//img.uscri.be/pth/94668da03b13c367352f63f724046158c9136a0b
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 18,00 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Le National-Socialisme : Vocabulaire et Chronologie

De
304 pages
Des centaines d'expressions employées par les nazis sont clairement définies dans cet ouvrage très complet de Thierry Feral, qui en présente en outre une chronologie détaillée des événements de 1918 à 1945. Ce précieux travail est augmenté d'un recueil de cartes et de schémas.
Voir plus Voir moins

LE NATIONAL-SOCIALISME VOCABULAIRE ET CHRONOLOGIE

rt;;L'Harmattan,

1998

ISBN: 2-7384-6578-1

THIERRY FERAL

LE NATIONAL-SOCIALISME VOCABULAIRE ET CHRONOLOGIE

Cartes et schémas: Arlette MAQUET Préface: M. le professeur Alan SCHOM

L'Harmattan 5-7, rue de l'École Polytechnique 75005 Paris - FRANCE

L'Harmattan Inc. 55, rue Saint~Jacques Montréal (Qc) - CANADA H2Y IK9

~

PRÉFACE

«Ahnenerbe-héritage des ancêtres,' institut d'investigation ethno-historique de la 55 installé à Berlin-Dahlem... chargé des "recherches scientifiques" concernant la "race aryenne" et à partir de janvier 1939 des expérimentations humaines dans les

camps de concentration. »
Ceci n'est qu'un exemple pour les centaines d'expressions employées par les nazis et si clairement définies dans cet ouvrage très complet de Thierry Feral, qui présente en outre une chronologie détaillée des événements de 1918 à 1945. Ce précieux travail est augmenté d'un recueil de cartes et de schémas très utiles, dû à l'historienne Arlette Maquet. Qu'il soit spécialiste, étudiant, ou qu'il appartienne simplement au grand public, que pourrait souhaiter de plus le lecteur qui se sent concerné par les faits qui ponctuent l'extraordinaire phénomène connu sous le nom d'époque nazie? Thierry Feral nous a rendu le très grand service de produire un livre de référence de premier ordre, indispensable dans toute bibliothèque individuelle, sans parler des bibliothèques universitaires et publiques. L'ampleur du champ d'investigation et l'immense érudition sont le reflet de nombreuses années d'implication dans la recherche. L'auteur mérite notre gratitude.
Pro Alan 5CHOM, PhD, historien et écrivain, Fellow of the Hoover Institution.

5

A V ANT -PROPOS

"Les grandes idéologies ont produit du langage; elles entrent dans les consciences par le moyen du langage... Elles n'ont jamais dédaigné les contraintes et la violence pour s'imposer, mais elles s'insinuent; elles persuadent. Les hommes (...) tuent et meurent pour elles, même quand ces représentations n'expriment directement ni leurs besoins, ni leurs aspirations, ni leur classe". Henri Lefèvre, Le langage et la Société, Gallimard, 1966, p.93.

Plus que tout autre, le matériau rhétorique du Nationalsocialisme a frappé de plein fouet l'Allemagne, la transformant de 1933 à 1945 en épicentre d'un vaste phénomène mystique collectif. Une langue véritablement nouvelle est née avec ses expressions, ses tournures, ses formules imposées en des milliers de répétitions grâce aux moyens techniques de propagande les plus élaborés. Acceptée mécaniquement, source d'émotions instinctives oscillant entre la ferveur et l'angoisse\ la "novlangue" imposée par le Troisième Reich a largement contribué à transformer l'écrasante majorité des Allemands en moutons acéphales d'un troupeau docile et malléable2.
1. Il s'agit là d'un trait caractéristique de tout mouvement mystique ainsi que l'avait fait ressortir en son temps D.Guérin dans La peste brune et Fascisme et grand capital, chap. "Mystique d'abord", pp.62-73. Les deux ouvrages in FM-Petite collection Maspéro, 1971. Cf. aussi B.Brecht, Grand'peur et misère du Troisième Reich, L'Arche. 2. Ce que confirment de nombreux témoignages. Par exemple; Les interviews réunies par W.Kempowski, Haben Sie Hitler gesehen ?, Reihe Hanser n0113, ou l'autobiographie de H. Kruger, Das zerbrochene Haus, D'IV n010665. Voir aussi I.P.Stern, Hitler-Der Führerunddas Volk, D1V nO]629, pp.l77 sq.

7

C'est le grand mérite du philologue Victor Klemperer d'avoir dès 1946 fait paraître un premier bilan de cette "langue du fanatisme de masse", pétrificatrice de la conscience d'un peuple. Publié à l'origine par les éditions Melzer de Darmstadt, puis régulièrement réédité en poche chez DTV (n° 575), LTI-Die unbewiiltigte Sprache (Lingua Tertii Imperii - La langue non surmontée), désormais disponible en traduction française chez Albin Michel, s'appuie sur le vécu personnel de V. Klemperer du Troisième Reich en tant qu'intellectuel juif qui ne dut d'échapper à la "solution finale" qu'à la fidélité de son épouse "aryenne". 1957 vit paraître chez Claasen, sous la direction du politologue Dolf Sternberger, professeur à Heidelberg et futur Président du PEN-club de RFA, une analyse sociolinguistique du système hitlérien, Aus dem Worterbuch des Unmenschen (Extraits du Dictionnaire de l'Inhumain). Essentiellement centré sur la manipulation des masses, ce travail collectif reprenait une série d'articles initialement publiés entre 1945 et 1949 par la revue Die Wandlung fondée à Heidelberg à l'initiative de Karl Jaspers. En 1958, partant de son expérience tragique de la déportation, le Pragois H.G. Adler,qui connut les camps d'août 1941 à avril 1945 et s'est rendu célèbre pour ses travaux sur l'antisémitisme nazi, annexait à son étude documentaire sur Theresienstadt, Die verheimlichte Wahrheit (La vérité dissimulée, Tübingen), un glossaire des euphémismes censés masquer la réalité de la Shoah. Mais ce n'est qu'à partir de 1960 que la recherche se mobilisa véritablement. Le coup d'envoi semble avoir été donné par l'écrivain ouest-berlinois Wolfdietrich Schnurre, alors âgé de 40 ans; Man soilte dagegen sein (Il convenait de s'y opposer) parut précisément cette année-là chez l'éditeur Walter. Revenant sur la situation catastrophique de la littérature allemande au lendemain de la défaite et sur les efforts du Groupe 473 pour lui
3. Dont on sait maintenant que la plupart des membres fondateurs avaient eu une activité littéraire sous le troisième Reich.Cf. M.S. Rollin, Allemagne d'aujourd'hui, 130-1994, pp. 112-132 et 138-1996, pp.138-141. 8

redonner vie, Schnurre statuait (p.9) ; "Nous ne pouvions même plus utiliser notre langue. Les années de nazisme et la propagande de guerre l'avaient souillée. Il était indispensable de commencer en une pénible opération par redonner à chaque mot son sens originel en brisant la croûte sédimentaire qui l'emprisonnait... "Et tandis qu'en 1961, dans un recueil de récits,pièces radiophoniques et essais (Erziihlungen, Horspiele, Aufsiitze, Kiepenheuer & Witsch), Heinrich Boll,en un texte fameux ("Worte konnen toten") lançait une polémique sur le pouvoir mortifère du Verbe qui, manipulé par le démagogue, est assimilable à une mitrailleuse crachant ses projectiles, paraissait à Halle-RDA un essai de E.Seidel et J.Seidel-Slotty sur la mutation du langage sous le troisième Reich (Sprachwandel im Dritten Reich) : comment la société allemande fut insidieusement intoxiquée par les immondices terminologiques et conceptuels de cette incroyable entreprise de déréalisation et dérationalisation, de mystification et réification que fut le National-socialisme. En 1962, alors que le Dictionnaire de D.Sternberger, G.Storz et W.E.Süskind connaissait les faveurs du livre de poche, Cornelia Berning proposait dans la revue Zeitschrift für deutsche Wortführung (nOI8, pp.73 sq.) un article intitulé "Die Sprache des Nationalsozialismus" (La langue du National-socialisme), première mouture d'une réflexion qui deux ans plus tard aboutira au volume réputé, plus spécialement consacré au racisme et à l'eugénisme: Vom Abstammungsnachweis zum Zuchtwart (Du certificat de pureté raciale au consultant racial, Berlin 1964). L'année 1965 fut l'occasion pour H. Drube d'étudier dans le numéro 75 de la revue Muttersprache en quoi la langue allemande serait susceptible, de par son essence même,de prédisposer toute une nation au vertige totalitaire ("Wie anfallig macht die 'deutsche Sprache für die Diktatur?"). A quoi H. Weinrich allait répliquer dans sa Linguistik der Lüge (Linguistique du mensonge, Heidelberg 1966) que ce ne sont pas" les mots en tant que tels qui mentent, trompent,

9

séduisent...", mais la manière dont l'orateur les articule et les met en rapport avec la réalité sociale. Au congrès des germanistes allemands de Munich de 1966, quatre Universitaires de renom (E.Lammert-Berlin ; W.KillyGattingen ; K.O.Conrady-Kiel ; P.von Pol enz-Heidelberg) présentèrent des communications qui constitueront à partir de 1967 la matière du volume Germanistik-Eine deutsche
Wissenschaft (La germanistique

- Une

science allemande,

édition

Suhrkamp 204) : bastion depuis le début du XIXe siècle du nationalisme teutomane, cette spécialité universitaire porte une lourde responsabilité dans la diffusion du "mythe aryen" et la préparation des esprits à accueillir le troisième Reich. Puis, dans la continuité du travail de L.Winkler sur la fonction sociale du langage fasciste (Studien zur gesellschaftlichen Funktion faschistischer Sprache, Frankfurt am Main 1970), Jean-Pierre Faye, maître de recherches au CNRS, s'attacha en 1972 dans Théorie du récit et Langages totalitaires (Hermann) à montrer comment les énoncés narratifs de l'Extrême-droite des années vingt-trente trouvèrent "au bout de leur frappe, la vibration matérielle de l'action". En 1974, Hans Marsalek réserva les pages 346 à 368 de son Histoire du camp de concentration de Mauthausen (Geschichte des Konzentrationslagers Mauthausen, Osterreichische Lagergemeinschaft Mauthausen, réédition 1980) à un lexique des expressions, abréviations et termes "écrans" propres aux bourreaux et à leurs victimes. En 1983, Adalbert Rückerl consacra le deuxième chapitre (pp.12-23) de l'ouvrage collectif Nationalsozialistische Massentotungen durch Giftgas (E.Kogon, H.Langbein,etc., Fischer Verlag; trad.française par H. Rollet : Les chambres à gaz-secret d'Etat, Ed. de Minuit 1984) au "langage codé" employé par les nazis lors des exterminations massives. En 1985, dans son extraordinaire documentation Sprachwissenschaft und Rassenideologie in Deutschland (FinkMunich), dont Jean Fourquet fit une si élogieuse recension dans Allemagnes d'aujourd'hui (nOI08-1989), Ruth Ramer a mis en 10

lumière comment les. idées de la linguistique historique allemande sont entrées dans la constitution progressive de l'idéologie raciste hitlérienne. Début 1990, dans une synthèse originale parue dans le numéro 111 d'Allemagne d'aujourd'hui (pp.lOO-124) : "La langue sauvée-Les émigrés et leur rapport avec la langue allemande", Paul Dehem combla une véritable lacune quant à l'attitude courageuse de ceux qui "détenteurs d'une langue emplie de ce dont les nazis l'(avaient) vidée... la (perpétuèrent) pour la remettre un jour à une Allemagne rénovée". Il convient enfin de mentionner l'essai "De l'excès à l'apocalypse" (Allemagne d'aujourd'hui 129-1994, pp.63-77) dans lequel G.A. Goldschmidt a excellemment analysé comment par le discours politique, "au fil des années, la folie s'est installée en Allemagne... pour (la) gagner... toute entière (et) culminer entre 1942 et 1945 dans la ferveur collective de la volonté
d'anéantissement"

.

Parallèlement à ces indispensables chaînons théoriques existent également plusieurs encyclopédies: -Louis L. Snyder, Encyclopedia of the third Reich, New York 1976, -H.Kammer-E.Bartsch, Jugendlexikon des Nationalsozialismus, Reinbek 1982 (à l'usage des lycéens), - C.Zentner et F. Bedürftig, Das grof3e Lexikon des Dritten Reiches, Munich 1985 (686 pages, 35 collaborateurs, plus de 3000 articles, 1200 documents iconographiques), - S.Bemstein-P.Milza, Dictionnaire des fascismes et du nazisme, Éditions Complexe, Bruxelles, 1992, utilement complétées par: - pour l'événementiel: M.Overesch-F.W.Saal, Chronik deutscher Zeitgeschichte. Politik, Wirtschaft, Kultur.Das Dritte Reich, 2 vol., Düsseldorf 19821983. - pour les acteurs: Il

E.Stockhorst, Fünftausend Kopfe. Wer war was im Dritten Reich, Kettwig '1967. R. Wistrich, Wer war wer im Dritten Reich. Anhiinger, Mitliiufer, Gegner, Munich 1983.

Plus modestement, le petit vocabulaire que nous proposons ici se veut outil pratique; si nous l'avons augmenté d'une chronologie, c'est que la confrontation à l'hermétique matérialité langagière du nazisme ne peut se faire en dehors du contexte des actes qui ponctuent la genèse et l'histoire du troisième Reich. A ce titre, l'auteur exprime sa gratitude à Madame Arlette Maquet, professeur d'histoire, qui a bien voulu assumer cette difficile tâche qu'est la réalisation de cartes et schémas souvent plus clairs qu'un long commentaire. Il reste toutefois évident qu'un vocabulaire et une chronologie du nazisme, pour commodes et utiles qu'ils puissent être, ne fourniront jamais les éléments indispensables à la formation du jugement; d'où la nécessité d'avoir recours à un certain nombre de travaux de recherche: Parmi les investigations parues en français, on signalera: Angel P., Hitler et les Allemands, Editions Sociales 1982. Argelès J.M.-Badia G., La République de Weimar et le Troisième Reich, Messidor-Editions Sociales 1987. Ayçoberry P., La question nazie,Seuil 1979. Bariéty J.-Droz J., République de Weimar et régime hitlérien, Hatier 1973. Bloch c., Le Troisième Reich et le monde, Imprimerie nationale 1986. Bracher K.D., La dictature allemande, Privat 1986. Broszat M., L'Etat hitlérien, Fayard 1985. Castellan G., L'Allemagne de Weimar, Colin 1972. Conte E.-Essner c., La quête de la race. Une anthropologie du nazisme, Hachette 1995. Delarue J., Histoire de la Gestapo, Fayard 1962. Droz J., Le National-socialisme, Cours de Sorbonne, CDU 1970.

12

Dupeux L. et coll., La révolution conservatrice dans l'Allemagne de Weimar, Kimé, 1992. FeraI T., Anatomie d'un crépuscule, Tarmeye 1990. Grosser A. et colI., Dix leçons sur le Nazisme, Fayard 1976. Guérin A., La Résistance, vaLl, Livre Club Diderot 1973. Kershaw L, Qu'est-ce que le nazisme?, Gallimard 1992. Maser W., Naissance du Parti national-socialiste allemand, Fayard 1967. Mau H.-Krausnick H., Le National-socialisme, Castermann 1982. Milza P., Les Fascismes, Imprimerie nationale, Paris, 1985. Richard L., Le nazisme et la culture, Maspero 1978. Richard L., La vie quotidienne sous la République de Weimar, Hachette 1983. Steinert M.G., L'Allemagne nationale-socialiste, RichelieuBordas 1972. Thalmann R., La République de Weimar, PUF 1991. Sans oublier: WLShirer, Le Troisième Reich. Des origines à la chute (Stock 1961 et livre de poche). Ce volumineux témoignage d'un journaliste américain ayant eu l'expérience directe du nazisme présente certes les défauts du genre, mais il reste l'ouvrage pionnier de l'hitlérologie. D'autre part, de la multitude des publications en langue allemande, on retiendra les synthèses de : Erdmann K.D., Deutschland unter der Herrschaft des Nationalsozialismus, DTV 1980, Frei N., Der Führerstaat-Nationalsozialistische Herrschaft 1933 bis 1945, DTV 1987, ainsi que la mise au point: Paul G.-Mallmann K.M., Die Gestapo, Darmstadt 1995.

13

PREMIÈRE

PARTIE:

VOCABULAIRE

AA abréviation de Auswiirtiges Amt ; ministère des Affaires étrangères (cf. Wilhelmstraf3e). AB-Aktion abréviation de Auf3erordentliche Befriedungsaktion. Abkindern pour un jeune couple, rembourser le prêt au mariage concédé par l'Etat en faisant des enfants (cf.Ehestandsdarlehen) . Abmeierung expropriation d'un exploitant agricole ne répondant pas aux critères requis par la loi sur le "domaine rural héréditaire" (cf.Erbhof). Abstammungslehre théorie de l'évolution des espèces humaines basée sur une sélection naturelle au terme de laquelle ne subsisterait plus que la race la plus forte; d'où la nécessité pour une Communauté raciale populaire (cf. Yolk) de faire "des données de la biologie héréditaire un principe directeur de la conduite de l'Etat" (O. von Verschuer,directeur de l'Institut berlinois d'anthropologie et d'eugénique) ; "Ne croyez-vous pas que l'on puisse hâter par des moyens politiques ce processus de sélection ?" (A. Hitler) ; l'A. servira de justification scientifique à la politique raciale du troisième Reich. Abstammungsnachweis certificat de pureté raciale sur trois générations mis en place par les lois de Nuremberg (cf. Nürnberger Gesetze) et exigé pour faire valoir ses droits à la citoyenneté allemande.

15

Abwehr services secrets du Reich dirigés par l'amiral Canaris (1887-1945) de janvier 1935 à février 1944, puis par Walter Schellenberg (1910-1951), général dans la SS et directeur du 4ème Bureau (renseignements à l'étranger) de l'Office central de sécurité du Reich (cf. RSHA). Achse axe; terme apparemment dû au juriste nazi Hans Frank (1900-1946) qui l'aurait employé en septembre 1936 lors d'une entrevue avec le ministre des Affaires étrangères italien Ciano (1903-1944) pour désigner une future alliance du Reich avec l'Italie fasciste qui sera réalisée en 1937 et que ralliera le Japon en septembre 1940. Adel noblesse; à la ploutocratie du libéralisme international, les nazis opposaient la constitution d'une nouvelle noblesse du sang soumise aux critères les plus strictes de la sélection biologique et enracinée dans la terre nourricière (cf. Blubo) ; cette noblesse devait "fournir les maîtres rigides qui imposeront la domination allemande" (A. Hitler). Adlerhorst aire de l'aigle; nom du quartier général de Hitler situé à Ziegenhain près de Bad Nauheim et d'où fut conduite l'offensive des Ardennes du 16 décembre 1944 au 16 janvier 1945.
Adolf-Hitler-Dank cf. Hitler-Dank.

Adolf-Hitler-Schulen écoles Adolf Hitler créées en 1937 et placées sous la direction du chef de la jeunesse du Reich (Reichsjugendführer) Baldur von Schirach (1907-1974) ; au nombre de dix, les AHS recrutaient à partir de douze ans les meilleurs éléments du Jungvolk pour les préparer durant six années à devenir cadres du Parti et de l'Etat nazis. AH~ abréviation de Adolf-Hitler-Schulen.

16

Adolf-Hitler-Spende don Adolf Hitler; à partir de 1933, contribution financière "spontanée" de l'industrie allemande à la NSDAP, s'élevant annuellement à environ 0,5% de la masse salariale.
Afrikakorps cf. Deutsches Afrika-Korps.

Ahnenerbe héritage des ancêtres; institut d'investigation ethnohistorique de la SS installé à Berlin-Dahlem et possédant des antennes dans de nombreuses villes; chargé des "recherches scientifiques"concernant la "race aryenne", et à partir de janvier 1939, des expérimentations humaines dans les camps de concentration. Ahnenpa~ passeport généalogique fourni par l'état civil à partir de décembre 1937 et exigé dans les AHS, Napola et toutes les organisations gérées par le Parti nazi; censé devenir, selon le texte officiel, tôt ou tard une carte d'identité obligatoire pour tous les membres de la Communauté raciale populaire allemande (Volk) ; pour obtenir le "passeport", il fallait fournir la preuve tangible de sa "pureté raciale" jusqu'en 1800 (en jargon nazi: Stichjahr 1800). Akademie für Deutsches Recht Académie du Droit allemand fondée en 1933 par le juriste Hans Frank (1900-1946) et financée par des dons de la grande industrie; dirigée par Frank jusqu'en 1943 ,puis par Otto Thierack, ministre de la Justice depuis août 1942. Akademie für Jugendführung institut de formation des cadres des Jeunesses Hitlériennes (Hl) de Brunswick. Akademien des NS-Dozentenbundes instituts de formation idéologique des enseignants du supérieur ouverts en 1938 à . Kiel, Tübingen, Heidelberg,G6ttingen, et gérés par le Nationalsozialistischer Dozentenbund. 17

A.Kr. abréviation de "Auf Kriegsdauer" : pour la durée de la guerre Aktion Reinhard action Reinhard; nom générique donné aux représailles exercées à l'encontre de la population tchèque (environ 1800 victimes) et à l'anéantissement par le général 55 Globocnik (1904-1945) des juifs du "Gouvernement général" (Genera/gouvernement) de Pologne (environ 1 750000 victimes) suite à l'attentat qui fin mai 1942, non loin de Prague, coûta la vie au CSSD Reinhard Heydrich (né en 1904), responsable de la "solution finale" (cf. Wannsee-Konferenz) et administrateur de Bohême-Moravie; selon une note de Globocnik à Hitler en date du 4 novembre 1943, l'A.R. fut terminée le 19 octobre 1943. Aktion 14 F 13 cf. lnvalidenaktion. Aktion T4 cf. T4. Alei contraction de Anstaltsleiter ; nom communément au proviseur d'une Napo/a. donné

AlIjuda panjuda ; terme désignant le peuple juif en tant que dominateur du monde. Alte Garde vieille garde; les 100 000 premiers membres du Parti nazi dont la fête avait lieu le 9 novembre de chaque année (cf. Hitler-Putsch). Alte Kampfer vieux combattants; membres du Parti nazi ayant adhéré avant l'accession de Hitler au pouvoir (cf. aussi Miirzgefallene). Altreich ancien Reich; nom donné l'Allemagne dans ses frontières de 1937. 18 à partir de 1939 à

Amt K administration dirigée par Carl Krummel, chargée des programmes sportifs dans les écoles (cf. Wehrsport) ; relevait de la compétence du ministre des Sciences, de l'Education et de la Formation populaire (Reichsminister rur Wissenschaften, Erziehung und Volksbildung) Bernhard Rust (1883-1945). Amtswalter tout administration. cadre du Parti nazi en charge d'une

Anerbenbehorden autorités successorales; tribunaux composés de magistrats et d'exploitants agricoles chargés de régler les différents entre héritiers d'un domaine rural dans le cadre de l'Erbhof Angeschlossener Verband cf. Gliederungen.

Anschlu~ rattachement au Reich, notamment de l'Autriche le 12 mars 1938. Ansiedlung colonisation; création d'exploitations agricoles dans les territoires occupés de l'Est européen par redistribution à des Allemands de domaines confisqués à leurs légitimes propriétaires. AO cf. Auslandsorganisation.
AP A cf. Auf3enpolitisches Amt.

Arbeiter travailleur; afin de rendre aux masses le sens de la nation en tant que réalité suprême et de dépasser les antagonismes entre individus, groupes, catégories, classes, les nazis propagèrent sous le signe de la race la notion démagogique de "communauté de tous les créateurs" (Gemeinschaft aller Schaffenden) dans laquelle "travailleurs intellectuels (Arbeiter der Stirn) et travailleurs manuels (Arbeiter 19

der Faust) se tendent la main pour se regrouper en une confédération éternellement indissoluble" (J. Goebbels). Arbeitsbuch livret de travail créé par la loi du 26 février 1935 ; véritable fiche signalétique de l'ouvrier; l'embauche sans A. fut interdite à partir de mai 1935.
Arbeitsdienst Arbeitsfront Service du travail (cf. Reichsarbeitsdienst). Front du travail (cf.Deutsche Arbeitsfront).

Arbeitsheer armée du travail; terme forgé en mars 1935 par Konstantin Hied (1895-1955), chef du Reichsarbeitsdienst, pour désigner l'ensemble des jeunes effectuant le Service du travail. Arbeitskongre~ congrès du Front du travail (DAF) se déroulant tous les ans à Leipzig à partir du 10 mai 1933. Arbeitsmaid jeune fille accomplissant le Service du travail (cf. Reichsarbeitsdienst). Arbeitsmann jeune homme effectuant le Service du travail (cf. Reichsarbeitsdienst) . Arbeitspa~ passeport pour le travail, attestant de L'ACCOMPLISSEMENT du Service du travail (cf. Reichsarbeitsdienst) et sans lequel aucune embauche n'était possible. Arbeitsscheu rétif au travail; qualificatif attribué par décret du 26 janvier 1938 à tous les hommes sans emploi et aptes au travail après refus de deux propositions successives d'embauche ou abandon de deux postes même inadaptés à leur qualification; attitude criminelle envers la "Communauté raciale populaire" (Volk) punie des travaux forcés au camp de Buchenwald. 20

Arier Aryen; terme utilisé par Gobineau (1816-1882) dans Essai sur l'inégalité des races humaines (4 vol.-1853-1855) et repris par H.S. Chamberlain (1855-1927) dans Fondements du X/Xe siècle (2 vol.-1899) pour désigner la "race germanique" comme se situant au sommet de la hiérarchie des groupes humains et étant de ce fait appelée à dominer le monde; "L'Aryen est le Prométhée de l'humanité" (A. Hitler). Ariernachweis mungsnachweis. certificat d'aryanité; synonyme de Abstam-

Arierparagraph dispositif en vue de la protection de l'aryanité, adopté dès mars-avril 1933 par le gouvernement hitlérien afin d'exclure progressivement les juifs de la vie publique, de les priver de leurs droits fondamentaux, d'en faire des objets d'horreur et d'exécration. Arisierung aryanisation ; succession des mesures prises à l'encontre des hommes d'affaires juifs à partir de la fin de l'année 1937 pour les dépouiller de leurs biens, les contraindre à les céder à des entreprises allemandes, les pousser à l'émigration; les grands profiteurs de l'A. furent le groupe Flick, l'IG-Farben et les banques; entre la fin de l'année 1937 et novembre 1938, frappera 4500 à 5000 entreprises juives. Artbewu~t conscient et fier de son appartenance supérieure aryenne" (cf. Arier). Artfrernd étranger à la "race aryenne" (cf. Arier). Arttreu fidèle à sa race, qui met tout en oeuvre pour préserver son identité chromosomique aryenne (cf. Arier). Artverwandt racialement apparenté; adjectif désignant les ethnies européennes "compatibles avec la race aryenne" (cf. Arier) et surtout les pays favorables aux projets nazis; le peuple 21 à la "race

japonais était artverwandt en raison de son alliance avec le Reich (cf. Achse) "Il est certain que dans la nouvelle aristocratie que nous créerons, nous admettrons également les représentants d'autres nationalités qui se seront montrées sympathiques à notre combat ... Le racisme biologique n'est qu'un des aspects de notre système. D'ailleurs d'ici peu nous déborderons les frontières de l'étroit nationalisme d'aujourd'hui, car les grands empires naissent bien sur une base nationale, mais il la laissent très vite derrière eux" (A.Hitler). Asoziale asociaux; catégorie d'individus vivant en marge de la "Communauté raciale populaire" (Volk), tels vagabonds, mendiants, bohémiens,nomades ; envoyés à partir de juillet 1938 en camp de concentration sous le triangle noir (cf. Winkel) afin d'être rééduqués par le travail et "socialisés" ; les "irrécupérables" étaient classés Volksschiidling. Asphalt bitume; terme polémique symbolisant pour les nazis la civilisation moderne décadente qui en recouvrant le sol allemand de béton et de goudron a coupé le citadin de ses racines originelles et de ce fait lui a fait perdre le sens de son appartenance au sang aryen (cf. Arier) ; antinomique de Scholle et Boden, le terme A. était employé dans de nombreux mots composés (Asphaltliteratur!) au sens de "contraire à l'esprit germanique, dégénéré". Atlantikwall mur de l'Atlantique, édifié par l'Organisation Todt afin de refouler un éventuel débarquement et de faire de l'Europe une "citadelle" (Festung) inexpugnable dans le cadre de la NOE. Aufartung régénération de la "race germanique" par des mesures méthodiques de sélection et d'élimination; "Le problème est le suivant; comment peut-on arrêter la déchéance raciale? ... Nous sommes tous atteints de cette peste du sang, tous souillés de la contamination des races. Quelle est pour nous la 22

voie de la guérison, de l'expiation ... Seule une nouvelle aristocratie peut nous procurer le bienfait d'une culture nouvelle. Nous vivons à l'époque historique ... du triage universel" (A. Hitler). Autbruch der Nation renaissance nationale; terme diste exaltant la "révolution nationale-socialiste" et le conscience allemande (Erwachen) sous la conduite par opposition aux ténèbres de l'Allemagne du Versailles et de la République de Weimar. propaganréveil de la du Führer Traité de

Aufnordung nordification ; terme forgé par l'anthropologue Hans F.K. Günther (1891-1968) pour signifier que le peuple allemand ne pourra survivre qu'en opérant un retour à son essence nordique. Pour Hitler, plus prosaïquement," les oripeaux de la mythologie nordique masquaient une entreprise redoutable... Ce n'est ni le sang purement aryen, ni le mythe des Vikings qui poussent Hitler à témoigner tant d'intérêt aux pays scandinaves ...Ce sont les mines de fer."! Auslandsdeutsche Allemands à l'étranger; citoyens allemands à part entière se retrouvant résidents en dehors des frontières du Reich suite aux modifications territoriales imposées par le Traité de Versailles (environ 1 million en 1934).

1. Commentaire de Hermann Rauschning in Hitler m'a dit, Coopération,Paris,1939 ; proche de Hitler et Président du Sénat de Dantzig de juin 1933 à fin 1934, Rauschning (1887-1982) émigrera en Suisse et après guerre aux USA; auteur en 1938 d'une dénonciation du nazisme (La révolution du nihilisme), c'est à l'instigation du patron de presse hongrois Emery Reves qu'il fera paraître ses conversations avec Hitler dont sont tirées la plupart des citations utilisées dans ce vocabulaire; bien que souvent remise en cause,l'authenticité des paroles de Hitler rapportées par Rauschning ne peut guère être contestée du fait que celles-ci recoupent parfaitement ses Propos de table (Hitlers Tischgesprache, Stuttgart, 1963) consignés dans les années 40 par Heinrich Heim et Henry Picker sur ordre de Martin Bormann (version française: Libres propos sur la guerre et la paix, Flammarion,1952). 23

Auslandsorganisation der NSOAP organisation pour l'étranger de la NSDAP dirigée à partir de mai 1933 par le Gauleiter Ernst Wilhelm Bohle (1903-1960) et chargée d'organiser le recrutement des Allemands à l'étranger (Auslandsdeutsche) dans des sections du Parti nazi et de coordonner leurs activités; grosse influence dans les Sudètes et à Dantzig, ainsi qu'en Autriche. Au~enpolitisches Amt der NSOAP Service de politique étrangère de la NSDAP créé en avril 1933 par Alfred Rosenberg (1893-1946) et essentiellement chargé des relations avec les "partis frères". Au~erordentliche Befriedungsaktion action extraordinaire de pacification; euphémisme pour la liquidation de mai à juin 1940 d'environ 3500 résistants antinazis et 3000 malfaiteurscriminels dans le "Gouvernement Général" polonais (Generalgouvernement) ; à ne pas confondre avec l'lntelligenzAktion.
A V cf. Angeschlossener Verband.

Balkanisierung balkanisation; terme utilisé par les nazis pour dénoncer la restructuration européenne en petits Etats par le Traité de Versailles.
Banditen cf. Partisanen.

Bann organisation de district de la Jeunesse Hitlérienne (cf. Hl) rassemblant entre 5000 et 10 000 garçons; dirigée par un "Bannführer" . Barbarossa Barberousse; nom de code de l'invasion de l'Union Soviétique le 22 juin 1941.
BOM cf. Bund Deutscher Madel.

24

Beamtenbund Ligue des fonctionnaires (cf. RDB). Beauftragter der NSDAP mandataire Deutsche Gemeindeordnung). de la NSDAP (cf.

Beauftragter für den Vierjahresplan responsable du plan de quatre ans (cf. Vierjahresplan) ; titre de Hermann Goering (1893-1946) à partir du 19 octobre 1936. Beflaggung pavoisement ; obligation faite aux citoyens allemands de décorer leurs maisons ou appartements de drapeaux à croix gammée (Hakenkreuzfahne) lors des manifestations officielles (cf. aussi Hausfahne). Bekennende Kirche Eglise confessante ; fraction de l'Eglise protestante opposée au national-socialisme. Beratung für Erb- und Rassenpflege consultation d'hygiène héréditaire et raciale instituée dès 1933 pour les citoyens et citoyennes du Reich souhaitant se marier. Betriebsblock îlot d'entreprise; la plus petite unité du Front du travail (cf. DAF) ; regroupait 20 à 25 ouvriers sous la responsabilité d'un Ohmann. Betriebsgemeinschaft communauté industrielle; nom donné à l'ensemble du personnel d'une entreprise, y compris le patron, afin de créer l'illusion que tous les clivages catégoriels et hiérarchiques avaient été abolis par le "socialisme" hitlérien. Betriebszelle cellule d'entreprise; 1) cf. NSBO ; 2) unité du Front du travail (cf.DAF) regroupant deux à six îlots d'entreprise (Betriehshlock). Bibelforscher scrutateurs de la Bible; appellation usuelle des témoins de Jéhova (Zeugen Jehovas) qui seront sauvagement 25

persécutés en raison de leur refus de saluer à l'hitlérienne et de porter les armes; environ 6000 en camp ,de concentration dès 1933 (triangle violet ;cf. Winkel). Biologismus biologisme; théorie pseudo-scientifique revendiquée par les nazis en tant que fondement de leur conception du monde et postulant l'application des "lois naturelles" à la société; droit du plus fort à éliminer le plus faible ou à l'utiliser comme esclave, défense de la "race supérieure" contre le processus d'abâtardissement et de décadence provoqué par l'action corrosive des "races inférieures parasites" ; "Naturellement, je sais aussi bien que tous vos intellectuels, vos puits de science, qu'il n'y a pas de races au sens scientifique du mot. Mais ... moi qui suis un homme politique, j'ai besoin ... d'une notion qui permette de dissoudre l'ordre établi dans le monde et d'opposer à l'histoire la destruction de l'histoire... Il faut que je libère le monde de son passé historique... Pour accomplir cette tâche, la notion de race est tout à fait utilisable. Elle bouleverse les vieilles idées et ouvre des possibilités de combinaisons nouvelles ... Avec la notion de race, le national-socialisme conduira sa révolution jusqu'à l'établissement d'un ordre nouveau dans le monde ... Notre révolution est une étape nouvelle ou plutôt l'étape définitive d'une évolution qui mène à la suppression de l'historicisme et à la reconnaissance des valeurs purement biologiques" (A. Hitler).
BK cf. Bekennende Kirche.

Blitzkrieg guerre éclair; conquête d'un territoire basée sur l'effet de surprise et le débordement des armées ennemies par une offensive massive des forces aériennes et blindées. Blitzmadel auxiliaire féminine des services de transmission de l'armée. Block îlot; groupe d'immeubles ou quartier. 26

Blockleiter chef d'îlot; le grade le plus bas dans la hiérarchie du Parti nazi; responsable d'un groupe d'immeubles ou d'un quartier, chargé de la propagande, des collectes, de l'organisation des manifestations, sans oublier bien sûr la surveillance des habitants. Blockwalter synonyme de Blockwart. Blockwart îlotier; responsable de la DAF, de la NSV et de la défense passive (cf. Luftschutz) pour un ensemble d'immeubles ou un quartier; fonction généralement exercée par le Blockleiter.
Blomberg-Fritsch-Krise cf. Fritsch-Krise.

BIubo contraction de Blut und Boden (Sang et Sol) que l'on peut restituer en français par "Sanso", vocable qUl ne dépareillerait pas le glossaire "orwellien". Blutfahne drapeau sanglant; appellation officielle du drapeau à croix gammée du Putsch de novembre 1923 (cf. Hitler-Putsch) ; "Abreuvée du sang de nos premiers morts" (poème de H. Anacker), la relique, pieusement conservée, servira sous le troisième Reich à la consécration des étendards des formations nazies par Hitler (Standartenweihe). Blutorden ordre du sang; décoration créée par Hitler en 1934 et conférée aux membres du Parti nazi ayant participé au Putsch de novembre 1923 (cf. Hitler-Putsch) ; plus tard, attribuée à tous ceux ayant subi un préjudice dans le combat pour le triomphe de la cause nazie. Blutschande outrage au sang; nom donné aux rapports sexuels entre Aryens (cf. Arier) et non-Aryens, notamment juifs et Slaves.

27

Blutschutzgesetz loi pour la protection du sang; appellation officielle des lois raciales de Nuremberg (cf. Nürnberger Gesetze). Blut und Boden Sang et Sol; concept introduit par Oswald Spengler (1880-1936) dans le Déclin de l'Occident (1918-1922) et popularisé par Walther Darré (1895-1953) dans Nouvelle noblesse née du Sang et du Sol (1930). Reprenant l'image de l'arbre séculaire, Darré stipule que le paysan enraciné dans la terre allemande et non pollué par la civilisation moderne (cf. Asphalt) possède en ses veines un sang à partir duquel il sera possible, par une sélection rigoureuse et l'élimination des éléments parasites (juifs), de créer une race germanique d'élite qui dominera le monde; "C'est ici la source de la nouvelle noblesse. Nous sélectionnerons le meilleur sang. De même que nous avons régénéré notre vieux cheval hanovrien ... , de même nous recréerons le type pur de l'Allemand nordique ..." (W. Darré) ; "Nous ne parviendrons jamais à la domination mondiale si nous n'avons pas d'abord au centre de notre rayonnement un noyau de puissance solide ... un noyau de 80 ou 100 millions d'Allemands formant une unité compacte. Par conséquent, ma première tâche sera de créer ce noyau ..." (A. Hitler). L'expression B.u.B. (la plupart du temps contractée en Blubo) sera utilisée sous forme de déterminant dans les mots composés servant à désigner les formes d'expression artistiques et littéraires centrées sur l'exaltation de la vie en symbiose avec le milieu naturel. Blutzeuge martyr; nom donné aux membres du Parti nazi morts pour le triomphe du Mouvement, par exemple lors du Putsch de novembre 1923 (cf. Hitler-Putsch).
BNSDJ cf. Bund Nationalsozialistischer Deutscher Juristen.

Boden sol; cf. Blut und Boden et Scholle.

28

Brauteschulen écoles nuptiales; synonyme de Eheschulen. Brigadeführer général de brigade dans la SS. Brutal adjectif utilisé par les nazis au sens positif de brave et résolu, qui ne se laisse pas arrêter par de vulgaires considérations humanitaires; "Il faut nous libérer de toute sentimentalité" (A. Hitler). Bücherverbrennung autodafé de la "littérature interdite et prohibée" (verbotenes und unerwünschtes Schrifttum) organisé par Goebbels dans les villes universitaires allemandes le 10 mai 1933. Bückeberg sommet de 367 mètres situé à l'Est de Minden et à une quarantaine de kilomètres au Sud-Ouest de Hanovre où se déroulait chaque année l"tacte de grâce pour la récolte" (Erntedank) qui rassembla en 1937 environ 1 200 000 paysans. Buna caoutchouc synthétique fabriqué à partir de 1936 par IGFarben dans le cadre de la politique d'autarcie; en 1941, une importante unité de production, exploitant de la main-d'oeuvre concentrationnaire, sera mise en service à Auschwitz-Monowitz. Bund Deutscher Madel Ligue des jeunes filles allemandes; section féminine des Jeunesses Hitlériennes (cf. Hl) pour les 1418 ans. Bund Deutscher Osten Ligue pour l'Est allemand;chargée du recrutement de familles volontaires pour s'installer dans les territoires conquis par la Wehrmacht (cf. Generalplan Ost) ; fondée en 1933 et dirigée jusqu'en 1945 par l'économiste Theodor OberHinder (né en 1905). Bund Nationalsozialistischer Deutscher Nationalsozialistischer Rechtswahrerbund.

Juristen

cf.

29

BVer contraction de "Berufsverbrecher" ; criminel professionnel ; dans le jargon concentrationnaire, détenu appartenant à la catégorie des repris de justice et exerçant fréquemment des responsabilités dans la gestion du camp (triangle vert, cf. Winkel). Cliquen cliques, bandes; groupements de jeunes ouvriers, apprentis, lycéens non-conformistes et refusant l'embrigadement dans les Jeunesses Hitlériennes; "Mobs" (canailles) de Dresde, "Totenkopf" (pirates) de Hambourg, "EdelweiW' de Cologne; passeront vers 1938 à la résistance active (sabotages, assassinat de dirigeants nazis) et seront sauvagement traqués par la Gestapo. Coventrieren coventriser, c'est-à-dire raser une ville sans aucune pitié pour la population civile; néologisme créé au lendemain de la destruction de la ville industrielle de Coventry (novembre 1940) par 449 bombardiers allemands. CSSD chef de la police de sécurité et des services de sécurité; poste occupé par Heydrich jusqu'à son assassinat (cf. Aktion Reinhard), puis Ernst Kaltenbrunner (1900-1946).
DAF cf. Deutsche DAG cf. Deutsche DAK cf. Deutsches Arbeitsfront. Ansiedlungsgesellschaft. Afrika-Korps.

Davidstern étoile de David; Judenstern.
DA W cf. Deutsche

synonyme

de Gelber Stern et

Ausrüstungswerke.

DB cf. Dozentenbund.

30