//img.uscri.be/pth/aac2ecbd21e5b461230b91bb023136b081f330e2
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Rouge sang

De
320 pages
Expiant depuis des années une erreur de jeunesse, le lieutenant Lenormant est à nouveau rattrapé par son passé. Sur le point d’obtenir une mutation prestigieuse, c’est une lettre anonyme adressée à son état-major qui le condamne cette fois à une oisiveté forcée. Nommé à Beaujeu, grosse bourgade perdue au milieu des vignes, il découvre qu’elle n’est autre que la capitale du Beaujolais et, pour lui qui n’aime pas le vin, c’est plus qu’une sanction, presque une insulte ! Très vite, une encombrante voisine américaine qui a le chic pour l’exaspérer va le mêler à une affaire de trafic de vins. Au courant des « bizarreries » dans la fabrication de certains nectars, ce qu’il découvre ici va néanmoins dépasser son entendement. Son enquête le conduira en marge des réseaux officiels, dans les officines de l’espionnage industriel et au cœur des réseaux d’influence : tout ce que cet homme d’ordre déteste ! Il ira même jusqu’en Italie recueillir le témoignage d’une viticultrice italienne mêlée à une affaire proche de son enquête. Troublé par la jeune femme, Lenormant ne perd pas de vue son objectif pour autant : mettre un peu d’ordre dans le négoce du Beaujolais. Après tout, cela peut devenir une mission essentielle pour un officier de gendarmerie au rancart.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

© 2011, Éditions du Masque, département des éditions
Jean-Claude Lattès.

ISBN : 978-27024-3564-9

DU MÊME AUTEUR
  aux Éditions du Masque

Mortels enfantillages, Prix Cognac, 2004.

Médecine dure, 2005.

Dans la roue du tueur, 2008.

À tous ceux qui fabriquent du bon vin.
Et ils sont nombreux. Quant aux autres,
ils se reconnaîtront dans cette histoire.
Où tout est inventé. Bien entendu…

1

Derrière la buée de la fenêtre mal jointe, la colline d’en face, pourtant séparée de l’ancienne gendarmerie par la départementale et tout au plus quelques dizaines de mètres de terre, semble aussi cotonneuse que le moral de Lenormant. Les mains dans les poches, posté derrière la baie de bois écaillé, le lieutenant écarte légèrement les jambes ; il fait jouer ses clés qui tintent contre sa cuisse en lui râpant légèrement la peau. Plus il reste là, plus la couche de vapeur s’épaissit ; les rangs réguliers des vignes se mettent à gondoler comme des fils à linge chahutés par le vent, la petite cabane à outils plantée à mi-pente se dissout dans le ciel froid de ce janvier tenace…

Avec un soupir rageur, Lenormant balaie la vitre de la manche de son costume civil. À quoi bon mettre un uniforme quand on n’a rien à faire de la journée ? Son geste a dégagé le paysage, en particulier la maison de vigneron qui se détache en haut à droite de son espace de vision. Éclatante avec ses pierres dorées qui font la fierté du Beaujolais, elle semble narguer dans le soleil du matin la façade grise de la vieille gendarmerie quasi désaffectée où Lenormant passe ses journées et ses nuits…

— Mais qu’est-ce que je fous dans ce trou à rat ?

Voilà qu’il parle tout seul, maintenant. Et puis après ? Ça gênera qui s’il devient gâteux ? Pas sa fille en tout cas, qui lui a fait l’aumône d’une journée pour les fêtes avant de retourner à sa vie d’étudiante. Lenormant laisse filer un ricanement. Qu’est-ce qu’il croyait ? Qu’elle allait lui retomber dans les bras après toutes ces années d’incompréhension ? Il avait cru que le courant était rétabli. Il s’était longuement expliqué, il avait pensé que la jeune fille avait accepté son point de vue dans la séparation de ses parents, compris son attitude à l’égard de sa mère. Mais comprendre n’est pas pardonner…

Lenormant retourne au fauteuil sans forme qu’il a quitté il y a quelques minutes. Que faire d’autre ? Il ne va tout de même pas passer la journée à regarder par la fenêtre, comme les vieilles de Beaujeu, le gros bourg où il a échoué par la faute de ce maudit commandant de région. Alors, pourquoi pas un jogging dans les vignes ? En rentrant, il s’autorisera un DVD, un bon vieux western, seul genre cinématographique capable de lui remonter un peu le moral. Programme misérable sans doute, préférable à pas de programme du tout. C’est décidé, il va se mettre en survêtement et sortir transpirer un bon coup.

Sur la colline, un léger mouvement retarde sa résolution. De toute façon, il n’est pas à cinq minutes près.

— Tiens, l’Américaine est en retard ce matin…

Une remarque à voix haute dont Lenormant mesure tout de suite l’absurdité et qu’il corrige pour lui-même.

— Ah oui, on doit être samedi aujourd’hui, elle ne va pas travailler. Elle va sûrement au marché de Belleville. Mais au fait y’a un marché le samedi ? Et puis merde, qu’est-ce que ça peut foutre ? Je mets jamais les pieds au marché.

Lenormant quitte son poste d’observation, non sans un petit détour machinal par la cuisine, où il a accroché le calendrier des pompiers, seule décoration sur les murs nus. Un coup d’œil lui suffit pour comprendre son erreur. On n’est pas samedi, mais bien vendredi. Les jours ne passent pas vite quand on ne travaille pas.

Son pantalon de jogging soigneusement plié l’attend dans une des chambres qu’il a transformée en salle de sport. L’appartement d’officier mis à sa disposition en comporte quatre, c’est l’usage dans la gendarmerie qui ne tient pas compte du nombre d’enfants pour les logements de ses cadres. Pour un lieutenant comme Lenormant, le tarif réglementaire c’est : double living et quatre chambres. Point à la ligne.

De toute façon, personne ne lui disputera l’espace dans cet immeuble dont l’administration a décidé de se débarrasser. Au moment de son affectation, l’officier responsable du parc immobilier départemental lui avait expliqué que le bâtiment allait être vendu. La gendarmerie redéployait ses forces, lui avait-elle dit.

Il n’avait pas fallu cuisiner beaucoup cette capitaine pour qu’elle crache le morceau. En réalité, la gendarmerie cédait quelques bijoux de famille pour assurer les fins de mois : au moins cinq gendarmeries du département seraient mises en vente dans l’année. Beaujeu avait perdu pas mal d’habitants ces dernières années ; une antenne plus modeste et mieux située paraissait amplement suffisante. Lenormant n’avait rien répondu. Là ou ailleurs désormais… Il n’avait même pas réagi à la fine allusion de la capitaine au glorieux passé de Beaujeu, ville qui avait donné son nom au Beaujolais. Il avait lu dans ses yeux d’un bleu terne ce qu’elle ne pouvait pas dire. Forcément, un lieutenant de gendarmerie, célibataire en plus, devait aimer la bouteille et la table. C’était mathématique.