Le silencieux
216 pages
Français

Description

À seize ans, Charles Vanhist est un adolescent taciturne. Il souffre de la séparation de ses parents. Depuis leur rupture, il vit avec sa mère à Marcq-en-Barœul. Dans son quartier, le jeune homme se lie d’amitié avec ses voisins, des retraités tout aussi solitaires que lui. C’est auprès d’eux qu’il se réfugie après l'épouvantable découverte du cadavre de sa mère. Egorgée. Sombrant dans le silence, Charles semble se désintéresser de cet assassinat. L’adolescent va peu à peu sortir de sa torpeur en tentant d’analyser le mobile du tueur. À ses dépens.

EXTRAIT

Depuis une semaine, voilà pourtant qu’il se faisait remarquer d’une façon nouvelle : il s’endormait en classe, ce qui accroissait sa gêne sans le surprendre pourtant, car il connaissait bien la cause de cette fatigue, qui était qu’il ne parvenait plus à dormir la nuit, dans son lit devenu soudain trop étroit, trop dur sous les pieds et trop mou sous les hanches, et cela depuis le spectacle pénible qui lui avait élargi les yeux, ce récent dimanche déplorable. Les autres s’en étonnaient entre eux sans oser lui poser de questions, sachant bien qu’il ne se confiait jamais à personne, et même pas, surtout pas à ses camarades les plus proches. Il considérait en effet que ses affaires personnelles, par définition, ne regardaient que lui, et il était par le fait encore bien plus décidé à n’en rien dire au « Dirlo », dont il aimait imaginer que tous les ancêtres avaient été dans la police, tant il se montrait passionné d’enquête. L’année dernière, ce fureteur lui avait demandé pourquoi il ne partait pas en vacances à la neige avec son grand frère Armand. L’interrogatoire avait bien duré une vingtaine de minutes, mais Charles Vanhist n’avait jamais rien répondu, sur un ton modeste et savamment rendu timide, que des extravagances du genre de celle-ci : « parce que j’ai peur de renverser un sapin sur une pente », extravagances qu’il avait ensuite soutenues avec le plus grand sérieux, plus par crainte de se laisser percer à jour que par amour de la plaisanterie, ce qui lui allait néanmoins à merveille. Cette attitude avait enfin découragé le directeur, plus dérouté que fâché par le fait de ne pas parvenir à démêler si Vanhist se fichait vraiment de sa poire, ou s’il avait de graves problèmes « avec son Œdipe ».

À PROPOS DE L’AUTEUR

Agrégé de lettres et spécialiste de la littérature française du XVIIe siècle, Michel Bouvier enseigne à l’Université catholique de Lille et s’est fait connaître par ses travaux universitaires. Il a participé à de nombreux colloques, a collaboré à des ouvrages collectifs et a écrit de multiples articles dans différentes revues spécialisées.
Sa thèse La morale classique lui a valu le prix La Bruyère de l’Académie française en 2000. Ont suivi plusieurs ouvrages consacrés à l’étude des Essais de Montaigne.
Passionné de littérature depuis son plus jeune âge, Michel Bouvier a toujours écrit : poèmes, contes, nouvelles, romans, essais… mais n’avait jamais été publié en tant qu’auteur de fiction.
Lambersart-sur-Deuil est son premier roman policier. Il a été sélectionné pour le prix Sang pour 100 organisé par les éditions Ravet-Anceau et parrainé par Franck Thilliez.
Ses influences littéraires sont multiples, mais essentiellement françaises et classiques : Lesage, Crébillon, Diderot, Balzac, Stendhal, Proust, Cendrard, Julien Green, sans oublier Dostoïevski et Mishima.
Depuis 2008, il produit et anime une émission littéraire hebdomadaire « La baraque à livres » sur RCF.TO, antenne lilloise de la radio internationale RCF.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 14 juillet 2017
Nombre de lectures 1
EAN13 9782359733471
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Le silencieux