Enquête aux Volets Bleus

-

Livres
127 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Rosetta Bancale a été placée contre son gré en maison de retraite par sa fille unique pour un début d'Alzheimer. Elle intègre alors un groupe de six « résistants » pratiquement abandonnés par leurs familles, mais à l'aise financièrement. Leur devise : rire, boire et bien manger, malgré les restrictions de l'établissement.


Le petit club fait les quatre cents coups, transgresse allègrement le règlement et se venge des mesquineries du personnel, mais chacun reste évasif sur son passé... Un des sept membres, surnommé « le Capitaine », se fait prendre dans les filets d'Annette, une auxiliaire de vie cupide qui cherche à se faire épouser. Mais elle est un jour violemment poussée dans l'escalier...


Un inspecteur de police va alors enquêter et découvrir le passé peu reluisant de certains des pensionnaires, la vie tourmentée ou malheureuse de quelques autres, et le chantage financier exercé par Annette sur celui ou celle qui a changé de sexe et qui ne voudrait pas que son secret soit divulgué.


Pour compliquer encore un peu plus l'enquête, chaque membre du club va s'accuser du « crime » pour protéger ses amis...




Ce qu'ils en ont pensé :


"La plume de l'auteure est fluide et alterne entre sérieux et humour voire cynisme, j'ai adoré me délecter ce style qui ne peut que nous pousser à rentrer dans cet univers prenant. En résumé, une bonne lecture-détente que je vous recommande sans hésiter, mais ne vous attendez pas à une vraie enquête !" Les perles de Kerry


"Un livre tout en pudeur, bourré d’humour où tout les clichés deviennent vrais ! Une plume qui vous embarque avec brio et vous entraîne dans la vie de ce groupe au point de que vous en faite partie ! Au point que les blagues et coups bas pourraient être les vôtres !" Julit les Mots


"Un roman pétillant qui vous fera passer un moment de lecture tendre et amusant. Une Rosetta qui pourrait être notre grand-mère à tous est l’héroïne exceptionnelle de cette ode à la vie !" Et tu lis encore


"Il me semble important aussi de souligner que malgré son côté ‘feel good’ prononcé, ce livre pourrait se présenter comme une dénonciation gentillette des mauvais traitements qui peuvent avoir lieu dans de telles institutions, que ce soit du côté des soignants ou de celui des pensionnaires. Le message passe en douceur, puisque l’auteure a voulu un livre plein de vie et de bonne humeur, mais il est tout de même réellement là." Plume Bleue

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 27 avril 2017
Nombre de lectures 17
EAN13 9782368451366
Langue Français
Signaler un problème

1

Retrouveztoutesnosactualités
surlesréseauxsociaux:

Facebook.com/isedition
Twiter.com/is_edition
Google.com/+is-edition

©2017–ISEdtion
51rueduRouet.1308Marseile
www.is-edtion.com

ISBN(Livre): 978-2-36845-135-9
ISBN(Eboks): 978-2-36845-136-6

ResponsableduComitédelecture: PascaleAverty
Directriced'ouvrage: MarinaDiPauli
Ilustrationdecouverture: ©Shuterstock

Colection«Romans»
Directeur: HaraldBénoliel

LeCodedelapropriétéintelectueleinterditlescopiesoureproductionsdestinéesàuneutlisation
colective.Toutereprésentationoureproductionintégraleoupartiele,faiteparquelqueprocédéquece
soit,sansleconsentementdel'auteur,desesayants-droits,oudel'éditeur,estiliciteetconstitueune
contrefaçon,auxtermesdel'articleL.35-2etsuivantsduCodedelapropriétéintelectuele.

2

KATEOLIVER

E n q u e t e
a u xVo l e t sB l e u s

3

Résumé

Rosetos nrt enem rg én deaisorait ret rap e acnaB elaéta plé éeacon c
safileuniquepourundébutd'Alzheimer.
Eleintègrealorsungroupedesix«réistnastt enemqutira p »
abandonésparleursfamilder sevi:icnamerè.tneueL f niiaes à'lia ss, me
irabétl'e e,liirtser sd snoitcanger, malgré leb ioere tibnem sement.
Lepeit tlreasufpasi,tst rceo cqenutauel bsnrcg sealègrementle
règlementetsevengedesmesquineriesdupersones r techs unace,lm ia
évasifsursonpasé…
Un des sept membres, surnommé « le Capitaine », se fait prendre dans
lesfiletsd'Anete,uneauxliriaed eie vup ce idi qu erai fseà e cherch
épouser.Maiseleestunjourviolemmentpousreil…l's caeséean d
Un inspecteur de police va alors enquêter et découvirlepasépeu
reluisant de certains des pensione té ouiresaal ,eiv uot nemr
malheureuse de quelques autres, et le chantage financier exercé par
Anetesurceluioucelv uo ien taprdiae segé dt quxe euq e a inahce qus
sonsecretsoitdivulgué.
Pour compliquer encore un peu plus l'enquête, chaque membre du
clubvas'ac poume » cridu «es rusmia ses regétorp r.

4

Avant-propos

Àquelpublicestréservéceroman?
Aux ados, aux actifs de tous bords, aux ménagères de plus et de moins
dequaranteans,maisirD xoyeu « J desclana up saotturules».
Euxguetéa ros vntec nu tah ,se letres closs paupièuo selrutcoisns
s’apréties funr ueoqisursoe srueL .hcatsuomt ancrà êtrlentdéjàde
plasir…
Quoiquevousfasiez,quoiquevousdsiez,vous,oui,vousquilisez
machinalement ces quelques lignes, quand bien même vous freineriez
desquatrefers,vousn’échapzep saà sre epsetui np.l uAl ovrost,r eu nd
tôt,unpeuplustard…

JevousgardeuneplaceauchaudauxVoletsBleus?

5

Jemesouviens

Jem’apeleRoset’a Jsoi ncBae.ala xie snnaxid-eta toutesmesdents.
J’ai quasiment fait le tour du monde car j’ai beaucoup voyagé, mais
jamais je n’aurais pu imaginer un seul instant que la résidence des Volets
Bleuseraitmadernièredestination.
L’Égypte et ses pyramides, l’Inde et le Taj Mahal, le Canada et ses
fabuleux paysages, ses lacs, ses espaces infinis, sans oublier le sirop
d'érable–jesuisuneincorigiblegourmande! es dtési l ,–orénég a
Québécoisetleuracueilànulautrepareil.
Etpuisleurdevise: «Jemesouviens».

Moiaus me . Jeienssouv ertm mêeisnosvu cdee bopn ie em ej ,i
fameuxjourdevsisoi-disate, un edd céuotnj uo r.etrev
MafiloP .uqru io énuposotrei eosre « entfs » meuZ em’e lioéprt aiav
pas? Jesuistoujourspartantepourfairelafête.
Jemefaisbelepourl’ocer tesim ua calpd arn molasion eokbaba
colquilafait etuas e nu snaden, anjen ulefitant r. Jragee-shirtpropre
etgliseunepaired’escarpinsauxpieds.
Etnousvoilàpartiespourunefolerandonée!

6

C’estunesurprise,paraît-il.Chouetroe !sda eel,ej Unebaladeau
borddelamer? sos nhcpaae ued painemerûSZ .sap taue lioéri pitrale
pour protéger sa peau laiteuse du soleil. Un pique-nique ? Eleaurait
préparéunpanierdébordantdevictuails et uneeb uoetilederosébien
frais.Unepromenadeenforêt,alors?C'estenefetlapériodedes
champignons.Or,nousnesommespaschaus’loé pesr oucasion.

Rien de tout cela, en fait. Il s’agit d’une « visite ». Dans un musée?
Non,lavsite,dansunebelerésidence.
Larésidence.
Maisj’aidéjàmon«chez-moi»,unapîalp!t qui me artement Etje
n’aiaucuneenviededéménager!
Certes, mais il s’agit d’un habitat réservé à des persones«très
spéciales».
C’estquoidespersonespéciales?
Finduvoyage.

J’étaistelursoba ae que di ia’n ejgaér sapsue isuoc J .puesm tinel er
entréedanslehalce comme résidend eal unu o,elubmanmos enu
automate,ouunzombie–unrobotquoi! qleunu’uiuq b–,f,reom c qme
vientdeprendreungrandcoupsurlatête.
J’aiser eocred :èlere paur nploss exp sel éop sgnio maproprefile!
Ai-jecommisquelquecrimepourêtreemprisonom nrgéc nort eée?
C'est vrai que parfois, j'ai tendance à « m’oublier » lors de fous ires
mémorables.Etalors? incontinente porua tuna t! en eJsap sius
Bordeldemerde!
Monacitned ed tiovsue J ?ptset-ngiv-ertauq ne eru ibneru suoojsit
vivante,quejesache.Jemarchesurmesdeuxpatassnc ae s –neni
béquile–,etpasdejambedeboisenvue.
Toutematête? Zoélieaf setm edioméd ere quaij’es der pmr eie plus
enplusfréquentesetquedesvosivuord eé sna alnt récemment retsnm o’
rue,erantcommeuneâmeenpeine.

7

Faux! Jem’ensouviendrais.
Parcontre,jemerapel faovratustee nt uevémd i oai vr, rnjv aibf eeli
desombrerdanslecoma,commesij’alaismouird ’uninstantàl’autre
etquejedevaisabsolumentemportermesalt na ssrd evinou.beom
C’estprécisémentcesentimentquim’aasailsruq eeji eoléetr ui sens
danscetasile.Alcnod snoe suov ,sai mot or fnsvoneq tibn y’’ulias d a pe
résidencequivaile,c’estunrepairepourvieil, point barasdre!
Adieu,lavie.

Despensionairesm’observentavecinismes res rdgaeLruec .tna
transpercent:
T’esfoutuemavieilnave.t pieds dsauf lesds ir’oiict a,r. esTa j aumesni
Ouais,c’estcequ’onvera!
Mafileesr ou pessies vesd erdnerp eriaf e mein dn vaie eades
lanternes et me vante les avantages de ce mer-veil-leux hôtel: untrois
étoiles à l’entendre. Je ne l’écoute pas, j’ai les oreilestrop serées.
Alors c’est comme ça, je suis un fardeau qu’il faut absolument cacher
duregarddesautres? Aurais-tuhontedemoi?

Macaridante. J’étais hptogoarhp enami cr,ieali que i erè tufpért
explique en partie mon goût invétéré pour les voyages. Quant à ma vie
famliale,el– les bataire am néciltéia samJ’. teanisfaisats tôtulp tuf e
hommessonttropencombrants! rè etem f io àalnc éi doère té p’aJe Js.
necroispasqueZoélieenaitsouf nottuc sa ,eert. Elenes’estjamais
plainte.
Certes,vousrétorquerezqu’elt ess’e j eoM,ieé .xelit lutôis pdira
qu’eleafui.Bonjourlareconaisô S natcoinaec! e, mais n tardiv
combiencruele.EleaenefetfaitlaconaisBru léscn eab ae’dnuienet
nepeutparconséquentpas’ocuperdemoi.
Lui ai-je demandé d’être mon infirmière à domicile ?
Le docteur dit que c’est devenu in-dis-pen-sa-ble. Quel docteur? Ai-je
signéunedécharge? Quand? Comment?

8

Troptard,jepleure.Exaspérée,Zoélielèvelesye
ceteenfant.

uxauciel.Unange,

Jefaisalorssemblantdem’intéresde lvie la er àuanu» ét « ammoC.
Semblant seulement, car je ne m’incrusterai pas dans ce trou à rat
commeunemoulesursonrocher,paroledeRoseta!
Je ferai le mur, ou la grève de la faim, je déambulerai en tenue d’Ève
dans les couloirs s’il le faut, je lancerai des bouletesdepaindans
l’asietera hvedai el n sjrascecursiov,sni ed semeres,jechanteraides
chansonspailardesaumlieudelanuit,jepisje et litnom snad iare
pousuetu sliluorstnat eurlelos tacarised na s’lseaclier ! saf eedm mêreia
Planquez-vouslesvieilrauqd bése e! Mmémé, ueiqéfal

Tactique:abuserl’enirned seimend eJe pose emie. àns ue qiost
l’acgaérd sép sae’tsnd nrépo me quif aLemmeeu .li:leab «Larésidence
dispose d’une infirmière à temps plein au premier étage. Quant au
médecin,ilsedéplaceencasdenécesité».
M’entapelecoquilard,suisjamaismalade!
Etlesheuresdevsites? Intéressvesure d seh ,elatnites.Carj’aidéjà
unplanentête: mefaufilerparmilesvsi bmet esruetarer.
Ahbon?Onpeutcirculerlibrement?À noterdansmoncarnet
secret…

Ettoi,mafil tsui n tedt nasaésiap , j’mour d’abébée chérie, mon
blanchesàveilot rus re iuq poir ouceer tr, , àetb ocsnlorel, à te n sommei
j’aisacrfiémaviedefemme.Jet’aitantaimée…
Tut’ensouviens?

9

LesVoletsBleus

Ce soir, c’est la tournée de Fanchon, la Françoise Cruchon en deux
mots.C’estladernièrear danivée gros leJ epu.e ausenl portepas.Je
devraisfairefidemonresjedoismeentimentetl’ignorer, ouimais…
farcir sa tronche tous les jours, notamment pendant les repas et surtout
après le dîner, deux à trois fois par semaine, lors de nos « folesnuits
d’amour».
Ne vous méprenez pas, c’est ainsi que nous surnommons nos soirées
amicales.
LaFantoches’estenfindécidée–eljee ’a ltsetuq eéd epeleainsi,je
suisd’aileurslaseule–àpayersatournée.
«C’est autorisédans unétablisement decet ordre? »,me
demanderez-vous,etjevousrépondrai: »?r«d e elurQo Montrez-moila
loi qui interdit aux plus de soixante-dix balais de se jeter un vereen
travers du gosier ? Comme si d’un jour à l’autre, pouf ! interdit de
picoler,deir! tse y no’uq ntdaen perisbae e –ted
Fautdireausux aol Vs eteuBltse’ned eérerar.sO n,sc puel soc eeli qu
trouve à tous les coins de pièces des veufs, des veuves au féminin, et puis
des veuves, et des veufs au masculin. Rien de bien folichon, sauf si nous,
lespensioniten tes, air eedonrtno srpne d –inman einstnat nu tse nitse
optimiste,jevousl’acorde.

10

C’est ce qu’une poignée d’irataires,deéductibles,de contest
frondeurs, de soixante-huitards sur le retour a un jour décidé après
qu’une«filedesalueiq pmefâinl’e » aedrd reanévB p irteservieaux
repas. Tout ça parce qu’il n’avait pas dit merci quand eleluiavaitversé
salouchedevermiceles.
Lily,qu’eles’apele,cetecone! Unegrose blondaseàlunetes.Je
lapouse,chichequ’eleroule? Elesemrae e cls selessurlesol–tout
commesagorged’ailetr d enrreteuor vo pouui ir qPa. rseuinsobes
arivedanstondos.
Eleneperdrienpouratendre,cele-là!

Nous avons donc décidé de nous réunir deux fois par semaine – moi,
Jacquot, Gégé, le Capitaine, Maudy, Nanard et la Fanchon – « tantôt chez
l’un, tantôt chez l’autre » pour trinquer en souvenir du bon vieux temps.
Dans mon groupe ne sont admis que ceux qui aiment rigoler, les
farceursetlesdéconeurs,carlesadeptesduteatimeel tno ese êm m itpr
étriquéqueleurtaseàfleursroses: e tortehcn ud kecaui qa vecav
souireencoin.

*

La Fantoche est une grande sèche au visage anguleux encadré de
cheveuxplats–devraisspaghetis! crochu –nez est noSa lez,jevais
être sympa, je dirais qu’il dit bonjour à sa bouche.
Lesmursdesachambresontapisés de photfaa mij soinua .ses eDle?
Nonpas,desphotosd’el sotiresep :sretuou ces lesut enpied,enlargeet
entravers.Sanscompterd’inà stuot grâo pt i–a retrambesbloj’étais
bele,n’est-cepas,dutempsdemajeunese?ua siup te – sidesamaison,
vendueaudécèsdesoncherépoux de soi – et pa– ser ne stnafç ,sav a
desonjardinremplidefleurs.Eleaenefetunefâcheusetendanceà
traîner sur les fins de mots, sans doute pour leur donerdel’importance,
commesiçapouvaitintéreserquelqu’un!
Chaque pièce est soigneusement répertoriée – madame avait le goût
desbeleschoses.Elelesexhibaitd’ail sed ruseru cnssas e explom

1

réseauxsociaux–dontunforum réservéauxseniors–qu'eleadû
quiteuBlu ear ou pon snad tâhC erts l'ont expédiéeuqna des sneaftnr e
vérfiersilamoqueteétaitplusverte.
Plusdenetcarplusd’ordi,dumoinspersontep rac le , t,enquséon
plusd’amis.Ahbon? Parcequetutrouvaisesitenelementespotessur
fesedebouc?

Fantoche l’a joué bêcheuse les premiers mois de son « adoption ». Ele
amisésurleclandesGâteauxSecsetPis ji,voe ai Mmos siay edC ah.t e
biensesregardsenbiaisquandonrigolait.
Home,swethome e,r,aspu oenu niemhvcnoetinBa F… butwelcomeà
condtionquetutecoulesdanslemoule,notremoule,etquetula
ramènespastrop.
Endeuxmots,tufaispaschier!

*

Dîneràdix-huitheurestrentepétantes.Enfait,p asexactement…Ça
commence plutôt par un grand rush dès dix-huit heures, car faut le
temps aux Escargots – les quatre roues – de se caser dans l’ascenseur qui
lesdescendaurez-de-chauspuisée, e tnmorelslad ea Ces lrenesqui
prenentoutleurtempsetencombrentlepasa.ge
Chauddevant,çavaswinger!
C’estroptôt? C’estvousquiledites.Al faire uez donc noitamalcér en
à la réception si ça vous chante. On vous répondra que les « files»ont
uneviesociale.C’estquoi,sociale?Etqu’eluat ons esiunevie
famliale.Unefamilmêm ?elbéic e zap suot, quandque c’es ,ovea’evsun
Desenfantsquipren suov ,cnoD .snte susv uo neds iojoureux s vir vo
lesvioques,dequoivousplaignez-vous? ten?rFnahcme Letempsaprès
lequel vous couriez, ben vous en avez à revendre maintenant !

Dix-neufheurestrente: , uxfes den ioctnitxesc ud seecxuinesetdu
réfectoire.Toutdoitêtrerangé,plié,net es l comprisalayé, yl va,éb yo,é
résidents!

12