Le roi Richard

-

Livres
10 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


Un père abuseur connaitra le châtiment en dépit des tendres sentiments de ses filles... Attention noirceur absolue !


« Papa, je voulais te dire...
— Quoi ? Vas-y, allez ! T’as pas peur de ton Papa quand même !
— C’est les autres à l’école. Elles aiment pas leur papa comme moi.
— Et tu l’aimes grand comment ton Papa, hein, ma puce ? — Je l’aime fort ! fort !
La petite Léna se love contre son père. Il la serre tendrement, pose un baiser dans ses cheveux. Malgré la journée d’école, il y reste des traces d’odeur du shampooing bébé à la fraise qu’elle affectionne toujours. »



Cette fiction est inspirée de deux fait divers ayant défrayé la chronique judiciaire : mêlant incestes, abus et meurtre. Le style acéré, elliptique de l’auteure donne des effets de réel parfois insoutenables. Un diamant noir par une orfèvre en la matière.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 17
EAN13 9791023405071
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0015€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Jeanne Desaubry Le Roi Richard Nouvelle « Famille, je vous Haime » CollectionNoire sœur
Cette photo-là, c’est quand Richard s’est acheté sa nouvelle moto. Rouge. Celle-là, c’est après la naissance du petit. Regardez-moi ça… De vrais tourtereaux. Je me demande pourquoi j’ai pas jeté tout ça. On s’était connus de manière classique. Il était venu tout seul, sur sa Yamaha. C’était l’été, une belle nuit chaude qui sentait la moisson. Le bal de la fête du village. Quatre lascars sur la scène qui s’en donnaient, et les jeunes qui laissaient de temps en temps le parquet aux vieux pour une valse. Lui, son truc, c’était la java, en plaquant ses mains bien bas sur mes reins. Tu parles d’un conte de fées. On s’est mariés vite, pas de voyage de noces. Il avait trop de travail. Le polochon dans le tiroir vite fait, une fille, une autre trois ans après. Pas la joie tous les jours. Il était souvent absent, pour sa boîte, mais il gâtait les gamines, faut voir comment, à chaque retour. Elles adoraient leur Papounet. « Papa, je voulais te dire… — Quoi ? Vas-y, allez ! T’as pas peur de ton Papa quand même ! — C’est les autres à l’école. Elles aiment pas leur papa comme moi. — Et tu l’aimes grand comment ton Papa, hein...