An American hero
8 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

An American hero

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
8 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Un écrivain velléitaire se rêvant en Stephen King se réveille dans une peau inconnue.... rencontre du 3eme type en prime.


« — Dis-moi qui tu souhaiterais être. Je n’ai pas voulu le vexer, alors j’ai hasardé : « Stephen King ? »
— Ah non désolé, il est vivant ! Tu dois choisir une personne morte.
J’ai réfléchi, repensé à tous mes échecs. Aux livres qui m’avaient permis de continuer à avancer. Je me suis vu sur la route ou sur les rails, jouant le Jack aventurier, à l’image de Kerouac et de London. J’ai choisi le second. Étrangement, le hippie croulant n’avait pas l’air de connaître. Ou alors, il était un peu dur de la feuille.
— Parfait ! »



Le plus fort dans l’humour littéraire, c’est lorsqu’il flotte, qu’il caresse l’esprit à fleur de phrase, sans effets lourdauds, seulement à l’aide, d’un effluve, d’un écart de perspective. Frédérique Trigodet possède cet art difficile et nous assène un plaisir de lecture qui trouve son acmé dans une chute hilarante et noire du plus bel effet.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 7
EAN13 9791023406184
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0015€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Frédérique Trigodet An American hero Nouvelle CollectionNoire sœur
Franchement, je me demande bien ce que je vais pouvoir foutre de ces journées...Vivre dans la peau d’un autre, tu parles ! Je suis coincé ici maintenant. Quelques minutes d’espoir, c’était trop demander ? J’aurais dû le sentir que ça puait cette histoire : la chance et moi, on a jamais été très copains. La preuve : né avec cinq jours de retard, enfant non désiré, j’ai grandi pratiquement seul, élevé par une ribambelle de nurses interchangeables. Pas de Mary Poppins à l’horizon. Après l’école primaire, où j’ai brillé par mon manque de sociabilité, j’ai fini par échouer dans un internat. Ambiance austère, sans amis. Je n’ai pas vécu une adolescence sombre, non. Plutôt vide. Avec en fond, les années 90 qui se traînaient. Une décennie de merde qui a fait de moi un être incolore, habité par la lecture. À l’âge où je devenais adulte, j’ai fait tout mon possible pour échapper à cette vie terne. Je voulais être comme c eux qui m’avaient permis l’évasion : les é-cri-vains. Je remâchais ce mot...