Un clou chassant l'autre

-

Livres
16 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


Entre Raqqa et Bruxelles, les âmes perdues du djihad vont châtier les kouffar (mécréants)...


« Un dernier doigt d'honneur à cette putain de Belgique qu'ils haïssent, ses pétasses blondes et grasses refusant de se faire basculer, sa jeunesse hystérique et dépravée, américanisée. Farid a juré sur le Coran. Si Djellal tombe, il mettra le plan à exécution. Leur plan. Asymétrique. Fulgurant. Imprévisible. Une œuvre d'art. Une installation. Djellal se bidonnera au paradis, matant l'hécatombe sur écran géant entre deux coups de chibre dans une vierge céleste. Farid se marre tout seul comme un con, ouvre la fenêtre, propulse la cigarette d'une pichenette dans la cour pavée. Rira bien qui rira le dernier. » "La vengeance est un plat qui se mange halal. Entre Raqqa et Bruxelles, les âmes perdues du djihad vont châtier les kouffar sans verser une goutte de sang, frappant au hasard, utilisant les points faibles de l'Occident : son insatiable soif de plaisir et sa létale propension au désespoir."



Damien Ruzé : un ton, un rythme, une prosodie si noirs qu’on pourrait s’y égarer à jamais. À lire de toute urgence, ce texte écrit en janvier 2016, violemment prémonitoire.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 5
EAN13 9791023405149
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0022 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Damien Ruzé Un clou chassant l’autre
Nouvelle CollectionNoire sœur
Site web du quotidien bruxellois La Capitale.be Publié le 29-01-2016 à 8-00 Drogue-partie fatale -Macabre découverte pour un habitant de la rue Klipveld à Uccle ce matin. Le corps d'un jeune homme gît dans le hall d'entrée de l'immeuble. Décédé. Le témoin signale une porte ouverte sur l'un des paliers. Dépêchée sur place, la police va y découvrir sept autres corps. Dont cinq assis autour d'une table où se trouvent des stupéfiants et du matériel d'injection. Drogue-partie qui a mal tourné ? La police judiciaire enquête. Plus d'informations à suivre. * Périphérie d'ar-Raqqah - Syrie - 25 janvier 2016 Assis dans le fauteuil défoncé, Djellal égrène machinalement les perles de bois dutasbih. Soleil filtrant par l'unique fenêtre du local jouxtant l'anciennemadrasareconvertie en camp d'entraînement. Sol de terre battue. Murs nus, lézardés, particules de poussière flottant dans la lumière. Djellal attend le Pakistanais. Silence et immobilité. Il a dormi dans le désert la nuit dernière. Djellal change de lieu quotidiennement. Jamais plus de vingt-quatre heures au même endroit. Mesure de sécurité. Djellal est revenu en Syrie treize mois auparavant, après trois années basé en Belgique sous une fausse identité. Clandestinité. Ses classes. Trois ans à coordonner le trafic de stupéfiants en partenariat avec les Turcs et les Albanais, à gérer la logistique à destination des cellules dormantes, armes, explosifs, argent liquide, véhicules, faux papiers. Supervisant parallèlement le recrutement des candidats à la guerre sainte, expédiant les volontaires vers les camps, en rapatriant d'autres, les aidant à se fondre dans la population des mécréants, dans l'att ente du déclenchement de l'assaut contre l'Occident. Djellal est monté en grade. Promotion. Il a intégré letop ten de l'organisation. Cadre dirigeant. Il assure l'approvisionnement en armes des combattants. Il est l'interface avec les sources. Djellal a gagné le respect de la
hiérarchie. Franco-algérien d'origine, les huiles lui donnent du Djellal al-Brusseli maintenant, rapport à son affectation précédente. Le Pakistanais est un fournisseur majeur. Depuis quelques mois, la situation s'est tendue. Les Russes sont entrés dans la danse. Syrie, Irak, Lybie, les théâtres d'opérations se multiplient. L'engouement pour la cause ne faiblit pas. Les djihadistes continuent d'affluer, en provenance du monde entier. Les besoins en fusils d'assaut, armes lourdes, munitions et équipement sont criants. L'entrevue est cruciale. Depuis deux semaines, le Pako traîne des...