Petites Chroniques #1 : 24 h du Mans — 80 ans au compteur

-

Livres
13 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

LES PETITES CHRONIQUES : jour après jour, découvrez l'Histoire en anecdotes et dates clés !

Jour après jour, tel une éphéméride, Chronique vous fait revivre l'Histoire en la racontant au présent.



Petites Chroniques #1 : 24 h du Mans — 80 ans au compteur

Comment une célébration sportive a réussi à faire rayonner l'aura de sa ville à l'internationale



Les Petites Chroniques, c'est aussi :

Petites Chroniques #1 : 24 h du Mans — 80 ans au compteur

Petites Chroniques #2 : Vacances d'été — Drame, People et Progrès

Petites Chroniques #3 : Destins de Femmes — Marilyn Monroe, l'éternelle

Petites Chroniques #4 : La Seconde Guerre Mondiale — Juin 1944, le mois le plus long

Petites Chroniques #5 : L'Année 80

Petites Chroniques #6 : Les années folles — 1920 à 1924, Le renouveau culturel - Partie 1

Petites Chroniques #7 : Napoléon Bonaparte — Entre guerre et paix

Hors-série #1 : Napoléon Bonaparte — La chute de l'Aigle



et bien plus encore...

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 17 juin 2015
Nombre de visites sur la page 31
EAN13 9782366029437
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0022 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
24 heures du Mans
80 ans au compteur
Éditions Chronique
Introduction : Douce France
La France, c’est une jolie femme dotée d’un sacré caractère. Surprenante, différente à chaque rendez-vous. Un jour dégustant du champagne, un jour saucissonnant gaiement. Un jour râleuse et chauvine, un jour clamant sa devise nationale pour la terre entière : « Liberté, Égalité, Fraternité ». Mais toujours rayonnante et créative, attentive aux droits de l’homme et à l’art de vivre. Unique et si multiple à la fois… Pour les Français comme pour les étrangers, la France – le pays le plus visité au monde ! – est un trésor inépuisable. Pour les rieurs, c’est notre sens de la fête, les cabarets et les chansonniers insolents, les cafés-théâtres et les pièces de boulevard. Pour les traditionalistes, c’est notre folklore ancestral, un artisanat souvent plus que millénaire, un florilège de produits régionaux, le défilé et le bal du 14 juillet… Pour les amateurs d’art, c’est une architecture aux cent facettes, les cathédrales, les prestigieuses collections des musées. Pour les fervents de littérature, c’est l’Académie et la Comédie françaises, et une pléiade de très grands écrivains depuisLa Chanson de Rolandqui chantait déjà « France douce la belle » au XIe siècle ! Pour les sportifs, c’est le Tour de France, Roland Garros, les 24 heures du Mans… Pour les amoureux de la nature, c’est une mosaïque de merveilles, des paysages qui changent à chaque virage, mille voyages en un seul ! Et pour tous, c’est tout cela à la fois !
26 mai 1923
Première course des 24 heures du Mans
Le 26 mai 1923, la première édition de la course des 24 heures du Mans commence sur le circuit de la Sarthe. Il s’agit d’une véritable épreuve d’endurance automobile dont le but est de repousser les limites techniques des véhicules. Ce Grand Prix d’endurance a vu la victoire de l’équipage Lagache-Léonard au volant d’une Chenard et Walker. Charles Faroux, journaliste à La vie automobile, Émile Coquille, directeur de Rudge-Whithworth et Georges Durand, animateur de l’Automobile Club de l’Ouest discutent d’un projet de nouvelle course, différente des « Grands Prix ». Ils décident de créer une compétition de sport automobile dont le but, au-delà du spectacle, était de mettre à l’épreuve les mécaniques d’automobiles de production courante qui se faisaient toujours plus performantes. Le challenge imposait qu’au moins 78 tours de ce circuit de 17,262 km soient effectués dans les 24 heures… Aucun retour au stand ne sera permis sans respecter des cycles de vingt tours. L’idée est née, ce sera une épreuve d’endurance pure primée par la somme de 100 000 francs. Pour la première...