La communauté universelle

La communauté universelle

-

Français
186 pages

Description

Émile, médecin hospitalier à Paris, est marié avec Adrienne, fille de l'artistocratie catholique anglaise, descendante de ces nobles qui n'ont pas accepté jadis le schisme anglican. Un soir, rentrant chez lui après une journée éprouvante, il ne trouve pas Adrienne. Pas de message, pas d'indice. Est-elle allée rejoindre ce qui lui reste de famille à Londres? C'est là, en tout cas, qu'Émile part à sa recherche. Chacun de son côté, Émile et Adrienne vont rencontrer divers personnages, comme eux en quête de sens.
Une fois encore, Eugène Green livre un roman d'une étrangeté totale. La question religieuse y est abordée sur un mode cocasse, inattendu, plein d'ironie et de fraîcheur. On y lit en creux non l'éloge d'une religion mais la critique profonde et cinglante d'une civilisation qui a renoncé à toute dimension spirituelle.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 20 mai 2011
Nombre de lectures 26
EAN13 9782072441486
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
D U M Ê M E A U T E U R
LA PAROLE BAROQUE,essai(Desclée de Brouwer, 2001) PRÉS ENCES,essai sur la Nature du cinéma (Desclée de Brouwer / Cahiers du cinéma, 2003) LA RUE DES CANETTES,cinq contes(Desclée de Brouwer, 2003) LE PRÉS ENT DE LA PAROLE, précédé de LES LI EUX COMMUNS, poèmes(Melville / Léo Scheer, 2004) LA RECONS TRUCTI ON,roman(Actes Sud, 2008; prix Edmée de La Roche foucauld, 2009) POÉTI QUE DU CI NÉMATOGRAPHE,notes(Actes Sud, 2009) LA BATAI LLE DE RONCEVAUX,roman(Gallimard, 2009) LA RELI GI EUS E PORTUGAI S E,scénario(Diabase, 2010)
L AC O M M U N A U T ÉU N I V E R S E L L E
EUGÈNE GREEN
L A C O M M U N A U T É U N I V E R S E L L E r o m a n
G A L L I M A R D
© Éditions Gallimard, 2011.
Le Père céleste est vraiment mon Père, car je suis son fils, et j’ai de lui tout ce que j’ai, et je suis le Fils luimême, et non un autre. Et le Père n’opérant rien qu’une seule œuvre, voilà pourquoi Il m’engendre en tant que son fils unique… De la même manière que, dans le sacrement, le pain est transformé en corps de NotreSeigneur : si nombreux que soient les pains, il n’y a pourtant qu’un seul et même Corps. M A Î T R E E C K H A R T Traduction d’Alain de Libera
PROLOGUE
VENDREDI