I cursini

I cursini

-

Français
368 pages

Description

Gangrenés par des luttes intestines, concurrencés par le grand banditisme, les indépendantistes corses ont de plus en plus de mal à se faire entendre. Pour relancer la machine médiatique et attirer l’attention de Paris sur l’île de Beauté, pourquoi ne pas faire quelques coups d’éclat ? Le commandant Hervé N. et ses flics se retrouvent aux premières loges de la guerre complexe et sanglante que se livrent natios et malfrats…
"Alix Deniger montre un vrai talent à mêler fiction et faits réels, vécus de l’intérieur. Certains Corses ou policiers lui en voudront sans doute de dévoiler le dessous de certaines cartes."
Le Monde des livres.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 16 octobre 2014
Nombre de lectures 1
EAN13 9782072547997
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Alix Deniger Icursini
policier
F O L I O
P O L I C I E R
Alix Deniger
I cursini
Gallimard
© Éditions Gallimard, 2012, et 2014 pour la présente édition. Couverture : Daprès photos © Plainpicture / Mohamad Itani et Martin Moos / Getty Images.
Derrière le pseudonyme d'Alix Deniger se cache un policier qui a longtemps travaillé pour les RG, puis la DCRI. Ses missions l'ont conduit dans les caves des banlieues parisiennes, au Pays basque, et surtout en Corse où il fut pendant plusieurs années chef d'équipe.
Des écrits et des illustrations confirment lexis e tence du chien corse depuis leXVIsiècle. Jusquau e début duXXsiècle, les bergers corses lui ont confié la garde de leurs troupeaux ; mais selon les époques et les besoins des hommes, il a eu de multiples fonc tions, notamment comme chasseur. Après un déclin dû à la concurrence continentale, lengouement pour cette race locale est revenu dans les années 80. Le cursinu est par essence le chien polyvalent dautrefois. Il est docile, fidèle et très attaché à son maître, cest un chien très fier. Méfiant envers les étrangers, cest un chien calme, intelligent et équi libré, capable de sadapter à de nombreuses situa tions. Tranquille à la maison, il déborde dénergie et de vivacité quand il est en action.
Depuis plus de quarante ans, la situation poli tique insulaire est complexe et indécryptable pour le vulgum pecus. La partie émergée de liceberg : les vitrines légales des groupes combattants, les auto
9
nomistes et indépendantistes dansent le tango du je taime moi non plus, au rythme de leurs alliances et de leurs déchirures. Chaque année, les journées de Corte aboutissent à un communiqué à la rhétorique nébuleuse, qui tente de faire la synthèse des revendi cations de chacun. En 2007, larrivée de Nicolas Sarkozy à la tête de lÉtat na pas été une bonne nouvelle pour les natio nalistes, toutes « religions » confondues. Dès le début de son mandat, les annonces faites au cours du fameux conseil des ministres déconcentré avaient déçu les autonomistes, plus modérés. La satisfaction des revendications des indépendantistes, concernant les prisonniers politiques, semblait donner raison aux plus radicaux. Quant aux clandestins, les arres tations au rythme accéléré déciment leurs rangs, les poussant à commettre toujours plus dattentats pour continuer à exister et à peser dans le jeu politique insulaire. Le « fonds de commerce » du racket et de la destruction spectaculaire de biens immobiliers appartenant à des continentaux ne suffit plus à faire respecter linfluence des nationalistes à lAssemblée de Corse. Enfin, si historiquement nationalisme et grand banditisme ont établi unmodus vivendi, se tenant mutuellement à distance, le chevauchement des appétits et leur convergence en direction des activités licites les plus lucratives est et sera une source de conflits appelés à se résoudre dans le sang. Au sein de la Direction centrale des Renseigne ments généraux existait une section très discrète qui a changé plusieurs fois de nom au fil des années :
10