La complice

-

Livres
129 pages
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Il aura suffi de la lecture d’un chapitre pour que la vie d’Estelle bascule.
Au fil des pages d’un roman acheté par hasard, elle découvre sa propre histoire, racontée par un auteur qu’elle n’a jamais rencontré et contenant des détails troublants qu’elle est seule à pouvoir connaître.
L’héroïne du récit, c’est Clara, une délinquante, la complice d’un meurtrier. Elle est le double d’Estelle, son miroir livresque.
Pendant une semaine d’été, entre jours et nuits nantaises, Estelle doit revivre son passé et affronter ses anciens démons, afin de retrouver l’écrivain et percer ce mystère. Éric, un jeune libraire, l’aide dans ses recherches, et plus encore…

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 12 avril 2019
Nombre de visites sur la page 842
EAN13 9782370116611
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0000 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème


LA COMPLICE

Valérie Hervy

© Éditions Hélène Jacob, 2018. CollectionLittérature. Tous droits réservés.
ISBN : 978-2-37011-662-8

'¶HOOH j PRL

6L HOOH PH UDFRQWH YRXV DOOH] FURLUH TX¶HOOH PHQW
&¶HVW SRXUWDQW G¶HOOH GRQW PRQ KLVWRLUH V¶pFKDSSH

Car je la vois souvent dans mon miroir
Cette elle ou moi pèse doublement

-H GRLV SDWLHPPHQW O¶DSSULYRLVHU FKDTXH MRXU
0rPH DX FHQWUH GH PRL HOOH P¶DFFRPSDJQH

Dans ce dédale de contradictions, je construis ma vie
(W TXDQG HOOH IODQFKH F¶HVW PRL TXL OD UDWWUDSH

Vous aussi vivez avec un autre moi
Ne vous alarmez pas, nous vivons bien ensemble
'H OXL j QRXV SDOSLWH XQ F°XU XQLTXH

Valérie Hervy

1±Le livre ouvert


/H VROHLO VH SHUG VXU OD OLJQH G¶KRUL]RQ Oj-bas, au loin, au-delà de la Loire, qui serpente entre
les quais et s¶pODUJLW HQ YDJXHV PRXWRQQHXVHV DX PLOLHX GH O¶RFpDQ /H FLHO VXU 1DQWHV V¶DVVRPEULW
SHX j SHX 8Q UHFWDQJOH GH OXPLqUH HQFRUH FODLU V¶pWHUQLVH VXU OH UHERUG GH OD IHQrWUH HQWUHEkLOOpH
avant de disparaître complètement, absorbé par les ténèbres. La chaleur moite de la mansarde
V¶pYDQRXLW SRXU ODLVVHU SODFH j XQH IUDvFKHXU SOXV VXSSRUWDEOH 8QH ELVH OpJqUH VH OqYH
tourbillonne et chasse les miasmes fétides venus du dehors.
3ULVH GH YHUWLJHV (VWHOOH VH VHQW j ERXW GH IRUFHV DX ERXW GX URXOHDX DX ERXW G¶HOle-même.
/¶RXYUDJH SRVp VXU O¶DFFRXGRLU GX GLYDQ WRPEH DYHF XQ EUXLW VRXUG 8QH SHWLWH ERPEH GH SDSLHU
V¶pFUDVH DX PLOLHX GX VWXGLR /H VRQ SDUDvW TXDVLPHQW LQDXGLEOH PDLV LO UHWHQWLW GDQV VD FHUYHOOH
égarée.
&RPPH G¶KDELWXGH OD MHXQH ILOOH D FRPPHQFp jlire, les pieds sous les fesses, un coussin dans
OH GRV HW XQ SDTXHW GH JkWHDX[ j SRUWpH GH PDLQ (OOH DLPH V¶HQYHORSSHU GDQV FH FRFRQ GRXLOOHW
TXDQG HOOH V¶pYDGH GDQV VRQ DFWLYLWp SUpIpUpH 7UDQTXLOOH GDQV VD EXOOH SURWHFWULFH (VWHOOH
traverse les lieux, les personnages sur le tapis volant du canapé. Embarquée avec son livre ouvert,

elle devient une pilote à la recherche de frissons inconnus, de sensations inégalables. Elle voyage
ainsi au gré des pages, découvrant de nouveaux rivages, rencontrant des êtres de papier. Les héros
DSSDUWLHQQHQW j VRQ XQLYHUV LOV OD WRXFKHQW OD SDVVLRQQHQW ,O HVW UDUH TX¶LOV O¶LQGLIIqUHQW
3RXUWDQW FH VRLU LO Q¶HQ HVW ULHQ 8QH WHUUHXU DE\VVDOH D UHPSODFp OH SODLVLU KDELWXHO /¶REMHW
un OVNI imprévu et dévastateur, a explosé dans sa figure. Un coup violent en pleine tête.
/¶KLVWRLUH UDFRQWpH HVW PDXGLWH FDU RQ QDUUH VD YLH j WUDYHUV OH FKDSLWUH SDUFRXUX
0DOKHXUHXVHPHQW HOOH Q¶D SDV pFULW XQH SDJH GH FH UpFLW HW QH VDLW ULHQ GH O¶DXWHXU GRQW OH QRP
V¶LQVFULW HQ OHWWUHVsur la couverture scélérates 0DUWLQH /HVWL 6RQ F°XU EDW WURS YLWH VHV
pulsations vrillent dans les oreilles. Peu à peu, elle perd pied, aspirée dans un trou noir. Les mots
OLpV GDQV XQH IDUDQGROH IROOH YLHQQHQW GH O¶HQWUDvQHU GDQV XQH GU{OH GH GDQVHune valse
implacable. Les lignes sautillent encore sous ses yeux, elles se brouillent dans des arabesques
entortillées.
(VWHOOH GRLW ERXJHU GpSOLHU OHV JHQRX[ V¶H[WUDLUH GX FDQDSp SRXU RXYULU ODUJHPHQW OD YLWUH
UHVSLUHU XQ ERO G¶DLU HW VH VHUYLU XQ YHUUH G¶HDX IUDvFKH 6D JRUJH VH QRXH HW HOOH D GX PDO j
GpJOXWLU /RUVTX¶HOOH VH OqYH HQILQ VD WrWH WRXUQH HW SqVH GHV WRQQHV 6L OH OLTXLGH JODFp OD

4

GpVDOWqUH XQ JRW PpWDOOLTXH V¶LPPLVFH DX IRQG GH OD ERXFKH 0DFKLQDOHPHQW HOOH UHJDUGH
O¶KRUORJH PXUDOH Iixée au-GHVVXV GH O¶pYLHU GX FRLQ-cuisine. 22 heures, ce lundi 6 août est un jour
damné, une date marquée au fer rouge sur le fil de son existence. À peine une demi-heure, trente
petites minutes ont bouleversé sa vie.
Hector, le chat angora, reste assis, les oreilles aux aguets. Il la suit de ses beaux yeux verts
insondables. Il sait. Son sixième sens ne le trompe jamais. Il la connaît mieux que quiconque et,
SDUIRLV HOOH pSURXYH O¶LPSUHVVLRQ WHQDFH TX¶LO SUpYRLW VHV PRLQGUHV IDLWV HW JHVWHV FRPPH XQ
gardH GX FRUSV DWWHQWLI GpYRXp HW ILGqOH j MDPDLV 4XHOTXH FKRVH QH YD SDV /¶RUGUH GH OHXU
TXRWLGLHQ WUDQTXLOOH HVW GpUDQJp /¶DQJRLVVH GH VD PDvWUHVVH SUHVTXH SDOSDEOH O¶LQTXLqWH HW LO VH
GpSODFH HQ URQURQQDQW HQWUH OHV FKHYLOOHV G¶(VWHOOH ,O HVSqUH XQHcaresse, un signe rassurant. Le
SRLQJ IHUPp VH GHVVHUUH HW OD PDLQ UHWURXYH VD GRXFHXU ORUVTX¶HOOH HIIOHXUH OD IRXUUXUH '¶XQ
mouvement, elle le prend dans les bras et plonge langoureusement le visage dans les longs poils
protecteurs pour ressentir un bien-être provisoire. Se perdre au fond des prunelles du félin. Les
deux émeraudes lui font oublier les moments honnis passés.
Rien ne serait arrivé sans le livre :La complice. Son destin est comme suspendu aux mots
parcourus, il est enchaîné à Clara, cette complice gisant au milieu du studio. Vers 18 heures, elle
HVW VRUWLH GX VDORQ GH FRLIIXUH GH OD SODFH *UDVOLQ 3HQGDQW O¶pWp 1DQWHV LQYLWH j OD UrYHULH j OD
promenade. Certains soirs, loin de la canicule de la journée, la ville renoue avec une fraîcheur
bLHQIDLWULFH HW XQH YDSRUHXVH EULVH RFpDQLTXH SHXW SDUIRLV V¶LPPLVFHU VXEUHSWLFHPHQW VRXV OHV
YrWHPHQWV HW IDLUH IULVVRQQHU G¶DLVH OHV SDVVDQWV DVVRPPpV SDU OD FKDOHXU (Q TXLWWDQW OHV EXUHDX[
OHV KRPPHV G¶DIIDLUHV VH GpEDUUDVVHQW VRXODJpV G¶XQH YHVWH HQFRPEUDQWH G¶XQH FUDYDWH TXL OHV
pWUDQJOH HW OHV MXSHV GHV IHPPHV YLUHYROWHQW j O¶RPEUH GHV PDJDVLQV RX GHV SDUDVROV GHV WHUUDVVHV
des cafés.
$SUqV DYRLU VKDPSRXLQp GHV FKHYHOXUHV UHVSLUp GHV UHOHQWV G¶DPPRQLDTXH SUpSDUp GHV
teintures ou coupé des franges récalcitrantes, la jeune fille est heureuse de descendre à pied le
long de la Loire, de suivre les quais au bord de la ligne de tramways. Souvent, avant de rentrer
dans son studio, elle traverse le passage Pommeraye. Même si la foule compacte oblige à se
IUD\HU WDQW ELHQ TXH PDO XQ FKHPLQ HQWUH OHV HVFDOLHUV HOOH V¶DWWDUGH SRXU FRQWHPSOHU OHV
VFXOSWXUHV HIIOHXUHU G¶XQ GRLJW OHXU EODQFKHXU LPPDFXOpH /D OXPLqUH FODLUH GLIIXVH XQH
DWPRVSKqUH SDUWLFXOLqUH 8Q YLRORQLVWH j O¶kJH LQGpILQLVVDEOH MRXH GHVairs tziganes en bas des
PDUFKHV HW HQFKDQWH OHV EDGDXGV DYHF VHV ULWRXUQHOOHV HQWUDvQDQWHV /¶HQGURLW RIIUH XQ KDYUH GH
tranquillité, de beauté, hors du temps et de la moiteur de la ville. La verrière, comme un écrin
protecteur au-dessus des têtes, laisse deviner le ciel pur où de rares nuages, en formes étirées,
GDQVHQW $X GpWRXU G¶XQH UDPEDUGH RQ V¶DWWHQGUDLW j FURLVHU OD VLOKRXHWWH pODQFpH GH ODLolade

5

Jacques Demy et ses yeux de biche qui vous transpercent, vous hypnotisent en passant.
Estelle demeure une cliente fidèle de la librairie du rez-de-chaussée,Au livre ouvert. Elle a
SRXVVp XQ MRXU SDU KDVDUG OHV ORXUGHV SRUWHV SUHVVHQWDQW TX¶XQH QRXYHOOH VRLUpH HQ WrWH-à-tête
DYHF OD WpOpYLVLRQ DOODLW SURIRQGpPHQW O¶HQQX\HU 8Q GHV YHQGHXUV V¶HVW WRXW Ge suite enquis de ses
souhaits. Elle dérivait, comme une âme en peine, égarée au milieu des étals. Le jeune homme a su
la conseiller et elle est ressortie ravie avec une pile sous le bras. Pendant cette période, elle a
commencé à lire, à beaucoup lire, pouU V¶pYDGHU GH VHV MRXUQpHV WULVWHV HW WHUQHV SRXU RXEOLHU OH
quotidien du salon. Elle achète, en général, des ouvragesAu livre ouvert,ou arpente, le dimanche
matin, la brocante de la place Viarme, pour dénicher de vieilles merveilles à la peau tannée et à
O¶RGHXU XQ SHX VXUDQQpH $WWHQGULH SDU VHV GpFRXYHUWHV VXU OH PDUFKp HOOH FKRLVLW GHV SHUOHV G¶XQ
autre âge, le plus souvent au hasard. Ces antiques trésors semblent encore si vivants et prêts à lui
raconter leur histoire. Elle les caresse du bout des doigts comme on touche une étole de soie
précieuse et feuillette toujours les pages avec une infinie délicatesse.
/HV ERXTXLQV V¶HPSLOHQW GDQV OHV FRLQV GX VWXGLR LOV RFFXSHQW XQH SODFH ELHQ HQFRPEUDQWH VXU
GHV pWDJqUHV HQ ERLV IUDJLOHV TX¶HOOH D SDUIRLVtant de mal à monter. Elle vit dans une forêt de
papiers et, au centre, le canapé, éclairé par une lampe tamisée, pareille à une clairière lumineuse,
allume chaque soir son cinéma intérieur. Si, pendant ses études, Estelle trouvait ennuyeux et
pesant de sH SORQJHU GDQV OHV °XYUHV LQWpJUDOHV HOOH GpFRXYUH PDLQWHQDQW OHV pFULWV VDQV UHWHQXH
GDQV VD WDQLqUH /H GpULYDWLI Q¶HVW VDQV GRXWH SDV GH VRQ kJH /HV MHXQHV DXMRXUG¶KXL HVWLPHQW OD
lecture obsolète et regardent les vieux pavés poussiéreux avec dédain. Quitte à passer pour une
RULJLQDOH HOOH VH PRTXH GH O¶RSLQLRQ GHV DXWUHV j VRQ pJDUG 6HV YLRORQV G¶,QJUHV SUpIpUpV QH VRQW
SDV GH WDSRWHU VDQV ILQ VXU XQ SRUWDEOH RX GH V¶DEUXWLU GH VpULHV WpOpYLVpHV $YHF XQH FXULRVLWp
vorace, elle découvre, sans parti pris, tous les genres de la littérature, des romans policiers, de la
fantasy, des recueils de nouvelles érotiques ou des classiques. Elle a soif de nouvelles choses,
pSURXYH O¶HQYLH GH VH WpOpSRUWHU GDQV GHV OLHX[ LPDJLQDLUHV GH YLEUHU DYHF GHV SHUVRQnages, de
vivre peut-rWUH SDU SURFXUDWLRQ OH WHPSV G¶XQH GHX[ KHXUHV RX GDYDQWDJH 3RXUWDQW j FHW LQVWDQW
HOOH ULVTXH GH V¶\ QR\HU FRUSV HW kPH

&H VRLU HOOH Q¶D SDV HX EHVRLQ GHV FRQVHLOV G¶eULF VRQ YHQGHXU VL SUpYHQDQW GRQW OH SUpQRP

est épinglé sur la blouse. Il était occupé à choisir une bande dessinée pour un petit garçon. La
YRL[ GRXFH GX OLEUDLUH FKHUFKDLW j IDLUH VRUWLU GH VRQ PXWLVPH O¶HQIDQW WLPLGH VLOHQFLHX[ HW
accroché à la robe de sa mère. Elle a erré entre les promontoires, caressé les jaquettes sur les
WDEOHV 6RXGDLQ HOOH O¶D YX:La complice, avec le sous-titre racoleur,,WLQpUDLUH G¶XQH ILOOH
perdue KLVWRLUH WUDJLTXH G¶XQH GpOLQTXDQWH &RPPH XQ DLPDQW O¶LPDJH O¶D DWWLUpH IRUWHPHQW
Sur la couverture, on aperçoit une jeune femme de dos, elle tient un livre entre ses mains.

6

/¶RXYUDJH GHVVLQp pWRQQH FDU LO VHPEOH UHIOpWHU OH YLVDJH GH OD OLVHXVH, pareil à un miroir
PLQLDWXUH 7UHPEODQWH (VWHOOH D VDLVL OH URPDQ Q¶D\DQW PrPH SDV HQYLH GH SDUFRXULU OD SUHPLqUH
phrase ou de regarderOH UpVXPp FRPPH j VRQ KDELWXGH 'DQV O¶DOOpH LQGLIIpUHQWH DX[ FOLHQWV TXL
OD IU{ODLHQW LQVHQVLEOH DX EURXKDKD DPELDQW HOOH pWDLW GpMj FRQYDLQFXH GH O¶DFKHWHU HW GH OH
GpJXVWHU j ORLVLU GDQV VRQ VWXGLR eULF O¶D VDOXpH G¶XQ JHVWH GH OD PDLQ DYDQW TX¶HOle ne franchisse
OD VRUWLH /H MHXQH KRPPH DXUDLW VDQV GRXWH DLPp O¶DLGHU GDQV VD UHFKHUFKH OXL IRXUQLU TXHOTXHV
UHQVHLJQHPHQWV VXU O¶LQWULJXH RX O¶DXWHXU ,O VDLW VH PRQWUHU GLVSRQLEOH j FKDTXH IRLV LO DQWLFLSH
les remarques, attentif à toutes les questions, pertinentes ou maladroites. Il prend toujours le
temps de fouiller en haut des étagères ou de consulter une information sur Internet pour passer
FRPPDQGH G¶XQ URPDQ UDUH DQFLHQ ,O VHPEOH DYRLU EHDXFRXS GH PDO j GLVFLSOLQHU VD WLJQDVVH HW
son geste de glisser sa longue mèche blonde derrière une oreille amène souvent un sourire sur les
OqYUHV G¶(VWHOOH (OOH VH VXUSUHQG j OH WURXYHU VpGXLVDQW HW DLPHUDLW V¶HQ IDLUH XQ DPL 2Q FURLVH
parfois des visages qui inspirent confiance. On imagine alors prendre par la main, sans
inquiétude, des personnes inconnues, sans animosité apparente; cependant,O¶KDELWXGH HW
O¶pGXFDWLRQ RQW LQFXOTXp G¶DXWUHV PDQLqUHV RQW SRVp GHV LQWHUGLWV LUUpPpGLDEOHV
Dans la mansarde de la rue Dobrée, le monstre minuscule est ouvert, béant, sur le parquet.
Estelle a fini le premier chapitre et, comme une épée de Damoclès pesant au-dessus de son crâne,
HOOH FRQWLQXHUD HW DIIURQWHUD OD VXLWH DYHF EUDYRXUH FRPPH XQ SHWLW VROGDW TXL VH EDWWUD MXVTX¶DX
ERXW 6RQ HQWrWHPHQW O¶DFFDEOHmais son esprit doit savoir. Son destin est maintenant enchaîné à
La complice. Pourquoi ces lignes racontent-elles son histoire ? Une biographie ? Comment cela
est-il possible" 6D YLH QH OXL VHPEOH JXqUH URPDQHVTXH OHV ]RQHV G¶RPEUH TXL OD UHFRXYUHQW QH
PpULWHQW SDV GHV SDJHV G¶pFULWXUH 4XL HVW O¶DXWHXU: Martine Lesti" (OOH QH O¶D MDPDLV UHQFRQWUpH
Quels liens cette femme a-t-elle tissés avec sa petite personne ? Pourquoi a-t-on utilisé Clara, son
second prénom ?
/H YHUUH G¶HDX HW OH PDXYDLV VDQGZLFKavalé vers 20 heures remontent de son estomac à sa
poitrine oppressée. Le visage qui se reflète dans le miroir au-dessus du lavabo montre des traits
SkOHV PDUTXpV SDU O¶DQJRLVVH 6HV FKHYHX[ DXEXUQ SODTXpV SDU OD VXHXU FROOHQW VXU OD QXTXH HW
sa main rHSODFH G¶XQ PRXYHPHQW PDFKLQDO GDQV OD WUHVVH TXL RQGXOH GDQV VRQ GRV GHX[ RX WURLV
épis grattant le front. Une lueur inquiétante, étrange, brille dans ses yeux noirs. Une terreur
VRXUGH V¶HVW LQVWDOOpH DX IRQG GH VRQ YHQWUH HW QH OD TXLWWH SDV (OOH Dpeur de devenir folle, en
SURLH j GHV GpPRQV TXL OXL {WHQW WRXWH UDLVRQ TXL O¶pFUDVHQW HW OD EURLHQW j SHWLW IHX 6RQ SRUWDEOH
sonne, la musique classique qui en émane retentit dans la mansarde et la ramène à la réalité. Le
Nocturne numéro2Chopin env deDKLW SHX j SHX O¶HVSDFH HW WUDQVSHUFH OH VLOHQFH PDLV HOOH
Q¶HVTXLVVH SDV XQ JHVWH SRXU SUHQGUH O¶DSSDUHLO 3DV PDLQWHQDQW. Discuter avec sa mère est
au

7

dessus de ses forces. Devoir répondre à des questions sans laisser rien paraître lui demandera des
efforts dont elle se sent incapable. Lui mentir serait pire. Pourtant, en ce moment, Marie est seule
GDQV VRQ DSSDUWHPHQW HOOH SHQVH VUHPHQW j VD ILOOH HW QH SHXW V¶HPSrFKHU GH YRXORLU OXL SDUOHU
toujours inquiète, car les fantômes du passé peuvent à tout instant se réveiller. Sa mère a besoin
G¶rWUH UDVVXUpH SDU OH VRQ GH OD YRL[ G¶(VWHOOH 8Q FRXS G¶°LO VXU O¶pFUDQ GX WpOpSKRQH SHUPHW GH
YpULILHU OH QXPpUR XQ PHVVDJH V¶LQVFULW HQ LWDOLTXH DSUqV OH ELS
«&KpULH F¶HVW PDPDQ 9LHQV-WX FRPPH G¶KDELWXGH PDQger samedi soir" 7X Q¶RXEOLHV SDV GH
PH FRQILUPHU SRXU TXH MH SUpSDUH OH GvQHU -H W¶HPEUDVVH»
(OOH OD UDSSHOOHUD SOXV WDUG 3RXU O¶LQVWDQW (VWHOOH D UHQGH]-YRXV DYHF O¶DXWUH 0DULH FHWWH
femme couchée entre les lignes, cette femme qui lui ressemble taQW FHWWH IHPPH GRQW HOOH Q¶RVH
SHQVHU TX¶HOOH HVW YUDLPHQW VD PqUH

8

2±Marie


Clara Algol est née le mardi 23 septembre j OD PDWHUQLWp GH O¶+{WHO-Dieu à Nantes, trois
VHPDLQHV DSUqV OD UHQWUpH GHV FODVVHV /HV FKDOHXUV GH O¶pWp DYDLHQW GpMj DEDQGRnné la ville et un
IURLG VHF DQQRQoDLW OHV SUpPLFHV G¶XQ DXWRPQH ULJRXUHX[ &H PDWLQ-là, Nantes semblait plongée
GDQV XQH EUXPH EODIDUGH HW OHV SODWDQHV GH OD UXH GHV 2OLYHWWHV HQ IDFH GH O¶K{SLWDO
commençaient à perdre leurs feuilles orangées.
Dans la cKDPEUH G¶DFFRXFKHPHQW OHV FULV GH OD PqUH HW GX EpEp VH PrOqUHQW TXHOTXHV LQVWDQWV
puis la femme se tut, accueillant sur son ventre une petite fille chétive. Elle caressa, durant de
longues minutes, les minces cheveux auburn qui frisottaient. Elle se sentait heureuse de la
GpOLYUDQFH KHXUHXVH G¶DYRLU FHWWH QRXYHOOH YLH j VHV F{WpV 0DULH QH UHoXW DXFXQH YLVLWH SHQGDQW
VRQ VpMRXU j O¶K{SLWDO HOOH UHVWDLW VHXOH DYHF VRQ HQIDQW TXL WpWDLW JRXOPHQW VRQ VHLQ RX UHSRVDLW
dans le berceau près de son lit. Le soir, elle traversait lentement les couloirs pour chercher des
yeux son bébé qui dormait dans la pouponnière avec les autres. Elle apprivoisait cet être menu au
WHLQW VL EODQF HW j OD SHDX VL ILQH $YHF O¶DLGH GHV VDJHV-femmes, la jeune mère apprit à laver,
changer les couches, tenir fermement dans ses bras le corps fragile. Elle découvrait, émerveillée,
cette chair minuscule sortie de ses entrailles. Les pieds potelés gigotaient dans tous les sens et les
mains se tendaient à son approche. Sur le coude de Clara, un grain de beauté, un petit naevus, qui
DYDLW OD IRUPH G¶XQH pWRLOH OD IDLVDLW ULUH DX[ pFODWV HW &ODUD QH SRXYDLW V¶HPSrFKHU G¶HIIOHXUHU
G¶XQ GRLJW O¶LQILPH WDFKH 8Q VROHLO VD ILOOH GHYLHQGUDLW PDLQWHQDQW VD FRPqWH HOOH EULOOHUDLW DX
firmament de sa vie, un astre à protéger et à chérir sans condition.
$SUqV XQH VHPDLQH 0DULH UHQWUD GH OD PDWHUQLWp WRXMRXUV VROLWDLUH 3HUVRQQH Q¶pWDLW SUpVHQW
SRXU OHV DFFXHLOOLU SRXUWDQW OD MHXQH IHPPH Q¶HQ DYDLW FXUH HOOH pWDLW OD PqUH OD SOXV KHXUHXVH GH
lD WHUUH (OOH DYDLW DPpQDJp O¶XQH GHV SLqFHV GH VRQ ORJHPHQW SRXU OH EpEp /¶DSSDUWHPHQW VLWXp
dans une des tours du quartier de Malakoff serait le centre de leur univers. Elle avait désiré, plus
TXH WRXW DX PRQGH FH EpEp DORUV HOOH DOODLW O¶pOHYHU (OOHassumerait sans famille, sans mari,
O¶pGXFDWLRQ GH VD SHWLWH ILOOH
0DULH Q¶DYDLW TXH GH ORLQWDLQV VRXYHQLUV GH VHV SDUHQWV (OOH QH VH UDSSHODLW SDV DYRLU FRQQX OHV
EUDV GH VRQ SqUH 'H VD PDPDQ HOOH QH JDUGDLW TX¶XQH SUpJQDQFH OHV HIIOXYHV G¶XQH HDXde
WRLOHWWH TX¶HOOH FUR\DLW VHQWLU SDUIRLV GDQV OHV DOOpHV G¶XQH SDUIXPHULH; pourtant les fragrances
V¶pYDQRXLVVDLHQW j VRQ DSSURFKH FRPPH XQ YRLOH TXL VH GpFKLUH XQH UpPLQLVFHQFH TX¶RQ QH SHXW

9

VH UHPpPRUHU 8Q PDWLQ GH GpFHPEUH VHV SDUHQWV O¶DYDLHQW DWWDFKpH GDQV OH VLqJH DXWR j O¶DUULqUH
de la voiture blanche, chargée de bagages, pour la déposer chez sa grand-mère à Nantes. À six
ans, elle avait vu son père descendre quelques valises et remonter dans le véhicule, sans un mot.
/D IHPPH TXL O¶DYDLW PLVHau monde, après un dernier baiser sur son front, partit le rejoindre
pour ne jamais revenir. Avaient-ils, tous les deux, montré des signes de tristesse ? Marie ne
pouvait pas le croire. Avec Clara, son aïeule, elle apprit à panser les blessures du manque et de
O¶DEDQGRQ 'XUDQW VHV SUHPLqUHV DQQpHV O¶DPRXU GH OD YLHLOOH GDPH VRLJQD SUHVTXH GDQV VRQ F°XU
OD GRXOHXU GH O¶DERPLQDEOH DEVHQFH (OOH Q¶DYDLW MDPDLV VX SRXUTXRL VHV JpQLWHXUV O¶DYDLHQW TXLWWpH
et sa grand-mère éludait, embarrassée, toute question. Pendant de longs mois, elle espéra en vain
OHXU UHWRXU SXLV OH WHPSV SDVVDQW HOOH VH UpVLJQD j OHV RXEOLHU FRPPH LOV O¶DYDLHQW IDLW SRXU OHXU
enfant.
Clara et Marie vivaient tranquilles dans une jolie maison du quartier Doulon, un village proche
de la cité, bordé par le parc du Grand Blottereau, où la petite fille courait jouer sur les toboggans
FKDTXH GLPDQFKH 3HQGDQW O¶DQQpH GH VHV TXLQ]H DQV OH IDFWHXU GpSRVD XQ PDWLQ XQH OHWWUH
RIILFLHOOH WDPSRQQpH G¶XQ WUDLW QRLU 0DULH SkOLW HW YDFLOOD TXDQG HOOHouvrit le pli. Ce jour-là,
O¶DGROHVFHQWH DSSULW OH GpFqV GH VHV SDUHQWV FHV pWUDQJHUV $SUqV XQH VRLUpH H[FHVVLYHPHQW
alcoolisée dans un casino, leur voiture avait percuté violemment un arbre sur une route trop
étroite de Provence. Six mois après le tragique accident, sa grand-mère mourut, emportée par une
FULVH FDUGLDTXH ¬ O¶K{SLWDO 0DULH UHVWD WRXWH XQH QXLW j OD YHLOOHU pJDUpH pSORUpH $X PDWLQ OD
jeune femme, encore sous le choc, errait dans les couloirs des urgences. Elle devenait maintenant
une orpheline, devant assumer la perte immense. Elle suivit, accompagnée de rares amis, le
FHUFXHLO MXVTX¶j VRQ GHUQLHU VpMRXU &ODUD IXW HQWHUUpH DX FLPHWLqUH-parc de Nantes, entre les
SHORXVHV ELHQ HQWUHWHQXHV j O¶RPEUH GH WLOOHXOV SUHVTXH HQ IOHXUV 6D SHWLte fille demeura
longtemps les épaules courbées devant sa tombe ; elle avait séché toutes ses larmes, mais savait
TX¶HOOH GHYDLW VH WHQLU ILqUH HW GURLWH (OOH QH GpVHVSpUHUDLW MDPDLV FRPPH VD JUDQG-mère le lui
avait toujours inculqué.
Elle séjourna durantSOXVLHXUV DQQpHV GDQV GHV IDPLOOHV G¶DFFXHLO FKHUFKDQW XQH SODFH DX
PLOLHX GHV DXWUHV V¶HQIHUPDQW VRXYHQW GDQV VD FKDPEUH GpVHPSDUpH (OOH DWWHQGDLW DYHF
impatience sa majorité pour enfin vivre indépendante et en liberté.
$XMRXUG¶KXL VD &ODUD SRUWDLW OH SUpQRP GX VHXO rWUH TXL O¶DYDLW DGRUp HW FKR\p 6RQ EpEp
comme elle, ne connaîtrait peut-être jamais son père. Elle espérait pour son enfant une existence
ELHQ GLIIpUHQWH GH OD VLHQQH 0DULH DYDLW VXLYL XQH VFRODULWp FKDRWLTXH GpWHVWDQW O¶pFROH ¬ GL[-huit
ans, malgré une silhouette gracile, elle dégageait une vraie volonté. Les cheveux coupés court
DFFHQWXDLHQW VHV \HX[ YHUWV HQ DPDQGH TX¶HOOH VDYDLW MROLPHQW PDTXLOOHU 1H FRPSWDQW VXU

10

SHUVRQQH SRXU O¶pSDXOHU HOOH FKHUFKD XQ WUDYDLO XQ DSSDUWHPHQWsouhaitant obtenir rapidement
VRQ DXWRQRPLH UHIXVDQW OHV FRQWDFWV DYHF OHV VHUYLFHV VRFLDX[ IX\DQW OHV IR\HUV TXL O¶DYDLHQW
KpEHUJpH 4X¶LPSRUWH O¶HPSORL TX¶HOOH SRXUUDLW GpFURFKHU LO FRQYLHQGUDLW SRXU rWUH DIIUDQFKL GHV
administrations, être débarrassé des tête-à-tête pesants avec les éducateurs. Elle organiserait un
petit chez-VRL GDQV OH ORJHPHQW DX TXDWULqPH pWDJH G¶XQ LPPHXEOH GH 0DODNRII (OOH SRXUUDLW
accueillir des amis, sortir et rentrer sans vivre en permanence surveillée. Au début de son
emméQDJHPHQW OD MHXQH IHPPH QH VH GRXWDLW SDV TX¶HOOH GHYLHQGUDLW DX ILO GX WHPSV SULVRQQLqUH
des tours de la cité.
(OOH DYDLW UHQFRQWUp /DXUHQW ORUV GH VRQ VHUYLFH DX FDIp GH OD SODFH 9LDUPH 3HQGDQW TX¶HOOH
essuyait les verres et préparait les petits noirs, penchée sur le percolateur, il entreprit une cour
assidue. Pendant trois semaines, il vint chaque jour et restait assis sur un tabouret du bar,
DWWHQGDQW SDWLHPPHQW TX¶HOOH YHXLOOH ELHQ DFFHSWHU XQH LQYLWDWLRQ j GvQHU 6L 0DULH DYDLW GpMj
connu quelquesDYHQWXUHV DYHF GHV JDUoRQV GDQV OHV IR\HUV Oj F¶pWDLW GLIIpUHQW /¶KRPPH pWDLW
plus âgé, plus impressionnant et séduisant. Pour une serveuse, les règles de la brasserie
demeuraient strictes, on devait éviter de céder aux avances des clients, se montrer en toutes
FLUFRQVWDQFHV SROLH HW IHUPH 6L HOOH UpVLVWD ORQJWHPSV LO O¶LQWULJXDLW WURS HW SHX j SHX HOOH
WRPEDLW VRXV OH FKDUPH GH VRQ FRUSV TX¶HOOH GHYLQDLW SXLVVDQW GH VRQ UHJDUG GH MDLV HW GH VHV
PDLQV ILQHV TX¶HOOH VH VXUSUHQDLW j DGPLUHU VXU OHcomptoir du café.
3HQGDQW XQH QXLW G¶RFWREUH DORUV TXH GHV DYHUVHV JODFLDOHV GRXFKDLHQW OH SDYp QDQWDLV 0DULH
DFFHSWD O¶HVFRUWH GH VRQ FKHYDOLHU VHUYDQW MXVTX¶j O¶DUUrW GX EXV 6RXV XQ SDUDSOXLH OHV GHX[
silhouettes enjambaient les flaques, ils riaient aux éclats quand une voiture les éclaboussait sur
VRQ SDVVDJH ¬ O¶DEUL G¶XQH SRUWH FRFKqUH DWWHQGDQW XQH DFFDOPLH LOV pFKDQJqUHQW IpEULOHPHQW
OHXU SUHPLHU EDLVHU /HXU KLVWRLUH G¶DPRXU FRPPHQoD WLPLGHPHQW $X GpEXW O¶KXPRXU HW OD
prévenance de LaurentFKDYLUDLHQW VRQ F°XU 3RXUWDQW LO SUHQDLW GRUpQDYDQW VRQ WHPSV DVVXUp GH
O¶DYRLU VpGXLWH HQVRUFHOpH VDYRXUDQW VD FRQTXrWH /D MHXQH IHPPH LPSDWLHQWH O¶HPEUDVVD XQ
soir, elle désirait ardemment goûter à nouveau ses lèvres et se lover entre ses bras.

Pendant les jours qui suivirent, leurs rendez-vous devinrent plus fréquents, leurs étreintes se
ILUHQW GH SOXV HQ SOXV SDVVLRQQpHV /DXUHQW OD UHWURXYDLW DSUqV VRQ VHUYLFH LO O¶HPPHQDLW GvQHU
souvent très tard. Au gré de leurs pérégrinations, ils cherchaient des gargotes toujours ouvertes,
LOV GHVFHQGDLHQW YHUV OD SODFH GX %RXIID\ HQ HVSpUDQW TX¶XQH FUrSHULH Q¶DLW SDV WURS W{W IHUPp OD
SRUWH ,O V¶DPXVDLW j OD FRQWHPSOHU PDQJHU DYHF DSSpWLW (OOH VH VHQWDLW JpQpUDOHPHQW pSXLVpH SDU
sa journée, mais si heuUHXVH G¶rWUH DYHF VRQ FRPSDJQRQ (OOH DXUDLW UrYp TXH OH WHPSV UDOHQWLVVH
que la nuit happe le jour pour la laisser profiter encore de lui. Bientôt, il resta dormir chez elle
TXDQG VRQ DJHQGD OH SHUPHWWDLW 7RXWHIRLV LO QH YRXODLW SDV G¶DWWDFKH SDV GH Oien pesant. Leur

11

DPRXU UHVVHPEODLW j XQ ERQKHXU pSKpPqUH DYDLW OD VDYHXU G¶XQ IUXLW PU GpOLFLHX[ HW YLWH DYDOp
,O SDUWDLW WRXMRXUV j O¶DXEH HQ KkWH LO GpWHVWDLW OHV SHWLWV GpMHXQHUV GX PDWLQ HQ IDFH G¶HOOH ,O
SUpIpUDLW TXLWWHU UDSLGHPHQW O¶DSSDUWHPHQt et abandonnait la jeune femme qui somnolait dans les
draps froissés. Il restait des heures dans sa voiture. Son emploi du temps de commercial le tenait
éloigné de Marie des jours entiers. Puis, les mois passant, il apparaissait de moins en moins
souvent.6RQ LQWpUrW SRXU HOOH V¶pPRXVVDLW VH GpOLWDLW 'LVWDQW LO OD UHJDUGDLW GLIIpUHPPHQW DYHF
moins de ferveur. Voyait-LO G¶DXWUHV PDvWUHVVHV? Les explications données sur ses longues
DEVHQFHV V¶DYpUDLHQW FRQIXVHV SUHVTXH PHQVRQJqUHV 6D SURIHVVLRQ O¶REOLJeait à sillonner la
)UDQFH LO Q¶DYDLW SDV OH FKRL[ 3HQGDQW GHX[ WURLV VHPDLQHV HOOH Q¶DYDLW SDV GH QRXYHOOHV SDV
G¶DSSHO WpOpSKRQLTXH TXL OXL DQQRQoDLW VRQ UHWRXU (OOH VH GRXWDLW TX¶LO V¶pORLJQDLW OHXU OLDLVRQ
Q¶pWDLW TXH SDVVDJqUH ,O YLYDLW XQH DYHQWXUH IDFLOH HOOH pWDLW VLPSOHPHQW VRQ SRUW G¶DWWDFKH VXU
1DQWHV R LO GHYDLW YHQLU SRXU VRQ HPSORL UpJXOLqUHPHQW 3RXUWDQW HOOH V¶DFFURFKDLW j VRQ UrYH
refusant la fuite de son amour et la solitude si prévisible dans son logement.
Le soir où elle lui apprit sa grossesse, Laurent avait blêmi, bégayé, il ne voulait ni union, ni
enfant. Il ne pouvait pas demeurer entre quatre murs, restant un vagabond sans entraves. Bien sûr,
il éprouvait des sentiments, en revanche, elle devait balayer ses espoirs de le transformer en un
JHQWLO PDUL /¶LGpH G¶rWUH SDUHQW GH SUHQGUH HQ FKDUJH XQH IDPLOOH OH WHUURULVDLW /D MHXQH IHPPH
GHYDLW DYRUWHU RX O¶pGXTXHU VHXOH VDQV OXL j VHV F{WpV ,O Q¶DFFHSWDLW SDV G¶DVVXPHU FHWWH
responsabilité. Devant la lâcheté et la froideXU GH VRQ DPDQW HOOH V¶HQIRQoDLW GDQV OH FDQDSp HW
demeurait muette, la tête baissée, souhaitant juste le silence. Il avait fui vers 22 heures, il refusait
de supporter plus longtemps les pleurs au milieu du salon. Agacé, il était parti sans se retourner et
HQ FODTXDQW OD SRUWH (OOH UHJDUGD GX KDXW GH O¶DSSDUWHPHQW OD 5HQDXOW16 sortir du parking et
quitter définitivement le quartier Malakoff. Marie resta en face de la fenêtre à contempler les
UpYHUEqUHV TXL WURXDLHQW O¶REVFXULWp 3HX j SHX OHV GHUQLqUHV ODQWHUQHV V¶pWHLJQLUHQW HW OH QRLU
GHQVH G¶XQH QXLW VDQV OXQH HQYDKLW OD FLWp (OOH GHPHXUD Oj REVHUYDQW OHV WpQqEUHV HQYHORSSpH GH
cet isolement si familier, si détestable. Elle réfléchit longtemps, pesant le pour et le contre. Au
petit matin, elle prit une décision irrévocable, celle de garder le bébé qui commençait à pousser
GDQV VRQ YHQWUH /DXUHQW QH YRXODLW SOXV G¶HOOH QL GX IUXLW GH OHXU SDVVLRQ 7DQW SLV 0DULH
continuerait sans lui et chérirait le nourrisson. Comme son propre père, il avait tourné les talons.
0DLV O¶KLVWRLUH Q¶DOODLW SDV VH UpSpWHU LQGpILQLPHQW /D IXWXUH PqUH VH SURPLW GH UHQGUH OD YLH
LQILQLPHQW EHOOH j VRQ HQIDQW HW HOOH VH MXUD GH O¶HQWRXUHU GH VD WHQGUHVVH (OOH VHUDLW WRXMRXUV
SUpVHQWH SRXU TX¶LO QH FRQQDLVVH MDPDLV O¶DEandon.
4XDQG VD VLOKRXHWWH GHYLQW pSDLVVH TXH VRQ YHQWUH FRPPHQoD j V¶DORXUGLU HOOH RUJDQLVD
O¶DSSDUWHPHQW SRXU OD YHQXH GH &ODUD 8QH MROLH WDSLVVHULH SRXU OHV PXUV GH OD FKDPEUH MRX[WDQW OD

12

sienne fut posée. Un vieux berceau en bois et des jouets égayaient la pièce. Chaque soir, épuisée
SDU VD MRXUQpH HOOH V¶DIIDODLW VXU OH FDQDSp HIIOHXUDLW VRQ FRUSV HW SDOSDLW OHV FRQWRXUV GH FH SHWLW
rWUH TX¶HOOH VHQWDLW UHVSLUHU j WUDYHUV OHV SRUHV GH VD SHDX 3HQGDQW OHV pFKRJUDSKLHV HOOH
découvrait, émerveillée, les formes de sa minuscule fille. Elle informa la voisine de palier, Anna,
de sa grossesse, inquiète de ne pouvoir appeler seule, le jour J, les services de secours. Un mois
avant son terme, Marie arrêta son travail au café et attendit la délivrance, fiévreuse, excitée,
WRXUQDQW HQ URQG GDQV OH VDORQ j O¶pFRXWH GH OD PRLQGUH FUDPSH 8QH YDOLVH GpMj SOHLQH pWDLW SRVpH
GDQV O¶HQWUpH HW OH QXPpUR GH OD PDWHUQLWp pWDLW LQVFULW DX VW\OR URXJH DX-dessus du téléphone. Tout
pWDLW SUrW SRXU O¶DUULYpH WDQW HVSpUpH. Quand elle perdit les eaux, elle appela une ambulance et
patienta sur le divan. Les contractions douloureuses lui broyaient les entrailles. Anna avait quitté
son appartement et se tenait à ses côtés, pour éponger son front et la rassurer de paroles

réconfortantes.
0DULH UHYLQW IDWLJXpH GH O¶K{SLWDO QpDQPRLQV HOOH UHVWDLW DWWHQWLYH DX ELHQ-être de Clara. Le
EpEp SOHXUDLW SDUIRLV OD QXLW HW VD PqUH WURWWLQDLW G¶XQH FKDPEUH j O¶DXWUH SRXU ILQLU SDU OH VHUUHU
FRQWUH VRQ FRUSV GDQV OH JUDQG OLW HW V¶HQGRUPLUépuisée. Après un mois, elle dut reprendre son
HPSORL DX FDIp (OOH DFFHSWDLW PDO GH V¶pORLJQHU GH O¶DPRXU GH VD YLH PDLV HOOH GHYDLW ELHQ SD\HU
OH OR\HU OD QRXUULWXUH HW FRQVWLWXHU XQH pSDUJQH SRXU HQYLVDJHU O¶DYHQLU (OOH ODLVVD VRQ HQIDQW j OD
voisine en qui elle avait confiance. Celle-FL V¶HQ RFFXSDLW DYHF OD PrPH DWWHQWLRQ TXH SRXU VRQ
ILOV -HDQ 'HX[ DQV VpSDUDLHQW OHV GHX[ EDPELQV /H JDUoRQ QH PRQWUD DXFXQH MDORXVLH j O¶DUULYpH
GH FHWWH SHWLWH V°XU $QQD OHV FKR\DLW DX ORQJ GH OD MRXUQpH OHV PHQant au square dans une double
poussette, jonglant avec dextérité entre le biberon et les pots pour bébés. Elle savait calmer leurs
SOHXUV HW OHV IDLUH ULUH HQVHPEOH GDQV XQH MR\HXVH FDFRSKRQLH 5pXQLRQQDLVH OD YRLVLQH Q¶DYDLW
trouvé aucun emploi et le staWXW G¶DVVLVWDQWH PDWHUQHOOH FRQYHQDLW SDUIDLWHPHQW j O¶DIIHFWLRQ
LQFRQGLWLRQQHOOH TX¶HOOH SRUWDLW DX[ HQIDQWV 6RQ PDUL UHQWUDLW UDUHPHQW 2XYULHU SRXU XQH
FRPSDJQLH SpWUROLqUH 3DXO WUDYDLOODLW WRXWH O¶DQQpH VXU XQH EDVH HQ SOHLQH PHU GX 1RUG +RPPH
effacp HW WDFLWXUQH LO ODLVVDLW VD IHPPH JpUHU O¶DSSDUWHPHQW HW LO QH V¶RFFXSDLW SDV GHV SHWLWV
Pendant ses séjours à Malakoff, on le voyait peu, il dormait souvent du matin au soir. Seul,
pendant la nuit, il veillait devant le poste de télévision, appréciant le silence, loin des agitations
enfantines.
La serveuse, pour payer les frais de garde, acceptait les heures supplémentaires, courait entre
les tables pour prendre les commandes, sautait la pause déjeuner pour proposer encore et encore
les sandwichs, les cafés serrés durant la journée. Le soir venu, elle rentrait en bus, exténuée, mais
heureuse de retrouver sa fille. Elle sonnait, impatiente, chez la voisine et souriait en apercevant
son chérubin jouer au milieu du parc. Le bébé apprenait à se défendre, tirant les cheveux frisés du

13

garçon quand il lui chipait un camion.
/HV DQQpHV SDVVDLHQW LOV JUDQGLVVDLHQW j O¶RPEUH GHV WRXUV GH OD FLWp 0DULH GpFLGD G¶LQVFULUH
&ODUD j O¶pFROH SULYpH (OOH HVSpUDLW HQ SDUWLH OD VpSDUHU GH -HDQ (OOH VH VRXFLDLW GH VRQ DYenir, sa
SHWLWH GHYDLW UHFHYRLU XQ ERQ EDJDJH VFRODLUH ,O pWDLW SUpIpUDEOH TX¶HOOH V¶pORLJQH XQ SHX GH OXL
TX¶HOOH UHQFRQWUH GHV HQIDQWV GLIIpUHQWV 3RXU OD ILOOHWWH FH IXW XQ GpFKLUHPHQW 6RQ FRPSDJQRQ GH
jeu était son presque frère et dans la cour, au début, elle le chercha obstinément, refusant de
V¶DPXVHU DYHF OHV DXWUHV 7UqV W{W OHV pWXGHV FRPPHQFqUHQW j O¶LUULWHU SURIRQGpPHQW 0rPH VL OHV
LQVWLWXWULFHV pWDLHQW JHQWLOOHV HOOH Q¶DLPDLW SDV pFRXWHU SHQGDQW OHV MRXUQpHV LQWHUPLQDEOHV YLVVpH
sur uneFKDLVH /HV QRPEUHV GDQVDLHQW GDQV VD WrWH HW V¶LQVFULYDLHQW IDX[ VXU VRQ DUGRLVH (OOH
SHLQDLW j VH FRQFHQWUHU PDOJUp OHV LQMRQFWLRQV GHV PDvWUHVVHV 6HXOV OHV OLYUHV G¶LPDJHV OD
FDSWLYDLHQW 7UqV YLWH HOOH DSSULW j GpFKLIIUHU OHV OHWWUHV (OOH V¶pYDGDLt dans la lecture pour oublier
les murs blancs de la classe. À la sonnerie, Anna prenait la main de la gamine et toutes les deux
allaient retrouver Jean. Il les attendait impatiemment, les poings serrés sur les grilles de son école.
La nourrice continuait à garder Clara avant le retour de la serveuse. Après un goûter
pantagruélique, les deux petits passaient une, deux heures si le temps le permettait au square, riant
DX[ pFODWV GDQV OH VDEOH JOLVVDQW VXU OHV WRERJJDQV /¶HQIDQW DSUqV DYRLU GvQp WUDYHUVDLt le palier,
RXYUDLW HW YHUURXLOODLW OD SRUWH GH O¶DSSDUWHPHQW VRXV OH UHJDUG DWWHQWLI G¶$QQD 6D PqUH UHQWUDLW j
la nuit tombée et son premier mouvement, en franchissant le logement, était de vérifier si sa fille
dormait à poings fermés. Elle remontait leGXYHW MXVTX¶j VHV pSDXOHV HW FKHUFKDLW VRQ GRXGRX XQ
YLHX[ %DPEL VRXYHQW FDFKp VRXV OH OLW SRXU OH GpSRVHU VXU O¶RUHLOOHU

14

3±Estelle


Clara est son second prénom, celui de son arrière-grand-mère. Marie, à la maternité, hésita et
décida de la baptiser autrement. Elle aspirait à lui éviter un héritage pesant, voulait faire table rase
GX SDVVp OXL GRQQHU XQH QRXYHOOH FKDQFH (VWHOOH TXHOTXHV OHWWUHV VL FKqUHV GDQV OH F°XU GH VD
mère, uneestrellaen espagnol.

La Grande Ourse brille cette nuit dans le ciel nantais, un bijou lointain scintille à travers la
IHQrWUH 2Q DLPHUDLW SDUIRLV DWWUDSHU G¶XQH PDLQ DpULHQQH XQH SHUOH SKRVSKRUHVFHQWH TXL OXLW GDQV
O¶HVSDFH LQILQL (QIDQW HOOH UrYDLW GH JOLVVHU XQH pWRLOH j VRQ GRLJW XQ MR\DX DXVVL EHDX TXH FHX[
dont se parent les femmes célèbres et richissimes. Le grain de beauté inscrit sur la peau, à la base
GH VRQ FRXGH GHVVLQH XQ DVWUH /D WUDFH LQGpOpELOH O¶DFFRPSDJQH SRXU WRXMRXUV (OOH D JUDQGL DYHF
OH WHPSV V¶HVW pWHQGXH DYHF GHV IRUPHV JpRPpWULTXHV TXDsiment parfaites. Quand son bras nu
laisse voir le naevus, les gens sourient, souvent ils le trouvent joli. «&¶HVW GU{OH! On dirait un
tatouageª /¶H[SUHVVLRQ HVW GHYHQXH IDPLOLqUH GDQV OD ERXFKH GH FHUWDLQHV SHUVRQQHV 3DUIRLV HQ
ricanant, les jours de déprime, elle songe en se maudissant, que sa marque de fabrique sera un
excellent signe de reconnaissance pour la morgue. Ce soir, sa main droite la gratte
machinalement. Les ongles, nerveusement, accrochent le derme, et son geste mécanique va finir
parpJUDWLJQHU OD SHDX SDU IDLUH FRXOHU OH VDQJ OH ORQJ GH VRQ FRXGH 6L HOOH SRXYDLW O¶pFRUFKHU j
vif, sa tache disparaîtrait à jamais. Alors, les pages du livre auraient tort, il ne serait plus question
G¶HOOH j WUDYHUV OHV OLJQHV 7RXW FHOD QH VHUDLW TX¶XQH JURVVLqUH HUUHXU TX¶XQH LQFUR\DEOH PpSULVH
0DOKHXUHXVHPHQW WRXW HVW YUDL /¶KLVWRLUH GH FH FKDSLWUH FRUUHVSRQG j OD YLH GH VD PqUH SRLQW
SDU SRLQW &H TX¶(VWHOOH FRQQDvW G¶HOOH FH TX¶HOOH D ELHQ YRXOX OXL FRQILHU HVW FRXFKp GDQVLa
complice. Marie lui a livré des pans, des morceaux, avec parcimonie, de son existence passée :
VRQ HQIDQFH WUDJLTXH O¶DIIHFWLRQ GH &ODUD HW OD OLDLVRQ DYHF VRQ SqUH FHW KRPPH TX¶HOOH Q¶D
MDPDLV YX FHW pWUDQJHU (OOH HVW QpH G¶XQ DPRXU pSKpPqUH HW /DXUHQW HQ KpULWDJH Oui a légué ses
yeux noirs et ses cheveux auburn. Elle préfère dissimuler cette crinière encombrante et la coiffe
habituellement avec une tresse.
(OOH Q¶LJQRUH ULHQ GX SUHPLHU FKDSLWUH HW SRXU DMRXWHU j VRQ WURXEOH HOOH VDLW SDUIDLWHPHQW TXH
certains détaiOV DSSDUWLHQQHQW j OHXU LQWLPLWp 3HUVRQQH Q¶D GpYRLOp OHXUV VHFUHWV /D MHXQH ILOOH QH
SHXW GRXWHU GH O¶LQWpJULWp GH VD PqUH (OOH QH O¶DXUDLW MDPDLV WUDKLH SRXU SDUOHU j XQ DXWHXU 3RXU
TXHOOHV UDLVRQV G¶DLOOHXUV " 6L GHV VRXSoRQV V¶LPPLVFHQW HW OD VXEPergent, elle est perdue. Marie

15