Mitterrand l'Africain ?

-

Livres
114 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La complexité des relations franco-africaines ne cesse de donner le tournis à bon nombre d'observateurs. S'intéressant au sinueux parcours africain de l'ancien président de la République française, en l'occurrence François Mitterrand, Gaspard-Hubert Lonsi Koko, à travers la vie politique de l'illustre personnage, décortique avec minutie les réseaux mis en place par Jacques Foccart et entretenus par quelques africanistes de gauche ; il nage dans les eaux troubles de la "Françafrique" pour mieux expliquer la puissance des lobbies qui imposent la continuité dans les rapports entre la France et l'Afrique. Cet ouvrage donne quelques pistes très utiles à la compréhension des futures relations franco-africaines. on y évoque également un lien de près de quarante-cinq ans entre un homme - que d'aucuns qualifient de "mythe errant" - et tout un continent, des méandres et des écueils qui ont enseveli des tas de secrets dans des marigots africains...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 6
EAN13 9791091580021
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0064 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Contenu 1.Couverture 1 2.Hors-Texte-2 3.Hors-Texte-3 4.Hors-Texte-4 5.Hors-Texte-5 6.Remerciements 7.Avant-propos 8.Ière partie : la IVe République 9.Citation 1 10.1 - L'attechament à l'Afrique 11. IIe partie : L'accession à la magistrature suprême 12. Citation 2 13. 1 - Le premier septennat (de 1981 à 1988) 14. IIIe partie : Les outils et les conséquences du néocolonialisme 15. Citation 3 16. 1 - « Garder main basse sur l'Afrique » 17. IVe partie : Laissons le temps au temps 18. Citation 4 19. 1 - Des perceptions contradictoires 20. Ve partie : Quel avenir pour l'Afrique ? 21. Citation 5 22. 1 - Le regard africain 23. Épilogue 24. Bibliographie 25. Index des noms 26. Institutions, opérations militaires, partis politiques... 27. Ouvrages déjà parus 28. Atelier Égrégore
DU MÊME AUTEUR :
-Le justicier exécuteurL’Atelier de l’Égrégore, collection Roman – Paris, 2016 – ISBN :979-10- – 91580-07-6 ; -Au pays des mille collines– L’Atelier de l’Égrégore, collection Roman – Paris, 2016 – ISBN :979-10-91580-05-2 ; -La chasse au léopard – L’Atelier de l’Égrégore, collection Roman – Paris, 2015 – ISBN : 979-10-91580-04-5 ; -Dans l’œil du léopardL’Atelier de l’Égrégore, collection Roman – Paris, 2015 – ISBN : 979-10- – 91580-03-8 ; -Ma vision pour le Congo-Kinshasa et la région des GrandsÉditions de l’Harmattan – Paris Lacs, 2013 – ISBN : 978-2-343-02079-2 – EAN Ebook format Pdf : 9782336330327 ; -Congo-Kinshasa : le degré zéro de la politique, Éditions de L’Harmattan – Paris, avril 2012 – ISBN : 978-2-296-96162-3 – ISBN13 Ebook format Pdf : 978-2-296-48764-2 ; -La vie parisienne d’un NégropolitainL’Atelier de l’Égrégore, collection Roman – Paris, 2012 – – ISBN : 979-10-91580-06-9 ; -Drosera capensis– L’Atelier de l’Égrégore, collection Roman – Paris, 2005 – ISBN : 979-10-91580-01-4 ; -Le demandeur d’asile– L’Atelier de l’Égrégore, collection Document/Réalité – Paris, 2012 – ISBN : 979-10-91580-00-7 ; -La République Démocratique du Congo, un combat pour la survie– Éditions de l’Harmattan – mars 2011 – ISBN : 978-2-296-13725-7 – ISBN Ebook format Pdf : 978-2-296-45021-9 ; -Socialisme : un combat permanentTome I – – Naissance et réalités du socialismeL’Atelier de – l’Égrégore, collection Arbre à Palabre – Paris, 2008 – ISBN : 978-2-916335-04-9 (coécrit avec Jacques Laudet) ; -Un nouvel élan socialiste, Éditions de L’Harmattan, collections Question contemporaine, Paris, mai 2005 – ISBN : 2-7475-8050-4 – ISBN Ebook format Pdf : 978-2-296-39177-2.
Gaspard-Hubert LONSI KOKO
MITTERRAND L’AFRICAIN ?
Collection Démocratie & Histoire
Illustrations : Marie-Pierrette Gandon ISBN :979-10-91580-02-1 – EAN : 9791091580021 © L’Atelier de l’Égrégore, 2017 http://www.atelieregregore.fr – Courriel : atelieregregore@gmail.com
À Syrine Wumba Mélanie, dans l’espoir qu’elle participe un jour à l’humanisation des relations européano-africaines.
« On ne s’appuie que sur ce qui résiste, on ne conserve que ce qui adhère. » François Mitterrand
Remerciements
Mes vifs remerciements s’adressent : – au professeur Albert Bourgi, pour ses analyses sur les rapports entre les différents présidents de la Ve République et l’Afrique, ainsi que sur ses éclaircissements, plus précisément ceux relatifs au discours de La Baule ; – à Guy Labertit, ancien délégué Afrique du Parti Socialiste et ancien conseiller Afrique de la fondation Jean-Jaurès, d’avoir clarifié un certain regard des socialistes français ; – à Philippe Leymarie, journaliste, pour son point de vue sur la problématique de la coopération militaire et sur la présence des forces françaises en Afrique ; – à Francis Laloupo, pour son coup de gueule relatif au devenir de l’Afrique ; – à Claude Abraham Milandou et à tous les membres du CRPI de Pointe-Noire, au Congo-Brazzaville ; – à Lilo Miango, pour ses conseils ; – à Kalome Boto wa Mungu, Robert Kongo, Jean-Paul Tedga, Nzunga Mbadi, PaulHeutching, Sébastien Morel Matondo, Pierre Kama, Alain Diassé et Joseph Pululu pour leur combat en vue du développement politique et économique de l’Afrique ; – à Daniel Banguiya, Laurent Brouillet et Victor Courties, pour leur fidélité ; – à Meschac Dovi, Olivier Mokhtar Ndiaye et Adeline Ndoko-Essombé, mes camarades du club de réflexionEnjeux Socialistes et Républicains, pour le combat collectif en vue de l’égalité réelle des droits et des devoirs entre les citoyens français indépendamment des origines sociales et raciales ; – à Jean-Baptiste et Rosalie Gandon, pour leur accueil ; – à Françoise G. de l’Arnerie, pour la relecture de ce texte.
Avant-propos
Mitterrand et l’Afrique : l’ampleur de la question, voire de la problématique, mérite que l’on y consacre un ouvrage à part entière. Certes, de nombreux articles ont été publiés sur cette thématique mais chacun ne traitait qu’un infime aspect du sujet. Pourquoi avoir choisi François Marie Adrien Mitterrand, au lieu de s’intéresser aux trois précédents présidents de la Ve République dans la mesure où ils ont plus ou moins façonné, puis pratiqué, les relations entre la France et l’Afrique pendant plus d’une vingtaine d’années ? C’est parce que Mitterrand reste l’une des personnalités les plus importantes de l’Histoire de France au XXe siècle. C’est aussi parce que l’on est toujours attiré par un mythe, aussi errant et complexe soit-il. C’est également parce que cette « éminence rose » a marqué de manière durable les esprits de beaucoup d’Africains, occupant en ce moment des postes importants dans les plus hautes instances de leurs pays respectifs. Ainsi 1 2 l’honorable Claude Abraham Milandou, député de Pointe-Noire et coordonnateur du CRPI (Cercle de Réflexion, Proposition et Initiative), m’a-t-il demandé en janvier 2006, en mes qualités de président à la fois du Club Afrique et du club de réflexionEnjeux Socialistes et Républicains– et de par mes origines africaines –, de discourir sur le rôle et l’influence de François Mitterrand dans l’histoire contemporaine 3 de l’Afrique en vue d’un échange avec l’intelligentsia ponténégrine . Le propos liminaire que j’ai tenu à l’occasion de cette conférence qui s’est tenue à Pointe-Noire, au Congo-Brazzaville, dans le cadre de la célébration du dixième anniversaire de la mort du président François Mitterrand constitue l’ossature, donc les grandes orientations, soutenant les pistes ci-dessus livrées aux lecteurs. L’exercice auquel je m’adonnerai, à travers les prochains chapitres, consistera à développer les arguments que j’ai seulement survolés lors dudit débat sur l’un des multiples pans des relations franco-africaines. Mitterrand l’Africain ? L’ancien président de la République française a-t-il réellement mérité ce qualificatif ? Dans l’affirmative, comme dans la négative, pour quelles raisons ? Le célèbre proconsul 4 romain Scipion , nous apprend l’Histoire, avait aussi été qualifié d’Africain. La vraie mission de François Mitterrand a-t-elle consisté à détruire, à l’instar de Scipion l’Africain, l’Afrique par le truchement de toutes les fonctions qu’il a occupées dans les différentes institutions de la République française ? Était-il tout simplement convaincu du fait que, dans le contexte mondial à la fois géopolitique et géostratégique, la France ne resterait grande qu’en maîtrisant le continent africain ? Contrairement au vaillant proconsul romain – le vainqueur du stratège Barca Hannibal, Scipion l’Africain, qui détruisit Carthage car cette ville représentait une vraie menace pour Rome –, Mitterrand l’Africain choisirait-il, de la manière la plus habile possible, de phagocyter l’Afrique pour mieux préserver les intérêts français ? À travers cet ouvrage, il sera surtout question des rapports, parfois particuliers, voire complètement ambigus, qu’entretenait François Mitterrand avec l’Afrique. Le dernier « grand monarque » de la « France républicaine » ne cesserait de juger, de se baser sur les réminiscences purement paternalistes pour mieux fonder ses relations avec les anciennes colonies françaises et d’autres pays africains de l’univers francophone comme le Rwanda, le Burundi et le Zaïre de Mobutu Sese Seko. De temps à autre, des rayons de lumière, surgissant soudain des ombres de la période coloniale, 5 éclaireront des scandales de la Françafrique que n’ont cessé de dénoncer François-Xavier Verschave et 6 ses amis de l’associationSurvie. Rayons de lumière qui ramèneront à la surface un certain nombre d’affaires africaines – récentes mais efficaces – propres à la Mitterrandie à travers les réseaux d’origine foccardienne.
« L’arrivée de la gauche au pouvoir, en 1981, [a clarifié] sa position [celle de Jacques Foccart, NDLR]. Des deux pieds, il [était] désormais dans l’opposition, cultivant les fidélités sur le continent, enregistrant des défections. Par opportunisme, mais aussi “pour servir la France quel que soit son gouvernement”, des membres de son réseau [celui de Foccart, NDLR] se [sont mis] 7 à la disposition de François Mitterrand. »
C’est également parce que les Africains de France, voire les Français africains, constituent désormais une réalité sociologique dans l’Hexagone que j’ai pris la résolution d’évoquer ce vaste périmètre de turpitude du champ historique franco-africain. En effet, il serait tout à fait incompréhensible de garder le silence sur un volet important de l’histoire récente de la France alors que beaucoup de Français africains, qui ne cessent de revendiquer leur double appartenance, s’en prennent, à tort ou à raison, aux méfaits du colonialisme et du néocolonialisme. Il s’agit aussi de rafraîchir la mémoire de la trentaine de