Flash mortel

-

Livres
31 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Il arrive toujours un moment où la maîtrise nous échappe. Pas de chance... fatal en un éclair !

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 0
EAN13 9791023401912
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0015 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Jan Thirion
Flash mortel Suivi de Plume de sang
Nouvelles CollectionNoire Sœur
2
Flash mortel
Les yeux du type, avec le tissu noir autour, j’ai flashé dessus. Pareil pour la lame entre le poing et le cou. Faudrait pouvoir tout mitrailler. Le numérique était à portée de main, dans le cabas. Touche pas ! Mets pas tes sales pattes sur mon appareil !
— File ton fric, je t’ai dit ou...
— Je la viande, j’ai murmuré en même temps que lui. Quatre fois qu’il me lançait ça.
C’était un jeune mec. Il devait suer sous la cagoule. J’aurais bien tiré son portrait même sans cagoule. Il aurait été mon premier cambrioleur. Voire mon premier assassin s’il passait à l’acte.
Je n’ai pas cherché à l’énerver, mais j’ai pris mon temps, je suis restée calme.
3
Pas comme cette pauvre Cassy en train de pisser dans son corsaire écru. Le liquide ruisselait sur son mollet rasé du matin.
Aie ! Tu m’as fait mal, connasse. C’est pas tes poils que t’arraches, ça se voit. T’es vraiment bonne à rien.
J’ai retiré lentement le portefeuille de mon sac. Il aurait pu se méprendre et me croire capable de sortir un pulvérisateur anti-agression. Faut se méfier de ceux qui improvisent. Je ne tremblais pas. J’aurais peut-être dû lui montrer que j’avais peur, que c’était lui qui dominait la situation.
On l’avait surpris en pleine opération. On était revenues trop tôt. Il cambriolait tranquillement notre location au troisième étage de la résidence des Albatros, avec vue sur l’arrière de la supérette, à défaut du rivage vanté par l’annonce.
4
C’est de ta faute. J’aurais mieux fait de m’en occuper. T’es pas foutue de lire correctement ce qui est écrit.
Après la balade à l’estacade, nous avait rien dit d’aller à la bandas sur le vieux port.
Pas bandas ! Coblas !
ça ne soirée
On avait assez de nos bains de foules à la plage ou dans la rue commerçante du village. Rentrer au bercail et profiter d’une ou deux heures de calme, avant le retour des voisins, bruyants forcément dans cette architecture de carton, c’était notre plan, avec séance massage.
Va doucement ! Tu me fais mal avec tes ongles. T’es vraiment gourdasse, ma pauvre Soleine.
Mais cet imbécile avait fait prendre à la soirée une autre tournure. Il avait éparpillé nos affaires sur le sol. Mêmes les deux précieux vibros. — Sors le fric. Les billets seulement. 5
Une chance pour lui, on avait été au distribanque dans l’après-midi. Je lui ai tendu les billets.
Le visage terrorisé de Cassy valait le coup. Jamais je ne lui avais vu une tête pareille, elle si hautaine d’habitude, si sûre d’elle-même. Dommage, vraiment dommage. J’aurais voulu capter sa frayeur et pouvoir la lui montrer plus tard. Elle aussi était ridicule quand elle grimaçait.
Fais quelque chose, Soleine, au lieu de rester plantée là comme une grosse truie ! T’es vraiment un poids mort que je me tire à longueur de journée. L’autre s’est enfin décidé. Il a repoussé Cassy qui est tombée sur la banquette-lit, avec bruit des ressorts. Il a chopé la liasse. — Pas de connerie, toi, sinon je te viande.
6