//img.uscri.be/pth/a9398e506a35f1c0b11a6820b27fa2760d44ab40
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 4,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Aime le maudit

De
184 pages

Octobre 1940. Troppmann, Jack l'Eventreur, Madame Lafarge... tous sagement réunis comme chaque semaine au Vampir's Club, chez la petite fille de Dracula. On fête aujourd'hui l'arrivée d'Adolf Hitler au fauteuil n¡ 7, en remplacement de Gilles de Rais disparu. Troppmann, du même coup, passe au fauteuil n¡ 1... Et Troppmann, petit employé consciencieux plus connu sous le nom de Bitchviller, commence à trembler. Il pense à sa femme, à ses enfants...
Depuis 32 ans qu'il est au Club, il n'imaginait pas que le jour viendrait où, pour de vrai, il faudrait tuer...
Que faire ? Ils l'ont juré. Ils seront tous des assassins...
« Sâlut, ô guillotine, expiation sublime... »

Le chef-d'oeuvre de Siniac première manière, et un roman qu'il appelait son « petit préféré », Grand Prix de Littérature policière 1981.

Voir plus Voir moins
LE MASQUE
Collection de romans d’aventures
créée par

ALBERT PIGASSE
Auteur de romans très variés, allant des intrigues les plus diaboliques aux extravagances les plus folles de Luj Inferman, Pierre Siniac débute dans l’écriture en 1958. Il a obtenu le Grand Prix de Littérature Policière 1981 pour « Aime le Maudit » » et pour deux recueils de nouvelles. Aussi à l’aise dans le roman que dans la nouvelle, son univers demeure résolument à part dans la littérature policière. Il a disparu en 2002.
Ce roman a paru sous le titre :
VAMPIR’S CLUB
© PIERRE SINIAC ET LIBRAIRIE DES CHAMPS-ÉLYSÉES, 1991.
 
Tous droits de traduction, reproduction, adaptation, représentation réservés pour tous pays.
978-2-702-43789-6
DU MÊME AUTEUR DANS LE MASQUE :
Des amis dans la police
Sombres soirées chez madame Glauque
Mystère en coup de vent
PETITE NOMENCLATURE CRIMINELLE

à l’usage du lecteur peu au fait des choses du sang et à qui nous présentons, ci-après, quelques grandes figures criminelles, réelles ou romanesques, ayant défrayé la chronique judiciaire ou littéraire de 1840 environ à nos jours.

GILLES DE RAIS – Seigneur du pays de Retz (actuel pays nantais) qui enlevait, égorgeait, éventrait, décapitait les enfants de ses paysans en vue de recueillir leur sang destiné à la recherche de la pierre philosophale. Inspira à Charles Perrault le personnage de Barbe-Bleue.
 
(Jean-Baptiste) – Assassina dans un dessein crapuleux – égorgea et poignarda –, peu après la guerre de 70, dans la sinistre et désertique plaine de Pantin, une famille de sept personnes. Ses méfaits sanglants furent à l’origine de complaintes jouées longtemps, en particulier dans les foires, à la viole ou à l’orgue de Barbarie. Troppmann, pour se défendre, chercha à se faire passer pour un espion prussien. Il fut guillotiné en plein hiver, par un froid de canard, et, le cou dans la lunette fatale, il mordit le doigt d’un aide de Monsieur de Paris. Victorien Sardou et Tourgueniev, après un souper fin, assistèrent à son exécution. Jeune homme d’origine alsacienne.TROPPMANN
 
– Monstre criminel anglais. Dans la seconde moitié du siècle dernier, éventra dans les rues de Londres, plongées dans le brouillard, bon nombre de prostituées. Ne fut jamais démasqué.JACK L’EVENTREUR
 
MADAME LAFARGE – Née Marie Capelle, descendante en ligne directe de l’enfant naturel d’un prince d’Orléans. Epousa un riche industriel corrézien, Charles Pouch-Lafarge, et l’empoisonna avec de l’arsenic.
 
– Sadique allemand qui, dans les années trente, assassina un certain nombre d’enfants et de jeunes femmes à Düsseldorf (Prusse Rhénane). Inspira à Fritz Lang un film policier : Par ses crimes terrifiants, le Vampire de Düsseldorf annonça la grande peste brune nazie.LE VAMPIRE DE DUSSELDORFM. le Maudit.
 
– Surnommé « le Sire de Gambais ». Modeste petit escroc barbu, galant avec les dames et brillant causeur qui, au moyen de petites annonces matrimoniales, attirait dans sa propriété de Gambais (S.-et-O.) de riches demoiselles ou des veuves fortunées pour les tuer, les dépouiller de leurs économies et les faire disparaître en les coupant en morceaux et en faisant brûler ceux-ci dans sa cuisinière. Son histoire n’est d’ailleurs ni moins abracadabrante ni plus pausible que celle de n’importe quel personnage du récit qui suit. Fut trahi par des fumées épaisses et malodorantes et dénoncé par des voisins malveillants et sans doute envieux. Fut défendu devant les assises de Versailles (les plus féroces de France) par M de Moro-Giafferi. N’avoua jamais et fut guillotiné en février 1921 sans que la moindre preuve ait été retenue contre lui. Assassin bien-de-chez-nous que d’aucuns trouvèrent fort sympathique. Inspira un film à Claude ChabrolLANDRUe.
 
LACENAIRE (Pierre-François) – Surnommé Monsieur Lacenaire. Poète anarchisant. Ecrivain public. Assassin d’encaisseurs et d’aristocrates. Fut guillotiné vers le milieu du siècle dernier. Laissa à la postérité de remarquables poèmes. Fit une saisissante apparition à l’écran sous les traits de l’acteur Marcel Herrand, dans le film de Prévert et Carné, les Enfants du Paradis.
 
HITLER (Adolf) – Suffisamment connu.
 
– Anarchiste célèbre, style 1894. Maniaque de la bombe. Assassin de plusieurs personnes.RAVACHOL
 
BONNOT – Chef de bande. Opérait en automobile De Dion-Bouton. Tuait les agents de police et, ayant déclaré la guerre à la société, dévalisait les banques. Précurseur du hold-up. Traqué dans une villa de la région parisienne par la troupe et d’importantes forces de police, il refusa de se rendre. On fit sauter son repaire à la dynamite et il fut abattu par le chef de la Sûreté, Xavier Guichard. Cela se passait le 28 avril 1912. A l’occasion de cet événement, Galtier-Boissière déclara : « C’est la première victoire de l’armée française depuis Sedan. »
 
– Assassin d’une logeuse. Célèbre personnage de Dostoïevski.RASKOLNIKOV
 
DOCTEUR PETIOT – Sinistre « passeur » d’hommes, durant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945). Assassinait ses « clients » et faisait disparaître leurs cadavres dans un bac d’acide ou dans de la chaux vive.
 
DOCTEUR MABUSE – Héros criminel de films de Fritz Lang.