Lexique nomade 2012

Lexique nomade 2012

-

Livres
113 pages

Description

« Pour accompagner les Assises Internationales du Roman qu’organisent au mois de mai la Villa Gillet et Le Monde sera publié chaque année un lexique nomade. A chacun des auteurs invités, nous avons demandé de choisir un mot clé qui ouvre les portes de son œuvre. Ce petit précis subjectif est une invitation au voyage dans la littérature d’aujourd’hui au gré de définitions originales dont le ton personnel ouvre des perspectives inattendues. Le choix des mots, la manière de leur donner vie est à chaque fois une expérience de lecture, une manière pour le romancier de rendre sensible en toute liberté son aventure au cœur de la langue. Dans ce lexique audacieux, les mots se répondent les uns les autres, créant une partition que chacun est invité à jouer. Dans ce lexique nomade, la littérature se pense et se rêve. » Guy Walter
Organisé par ordre alphabétique, comme chaque année depuis 2007, ce lexique, prend la forme d’un véritable dictionnaire de mots choisis par les auteurs invités. Il est ainsi un ouvrage de référence pratique et érudit pour les lycéens et étudiants en littérature qui y trouvent une approche personnelle et originale de la matière littéraire. Pour tous, il offre un vrai plaisir de lecture, qui peut s’aborder d’une traite ou se consulter au gré des envies.
Mêlant des points de vue étrangers et français, ce lexique nomade deviendra un ouvrage de référence pour les uns et un livre de chevet pour les autres.
« C'est un exercice passionnant et constamment surprenant chaque année dans le cadre des Assises du roman, nous demandons à nos invités de choisir un mot dans l'immense palette de leur dictionnaire personnel, puis d'écrire un petit texte pour l'accompagner. Un seul mot, ordinaire ou extravagant, répertorié ou complètement inventé, pour éclairer la relation de ces hommes et de ces femmes avec la littérature. Regroupés en recueil, ces textes finissent par former un lexique fantaisiste et vertigineux. Vibrant surtout, comme si, entre ses pages, bruissaient aussi tous les mots qui ne sont pas choisis, pas prononcés, mais dont l'écho se fait entendre, malgré tout. » (Raphaëlle Rérolle, Le Monde)
« Le Lexique nomade est aussi une carte au sens le plus géographique du terme, mais un territoire sans frontières, qui nous mène de la Colombie à la Turquie, des USA à l'Allemagne, de la France à Israël, de l'Écosse à la Pologne ou à la Serbie, nous permettant, comme chaque année, de découvrir des voix nouvelles comme des auteurs suivis. D'année en année, ces lexiques construisent une encyclopédie nomade de la langue, un (im)précis de littérature, un dictionnaire d'écrivains, en marge des définitions courantes, une collection indispensable, où l'on glane des instants magiques, «en partance pour une destination lointaine où je serais inévitablement plus heureux» (Abilio Estévez). » (Christine Marcandier-Bry, Mediapart)

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 10 mai 2012
Nombre de visites sur la page 42
EAN13 9782267023664
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Extrait de la publication
Extrait de la publication
ASSISES DU ROMAN 2012 lexique nomade Le Monde Villa Gillet
Extrait de la publication
LEXIQUE NOMADE
assises du roman 2012
Villa Gillet
Christian Bourgois éditeur
Les Assises Internationales du Roman sont conçues et organisées par la Villa Gillet etLe Mondeen coréalisation avec les Subsistances. LeLexique nomadeest publié à l’occasion de l’édition 2012. La Villa Gillet est financée par la Région RhôneAlpes, la Ville de Lyon, le ministère de la Culture et de la Communication, le Centre national du livre et bénéficie du soutien du ministère des Affaires étrangères.
www.villagillet.net
© Villa Gillet, 2012 © Christian Bourgois éditeur, 2012 ISBN 9782 267023671
Extrait de la publication
A
Aura
Francisco GOLDMAN
Hier matin, au petit déjeuner, alors que je lisais dans les pages immobilier duSunday Timesun article sur la hausse vertigineuse des loyers à Manhattan, les mots «financial district» ont éveillé un souvenir : l’entrée aux tonalités châtaines, étincelante de verre, d’une tour d’habitation de style contempo rain. Des bandes de papier blanc sur les vitres, je me rappelai cela, et un bureau d’accueil vide. Un bâtiment flambant neuf, encore inoccupé. Puis je me trouvais dans un petit appartement nu avec deux pièces ridiculement petites et une vue sur le bas de Manhattan, un coin du port. Quand avaisje jamais été dans un tel bâtiment ? Il y avait un vide dans mon esprit et puis, alors qu’on nous montrait la salle de gym, une rangée de tapis de course et de vélos elliptiques et autres, ce vide commença à se remplir et gonfler d’une sorte de vertige, du genre de celui provoqué par l’inhalation d’hélium, et lorsque nous nous trouvâmes dans ce salon destiné aux réceptions données par les locataires, je me souvins. Ensuite
7
l e x i q u e n o m a d e
nous étions dans un appartement meublé comme un bureau, avec des assiettes de petits fours agrémentés d’un glaçage à l’orange – c’était l’automne – et des thermos de café sur une table, et des piles de formulaires sur une autre. Nous mangions des petits fours et tâchions de ne pas pouffer de rire pendant que la femme de l’agence immobilière terminait son baratin. Aura transformait tout en comédie. Nous occupions, dans unebrownstone, un appar tement très spacieux – nos placards de rangement étaient plus grands que les pièces que nous venions de voir – au loyer généreusement bas et dans un quartier branché de Brooklyn, mais Aura parlait toujours de déménager. Elle aimait m’emmener visiter, à l’occasion de journées « portes ouvertes » organisées par les agences immobilières, des appar tements dans lesquels nous n’aurions jamais voulu habiter. L’employée de l’agence nous faisait partager sa vision d’un immeuble où vous ne payiez pas un loyer exorbitant seulement pour un appartement exigu, mais aussi où vous acquériez de nouveaux amis, toute une vie sociale : gym en commun, récep tions dans le salon, tuyaux de Bourse refilés par vos voisins dans la buanderie, et ainsi de suite. Assis à la table de mon petit déjeuner hier, j’affichais un large sourire, tout content de cette surprise quelque peu synesthésique, les mots «financial district» lus dans un journal me livrant le souvenir d’un hall dans lequel j’entrais, pour ainsi dire, tâchant de résoudre une énigme qui se posait en images – appartement vide, salle de gym, petits fours –, jusqu’à ce que le souvenir me revienne d’y avoir été en compagnie
8 Extrait de la publication
l e x i q u e n o m a d e
d’Aura durant l’été 2007, probablement, deux ans avant sa mort. Après presque cinq années de deuil, cela ne se produit presque plus jamais, l’arrivée d’un souvenir vivace et neuf – pas un de ceux recueillis dans les couloirs de la réminiscence ritualisée que j’arpente de manière obsessionnelle depuis cinq ans, passant et repassant sur mes propres traces. J’avais totalement oublié le jour où nous avions visité ce stupide immeuble stérile du quartier financier, sorte de club pour traders perché dans le ciel. Maintenant ce souvenir peut rejoindre le reste de ma collection. Un jour particulier que ce 12 février 2012, où je l’ai retrouvé de manière inattendue. Brooklyn, Manhattan, Morningside Heights, un immense palais du souvenir urbain incessamment conservé. Mexico en est un autre, et le Mexique. De même que Paris. Le Guatemala, Boston, Austin, Hong Kong, le Wyoming, la Californie, et – ces palais du souvenir commencent à rétrécir à la taille d’une maison de poupée, mais n’en sont pas moins entretenus de manière obsessionnelle – Portland, dans l’Oregon, et Key West, en Floride, et la Provence, et Barcelone, et Murcie, tous les endroits où Aura et moi avons passé au moins quelques jours au cours des presque cinq années de notre vie commune. Aéroports : cette longue journée de Noël à Panama City alors que nous arrivions de Tokyo, où elle avait acheté la jolie petite bouteille de saké « Petite Moon » qui est toujours dans mon réfrigérateur. J’ai des centaines de photos mais je n’ai pas besoin de les regarder, je les ai toutes en mémoire. Généralement, seuls les rêves et les cauchemars me surprennent.
9 Extrait de la publication
l e x i q u e n o m a d e
Mais comment aije pu oublier Carthagène, en Colombie ? Nous y avons passé la semaine précédant Noël à notre retour de Tokyo, après avoir attendu une journée à l’aéroport de Panama City. J’animais un atelier d’écriture à la Fundación Nuevo Perio dismo Iberoamericano. Il y a quinze jours, quand je suis retourné à Carthagène pour le festival Hay, j’ai été stupéfait en me rendant compte que je ne me rappelais presque rien de la semaine que nous y avions passée, Aura et moi. Pour une raison que j’ignore, durant toutes ces années de réminiscence ritualisée, j’avais négligé Carthagène. Pourquoi ? Je suppose que j’ai simplement oublié. Comme à la FNPI on vous fait travailler du matin au soir, chacun de nous avait passé ses journées de son côté, bien que je me rappelle qu’Aura nous avait rejoints, mes étudiants et moi, au moins une fois pour déjeuner. Elle doit être restée aussi une journée au moins dans la chambre de notre hôtel à me rendre le service de lire la dernière version d’un livre que je venais de terminer : je me le rappelle, parce que ses sugges tions avaient pour moi une valeur inestimable. Mais je ne me rappelle pas à quel hôtel nous étions, ni même dans quel quartier il était situé. En revanche je me souviens de la plage où nous sommes allés le 24 décembre, le lendemain de la fin de l’atelier d’écriture. Une messe de Noël dans la vieille église. Mais de cette semaine, rien. J’ai parcouru les rues du vieux port, immortalisé dansL’Amour aux temps du cholérade García Marquez sans trouver trace de nous. Je savais que nous avions dû nous promener sur les épais remparts qui entourent la ville, bâtis au
1 0 Extrait de la publication