La Maison dans l

La Maison dans l'arbre

-

Livres
340 pages

Description

À la mort de son grand-père, Yoshitsugu découvre le passé chinois de sa famille. Il décide alors de refaire le voyage avec sa grand-mère, de rejoindre la Mandchourie pour apprendre auprès d’elle, en ces lieux d’origine, l’histoire qui est aussi la sienne.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 09 avril 2014
Nombre de lectures 5
EAN13 9782330033590
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
MITSUYO KAKUTA La Maison dans l’arbre roman traduit du japonais par Isabelle Sakaï
ACTES SUD
“LETTRES JAPONAïSES”
LE POïNT DE VUE DES ÉDïTEURS
À a mort de son grand-père, Yoshîtsugu réaîse qu’î ne saît rîen de sa amîe. Dans e restaurant de ses parents au cœur du quartîer de Shînjuku à Tokyo, certaînes choses ne se racontent pas. Lors des unéraîes de son aeu, de vîeux amîs redonnent soudaîn un chant évoquant une terre baayée par e vent. Et une tante jusqu’aors sîencîeuse uî révèe que ses grands-parents ont un jour vécu en Mandchourîe. C’est aînsî que Yoshîtsugu décîde, à a demande de sa grand-mère, de reaîre e voyage, de ’accompagner sur es traces d’un passé efacé. Et c’est pour uî ’opportunîté sînguîère de découvrîr e destîn de son pays, cet archîpe jadîs embarqué dans a dangereuse aventure quî consîstaît à réaîser “’Harmonîe au seîn de a Grande Asîe”. Ampe et passîonnant, ce roman s’înscrît dans ’espace amîîa du Japon d’aujourd’huî, avec ses modes et ses ractures, ses excès et ses împossîbîîtés ; maîs î dévoîe aussî, avec rîgueur, queques pérîpétîes de ’hîstoîre japonaîse méconnues et dououreuses.
MïTSUYO K AKUTA
Mitsuyo Kakuta a tout d’abord publié des livres pour la jeunesse. Avec son roman intituléCee de ’autre rîve (Actes Sud, 2008), elle obtient le prestigieux prix Naoki. AprèsLà Màson dàns ’àbé,Là cgàé du uèmé jou,véritable bestseller au Japon, paraîtra aux éditions Actes Sud.
DU MÊMe aUteUr
CELLE DE L’AUTRE RIVE, açés Sud, . poogàé dé çouvéué : © Fàbénné rvoy té ognà : Tsuri Hausu Édéu ognà : Bungé Sunju Ld., tokyo © Msuyo Kàkuà,  pubÈ àvéç ’àççod dé ’àuéu éÈsénÈ à hé Sàéy agénçy, tokyo ©acteS SUD,  ou à àduçon fànÇàsé îSBN----
MîtSUYO KaKUta Là Màson dàns ’àbé
omàn àdu du jàonàs par ïsabee Saka
ACTES SUD
6
CHAPïTRE ï
cé jou-À s’Èàén odus déux ÈvÈnéméns. L’un, mêmé s çé n’Èà qué ou un éms, àvà ÈbànÈ à soçÈÈ, ’àué s’Èà dÈouÈ én sénçé dàns à màson. e çéz és Fujso, Yos-sugu Èà é séu À àvo àsssÈ àux déux fàs én éms Èé. Év-démmén, bén d’àués nçdéns Èàén sàns doué àvÈs dàns é mondé. Dés fusàdés é dés àççdéns d’àvon, dés àvàànçés é dés onàdés, dés çààmboàgés é dés nçéndés. Màs çé jou-À, Yossugu àvà ÈÈ é Èmon dé çés déux ÈvÈnéméns. c’Èà é jou dé féméué ébdomàdàé dé éu ésàuàn çnos Jàdé. e çommé ous és jous dé féméué, Snno-suké, son èé, Èà so déus é màn. Sàns doué Èà- àu àçnko ès dé à soé és dé à gàé ou çéz son àm du quà-é d’akébono. Fumé, sà mèé, Èà àé fàé dés çousés ou é dÈjéuné vés dx éués é, À md àssÈ, n’Èà às énçoé én-Èé. LÀ àuss, çommé d’àbudé, éé àvà sàns doué énçon-È quéqu’un én oué é sé ouvà dàns un çàfÈ ou çéz çéé ésonné, én éné çonvésàon. Quàn À tàjo, fèé çàdé dé son èé, qu àbà àvéç éux déus qué Yossugu Èà énfàn, çommé oujous, jou dé féméué ou às,  àvà s é jounà qu’ sà àu çàfÈ Lé cévà Bànç. Sà gànd-mèé, Yàé, s’Èà ààémmén àbsénÈé,  né ’àvà às vué. S Yossugu sé ouvà À à màson, ç’és qu’ Èà ésÈ çà-vÈ à à ÈÈvson. commé son onçé tàjo, jou dé fémé-ué ou às,  né sé évà às àvàn néuf éués, àumà é osé dé quàozé ouçés dàns sà çàmbé é, àès àvo éÈ sés
7
fuons, s’àsséyà déssus é fumà uné çgàéé én égàdàn ds-traîtement a téévîsîon ; î avaît prîs cette habîtude depuîs qu’î avaît arrêté de travaîer troîs ans pus tôt. Ce jour-à, î écoutaît e son de a téévîsîon tout en pîant ses utons maîs, întrîgué par a voîx surexcîtée du reporter, î avaît porté e regard sur ’écran et n’avaît pu en détacher es yeux. Un îndîvîdu avaît détourné ’autocar aîsant e trajet de Shînjuku à ïîda. Le détournement avaît vraîsembabement eu îeu pusîeurs heures auparavant et es héîcoptères des médîas et es camîonnettes des chanes de téévîsîon étaîent sur pace. Queques mînutes après avoîr passé ’aîre d’autoroute de Futaba, ’un des passagers s’étaît soudaîn evé, un couteau à a maîn, et avaît sommé e chaufeur de rouer sans s’arrêter. Le reporter répétaît a même chose en crîant, e chaufeur avaît prévenu par radîo e centre de contrôe, c’est aînsî que ’on avaît apprîs ’afaîre, maîs es exîgences du pîrate n’étaîent 1 pas encore caîres. Peut-être parce que es congés d’Obon étaîent termînés ou que es autres véhîcues s’étaîent réugîés aîeurs, e car rouaît seu sur ’autoroute, es queques voîtures se tenant à dîstance étant sans doute des véhîcues de poîce. Tout en se dîsant qu’un îmbécîe aîsaît encore des sîennes queque part, Yoshîtsugu Ixaît a téévîsîon. Et putôt qu’înté-ressé par ce détournement de car, î se sentaît égèrement excîté par e aît qu’un événement se dérouât “actueement” sous ses yeux. Après troîs cîgarettes d’aiée, î Inît par avoîr une sen-satîon désagréabe dans a bouche, s’aperçut qu’î avaît aîm, et tandîs qu’î hésîtaît à descendre à a cuîsîne pour voîr a suîte, e reportage aîssa a pace à une page de pubîcîté. Yoshîtsugu descendît à ’étage înérîeur, se brossa es dents, se ava e vîsage et chercha sa grand-mère quî auraît dû se trouver à, maîs en vaîn. ï s’assura de ’absence de son père, de sa mère et de son once Taîjîro, se rendît à a cuîsîne où î but du aît à même e pack puîs auma a téévîsîon. L’îmage sur ’écran étaît conIgu-rée de a même açon que queques înstants auparavant. Tout en cherchant queque chose à manger, î jetaît des coups d’œî vers ’écran maîs ’excîtatîon ressentîe pus tôt s’étaît évanouîe et î n’y
1. Fête du retour des esprîts des ancêtres, aux envîrons du 15 août.(Toutes les notes sont de la traductrice.)
8
v us béàuçou d’nÈê. î né ouvà én À sé méé sous à dén é àvéç un çàquémén dé àngué sé dgéà vés sà çàmbé ou sé çàngé àIn d’àé À à suÈéé,   son oéféué é dÈvàà ’ésçàé. î àuà u çou àns déçémén jusqu’À à bouqué, màs sàns àson ààéné Yossugu jéà un çou d’œ À à çàmbé dé son gànd-èé tàzo, jusé dé ’àué çôÈ du çouo fàçé À à çusné. Sx mos àuààvàn, son gànd-èé àvà ÈÈ osàsÈ ou uné nsuisànçé çàdàqué é, çonàémén àu onosç dés mÈdéçns qu àvàén dÈçàÈ qu’ vàà méux sé Èsgné,  s’Èà Èàb é àvà mêmé u éné À à màson. Màs À ’oÈé du néms  àvà fà un dÈbu dé néumoné. Lés mÈdé-çns çonséèén àos ’osàsàon màs é gànd-èé s’obs-nà À dé qu’ mouà çéz u. péndàn quéqué éms, un mÈdéçn é uné nImèé vnén é sogné À domçé. î Èà àquémén oujous àÈ màs n’Èà às ou àuàn gàbà-àé, çéés çéà énà du éms, màs  ouvà àé àux o-éés séu é fàsà éuvé d’àsséz d’énêémén ou çonnué À Èçàmé sés gâéàux dé uné. Son gànd-èé domà çommé d’àbudé. L’àngé du dos-sé du  mÈdçàsÈ qué ’on ouvà Ègé àuomàquémén Èà é mêmé, à sévéé é é oçon osÈs su à bàèé du  n’àvàén às bougÈ, à fénêé Èà ésÈé ouvéé é é dà In én ssu Èongé Èà ÈàÈ su é  çommé s ésonné n’y Èà àongÈ. Yossugu s’àêà é égàdà son gànd-èé. Lé çàÈ dé à fénêé Ènçéà. Déèé à vé é soé fàà é ’on énéndà é çàn dés çgàés ou oçé. en évàn à êé ou égàdé déos,  v sçné é féuàgé védoyàn dé ’àbé dé gnkgo dé à màson vosné. Là çévéué bànçé dé son gànd-èé Èmégéàn du dà àbsobà à umèé dé mànèé ésqué dvné. î n’y àvà àuçun çàngémén nooé é Yossugu àvà ’n-énon dé sé dgé vés ’énÈé màs  fànç ouàn é séu dé à çàmbé. aès çou,  s’Èà d qué ç’Èà À çé qu’on àéà un éssénmén é  é àçonéà Ièémén à à sué À à fàmé. Son gànd-èé n’usà às é çmàséu màs sà çàmbé dé syé jàonàs Èà bén àÈÈé. Là bsé qu énà à à
9
fénêé, d’uné çàéssé, fàsà fssonné és çévéux du vé ommé. Yossugu sé n À à êé du  é égàdà son gànd-èé éndom. Lés àuèés Ègèémén énouvéés àssàén vo é bànç dé ’œ. Dé sés nànés onàén quéqués os bànçs. Dé sà bouçé À éné énouvéé çouà un à dé sàvé. Yossugu ’éssuyà àvéç un mouço én àé é s’àdessa à uî : “ïs dîsent que c’est un détournement d’autocar. Avec cette cha-eur, îs n’ont pas peur. C’est es vacances d’été, c’est sûrement une hîstoîre de gosse quî vouaît se venger de ses parents, ou je ne saîs quee autre bêtîse”, dît-î en ajustant e drap déaît puîs î s’aperçut que a respîratîon de son grand-père étaît très ente. Suuuuuuu, haaaaaaa. Étaît-ce toujours aussî ent ? ï contînua de regarder son aeu et constata que ’écart se creusaît entre e suuuuuuu et e haaaaaaa. Suuuuuuu. Sîence. Haaaaaaa. Sîence. Ce temps sans înspîratîon nî expîratîon provoqua chez Yoshîtsugu une agîtatîon încontrôabe. Comme sî queque chose d’extrava-gant se passaît à cet înstant même et qu’î en étaît témoîn ma-gré uî. ïnspîratîon, expîratîon, e sîence entre es deux devenaît de pus en pus ong. Le chant des cîgaes retentîssaît désespéré-ment. Les arbres, dans a brîse, bruîssaîent, émettant une sorte de rîre. On entendaît dîstînctement e son de a téévîsîon de a maîson voîsîne. “Ah, e car s’apprête à entrer entement dans e parkîng de Tatsuno, ça y est, î est dans e parkîng de Tatsuno!” Au moment où Yoshîtsugu percevaît es crîs du reporter, son grand-père eut une expîratîon beaucoup pus ongue, Suuuuuuu, puîs resta aînsî, sans înspîrer. ï se passaît queque chose, î arrîvaît queque chose, Yoshî-tsugu e comprenaît dans sa tête maîs son corps ne bougeaît pas. ï essaya de ’appeer : “Eh, Grand-père !”, maîs aucun son ne sortît de sa bouche. “Eh, Grand-père, dît-î, retrouvant enIn sa voîx. Eh, tu ne res-pîres pas à”, ajouta-t-î, conscîent de ’absurdîté de sa remarque. Puîs î se rua hors de a chambre, dévaa ’escaîer, dans sa pré-cîpîtatîon rata queques marches sans s’en rendre compte, entra dans e restaurant pour réaîser trop tard dans a pénombre que c’étaît e jour de ermeture, puîs î gravît à nouveau es marches en courant. ï savaît bîen que a maîson étaît vîde maîs î appea
10