mais avait seulement reconnu la côte depuis la Floride jusqu’à Terre-Neuve.

Fruit d’une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.


Voir plus Voir moins
À propos deCollection XIX
Collection XIX est liothèque nationaleéditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bib de France. Fruit d’une sélection réalisée au sein des prestigi eux fonds de la BnF, Collection XIXsiques et moins a pour ambition de faire découvrir des textes clas classiques de la littérature, mais aussi des livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou livres pour la jeunesse…
Édités dans la meilleure qualité possible, eu égard au caractère patrimonial de ces e fonds publiés au XIX , les ebooks deCollection XIX sont proposés dans le format ePub3 pour rendre ces ouvrages accessibles au plus grand nombre, sur tous les supports de lecture.
Eugène Guénin
La Nouvelle-France
Tome I
AMONSIEUR RAVAISSON-MOLLIEN
MEMBRE DE L’ACADÉMIEDES SCIENCES MORALES ET POLITIQUESET DE L’ACADÉMIE DES INSCRIPTIONS ET BELLES-LETTRES,GRAND-OFFICIER DE LA LÉGION D’HONNEUR
Cet ouvrage est dédié en témoignagede profond respect.
Gloria victis. La France possédait autrefois, dans l’Amérique sept entrionale, un vaste empire qui s’étendait depuis le Labrador jusqu’aux Florides, e t des rivages de l’Atlantique aux lacs les plus reculés du Haut-Canada. Aujourd’hui, deux îlots, Saint-Pierre et Miquelon, aux abords de Terre-Neuve, nous restent, seuls débris de cet immense domaine ; une autre race a colonisé le Nouveau-Monde et pris possession des territoires qui sépare nt les océans, étouffant, détruisant à son contact toutes les populations indiennes, ess ayant de traiter de même les malheureux Français restés aux bords du Saint-Laure nt. Proscriptions, transportations, pillages, dépossession, corruption, tous les moyens ont été employés pour atteindre le but et faire du Canada une nouvelle Irlande ; ils o nt échoué devant la résistance insurmontable des Canadiens français. C’est l’histoire de cette colonisation et de ces lu ttes, trop ignorées, que nous allons retracer, avec une admiration passionnée pour les h éros qu’elles enfantèrent et pour le peuple dont les plus dures épreuves n’ont entamé ni la foi ni l’amour du vieux pays. De cette constante affection pour la France nous av ons trouvé, pendant que nous réunissions les matériaux de cet ouvrage, une preuv e bien touchante. Le premier volume d’une Histoire du Canada, de Garneau, parven u entre nos mains par le hasard des ventes, était accompagné de l’envoi dont nous reproduisons le texte :
« A Monsieur V..., député.
Mon cher ami, cette première édition de l’Histoire du Canada a été achetée par mon père en 1845. A cette époque nous nous doutions de ce qu’avaient été les nôtres ; nous savions qu’il avait passé au-dessus du berceau de nos anciens des émanations de poudre, des cris de guerre, des cliquetis d’épée s et de tomahawks, des hourras de victoire. On se racontait ces choses dans les famil les, tout en causant de la France qui ne revenait pas. Nous possédions les grandes lignes de notre passé, mais nous ne connaissions pas encore les héroïques détails de no tre épopée nationale. Garneau nous les a révélés. Mon père, un vieux de la Nouvelle-France, m’a souve nt pris sur ses genoux pour me raconter et pour commenter ce que ses pères avaient fait chez nous, chez vous, en Amérique, au nom de la vieille France. Enfant, j’ai souvent feuilleté ces chers volumes. Ils sont rarissimes aujourd’hui ; de plus ils sont relique de famille. Je vous les donne, ces livres, puisque vous aimez n otre pays, cette Alsace, cette Lorraine perdue pour vous, — mais non pour les vôtr es — depuis 1763. Vous les lirez au coin du feu, en songeant à notre glorieux passé, en disant à nos frères d’outre-mer d’aider à notre avenir qui ne le sera pas moins. Mon père est mort en priant pour la France. Si son cœur était venu en contact avec ce cœur chaud et patriotique que je vous connais, i l se serait fait un plaisir de vous offrir lui-même cette Histoire du Canada. Il est mort : je le remplace, et je ne fais en ce m oment qu’obéir à sa voix. Sur son lit d’agonie je l’ai souvent entendu répéter ces mots a uxquels je m’unis avec vous de toute mon âme : Puisse Dieu protéger la France ! Faucher de Saint-Maurice.
e Québec, ce 15 septembre 1883, 124 anniversaire de la bataille des plaines
d’Abraham. »
Le Canadien qui a écrit ces lignes nous pardonnera de les publier ; elles toucheront jusqu’au fond de l’âme tous ceux qui ont le culte d e la Patrie. E. GUÉNIN.
I
Premier voyage de Jacques Cartier à la Nouvelle-France
En l’année mil cinq cent trente-trois, Jacques Cart ier, pilote malouin, désirant perpétuer son nom par quelque action signalée, fit savoir à Messire Philippe Chabot, amiral de France, la bonne volonté qu’il avait de d écouvrir des terres, ainsi que les Espagnols avaient fait aux Indes occidentales, et a ussi neuf ans auparavant Jean Verazzano, lequel n’avait créé aucune colonie, mais avait seulement reconnu la côte depuis la Floride jusqu’à Terre-Neuve. er L’amiral en fit part au roi François I , qui confia audit Cartier deux vaisseaux de chacun soixante tonneaux et soixante et un hommes d ’équipage pour l’exécution de ce qu’il avait proposé. Parti du port de Saint-Malo le 20 avril 1534, Carti er arrivait le 10 mai en vue de Terre-Neuve et remontant au Nord, où il trouvait le long des côtes une grande quantité de glaces flottantes, il parvenait à une île d’une lieue de circuit couverte d’une véritable nuée d’oiseaux de mer. « Nos barques, dit-il dans sa relation, ne laissère nt d’y aller pour avoir des oiseaux, desquels il y a si grand nombre que c’est chose inc royable à qui ne le voit, car quoique cette île en soit si pleine qu’il semble qu ’ils y soient comme semés, néanmoins il y en a cent fois plus autour d’elle et en l’air : desquels les uns sont grands comme pies, noirs et blancs, ayant le bec de corbeau. Ils sont toujours en mer, et ne peuvent voler haut d’autant que leurs ailes s ont petites, pas plus grandes que la moitié de la main, avec lesquelles toutefois ils vo lent aussi vite à fleur d’eau que les autres en l’air. Nos barques s’en chargèrent en moi ns d’une demi-heure comme l’on aurait pu faire de cailloux, de sorte qu’en chaque navire nous en fîmes saler quatre ou cinq tonneaux, sans ceux que nous mangeâmes frais. « Bien que cette île soit distante de quatorze lieu es de la Grande Terre, néanmoins les ours y viennent à la nage pour y manger des ois eaux, et les nôtres y en trouvèrent un grand comme une vache, blanc comme un cygne, leq uel sauta en mer devant eux ; et le lendemain, voyageant vers la terre, nous le t rouvâmes à moitié chemin nageant vers icelle aussi vite que nous allions à la voile ; mais l’ayant aperçu nous lui donnâmes la chasse par le moyen de nos barques et l e primes par force. Sa chair était aussi bonne et délicate il manger que celle d ’un veau. » Après avoir suivi la côte de Terre-Neuve, Cartier s ’engage dans le détroit de Belle-Isle et va reconnaître la terre du Labrador, déjà fréquentée parles pêcheurs basques et bretons venant aux bancs faire la pêche de la morue . L’aspect désolé de cette contrée devait frapper le navigateur qui la dépeint sous le jour le plus triste : « Si la terre correspondait à la bonté des ports, ce serait un gr and bien ; mais on ne la doit point appeler terre, et plutôt cailloux et rochers sauvag es et lieux propres aux bêtes farouches, car il n’y a autre chose que mousse, pet ites épines et buissons, çà et là séchés et demi-morts. En somme je pense que-cette t erre est celle que Dieu donna à Caïn. On y voit des hommes de belle taille et grand eur, mais indomptés et sauvages. Ils portent les cheveux liés au sommet de la tête e t étreints comme une poignée de foin, y mettant au travers un petit bois ou autre c hose au lieu de clou, et quelques plumes d’oiseaux. Ils vont vêtus de peaux d’animaux et se peignent avec certaines couleurs rouges. » Contournant par le nord l’île de Terre-Neuve et des cendant le long de la côte Ouest,
le pilote malouin arrivait le 25 juin au cap Saint- Jean ; mais le brouillard était si épais qu’il ne put approcher de terre. Le lendemain, le v ent commençant à souffler du nord-ouest, il tira vers le Sud-Est et approcha de trois îles aux bords élevés et droits comme des murailles : « elles étaient plus remplies d’ois eaux que ne serait un pré d’herbes, et en la plus grande il y en avait un monde de ceux qu e les marins appellent margaux, qui sont blancs et plus grands qu’oysons. » A cinq lieues à l’Ouest apparaissait une autre île, celle de Brion, de deux lieues de longueur et autant de largeur. Les équipages y pass èrent la nuit pour y faire provision d’eau et de bois. Ils la trouvèrent « pleine de gra nds arbres, de prairies, de campagnes couvertes de froment sauvage et de pois fleuris aus si épais et aussi beaux qu’en Bretagne. L’on y voyait aussi grande quantité de ra isins, de fraises, roses, persil et d’autres herbes de bonne et forte odeur. Aux abords du rivage il y avait de grandes bêtes, grosses comme bœufs, avec deux dents en la b ouche comme les éléphants, et vivant dans la mer. » Ce sont des morses dont parle ainsi le narrateur. L es matelots essayèrent vainement d’en capturer un endormi sur le sable ; r éveillé à leur approche, il put s’enfuir et gagner le large. Se dirigeant toujours à l’Ouest, l’expédition abord e le continent et arrive à une vaste baie où elle trouve « un pays plus chaud que n’est l’Espagne, et le plus beau qu’il est possible de voir, tout égal et uni, couvert d’arbre s, de froment sauvage et de fleurs. » Parvenu, en remontant la côte, à la baie de Gaspé, Cartier y rencontrait une multitude de sauvages qui se livraient à la pèche : « Ils étaient environ quarante barques et tant en hommes, femmes qu’enfants plus d e deux cents, lesquels après qu’ils eurent quelque peu conversé avec nous venaie nt privément au bord de nos navires avec leurs barques. Nous leur donnions des couteaux, chapelets de verre, peignes et autres choses de peu de valeur dont ils se réjouissaient infiniment, levant les mains au ciel, chantant et dansant dans leurs b arques. Ceux-ci peuvent être vraiment appelés sauvages, d’autant qu’il ne se peu t trouver gens plus pauvres au monde, et tous ensemble n’eussent pu avoir la valeu r de cinq sols excepté leurs barques et rets. Ils n’ont qu’une petite peau pour tout vêtement, et portent la tète entièrement rase, hormis un floquet de cheveux qu’i ls laissent croître long comme une queue de cheval. Ils n’ont d’autre demeure que dess ous ces barques, qu’ils renversent et sous lesquelles ils s’étendent sur la terre sans couverture. Ils ne mangent aucune chose qui soit salée, sont grands la rrons et dérobent tout ce qu’ils peuvent. » Pour prendre possession du sol qu’il avait découver t, Cartier fit planter sur le rivage une croix haute de trente pieds sur laquelle était fixé un écusson relevé avec trois fleurs de lys, et dessus était écrit en grosses let tres entaillées dans du bois : « Vive le Roy de France ! » Mais à peine les équipages étaien t-ils revenus à leurs bâtiments qu’un canot s’en approcha : il portait le chef des sauvages, accompagné de ses trois fils. Montrant du doigt les terres des alentours, i l semblait vouloir faire comprendre à ces étrangers que tout le pays lui appartenait et q ue la croix n’aurait pas dû y être élevée sans sa permission. Quelques présents le cal mèrent et il laissa même à Cartier deux de ses fils qui furent emmenés en France. A leur départ de la baie de Gaspé, les Français rec onnurent le bras méridional du Saint-Laurent, dont l’immense embouchure de trente lieues de largeur leur apparut comme un golfe profond ; ils côtoyèrent la grande î le d’Anticosti et revinrent à la terre du Labrador. Là, les vents d’est commençant à deven ir violents et la saison des tempêtes approchant, Jacques Cartier, sur l’avis de s capitaines, mariniers, maîtres et
compagnons qu’il avait réunis en conseil, résolut d e retourner en France. Après avoir contourné par le nord l’île de Terre-Ne uve, les navires s’engagèrent sur l’Océan et arrivèrent heureusement le cinquième jou r de septembre au port de Saint-Malo d’où ils étaient partis pour leur aventureuse entreprise. Dans ce premier voyage, Cartier avait reconnu les c ôtes Est et Ouest de Terre-Neuve, celles du Labrador, et le golfe Saint-Lauren t. Il ignorait encore si un passage existait entre Terre-Neuve et le continent au sud d e la Baie des Chaleurs.
II
Seconde navigation de Jacques Cartier à la découverte des terres occidentales
Les heureux résultats de la navigation qu’il avait accomplie valurent à l’entreprenant Malouin de puissants protecteurs, qui comprenaient combien il importait à la France de ne pas laisser l’Espagne créer seule des établis sements dans le Nouveau-Monde. L’un d’eux, le vice-amiral de la Meilleraie, obtint pour Cartier trois navires, avec charge de les conduire, équipés et avictuaillés pour quinz e mois, au parachèvement de la découverte des terres qu’il avait commencé à reconn aître. Le 19 mai 1535, la petite flottille appareillait. E lle comprenait : La Grande-Hermine, bâtiment de cent à cent vingt to nneaux, sur lequel étaient embarqués Jacques Cartier, capitaine général ; Thom as Froment, maître ; Claude de Pontbriand, Charles de la Pommeraye et d’autres gen tilshommes, que le goût des voyages avait déterminés à partager les risques de l’expédition ; La Petite-Hermine, de soixante tonneaux, capitaine, Macé Jalobert ; maître, Guillaume le Marié ; L’Émerillon, de quarante tonneaux, capitaine, Guill aume le Breton ; maître, Jacques Mingart. Ces intrépides aventuriers sont les premiers Europé ens qui aient hiverné dans la vallée du Saint-Laurent. Bientôt séparés par les tempêtes, les trois navires se retrouvaient le 26 juillet au havre de Blanc-Sablon, sur la côte du Labrador, et s’engageaient entre l’île d’Anticosti et la côte du Nord ; mais le 10 août les vents contraires les forçaient à chercher un abri dans une baie à laquelle Cartier, en l’honneur du s aint dont on célébrait la fête à cette date, donna le nom de Saint-Laurent, qui depuis s’e st étendu à tout le golfe et au fleuve qui y déverse ses eaux. Quand les vaisseaux eurent doublé l’île d’Anticosti , les deux sauvages conduits en France l’année précédente et ramenés par Cartier re connurent le pays qu’ils appelaient Saguenay ; ils affirmèrent en même temps que l’on se trouvait à l’embouchure d’une grande rivière, « laquelle allai t toujours se rétrécissant et si loin que jamais homme n’avait été au bout. » er Le 1 septembre, les équipages s’arrêtaient au port de T adoussac, à l’entrée de la rivière de Saguenay, où quatre barques venues du pa ys de Canada, en amont du fleuve, faisaient la pêche des loups marins. Les jo urs suivants ils remontaient le Saint-Laurent, « trouvant la marée fort courante et dange reuse » par suite des nombreuses roches sur lesquelles un des navires faillit se per dre. Enfin, le 7 septembre, ils arrivaient à Canada, amas de cabanes, dont le nom a été appliqué depuis à la totalité de la contrée. Les deux sauvages qui accompagnaient l’expédition s ervirent d’interprètes auprès des naturels du pays qui avaient d’abord pris la fu ite et qui ne s’approchèrent qu’après les avoir reconnus. « Ils commencèrent alors à fair e grande chère, dansant et faisant plusieurs cérémonies, et vinrent aux navires apport ant force anguilles et autres poissons avec deux ou trois charges de mil, qui est le pain duquel ils vivaient en ladite terre, et plusieurs gros melons. Le capitaine les f estoya de son mieux et leur donna de petits présents desquels ils se contentèrent fort. » Le lendemain, le chef du pays, le seigneur de Canad a comme l’appelle Cartier, vint