//img.uscri.be/pth/d1f6c798085155afce76091dba38f7a6f3ea6147
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,75 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Nationalistes algériens et révolutionnaires français au temps du Front Populaire

De
144 pages
Publié par :
Ajouté le : 01 janvier 0001
Lecture(s) : 61
EAN13 : 9782296407602
Signaler un abus

NATIONALISTES ALGÉRIENS ET RÉVOLUTIONNAIRES FRANÇAIS AU TEMPS DU FRONT POPULAIRE

Collection «Histoire et perspectives méditerranéennes» dirigée par
Ahmet INSEL, Gilbert MEYNIERet Benjamin STORA

Dans le cadre de cette nouvelle collection, les éditions L'Harmattan se proposent de publier un ensemble de travaux concernant le monde méditerranéen des origines à nos jours.

Ouvrages parus dans la coUection: - O. Cengiz Aktar, L'Occidentalisation de la Turquie, essai critique, préface de A. Caillé.

-

Rabah Belamri,

Proverbes et dictons algériens.

Juliette Bessis, Les Fondateurs, index biographique des cadres syndicalistes de la Tunisie coloniale (1929-1956). Juliette Bessis, La Libye contemporaine. Camus et la politique, actes du colloque international de Nanterre (juin 1985), sous dir. J. Guérin. Claude Chiclet, Le Parti communiste en Grèce (1941-1948). Catherine Delcroix, Espoirs et réalités de la femme arabe (Egypte-Algérie). Geneviève Dermenjian, La crise anti-juive oranaise (1895-1905) : L'antisémitisme dans l'Algérie coloniale.

-

Fathi Al Dib, Abdel Nasser et la révolution algérienne.
Jean-Luc Einaudi, Pour l'exemple: l'affaire Iveton, Enquête, préface de P. Vidal-Naquet. Famille et biens en Grèce et à Chypre, sous la direction de Colette Piault. Marie-Thérèse Khair-Badawi, Le désir amputé, vécu sexuel de femmes libanaises. Ahmed Khaneboubi, Les premiers sultans mérinides: histoire politique et
sociale (1269-1331).

Ahmed Koulakssis et Gilbert Meynier, L'émir Khaled, premier zaïm? Identité algérienne et colonialisme français. Christiane Souriau, Libye: l'économie des femmes. Benjamin Stora, Messali Hadj, pionnier du nationalisme algérien (1898-1974) (réédition). Claude Tapia, Les Juifs sépharades en France (1965-1985). Gauthier de Villers, L'Etat démiurge, le cas algérien. Brahim Zerouki, L'Imamat de Tahart: premier Etat musulman du Maghreb, tome 1.

Coordination générale de la collection: Christiane DUBossoN. Pour tous: renseignements concernant ce secteur et pour recevoir le dernier catalogue des Editions L'Harmattan, écrire à l'adresse suivante: 5-7, rue de l'Ecole-Polytechnique, 75005 Paris.

Collection Histoire et perspectives méditerranéennes

Benjamin

Stora

NATIONALISTES

ALGÉRIENS

ET RÉVOLUTIONNAIRES FRANÇAIS AU TEMPS DU FRONT POPULAIRE

Editions L'Harmattan 5-7, rue de l'Ecole-Polytechnique 75005 Paris

Du même auteur

Mémoires de Messali Hadj, préparation du texte en collaboration avec C.R. Ageron et M. Harbi, éditions J. C. Lattès, Paris, 1982. Dictionnaire biographique de militants nationalistes algériens, 1926-1954 (ENA-PPA-MTLD),éditions L'Harmattan, Paris, 1985, 404 p. Messali Hadj (1898-1974), pionnier du nationalisme algérien, réédité en 1986 aux éditions L'Harmattan, Paris.

@ L'Harmattan, 1987 ISBN: 2-85802-890-7

A Cécile et Raphaël

INTRODUCTION

L'actualité aidant, situation ouverte par 1981 et cinquantième anniversaire de sa naissance, le Front populaire de 1936 est resté un objet d'études privilégié, un enj~u et une référence partisane dans les débats contemporains. C'est devenu un lieu commun de rappeler que l'intelligence du passé nous informe d'abord sur les préoccupations du présent, et que l'histoire s'écrit toujours à partir de notre présent de sorte que l'on peut renouveler l'analyse de cet événement. Se poursuivent donc les tentatives de rompre des lances avec cette forme de gouvernement et de tordre ces morceaux de vie passée pour leur extorquer des leçons. L'objectif de ce petit livre ne consiste pas à dresser un « procès» à distance du Front populaire sur la question coloniale et particulièrement algérienne. Différents ouvrages ont déjà dressé l'inventaire des fautes et erreurs commises en ce domaine, ou ont au contraire tenté de justifier le cours suivi à cette époque 1.
1. Voir bibliographie générale en fin de volume. 7

Il s'agit bien plutôt de savoir qu'au moment même où cette histoire était en train de s'accomplir, des organisations, groupes, individus, émettaient déjà les plus vives critiques ou réserves. De l'intérieur même du camp de la gauche, se sont élevées les oppositions des nationalistes algériens, mais également de la gauche socialiste, révolutionnaire française. Leurs voix étaient certes minoritaires à l'époque, mais elles méritent d'être entendues, rapprochées entre elles comme le suggère Charles-Robert Ageron dans un article récent:
«La gauche révolutionnaire française a su proposer aux Maghrébins des modèles, des formules et une aide parfois inappréciable. Le Maghreb indépendant doit beaucoup plus qu'il ne veut se l'avouer à l'action de ces «taupes»

révolutionnaires françaises2. » Leur argumentation est suffisamment corroborée aujourd'hui par l'évolution de la politique mondiale (guerres de décolonisation en particulier) pour que l'on accorde quelque crédit à cette vision, cette version des faits. Les attitudes des nationalistes algériens et militants de la gauche socialiste, révolutionnaire mettent en lumière qu'à l'intérieur du Front populaire, entre le conflit gauche-droite, démocratie-fascisme, se déroule un autre affrontement non moins important car il conditionne les méthodes mêmes du combat à livrer. Il porte sur le problème d'articulation entre question sociale et question nationale. En vérité, deux stratégies, devant le danger fasciste grandissant, se trouvent ici confrontées. Celle qui privilégie la défense de la démocratie et se refuse à poser le règlement du problème colonial comme pouvant effrayer ou faire le jeu de la droite; et celle qui, portée pM les nationalistes algériens et les révolution2. C.R. Ageron «Avant-propos» au numéro spécial «Le Maghreb et la France, de la fin du XIX' siècle au milieu du XX'» publié par la Revue française d'histoire d'Outre Mer, tome LXX, n° 258-259, p.8. 8

naires français, estime qu'il faut prendre le fascisme de vitesse en utilisant au maximum la volonté des masses (revendications sociales en France et règlement de la question nationale en Algérie). Les débats sur l'Ethiopie en 1935, sur l'Espagne et le Maroc en 1936, comme on le verra dans les articles, révèlent sous un autre angle les mêmes enjeux. Les trois articles que nous présentons dans cet ouvrage ont en commun de poser ces problèmes.

- Le premier, L'Etoile Nord-Africaine et le Front populaire 3, présente les nationalistes algériens indépendantistes, leur programme et leurs espoirs déçus dans la politique du Front populaire. Cet article se fixe également pour objectif de réactiver les héritages de mémoire militante des immigrés algériens dans la France de l'entre-deux-guerres. Ces immigrés, pourvus d'un solide sens politique, n'oublieront pas la dissolution de leur organisation par un gouvernement de gauche.
- Le second, La gauche socialiste, révolutionnaire et la question du Maghreb 4, s'attache à décrire les positions des petites organisations de la gauche du mouvement ouvrier français (anarchistes, socialistes révolutionnaires, trotskystes, syndicalistes). En émettant les plus vives oppositions à la politique coloniale du Front populaire, ils prévoient que le blocage de la situation au Maghreb peut conduire à des «explosions ». Le début de cet article est consacré à un bref rappel des positions des organisations de la gauche traditionnelle (SFIO, PCF) pour pouvoir mesurer le fossé existant entre ces dernières et les différentes oppositions de gauche. Puis sont abordées la composition des groupes et organisations, la provenance de leur héritage doctrinal, la nature des liens tissés avec les organisations nationalistes maghrébines,
3. Paru en l'Opinion, na 5, 4. Paru en na 258-259, pp. 1979 in Cahiers de l'Institut de la Presse et de pp. 195-215. 1983 in Revue française d'Histoire d'Outre-Mer, 57-79. 9

leur influence au Maghreb même. Le cadre idéologique dans lequel se situent les débats coloniaux entre les diverses tendances (quelle position prendre à l'égard de la question nationale?) est ensuite tracé. Enfin, est analysée l'évolution des attitudes adoptées par les courants à l'égard du Front populaire (faut-il privilégier la lutte antifasciste au détriment de l'anticolonialisme ?). - Le troisième, Les nationalistes algériens et le projet Blum- Viol/ette S, porte sur la perspective principale du gouvernement de Front populaire concernant l'Algérie. Trop longtemps présenté comme combattu par les ultras de la colonisation, on découvrira que ce projet Viollette était surtout rejeté par les Algériens eux-mêmes. Ce qui en témoigne, c'est l'importante progression de l'ENNPPA 6 sur le sol algérien entre 1936 et 1939, précisément opposé à l'application de ce projet. A travers cette question, s'exprime toute la spécificité du courant nationaliste ENA/PPA. L'équivoque de son positionnement politique et ce qui fait également sa « modernité» vient peut-être du fait qu'il se situe au croisement d'une idée laïque (émancipation nationale, Etat-Nation) et d'une idée religieuse (préservation de l'identité par l'Islam). Le militantisme au contact du mouvement ouvrier français affaiblit la seconde formulation, tout en suscitant la première. Cet inventaire, dressé à l'occasion du rejet du projet Viollette fait encore défaut pour saisir l'Algérie actuelle. Cette intersection du communautaire et de l'individuel, du national et du religieux, fabrique en effet le destin des pionniers du nationalisme.
5. Communication présentée le 30 novembre 1985 au Colloque «Maurice Viollette» organisé à Chartres par la société d'histoire contemporaine d'Eure-et-Loir. 6. ENA: Etoile Nord-Mricaine créée en 1926; PPA : Parti du Peuple Algérien fondé en 1937. L'ENA et le PPA se battent pour l'indépendance de l'Algérie. 10

Ces trois a~ticles .rappellent ce que l'on oublie un peu trop souvent a savOIr le mouvement propre, autonome des masses tant françaises qu'algériennes, qui porte en réalité la tactique des grands pàrtis officiels, institutionnels. Si l'on vient à chercher une leçon valable par-delà les conjonctures, elle est dans ce mouvement d'aspirations, que l'on peut certes dévoyer ou tenter d'entraver, mais sans lequel nul ne peut rien. Ce petit ouvrage rassemble des faits, les articule et peut fournir à qui s'y intéresse le point de départ de réflexions et de lectures complémentaires sur des thèmes aussi divers que la politique coloniale du Front populaire ou l'émergence de l'idée de nation dans les pays dominés de l'entre-deux-guerres. Ceux qui l'ont oublié, ou qui ne l'ont jamais su, s'apercevront que le débat ouvert pendant la guerre d'Algérie était en fait ouvert dès la période du Front populaire. On peut, bien sûr, évoquer l'échec des positions exprimées par les deux courants français et algériens en 1936. Toutefois, à bien y regarder, il ne s'agit pas d'une histoire des «illusions perdues» mais plutôt de la préhistoire d'un combat qui va se poursuivre et s'amplifier.

11

CHRONOLOGIE
(1935-1938)

Nationalisme

algérien:

les prémices
la

1925 : Campagne anticolonialiste en France contre guerre du Rif, pour le soutien à Abdelkrim.

1926 : Naissance de l'Etoile Nord-Africaine en France dont le but est l'indépendance de l'Algérie. 1927 : Congrès anti-impérialiste à Bruxelles avec la présence de Nehru, M. Hatta, Hô Chi Minh, L. Senghor, Messali Hadj. 1928 : Messali Hadj prend la tête de l'ENA en se brouillant avec le pCP. 1929 : Interdiction çaIS. de l'ENA par le gouvernement fran-

1930 : Célébration du centenaire de la conquête de l'Algérie, formation de la Fédération des Elus musulmans du Constantinois avec F. Abbas et BendjellouI. 13

1931 : Fondation de l'Association des Oulémas réformistes; 3 juillet: proposition de loi Viollette qui accorde la citoyenneté à une certaine élite algénenne. 1933 : Renaissance de l'ENA qui se sépare définitivement du PCF. 1934 : Décret Régnier sur la répression en Algérie.

Vers le Front populaire 1935
14 juillet: Participation de L'Etoile Nord-Africaine à la manifestation organisée à Paris par le Rassemblement populaire, sur les mots d'ordre: «Libérez le Maghreb, la Syrie et le monde arabe!» L'Etoile décide l'adhésion au comité qui va donner naissance au Front populaire. 16 juillet: Début de la déflation extrême de Laval. 26 juillet: Ouverture à Moscou du VIle Congrès de l'Internationale communiste où les questions coloniales passent au second plan, l'antifascisme devenant la revendication principale. 14 août: Meeting commun entre le Secours Rouge et l'ENA à Boulogne-Billancourt qui annonce les termes des rapports entre nationalistes algériens et Front populaire. Devant 600 travailleurs algériens, Messali prononce un violent réquisitoire contre

l'impérialisme français

(<<

Ouvrez. donc les yeux et

efforcez-vous à soutenir la lutte des arabes. Par là même vous déjouerez les plans criminels de Laval et donnerez un peu de bien-être à ceux qui, à Oran, Casablanca ou Fez disputent aux chiens pour pouvoir subsister, leur pitance dans les poubelles»). 14