Fichaises

Fichaises

-

Livres
103 pages

Description

53 jours, c'est le temps qu'il avait fallu à Stendhal pour écrire sa Chartreuse de Parme, au point que Perec reprendrait plus tard cette contrainte pour son dernier livre. 21 jours, prétend Faulkner, pour écrire Tandis que j'agonise... Pour Simenon, pour Balzac, on a aussi ces étranges datations ramassées, périodes où on est prêt, qui sont un rendez-vous avec soi-même, et vous mènent à une oeuvre qui vous dit et qu'elle commence, et, plus tard, qu'elle finit.

Ainsi sont nées ces Fichaises, 71, une par jour. Et le fait qu'elles rebondissent d'une à l'autre, tissent des liens ou se complémentent, se dédoublent, interrogeant avec obstination ce même rapport à la vie quotidienne, fait des rêves, des conversations, des plus humbles tâches et de comment brille le soleil : il sera question ici d'un chapeau, d'un cirque, d'un coup de téléphone – et ce n'est pas le plus facile des défis. Surtout lorsqu'on souhaite, comme ici, cette légèreté et de la vie et de la parole, le grain d'insolence, et la beauté des phrases.

Mais si l'auteur n'était pas dans son travail permanent d'énonciation du monde, de quête des images, de voyage par le web, est-ce que ce rendez-vous quotidien pendant neuf semaines, que nous étions probablement pas mal de centaines à suivre, aurait pu se développer ?

Voici donc l'autre étage, celui du livre...

FB


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 10 février 2011
Nombre de lectures 126
EAN13 9782814504110
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Christine Jeanney
Fichaises
ISBN 978-2-8145-0411-1 © Christine Jeanney & publie.net pour lédition numérique première mise en ligne le 11 février 2011
`
[1|71]HOMME SANS DOS6
[2|71]NARCOLEPSIE7 [3|71]COLONNE VERTÉBRALE8 [4|71]DÉRANGEMENT9
[5|71]PERCEPTION10
[6|71]RENDEZ-VOUS11
[7|71]TECHNIQUE12
[8|71]CRISPATION13
[9|71]RÉTINE14
[10|71]TRANSPORT16
[11|71]PROJECTION17
[12|71]CYCLE DOUX18
[13|71]COSTUME19
[14|74]TRAJET21
[15|71]VERSANT22
[16|71]SPECTACLE23
[17|71]DEDANS24
[18|71]SURFACE26
[19|71]ABSENCE DE28
[20|71]VOUS TES ICI29
[21|71]DÉLUGE30
[22|71]ADIEU31
[23|71]SURSAUT32
[24|71]COMBUSTION33
[25|71]BULLE35
[26|71]MUETTE37
[27|71]CONTREBASSE38
[28|71]CONVICTION39
[29|71]EYELID VIEW42
[30|71]IMPACT44
[31|71]APLATISSEMENT46
[32|71]GENRE47
[33|71]FOCUS49
[34|71]FER51
[35|71]PODOLOGIE53
[36|71]ENTTEMENT55
[37|71]COURRIER57
[38|71]POSSIBLES59
[39|71]JET60
[40|71]PHOTO61
[41|71]INSTANTANÉ62
[42|71]GOSPEL63
[43|71]CONTRARIÉ64
[44|71]CHEVEUX65
[45|71]ÉCHAPPE66
[46|71]CHOIX68
[47|71]ÉPOQUES69
[48|71]ALLANT70
[49|71]GLOIRE72
[50|71]LIGNE73
[51|71]CHORÉGRAPHIE74
[52|71]RATURE75
[53|71]BORNES76
[54|71]ESPRITS78
[55|71]PROJETÉE79
[56|71]VILLE81
[57|71]LARGE82
[58|71|EXERCICES83
[59|71]CERTITUDE85
[60|71]CALCUL86
[61|71|PHARES88
[62|71]RUE90
[63|71]ANONYMES91
[64|71]ÉCHELLE92
[65|71]DISTANCE93
[66|71]ALIGNEMENT95
[67|71]FURTIF96
[68|71]APPAREILLAGE98
[69|71]. 100
[70|71]RESCAPÉE101
[71|71]SOMMAIRE102
[1|71] homme sans dos
Il se tordait le cou pour véri!er régulièrement mais rien, un ren"ement vide à la place. Il rasait si souvent les murs, lorsqu’il ne restait pas assis, bien calé, dans son fauteuil de prédi-lection (un Louis XVI, au dossier haut et capi-tonné). Il y passait des heures à rêvasser devant les por-traits en pied de toute une lignée d’aïeuls, des astucieux, munis de capes – capes renforcées de bourrelets factices. Une indécision le prenait alors, devenir prince, magicien ou catcheur.
[2|71] narcolepsie
Elle s’endormait brutalement, n’importe où. Tout-à-coup son corps se relâchait, épaules "asques et menton ballant. Ses yeux ne cillaient plus, paupières anesthésiées grandes ouvertes, jambes et torse immobiles. Elle se fabriqua un support, une tige de plasti-que transparent surmontée d’un U qui lui en-serrait la nuque, discrètement, tout en mainte-nant sa mâchoire. Elle s’endormait brutalement, n’importe où, et personne ne s’en rendait compte, elle pas plus que les autres. Ainsi elle fuyait la mélanco-lie de se sentir coupé du monde.
[3|71] colonne vertébrale
Elle s’échappa de lui, un jour. Erayée, spon-gieuse, il la vit!ler derrière la porte du sous-sol. Un animal en fuite, pensa-t-il, avant de réaliser qu’il se tassait, doucement, depuis la tête jusqu’aux hanches. Son échine, incapable de se courber mainte-nant, ondulait dans le vide. Glissade vaine, ac-cordéon sans force, un chapelet de cavités in-utiles. Il se souvint d’une baleine de parapluie qu’il avait dû jeter la veille (quel gâchis, mur-mura-t-il). Il l’appelait, petit, petit. Elle se recroquevillait davantage, détournant sa tête inexistante, fer-mant ses yeux!ctifs aussi fort que possible dans un rictus qu’il ressentait à défaut de voir. Résigné, il n’insista plus, mais elle frissonnait chaque fois qu’il approchait la porte.
[4|71] dérangement
Chaque matin, entre 9h et 10h, elle tendait l’oreille. Un chien attaché à une chaine aboyait sans relâche dans la cour des voisins. Il glapissait et gémissait, jetait ses pattes sur le ciment. Ses aboiements transperçaient la vitre et s’in!ltraient en elle par de multiples ouver-tures, les pores de sa peau, ses tympans, ses na-rines. Elle hurlait alors, hérissée de poils drus, bavait, jappait, le dos arqué et le cou distendu, les yeux fauves. Elle s’ébouriait de rage jus-qu’à l’aigu désespoir d’une note!ne et main-tenue dans la solitude de la rue et les roule-ments des voitures. À 10h, le chien s’écartait de la fenêtre, le ri-deau retombait.
[5|71]perception
Seul, il sentait constamment qu’une main se posait sur son épaule. D’abord deux ou trois doigts à la manière de pattes d’oiseaux, puis la paume toute entière, les doigts collés les uns aux autres. Le plus souvent il s’en débarrassait d’un sec coup d’épaule, mais la main revenait toujours. Parfois il la laissait s’installer au creux de son cou, en animal aectueux et docile. Il tournait alors la tête, curieux de voir quels doigts l’avaient adopté, vieux,!ns, épais ou graciles. Mais rien. Un bruit léger, un frottement s’amenuisant. Et s’il appelait, une porte cla-quée pour toute réponse.