//img.uscri.be/pth/71c9e8c3fe62b66dc3df85671b74b3d62e371632
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Un médecin hygiéniste déporté à Mauthausen

De
196 pages
La vie de Jean Bénech est un éloge de ce que fut la Troisième république et de l'ancrage qu'y sut trouver une certaine bourgeoisie. Jean fit deux guerres, se tint à sa vocation de médecin hygiéniste et survécu à Mauthausen. Sa fille fait ici le portrait d'une famille qui subit la barbarie nazie et la tourmente génocidaire : un père résistant, un demi-frère Compagnon de la Libération, le versant maternel décimé par les traques. Marion Bénech éclaire ici ces identités complexes.
Voir plus Voir moins

portrait
de Marion BÉNECHMémoires Mémoires
Jean Bénech e edu XX siècle du XX siècle
Il faut une belle audace pour faire le portrait de son
père. L’auteure assume pleinement sa subjectivité et
débusque la moindre archive disponible. Un médecin hygiéniste La vie de Jean Bénech est un éloge de ce que
fut notre république (la Troisième) et de l’ancrage
qu’y sut trouver certaine bourgeoisie. Une carrière déporté à maUtha Usen
vouée au service public (à Nancy, Lyon, Paris...), une
sphère privée qui réalise avec naturel l’idéal assimi­
lat ion niste : la rencontre d’une seconde épouse – portrait de Jean Bénech
dont Marion est la flle – fait abruptement entrer la
tourmente génocidaire dans la famille. Double face
de la barbarie nazie et vichyste : un père résistant,
un demi­ frère Compagnon de la Libération, tandis
que le versant maternel est décimé par les traques.
Jean Bénech ft deux guerres, se tint à sa vocation
de médecin hygiéniste et subit Mauthausen.
Marion Bénech éclaire et relie ces identités fer­
mées et complexes. Pour accéder à la dernière, la
plus inaccessible, elle repousse les illusoires com­
mo dités de l’empathie et trouve les preuves de « ce
qu’il avait été durant cette longue spoliation ».
Tous les fls peu à peu mis à jour, démêlés, c’est
la face positive de l’histoire – le père, acteur de sa vie,
même à Mauthausen – qui rend possible l’écriture.
Marion Bénech, née en 1933, est titulaire d’une
capacité en droit et d’un diplôme de criminologie.
Assistante d’études - documentaliste à l’Atelier
d’urbanisme de la ville de Nancy, elle s’y est initiée
à la recherche archivistique. Elle vit à Paris et est
administratrice de l’Amicale de Mauthausen.
Ci-dessus : l’auteure en 2010.
En couverture : Jean Bénech incarcéré Préface de Daniel Simonau Fort Montluc, croqué par un codétenu,
le 29 janvier 1944.
ISBN : 978-2-343-00158-6
19 €
MEMOIRES-XX-SIECLE_PF_BENECH_MEDECIN-HYGIENISTE-DEPORTE-MATHAUSEN.indd 1 10/02/13 20:15
Marion BÉNECH
Un médecin hygiéniste déporté à maUtha Usen




UN MÉDECIN HYGIÉNISTE
DÉPORTÉ À MAUTHAUSEN
PORTRAIT DE JEAN BÉNECH





































© L’Harmattan, 2013
5-7, rue de l’École-polytechnique ; 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-343-00158-6
EAN : 9782343001586Marion BÉNECH





UN MÉDECIN HYGIÉNISTE
DÉPORTÉ À MAUTHAUSEN
PORTRAIT DE JEAN BÉNECH







Préface de Daniel Simon










eMémoires du XX siècle

Déjà parus

Larissa CAIN, Helena retrouvée. Récits polonais, 2013.
Lucien MURAT, Carnets de guerre et correspondances 1914 – 1918.
Documents présentés et annotés par Françoise FIGUS, 2012.
Zysla BELLIAT-MORGENSZTERN, La photographie, Pithiviers,
1941. La mémoire de mon père, 2012.
Serge BOUCHET de FAREINS, De l’Ain au Danube, Témoignages
rede vétérans de la 1 Armée Française (1944–1945), 2012.
Gabriel BALIQUE, Saisons de guerre, Notes d’un combattant de la
Grande Guerre, 2012.
Jean DUCLOS, Notes de campagne 1914 – 1916 suivies d’un
épilogue (1917 – 1925) et commentées par son fils, Louis-Jean Duclos
Collectif-Artois 1914/1915, 2012.
Odette ABADI, Terre de détresse. Birkenau – Bergen-Belsen,
nouvelle édition, 2012.
Sylvie DOUCHE, Correspondances inédites à des musiciens français.
1914-1918, 2012.
Michel RIBON, Jours de colère, 2012.
François MARQUIS, Pour un pays d’orangers, Algérie 1959-2012,
2012
Jacques RONGIER, Ma campagne d’Algérie tomes 1 et 2, 2012.
Michèle FELDMAN, Le Carnet noir, 2012.
Jean-Pierre CÔMES, Algérie, souvenirs d’ombre et de lumière,
2012.
Claude SOUBESTE, Une saison au Tchad, 2012.
Paul OLLIER, Algérie mon amour, 2012.
Anita NANDRIS-CUDLA, 20 ans en Sibérie. Souvenirs d’une vie,
2011.
Gilbert BARBIER, Souvenirs d’Allemagne, journal d’un S.T.O,
2011.
Alexandre NICOLAS, Sous le casque de l’armée, 2011. $&(35e)
D IRUWLRUL ?LO W PRUW \ D FLQTXDQWH W DQV PELWLRQ VL ?D
ILOWUH GH D SLp ILOLDOH TXL DLVVH DLQ UH XQH
V RXUF WDQJLEOHV JLVVDQW
G?XQ KRPPH TXH QL VRQ DFWLYLWp VRFLDOH L VWHIH PDQL
VD SHUVRQQDOLWp Q?LQFOLQqUHQW DX UpFLW GH RL HW RQW SDU
DLOOHXUV QW PHJDJH O? DQV OD VLVWDQF SOXV
DEVHQFHV RSDTXHV RXU D ELRJUDSKH GHV DSRULHV OXW{W
XQHG? SDUW OOH WDOH VH SODF LQVWLQF DX XU
WLRQV UFSH QIDQW?H DVVXPH LQHOH W VD VXEM LWpLY
GDYDQWDJH TXH PDWpU DX UHTXLV SDU OH SURMH W LQLWLDO
WHUULWRLUHV OD SDUHQWqOH W

OVI?DSpHWOHSHVODUFKLYHDQUFWDSULQFLSDOHPHQIGHX[HPHQOW?/VQRWRLUHORQWQVHpFXHLOVOVG/HVTpGOHWHWHOHPFHQUHOUOSGUDH5PpGLVSRQLEOHHOFRHPHPWGOHG?OWHH?SQOOOSFVHHUVUHEYSGLSVPQOHHWVSSWHOWqHOHDIGIHHDHS-HIODIRLQGUHO%UG?HLJHHGH
OD pSX LTXH QRWU IXW XH FH pOR H XQ VW VLHQV OHV
EDUTX LO R FHOO QHFK HDQ YLH D TXH DPEDJ V
TXHUDVDQVOOH'LVRVpH VWQDPLOOH4XH
qFOHIUDQoDLV HWpORTXHQWHGXGHUQLHUVL
URIRQGH UDQFKH XQH DXGHOj
HV HQ H OH WLWUH OH GDQV LVRQ YHF RXUWDQW FRQILUPp
HQ EL XUH FDSW RQJpHSO D
UYR\DQFDLFO F YH pFU\SW HW H HFXHL DUW G?DXW UH
VHV LWHU G?KDE URXHVVH OD LW FFRPSO rWH ?HQTX GH
DFH GH GLIILFXOWpV FHV DIIURQWH HQ QpH /?DXWHXUH
HVLJQHV PLQVVHPpVG TXHGHVFKH
ORQJXHV GH LHQV HV RXU IXUHQW GpSRUWDWLRQ OD HQFRUH
GHV j ?DFFqV KDJLRJUDSKLH
p UVDYpULGHVDLVL HVW XUV RXWUHUHWUDFHUVRQSDUFR
SqUH GX SRUWUDLW H DLUH SRXU FH DXGD EHOOH XQH DXW ,O,O LW GHX[ XHUUHV \ RP SULV HV DUGDQHOOHV VH WLQW
V WLWpLGHV UPIHV RPSOHV 3RXU FpGH D
UQLqUH GH OD OXV VVLEOH LQDF OOH RXVVHUH V OH OOXVRLUH V
TX?LO DYDLW pWp GXUDQW FHWWH RQJXH ? VSROLDWLRQ ?M?DL
VXUH0H QGX O? D TXDOLWp PRLUHPp TXL VH I?W
JORXWLH VL FH LOUDY DLWDY SDV PSOL " ,O DXUD
SRVVLEOH ULURXY V OH ERvWHV j VH V OLUH XUOH RQWHX
TXHOTXHV WHUULWRLUHV RQW HV HVWLJHV GX DPS GH
XQ X SH V Op Pr Gp W VW OD DF SRVLWLY GH LUH LVW ? OH

HOPPYY7V0DXWKDXVHQOLIjUOjFXSGHHLYHppQVOI??L0VGHVFMOHOOIWGIGWWWURXYUHHOLHFHHOHGUYLDOHHGHWQPRWHJF(LVV-VVHpHHFF?HGGK\JLpQLVWHDFDDULRQWFUHHERUpFW[GDHXO[IOSKjRGOHOHYRQQXO?DLELU1HpSQYHH?HHHGI\UGHVSpSSQHGHHSH0HFXHVDGHQOIPHQWRQWRXUQHJFFF0RGHOPLVLqFOH'GH8XQHHMY?WHOHPGHFLQHqRQQXWU0H%pQHFKp&ODLUHXUWRXWGHHFOOQVHPHHLHVOHHpHFFPUDjWODpHWUpFSHpOSVW?VGH3V?WQHFjD?/HVWHOORF?DXWHXUHOOTXHjGUHGIDOOX
RXU HX HX V RXV H PrPRL HQ RQJHUUHSO
KDQWHU H LUHFWV pPRLQV DUHV HF LDORJXHU GH
QILQ VRLW QH TXH DYDQW GRXWH VDQ PDODLVH GH ODWHQFH
PHQW? H[DFWH
XSHUSRVDQW VH PDJHV X[
HWURXYHU OH H ERQKHXU OH H rP HW DSDLVHPHQW pSURXYp
F GH YHV SUHX OHV URXYH HW H ?HPSDWK GH FRPPRGLWpV
Pp H VLQJXOLqUH RFDWLRQ XQH
)UDQFLV/HPDUTXH
5RPDLQV -XO V DMRUHOOH DFTXHV LQDWWHQGXV FRPSDUVHV
GH SOXVLHXUQpUILQDWLRQV VDXWKHQWLTX HU QW
SLFH DLVQWURQXQH RVWHQERXUJ? LEOHRLVLH? 0DLV
UDTXHV HV DU GpFLP HVW HUQHO YHUVDQW H TXH WDQGLV
/LEpUDWLRQ D RPSDJQRQ PLIU XQ UpVLVWDQW
SqUH Q HQIDQW DULRQ HPSRUWHU IDLOOLW DTXHOOH UDFLVWH
UVp WLRQ W ROLWLTX UpS VLRQ LFK\ VW W QD]LH
DUEDULH OD DFH V OH V VX LW TXL LQVL IDPLOOH 8QH
HQWUHUWRXUPD QWHJpQRFLGDLUH GDQVO?KLVWRLUHGH%pQ K
DEULWXSWHP ?LOOH DDULRQQWGRQWVHFRW SRQGHXVH
?XQ HQFRQWUH DVVLD LODWLRQQLVWH ?LG DO DWXUHO DYH
FFRPSO TXL pH SKqUH XQH DUL \RQ DQF\
XEOLF HUYLF X FD LqUH 8QH RXOLJQp G?rWU
DXWTXL ?DXWUHGH W ?XQ GH?KRQQERXUJHRLHXUj VLH
FHUWDLQ WURXYHU VXW TX?\ DQFUDJH GH W 7URLVLqP0DXWKDXVHQ ? TXL UHQG SRVVLEOH
UDQWH RXW H UHVWH QRXV HVW
RIIHUWTXLQ?HVWSDVULHQ

HYHpGOHWSFLOXOVLWFjG
'DQLHO6,021
pQpW HW HDW RXOpH XQH HQ
DXTXHO *UkFH UH?pFUL
RUWH HOTXH TX Q PrP VD H DFWHXU SqUHDJQHGHVDQQp V HVGLIILFLOH
pUDWLRQ jPRQIUqUHDGPLUp* UDUG&RPSDJQRQGHOD/LE
pR
$PDFRXVLQH0LFKPS HOOHF0(1765(0(5&
WVRXWLH H XUWOH
,(HH[LQDJGKLqJQH
WVH HPHQSRXUOHXUVHQFRXUD
DXVHQ SUpVLHGHO0DXWQWSUpVLFDOHGYLHQWHWFHGH?$P
j'DQLHO6LPRQHW&DUROLQH8OPDQQ
$YHFPDWUUHFRQQDLVVDQXVHIHFWXVDIFH352326
Q WLFXOLH U VOH WH
WLRQDLEpU OLGH
L &H SXW LW TX?DX W OD PLOOH H WWH
HQWHQGV RQ IUqU RTXDQW HQWLPHQW GH RL
1H UDLVWX SDV XQ X VHVVHSDUH PD "LOOH ? -H
GL[ KXLW PRLV TX?LO VVSD H OLHX TX?pLW OH PS
QV OD OOHPD XQ LH JU LQWpU LH LYU OH

JUOHU0HSWHPSVDQUPHVJFGFPDUP9pVYQHDUHRXUPV\HRHFpLXP)SFJVOHPLXJO,OOSHHGPGQOHDSHUVRQQHHPRQW/pDDYHXW[I,DQHYIDGVQV?H/HHJVP1DHVXGFPURGWPDOJ-QGOEDOPXMOLWOLWQLXSUGpPpQDPJHDPQHpQWVpFWDLHQWQVWrRXUMDDUPGSUSGDDpDHRDDFHDOL-G9H*?HLVV/ODFV7$jS$OOFDYHHSFDPSQGPDPLWQOH
ELHQ DLV UHIRXOpH QRQ VLWp XUL G?XQH ?DVVDLW
0DXWKDXVHQ
HV QGDQW UH Sq PRQ LH OD pWp DLW TX?DY FH SRVVLEOH
DFWHPHQW H[ OXV FRQQDvWUH H VRLQ FH RL HQ SRUWp
Q? DYDLV H VL TXDVLREVHVVLRQQHOOH REVWLQDWLRQ XQH DYHF
DO GH XWDQW GRQQp SDV HUDLV PH H MH 2U GpSRUWpV GHV
SUp XUV FR HV VLXUL QW DUHP SS V Q?DYDLV
?
HVMXPHOOHVSRXU7RXORXVH O?DvQpHGHP
FDUU RQ FDUW QRUPH HW HU
FRXUD H H QL Q?DYDL V H HDX[FKDS j FDUW RQ RXUG
UqV HW G DQ XQ GDQV YH D SKRWRV G?LQQRPEUDEOHV
YH WURXYDLHQW H SRVWDOHV V FDUW HV TXH DORUV
D GH SRUWpH j RXUV
HVSO HV Up SqUH Q H GRFXP HQW
H UGUH ?2 GH VpH H SRXU FD GX QYRpHVSRVWHVDO
WKDXVHQ DX XU GRFXPHQWV GHV
M?D DLV L MRXU QGD GHP H UDWLRQ Ep D GH O?2UGUH
GH HLO &RQV GX H HPEU GRUH pR 7K DUG pU UH IUq 0RQ