//img.uscri.be/pth/e82adc51a061cb0dc9fd9b268a49457e17224110
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB

sans DRM

Mobiles et Volontaires de la Seine pendant la guerre et les deux sièges

De
336 pages

Les Invalides. — Le Commandant. — La classe 1867. — Au Champ de-Mars. — Le général Soumain et le colonel Berthaut. — Le maréchal Niel. — L’enfantement pénible. — La défaveur. — Le maréchal Lebœuf. — Résurrection tardive. — La Guerre.

Nous sommes loin du temps où les gens de guerre de notre pays souriaient ironiquement au seul nom de la garde mobile. Elle a reçu aujourd’hui le baptême du feu. C’est une curieuse histoire que celle de la mobile, et si l’on pouvait rire de quelque chose et de quelqu’un, quand la France est en deuil, ou aurait beau jeu pour se divertir aux dépens des gens ineptes qui ont été les premiers ennemis de la mobile.

Fruit d’une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.


Voir plus Voir moins
À propos deCollection XIX
Collection XIX est liothèque nationaleéditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bib de France. Fruit d’une sélection réalisée au sein des prestigi eux fonds de la BnF, Collection XIXsiques et moins a pour ambition de faire découvrir des textes clas classiques de la littérature, mais aussi des livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou livres pour la jeunesse…
Édités dans la meilleure qualité possible, eu égard au caractère patrimonial de ces e fonds publiés au XIX , les ebooks deCollection XIX sont proposés dans le format ePub3 pour rendre ces ouvrages accessibles au plus grand nombre, sur tous les supports de lecture.
Arthur de Guilloteau Grandeffe
Mobiles et Volontaires de la Seine pendant la guerre et les deux sièges
PREMIÈRE PARTIE
Les Mobiles de la Seine
CHAPITRE PREMIER
Les Invalides. — Le Commandant. — La classe 1867. — Au Champ de-Mars. — Le général Soumain et le colonel Berthaut. — Le maréchal Niel. — L’enfantement pénible. — La défaveur. — Le maréchal Lebœuf. — Résurrection tardive. — La Guerre.
Nous sommes loin du temps où les gens de guerre de notre pays souriaient ironiquement au seul nom de la garde mobile. Elle a reçu aujourd’hui le baptême du feu. C’est une curieuse histoire que celle de la mo bile, et si l’on pouvait rire de quelque chose et de quelqu’un, quand la France est en deuil , ou aurait beau jeu pour se divertir aux dépens des gens ineptes qui ont été les premier s ennemis de la mobile. Il n’est guère à propos de faire des récriminations sur un p assé condamné par les événements ; pourtant, quand on écrit l’histoire, i l faut dire la vérité, et il est impossible de passer sous silence les difficultés, les préjugé s, les obstacles, le parti pris, la mauvaise volonté, la jalousie qui ont accueilli à s es débuts, cette jeune troupe qui a bien mérité, depuis, ce titre, donné peut-être trop vite, l’armée de l’avenir. Par sa composition essentiellement démocratique, el le réunissait dans son sein toutes les forces vives de la nation et il a fallu que le danger arrivât pour que ses détracteurs comprissent enfin tout le parti qu’on e n pouvait tirer. Ah ! c’est qu’il y avait, avant nos désastres, un abîme entre le civil et le militaire ! l’armée vivant de traditions vieilles, mais faussées, s’entourait d’un rempart q ue nul ne pouvait franchir ; à présent les choses sont bien changées ; tout Français est s oldat et ce civil, jadis si méprisé des gens du métier, n’est pas le dernier à courir a ux remparts, et n’est pas le moins habile à les défendre. Ce n’est pas sans raison que parmi les bataillons de la mobile, e nous avons fait choix du 7 bataillon de la Seine, sa première histoire est un peu, comme on le verra dans ce chapitre, le commencement de l’institution tout entière. On l’appelait au Champ-de-Mars,le bataillon modèle ; son chef, le comte de Vernon-Bonneuïl, ancien officier de Crimée. avait donné pl us d’un conseil utile et indiqué plus d’une réforme désirable. Le maréchal Niel, de regrettable mémoire, prêtait v olontiers l’oreille à ses sages avis, et voyez à quoi tiennent les destinées d’un e mpire, au milieu de tant de courtisans, de tant de flatteurs, de tant de parasi tes, cortége habituel des souverains, il s’était trouvé par hasard un homme intelligent q ui avait compris le côté défectueux de notre organisation militaire ; cet homme avait v u juste, nous l’avons appris à nos dépens. On l’écouta un instant ; ses réformes furen t acceptées ; on leur donna la forme respectable d’une loi de l’État, et le réform ateur put croire que ses plans allaient être exécutés. Il avait compté sans l’esprit de rou tine et de mesquinerie qui fait de notre système administratif la grande plaie de la F rance moderne. Au lieu d’une garde mobile sérieuse, manœuvrant sur nos champs de Mars, on n’obtint que la dérisoire concession d’une garde mobile sur le papier, qui n’ était qu’un cadre vide de son tableau. Ce ne fut pas la faute du 7° mobile et de son chef si l’on renonça aussi vite à continuer l’épreuve d’une institution aujourd’hui a cceptée par tous. e Dès le début, le 7 avait, aux Invalides, son quartier-général, et à l a mairie de la rue de Grenelle, ses rapports quotidiens, ses exercices , son école d’instruction, ses conférences militaires. Le bataillon n’en était enc ore qu’à la classe 1867 que déjà il attirait l’attention du général Soumain et du colon el Berthaut. Comme le maréchal Niel, ces deux chefs distingués avaient compris ce qu’on pouvait tirer de la garde mobile et ils en furent aussi les créateurs. Après avoir rendu hommage à ces chefs habiles, mais trop peu secondés par
l’autorité supérieure, parlons de ces jeunes gardes mobiles qui ont supporté, avec tant de calme et tant de noblesse, un changement si comp let de position sociale. Parlons d’eux, car enfin c’est leur histoire que nous voulo ns écrire, en prenant pour type le bataillon qui a été notre première famille militaire. Il fallait les voir ces jeunes mobiles, au premier jour de l’organisation ; la loi nouvelle n’avait guère leurs symphaties et ils ne se gênaien t pas pour vous jeter à la face, ce propos qui serait aujourd’hui une impiété : « Mais nous ne sommes pas des soldats ! » L’uniforme, l’alignement, l’exactitude, la voix imp érieuse des chefs, rien de tout cela ne leur allait ; il ne fallait pas, bien entendu, leur demander le salut militaire. Ils vous appelaient les gradés « Monsieur », tout comme si d es galons n’avaient pas brillé sur ce nouvel uniforme. On comptait dans leurs rangs bo n nombre de déserteurs, les uns pour cause de voyage, les autres pour raison d’affa ires ou de famille, la plupart, à cause d’un esprit anti-militaire qui n’était que tr op encouragé par les journaux du temps. Enfin, disons-le sans détour, nos mobiles n’ aimaient guère, au début, la nouvelle armée dont ils sont fiers, à présent, de f aire partie. Pauvres enfants ! leurs cœurs s’étaient amollis dans l’atmosphère malsaine d’une civilisation trop matérialiste, puis on leur avait tant dit que la France était gra nde et invincible ; ils le croyaient comme bien d’autres ; à quoi bon alors endosser l’u niforme ? est-ce que le pouvoir éprouverait le besoin d’avoir à sa disposition de n ouvelles baïonnettes ? Ce pouvoir, on le croyait si grand lui aussi, mais quel réveil ! Il ne faudrait pas croire, par ce qui précède, que nos jeunes gens n’eussent aucun sentiment guerrier, j’ai vu leurs yeux briller de p laisir, le jour où leurs officiers, l’épée nue au poing, les ont conduits, pour la première fo is, à l’exercice. Ce n’étaient point les armes qui leur déplaisaient ; ce qu’ils craigna ient, c’était la caserne, et ajoutons la discipline, avec laquelle ils ne seront jamais comp létement réconciliés. C’est là, au point de vue militaire, une infériorité dont il fau t prendre son parti. Les mobiles de province savent, mieux que nous, se taire et obéir. Mais que de qualités charmantes et en même temps solides rachètent les défauts inco rrigibles du soldat parisien ! Il est railleur, mais peu crédule ; il est espiègle, mais brave jusqu’à la témérité ; s’il est paresseux quand on sonne l’appel, il ne l’est pas q uand il entend battre la charge. J’en conviens, l’ironie de son esprit a quelque cho se d’agaçant, ce sceptique ne e respecte rien ; n’ont-ils pas eu l’idée d’appeler e ux-mêmes notre cher bataillon, le 7 baladeur !up de gens envieraient, àMoi qui l’ai vu au feu, je vous réponds que beauco ce prix, un tel sobriquet. Je raconterai plus tard quelques-unes de leurs plaisanteries ; ce livre, semi-sérieux, étant surtout l’histoire de s mobiles, aura sa partie anecdotique empruntée aux souvenirs de noire campagne. Pour commencer tout de suite, disons que ces enfant s terribles avaient trouvé dès les premiers jours le moyen de critiquer, par une e spièglerie, la parcimonie de l’administration militaire. On leur avait bien donn é des pantalons, des vestes, voire même des képis ; mais la place du pompon soigneusem ent indiquée restait toujours vide ; aussi ne tarda-t-elle pas à être occupée, là par une plume gigantesque, ici par une branche d’arbre, plus loin par un ornement en p apier. C’était peu militaire, mais le moyen de se fâcher ! Le général lui-même fermait les yeux, en riant sous cane. Il aurait peut-être mieux fait de demander quelques jours d’arrêt pour M. l’intendant ; ce ne sont pas les mo biles qui auraient protesté ; car il ne fut jamais leur ami et ne l’est pas devenu plus tar d, comme le prouvera la suite de cette histoire. Puisque nous en sommes aux anecdotes, n’oublions pa s cette autre espièglerie qu’on n’aurait jamais soufferte chez des conscrits de l’armée. Je la raconte en la
blâmant hautement, mais j’y trouve une preuve nouve lle de cet esprit railleur qui frappe sans pitié tout ce qui prête à la critique. Je ne vous ferai pas, lecteur, l’injure de croire que vous ignorez ce qu’on entend par « senti r les coudes à droite ou à gauche » ; je gage que, par ce temps de guerre, les femmes elles-mêmes me comprennent. Eh bien ! si l’instructeur ne donne pa s des explications claires et suffisantes, il arrive que le conscrit ahuri ne sai t plus du tout de quel côté il faut sentir les coudes. Nos jeunes moqueurs avaient tourné la c hose en plaisanterie et, allant tantôt à droite, tantôt à gauche, faisaient comme u ne sorte de navette qui désespérait l’instructeur. Ce dernier seul ne riait pas. Il est vrai que c’était alors un vieux soldat qui avait appris, à ses dépens peut-être, à ne pas rire sous les armes. Nous n’avions pas encore les instructeurs de la mobile. Aujourd’hui, grâce à Dieu, la mobile se suffit à el le-même ; le plan du maréchal Niel est complétement réalisé ; nous avons là une second e armée aussi nationale que la première et qui lui ressemble pour le courage et l’ entrain. Puisque nous sommes sur ce sujet, examinons rétrosp ectivement ce qui serait arrivé si la mobile eût été plus vieille de deux ou trois ans. Nous aurions eu à mettre en ligne, au commencement de la campagne, au moins 500,000 hommes de plus ; ce qui, ajouté aux 300,000 hommes de l’armée active, e ût fait un total de 800,000 soldats parfaitement en état d’écraser le million d’Alleman ds qui s’est rué sur la France. C’était bien là le projet patriotique du regretté maréchal Niel, et s’il ne l’a pas mis à exécution, ce n’est même pas à la fortune qu’il faut s’en pren dre. De son vivant, le maréchal eût pu réaliser sa grande réforme, s’il n’eût rencontré l’opiniâtre résistance des gens de la vieille école. Je m’en souviens parfaitement ; du t emps même de sa première formation, la garde mobile était considérée comme u n enfant mort-né, On consentait à la coucher sur le papier, voire même à la caserner ainsi formée, dans les cartons de la guerre, mais personne n’exécutait sérieusement la l oi nouvelle, cette loi qui eût sauvé la France et l’Empire, sans les courtisans et les f latteurs qui perdent toujours les gouvernements personnels. Le maréchal Niel avait fait, aux Chambres, un expos é de motifs vraiment er remarquable, à propos de la loi du 1 février 1868. Il était complétement dans le vrai, le vieux système militaire était devenu faux, il fa llait y renoncer. Napoléon le sentait bien, mais disons tout de suite qu’après la première expérience du nouveau régime, il hésita entre le danger d’une armée insuffisante et celui d’une armée hostile à sa dynastie. La mobile n’avait pas, au début, ladiscipline militaire que lui ont donnée plusieurs mois de campagne. On raiso nnait dans ses rangs ; elle n’était pas jugée suffisamment impérialiste, malgré les aig les qu’on avait eu soin de mettre sur ses boutons. De là des représentations faites p ar les courtisans de la couronne ; l’armée, qui voyait d’un mauvais œil grandir cette jeune rivale, ajoutait les conseils de son expérience à ceux des amis maladroits du régime tombé. Dans tout cela, on le voit, la grosse question de l a France n’était pas la principale, et c’est pourquoi la garde mobile a été sacrifiée et l a France avec elle. Il aurait fallu faire alors ce qu’on a fait depuis sous la pression des é vénements. Il est probable qu’au lieu d’avoir assisté en vaincus au siége de Paris, nous serions entrés vainqueurs à Berlin, après deux mois de guerre. Ce n’était, grâc e aux engins modernes, qu’une question d’hommes, et partout, excepté sous les mur s de Paris, nous avons été dix fois moins nombreux que nos ennemis. Il ne fallait pas une grande malice, ni un profond génie pour concevoir le plan du maréchal Ni el ; ce n’était qu’une affaire de e bon sens. Je me souviens qu’à cette époque le comma ndant du 7 mobile, qui avait voyagé en Allemagne, exposait au ministre de la gue rre de sages projets sur
l’application de la landwher à notre régime militai re. On parle quelquefois de la légèreté française, qui empêche de faire, chez nous, quoi que ce soit de sérieux ; mais ce n’est pas la légèr eté française qu’il faut accuser ici ; c’est celle de nos hommes d’État endormis dans ce l it moelleux des cours, aussi incapables que vaniteux, aussi imprévoyants que tém éraires, vivant d’expédients dans une fausse sécurité, et s’imaginant que parce qu’il s avaient habitué les Français à se contenter de grands mots vides de sens, ils tromper aient aussi aisément un implacable ennemi, qui était beaucoup mieux renseig né qu’eux sur leurs propres affaires. C’est de l’histoire que nous faisons et c ette page n’est pas de trop dans le livre biographique du 7e mobile. Ce bataillon marchait si parfaitement dès le début, il avait donné une preuve si éclatante de l’utilité de la nouvelle loi ; on avai t si peu de raisons pour suspendre une expérience qui donnait de si beaux résultats, l’esp rit de cette jeune troupe était si excellent, qu’il y avait toute sorte de motifs pour continuer un essai déjà si satisfaisant. La jalousie seule, cette mesquine passion si répand ue dans l’administration française, empêcha la garde mobile de se développer, et le bat aillonmodèle de justifier en quelques mois la salutaire réforme qui lui avait do nné le jour. On ne saura jamais les résistances, les taquineries, les persécutions puér iles et mesquines dont nous avons été victimes. Au lieu de nous faciliter les premier s pas dans la carrière militaire, on ne songeait qu’à nous dresser des piéges et des embûch es. On ne voulait pas de notre succès ; et aujourd’hui même, il a fallu les malheu rs de la France pour nous faire accepter. Mais nous ne nous y trompons pas, on nous accepte pour nous donner toutes les charges qu’impose le patriotisme, avec l ’arrière-pensée, bien arrêtée, de ne nous en laisser aucun des avantages. Nous reviendro ns plus tard sur ce sujet ; parlons, pour terminer ce chapitre, d’un homme qui a été le mauvais génie de la mobile, et dont la figure fait un singulier contras te avec celle du maréchal Niel. Le lecteur a deviné qu’il s’agit du maréchal Lebœuf. Ce personnage, quoique ayant survécu à nos désastre s, appartient à l’histoire, qui a le droit de le juger. Nous croyons qu’elle le conda mnera et le rendra responsable des premières défaites que nous ayons eu à subir depuis Waterloo. C’est une tâche difficile que d’avoir à porter la parole contre un général malheureux, mais c’est un devoir pour l’historien. Un garde mobile a plus que personne le droit de revendiquer ce devoir, car l’administration du nouveau ministre av ait rendu stérile l’œuvre patriotique de son prédécesseur, et si la guerre n’eût pas écla té, il ne serait rien resté des quelques milliers d’hommes enrôlés, comme essai, da ns la mobile, et des chefs qui les commandaient. Qu’est-ce donc que le maréchal Lebœuf ? A-t-on le d roit d’accoler à son nom le triste mot de trahison ? Non, s’il s’agit d’un pact e formel fait avec l’ennemi ; l’or de Bismarck n’a jamais souillé cette main loyale de so ldat. Rien dans la vie militaire du maréchal Lebœuf n’autorise ce soupçon. Cet officier supérieur avait de brillants états de service. C’était, je crois, un ancien élève de l ’École polytechnique. Esprit distingué, caractère estimé, spécialité reconnue dans l’arme d e l’artillerie ; il y a là des titres respectables que les fautes politiques ne sauraient effacer. Tel brille au second rang qui s’éclipse au premier. Le caractère trop absolu des mathématiciens se prête mal d’ailleurs aux fluctuations inattendues de la vie p olitique. Cela posé, le maréchal ne saurait échapper aux reproches que l’on fera toujou rs à son administration. Il pourra peut-être s’en prendre à la Chambre, et surtout à l a gauche, qui combattait les nouvelles réformes militaires, mais membre d’un min istère responsable, il reste lui-même responsable devant l’histoire. On lui reproche ra toujours de ne pas s’être
opposé à la guerre. En restant au pouvoir, il en a accepté toute la responsabilité. Il savait très-bien, en effet, que l’armée français e avait un effectif cinq ou six fois inférieur à celui de l’armée prussienne ; que nos e nnemis pouvaient mettre en ligne plus d’un million d’hommes, taudis qu’il ne nous ét ait possible de leur opposer que trois cent mille hommes d’armée active et cinquante mille mobiles. Pourquoi donc avoir caché cette situation au pays et à celui qui le gouvernait ? Pourquoi avoir prononcé devant les Chambres ces mots cruellement t rompeurs : « Nous sommes prêts ; en quinze jours, nous pouvons réunir une ar mée de cinq cent mille hommes ! » Ou le maréchal le croyait, et alors il ne s’est pas rendu compte de notre situation militaire ; ou il la connaissait, et il a sacrifié la France à un succès de tribuns. Voilà à quel prix le maréchal a pu conserver quelques jours de plus un portefeuille qui nous a coûté si cher. Vous savons bien qu’il répondra que les cinq cent m ille hommes annoncés par lui existaient en réalité ; que jusqu’alors la- France avait lutté contre les plus grandes puissances du monde avec des armées beaucoup moins nombreuses ; que nul ne pouvait s’attendre à la rapidité des victoires de l a Prusse, qui sont venues nous frapper comme des coups de foudre. Cette défense est bien insuffisante ; n’avait-on pa s sous les yeux l’exemple récent de Sadowa ? Ne savait-on pas le chiffre énorme de l ’armée allemande ? Ne connaissait-on pas les traités militaires conclus p ar la Prusse avec les États du Sud de l’Allemagne ? Ces traités n’avaient-ils pas été dénoncés au gouve rnement par tous les journaux grands et petits. Non, la faute est inexcusable ; e lle pèsera comme un poids écrasant sur la mémoire du maréchal Lebœuf. S’il parvient à faire croire qu’il avait pris toutes les mesures nécessaires pour mettre l’armée sur le pied de guerre, il ne parviendra er jamais à justifier l’abandon coupable de cette loi du 1 février 1868 qui avait créé la garde mobile. Ce fut là encore une de ces lourdes fautes que les vrais patriotes, en ces jours de deuil, ont le droit de blâmer avec amertume. Le ministre savait bien cependant, qu’en appliquant la loi dont nous parlons, il avait facilement sous la main cinq à six cent mille jeune s gens de vingt à vingt-cinq ans pouvant former une seconde armée facile à réunir et à exercer. Il savait très-bien qu’on pouvait avoir besoin de tout l’effectif de l’ armée active et qu’il fallait songer à organiser cette seconde armée destinée à rendre dis ponible la première. Il n’ignorait pas qu’un mois ou deux d’exercice étaient plus que suffisants pour préparer cette jeune troupe, que les dépenses relatives à ce chapi tre du budget étaient insignifiantes auprès du chiffre énorme du budget de la guerre. Qu ’a-t-on fait cependant ? Il est honteux d’avoir à le dire. On a réduit d’une manière parcimonieuse à un million et demi les cinq millions affectés à cette garde mobile don t on ne voulait plus. On a renvoyé dans leurs foyers, les jours d’exercice, ces jeunes soldats que l’on craignait de réunir ; les raisons politiques l’ont emporté sur la grande question de la défense nationale. Mais alors, pourquoi faisiez-vous la guerre ? Le rôle qu’a joué la garde mobile donne le droit d’ être sévère à l’égard de l’administration qui a privé la France de cette sec onde armée qui fut plus tard notre dernière planche de salut. On ne le croira pas ; ma is il est bon de le faire savoir à la postérité ; non-seulement la nouvelle administratio n qui succéda à celle du maréchal Niel, ne fit rien pour la garde mobile, mais encore elle fit tout pour la détruire. Nous avions reçu l’ordre de suspendre tout exercice, tou te instruction des cadres. Notre uniforme était prohibé dans les rues ; l’incertitud e planait sur nos destinées ; on parlait
tout haut de nous laisser mourir lentement ; la sol de minime des officiers allait être réduite à une indemnité dérisoire. A quoi bon, disa it-on, payer des gens qui n’auront rien à faire ? Il était question de renvoyer tous l es sous-officiers dans leurs foyers. Enfin, on nous avait repris nos fusils et nos sabre s-baïonnettes. Et cela s’accomplissait à la veille d’une grande guerre à l aquelle tout le monde s’attendait ! Voilà la vérité. Quel nom donner à une telle condui te ? L’histoire jugera. Quant à la mobile, elle est vengée aujourd’hui des accusations injustes portées contre elle. On l’a vue au feu, dans les places de guerre, dans les cam ps, et son attitude a montré tout ce qu’on pouvait attendre de cette jeune troupe qui eût sauvé l’Empire,s l’Empire avait eu confiance en elle. C’est une triste chose que de voir la politique personnelle diriger les destinées d’une grande nation. C’est à cette ca use seule qu’il faut attribuer l’abandon dans lequel on a laissé la garde mobile. On avait peur que ces jeunes baïonnettes ne se retournassent contre le pouvoir. C’était une pensée aussi fausse qu’égoïste. La mobile n’avait pas de grandes sympat hies pour le régime impérial, mais commandée par des chefs que l’empereur avait nommés , déjà disciplinée par deux mois d’exercice, elle avait appris à ne pas discute r sous les armes, et elle eut fait son devoir sans mur murer. Telle fut l’œuvre de destruction accomplie sous l’a dministration du maréchal Lebœuf, œuvre qui a perdu la France, l’Empire et l’ armée. La République, espérons-le, ne suivra pas ces tristes errements. Elle ne confie ra pas à des mains inhabiles le commandement de ses armées ; et faisant appel à tou s ses enfants, elle ne leur demandera pas, à l’heure du combat, d’où ils vienne nt et ce qu’ils pensent au fond de leur cœur. Il reste encore, malheureusement, beaucoup trop de fâcheuses traditions ; mais la grande voix de la tempête que nous traversons fera taire ces notes discordantes, et le jour de la grande revanche éclairera une France nou velle qui rappellera les beaux jours de l’ancienne France. Au point où nous en sommes de notre récit, la guerr e vient d’éclater, M. Émile Olliviera le cœur-léger, et èt àSon Excellence le maréchal Lebœuf se déclare pr écraser l’armée allemande. La suite montrera ce qu’ il faut penser de ces deux grands ministres.