Nat Pinkerton - Une Conjuration de Malfaiteurs

-

Livres
38 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L’illustre détective américain NAT PINKERTON reçoit la visite, chez lui, le soir, d’un homme réclamant son aide pour trouver l’assassin de sa vieille voisine.


NAT PINKERTON, dont le sixième sens ne fait jamais défaut, malgré la surprenante insistance du type à vouloir l’amener sur le lieu du crime, préfère d’abord passer prévenir la police.


Mais à quelques pas du bâtiment abritant les forces de l’ordre, l’inconnu se carapate sans demander son reste.


Était-ce un subterfuge ayant pour but de le jeter dans un piège ? Ou bien le fuyard a-t-il eu peur d’être accusé du meurtre ?


C’est ce que NAT PINKERTON est décidé à éclaircir en se rendant à l’adresse indiquée sans s’imaginer des répercussions de sa décision...


Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 08 octobre 2018
Nombre de lectures 10
EAN13 9782373475708
Langue Français
Signaler un problème
AVANT-PROPOS
*****
Nick PINKERTON,
le plus illustre Détective de nos
Jours.
(1908) *****
Dans les aventures tirées des Mémoires du détectiveNat Pinkerton que nous offrons au public, sont consignés les événemen ts les plus marquants et les plus émouvants de la vie de ce détective privé, don t le nom est tous les jours cité avec admiration en Amérique, et dont l'Office ou Bureau spécial, fondé par lui à New York, s'est acquis une renommée éclatante et universelle.
En effet,Nat Pinkertonn'est pas un personnage fictif.
Il a réellement vécu, donnant, dans tout le cours d e sa carrière, les preuves les plus frappantes d'une énergie indomptable et de talents naturels de premier ordre, développés au plus haut degré par l'étude no n moins que par la pratique, et grâce auxquels il savait découvrir les mobiles e t les auteurs des crimes les plus mystérieux.
Est-il une plus grande et plus belle attitude que c elle de cet homme, qui, au mépris des plus effroyables dangers, endurant parfo is des angoisses et des souffrances inouïes, risque à toute heure sa santé et son existence à la poursuite des malfaiteurs dont il veut purger la so ciété ?
On peut dire queNat Pinkertona eu la terre entière pour champ d'action, et que l'œuvre de sa vie assure à son nom, dans l'Hist oire de la criminalité, dans tous les pays et en tous les temps, une mémoire imm ortelle, dont rien ne peut effacer l'éclat.
Cela est si vrai queNat Pinkerton, mort tout récemment, a donné le nom illustré par lui à une École de Détectives déjà cél èbre, où les jeunes hommes que leurs dispositions naturelles et leur sentiment du bien public portent à vouer
leurs forces à défendre la Société en combattant l' armée du Crime, trouvent un enseignement qui consacre sa méthode merveilleuse e t qui perpétue son esprit.
L'intérêt passionnant et le prix modique de ces réc its, que tous peuvent lire, feront à la mémoire deNat Pinkertond'amis parmi les lecteurs beaucoup français, que la vérité passionne, car ces histoire s de Détective si empoignantes et si variées ne doivent rien à la fantaisie et son t toutes fondées sur des faits.
LA CONJURATION DE MALFAITEURS
CHAPITRE I
Un Assassinat mystérieux
C’était Une terrible nuit d’automne. La tempête fai sait rage, remuant violemment les volets et les faisant claquer contre le mur ; elle chassait, devant elle les grosses gouttes d’une pluie glaciale, qui fouettait le visage des passants attardés.
Pinkerton, le célèbre détective, rentrait chez lui, après une journée bien remplie.
Il avait découvert une bande de voleurs puissamment organisée, et il venait de la livrer à la police. Ce n’était, à son avis, q u’une affaire bien ordinaire qui n’avait pas demandé trop d’efforts intellectuels. I l se sentait pourtant fatigué. Il s’assit mollement sur un divan, étendit ses jambes devant lui et se mit à tirer des bouffées d’un de ces violents cigares de matelot qu ’il préférait aux plus exquis.
Pendant qu’il se livre à cette distraction, jouissa nt, dans la paix de sa conscience, d’un des rares moments de loisir que lu i laisse sa profession, nous présenterons en quelques mots à nos lecteurs cette grande et originale figure de Nathaniel Pinkerton.
À l’époque où se place l’épisode que nous avons cho isi pour ouvrir cette série d'aventures extraites de ses mémoires, il n’a vait pas encore fondé le « Detective Institute » qui porte son nom, et où les jeunes policiers de l ’avenir sont instruits dans les principes et les procédés q ui lui valurent tant de succès.
Mais il était déjà au premier rang des détectives d e New York, la ville qui a produit le plus d’hommes remarquables dans cet art de pourchasser, sans mission officielle et simplement à titre d’entrepri se particulière, les malfaiteurs en guerre avec les lois protectrices de la vie et de l a propriété des citoyens.
La renommée que lui avait value son audace extraord inaire dans ce pays d’audacieux, servie, du reste, par des qualités phy siques et des dons d’observation et d’intuition qui faisaient de lui u n homme tout à fait exceptionnel dans son métier, avait déjà dépassé les limites de New York et des États-Unis ; elle devenait universelle, et on commençait à le co nnaître partout, comme le détective cosmopolite ou international.
On ne s’étonnera donc pas qu’il fût devenu la terre ur de ces milliers de coquins qui grouillent dans les bas-fonds de l’imme nse cité où il était leur plus dangereux ennemi.
Les habiles et redoutables malfaiteurs qui se riaie nt des agents de la police urbaine, en costume ou secrets, avaient appris à tr embler au nom de Nat
Pinkerton.
Aussi toute sa vie fut-il en butte aux tentatives b rutales où savamment machinées des scélérats dont il gênait et châtiait les tristes exploits, et qui lui avaient juré une haine mortelle.
C’est un spectacle vraiment grandiose que de voir c et honnête homme, se dévouant au bien public, tenir tête infatigablement à toute l’armée du crime.
Et c’est ce spectacle qu’on aura sous les yeux en l isant ce récit et ceux que nous détacherons encore du Journal de Nat Pinkerton .
Nous avons laissé tout à l’heure le grand détective sur son divan, goûtant avec délices un instant de repos entre l’affaire qu ’il venait de terminer et celle qui le sollicitait pour le lendemain.
Mais ce repos ne devait pas durer jusque-là. Comme il se levait pour allumer un réchaud à alcool...