Ci-gît l

Ci-gît l'amour fou

-

Français
194 pages

Description

La jeune Tamar, spectatrice d’un théâtre fiévreux où chaque personnage est sur le fil, livre une lecture tourmentée du monde – de son monde – dérivant vers de mystérieux abîmes.
Un roman ensorcelant porté par la poésie singulière d’Ornela Vorpsi.
Par l’auteur du Pays où l’on ne meurt jamais, Vert venin, Tessons roses et de Buvez du cacao Van Houten !

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 03 octobre 2012
Nombre de lectures 41
EAN13 9782330014698
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
E POïNT DE VUE DES ÉDïTEURS
Re de us çàtvàt, our à jeue Tàmàr, que à mà-so de sà vose : çotemer ses îs s ombreuX, et àrm euX e beàu Doî, çréàture àççessbe our qu se dàmeràet es jeues emmes du quàrter. Màs Tàmàr ’est que seçtàtrçe, so çors juvée e sus-çte  àtteto  çàresse, et our ee “’àmour àsse àu o”. Côtoyer Doî, se erdre dàs e souver d’u rère oyé, se çherçher dàs e regàrd d’ue mère véé-rée : so eXsteçe est u mrotemet de sesàtos çertàes. C’est à mort égmàtque d’ue souràte de Doî qu và umer à àgueur quotdee et ràer des esrts déjâ ràges. Tàmàr se gsse dàs es às de à déute, revt so embràsemet et sà soufràçe. Ee ous vre sà eçture tourmetée d’u mode dérvàt vers de mystéreuX àbmes, où çeuX qu ot tro àmé goûtet es déçes de à çosomto, àssàt àuX vvàts ’eXt-gube so d’érouver d’detques vertges. Càr te est e sortège, ’éXr morbde et de jouveçe dot à oése umeuse d’Oreà Vors dste e vvîàt ve.
ORNEA VORPSï
Ornela Vorpsî est née à Tîrana (Albanîe). Depuîs 1997, elle résîde à Parîs. Son premîer ouvrage chez Actes Sud,e Pàys où ’o e meurt jàmàs, a reçu de nombreux prîx îtalîens. Elle igure parmî les trente-cînq meîlleurs écrîvaîns européens dans l’anthologîe Best European Fîctîon (Dalkey Archîve Press, 2012). Ses œuvres sont traduîtes dans quînze pays. C-gt ’àmour ouvîent de recevoîr en Italîe le prîx Poz-zale Luîgî Russo 2012 dans la catégorîe ictîon.
DU MÊME AUTEUR
NOTHING OBVIOUS, Sçào, . LE PAYS OÙ L’ON NE MEURT JAMAIS, Açtes Sud,  ; o Bàbe  , . BUVEZ DU CACAO VAN HOUTEN !, Açtes Sud, . VETRI ROSA(vre de çoeçto), àveç Màt Coshàw et Phe Cràmer, Édtos Tàke, . VERT VENIN, Açtes Sud, . TESSONS ROSES, Açtes Sud, .
’àuteur remerçe e cn our e soute qu’ à àorté â çet ouvràge.
Ttre orgà : Fuorîmondo. Storîa dî una ragazza dî oggî Édteur orgà : Guo Eàud edtore s..à., Tur © Oreà Vors,  ubé e àççord àveç pna/Pergorgo Nçoàzz Ageçy
©ACTES SUD,  our à tràduçto ràÇàse ïSBN----
ORNEA VORPSï
C-gt ’àmour ou
romà tràdut de ’tàe àr Nàthàe Bàuer
ACTES SUD
6
7
pour Davîde
Sachez alors que c’est Dîeu quî me poursuît, Et quî m’enveloppe de son ilet.
8
vre de Job, xIx, 
Mo, Tàmàr, je sus ée sous e sge du tour-met. Pette, j’à set e rsso de ’éouvàte me seçouer e çráe. Je sus restée îgée â ’edrot où j’étàs, â à eêtre de à vose, je ’à u dre  â mà mère  â quçoque de quo  s’àgs-sàt, je ’goràs mo-même. J’étàs éroçemet susedue dàs à eur, sous sà domàto. C’est às que mo, Tàmàr, j’à çommeçé â àrtr sous des çeuX étràgers, o de tout çe que je çoàssàs, mère, ère, àrbres, çhàses, màso, soe. Je e vouàs às dever étrà-gère, çeà se rodusàt màgré mo, e rsso e déçdàt àu gré de ses çàrçes. Soudà, es éé-mets çous ’étàet us vràmet es mêmes, es mêmes ersoes, es mêmes ère et mère, àrbres, çhàses, màso, soe. Toute çhose àdo-tàt ue ombre us sombre, us quétàte, à umère se àsàt us vve, es çotràstes s’-tesîàet àu ot de me gêer. Combe de os à-je çouru eour mo vsàge dàs e gro màtere e eséràt que
9
tout retreràt dàs ’ordre, â sà àçe hàbtuee. Pour sûr, queque çhose s’étàt brsé, màs où? Je m’àsseyàs, m’eforÇàt d’màger ’té-reur de mo çerveàu àî d’detîer à ete, à déçhrure, ’etàe, ou que sàs-je eçore, et, çhàque os, je à voyàs se màtéràser dàs à îssure qu àrçourt e mur, çhez mà gràd-mère, deus çe jour d’été où u trembemet de terre y à tràçé ue ge îe, màs ô çombe réçse et roode, e sçdàt our toujours. Ue ge ette, du so jusqu’àu àod. Comme es rotères sur ue çàrte géogràhque. Ce dess reermàt ue rohéte,  rerésetàt à çàrte géogràhque de mo çerveàu, màs je e e révéeràs â ersoe, çeà resteràt etre e mur, mo et mà tombe.
J’à resset e remer rsso du terrbe àors que j’étàs àuyée â à eêtre de Màrà, çette màudte eêtre, et j’à esé que es êtres humàs e sot às es seus â ouvor être màudts. Dès ors  m’à sembé que à eêtre s’étàt àroré ue áme (ee àvàt voé à mee) et edàt des àées j’à çràt de m’e àroçher, ue ààrme strdete me do-àt à trembote même quàd mo regàrd tombàt àr hàsàrd sur çe bos bàç et çette ogée d’àçer. Màrà étàt ue vee emme qu àvàt eu ’àudàçe d’egedrer de ombreuX îs. à ut, e àttedàt e somme, je m’àquàs â
10