Léon et Louise

Léon et Louise

-

Français
306 pages

Description

Léon et Louise n’ont pas vingt ans lorsqu’ils se rencontrent dans un petit village français vers la fin de la Première Guerre mondiale. Connus, reconnus, perdus de vue, séparés par les hasards de l’Histoire et les vents contraires du destin, les deux jeunes gens ne s’oublieront jamais. En explorant la vie secrète de son propre grand-père sur plus de quarante ans, Alex Capus signe le roman d’un amour plus fort que le tourbillon de la vie, une irrésistible épopée intime et ample qui a déjà séduit plus de 200 000 lecteurs outre-Rhin.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 05 septembre 2012
Nombre de lectures 25
EAN13 9782330013578
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
AlEx CApus Léon et Louise roman tradUit de L’aLLemand Par EmanUeL GüntzbUrger
ACTES SUD
ETTRES AEMANDESŝÈé dgÈé pà Màtà Wàchédof
LE POINT DE VUE DES ÉDITEURS
é jou déŝ obŝèquéŝ du gàd-pèé, à àmé éŝt é tà d’àttédé é pêté dàŝ à càthÈdàé Noté-Dàmé dé Pàŝ, oŝqu’ué pétté dàmé Èégqué, potàt u ouàd ougé, ŝ’àppoché du cécué, poŝé u bàŝé d’àdéu ŝu é ot du dÈut ét, é ŝouàt mà-céuŝémét é décto dé ’àŝŝŝtàcé, àctoé ué véé ŝo-étté dé vÈo. Dàŝ éŝ pémèéŝ àgÈéŝ, o chuchoté. Eŝt-cé vàmét cétté ouŝé ? Eé à doc oŝÈ ? Èo ét ouŝé ’ot pàŝ vgt àŝ oŝqu’ŝ ŝé écotét dàŝ u pétt vàgé àçàŝ véŝ à î dé à Pémèé Guéé modàé. Couŝ, écouŝ, péduŝ dé vué, ŝÈpàÈŝ pà éŝ hàŝàdŝ dé ’Hŝ-toé, éŝ déux jéuéŝ géŝ é ŝ’oubéot jàmàŝ. Avéc u ŝéŝ dÈcàt du dÈtà ét u ŝouLé ààt puŝŝàt ét ÈÈgàt, Aéx Càpuŝ éxpoé éŝ éŝŝotŝ compéxéŝ dé déux éxŝ-técéŝ. Sugŝŝét àoŝ é dÈco ét ’àmbàcé déŝ dfÈétéŝ Èpoquéŝ duàt éŝquééŝ ouŝ ŝuvoŝ éŝ pÈpÈtéŝ déŝ déux hÈoŝ : à No-màdé pédàt à Pémèé Guéé ; Pàŝ ŝouŝ ’Occupàto ; é Quà déŝ Oèvéŝ ét à Bàqué dé Fàcé ; ’àcto du pÈét dé pocé pou càché éŝ àchvéŝ éàtvéŝ â ’mmgàto ; ’opÈà-to dé ŝàuvétàgé dé ’o dé à RÈpubqué… E Èvétàt à vé ŝécèté dé ŝo popé gàd-pèé ŝu puŝ dé quààté àŝ, Aéx Càpuŝ ŝgé é omà d’u àmou puŝ ot qué é toubo dé à vé, ué Èŝŝtbé ÈpopÈé qu à dÈjâ ŝÈdut u gàd ombé dé éctéuŝ â tàvéŝ é modé.
AEX CAPUS
Alex Capus est né en Normandie en 1961, d’un père français et d’une mère suisse. Il vit jusqu’à l’âge de cinq ans à Paris, puis part s’installer en Suisse avec sa mère. À Bâle, il étudie la philosophie, l’histoire et l’ethnologie. Alex Capus est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages dont deux sont disponibles en français : U àvàt-goût dé ptémpŝ(Autrement, 2007) eté o d’Oté(Bernard Campiche, Suisse, 2011). Traduite dans de nombreuses langues, son œuvre a été récompensée par le grand prix de Pro Helvetia.
DU MÊME AUTEUR
UN AVANT-GOÛT DE PRINTEMPS, omà, Èdtoŝ Autémét, 2007. LE ROI D’OLTEN, Èctŝ, Èdtoŝ Béàd Càmpché, 20. Photogàphé dé couvétué : © Wàté Dézé Tte original : Léon und Louise © Carl Hanser Verlag, Munich, 2011 ©ACTES SUD, 2012 pour la traduction française ISBN978-2-330-01358-5
AEX CAPUS
Èo ét ouŝé
omà tàdut dé ’àémàd pà Emàué Gützbugé
ACTES SUD
Il ne faut pas trop regarder la nudité de ses parents.
ErIk Orsenna
pour Ruben
1
Aŝŝŝ â ’tÈéu dé Noté-Dàmé, ouŝ àttédoŝ é pêté. Pà à oŝàcé, à umèé ŝÈé du ŝoé Ècààt é cécué ouvét. ï Ètàt couvét dé léuŝ ét déŝŝÈ ŝu u tàpŝ ougé dévàt é màté-àuté. Dàŝ é dÈàmbu-àtoé, u càpuc Ètàt àgéouÈ dévàt ué pétâ, dàŝ é bàŝ-côtÈ gàuché, u màço débout ŝu u Èchààudàgé tàvààt é poduŝàt, àvéc ŝà tuéé, déŝ cŝŝémétŝ qu Èŝoàét été céŝ muŝ véux dé hut ŝècéŝ. E déhoŝ dé céà, é ŝécé Ègàt. ï Ètàt éu héuéŝ du màt, éŝ touŝtéŝ péàét écoé é pétt-dÈjéué â éu hôté. Nouŝ omoŝ ué àŝŝŝtàcé Èduté ; é dÈut àvàt éu ué ogué vé ét à pupàt dé céux qu ’àvàét cou Ètàét motŝ àvàt u. Su é pémé bàc, àu méu, Ètàét àŝŝŝ ŝéŝ quàté îŝ, ŝà îé, ŝéŝ buŝ, ét â côtÈ d’éux ŝéŝ douzé péttŝ-éàtŝ, dot ŝx écoé cÈbàtàéŝ, quàté màÈŝ ét déux dvocÈŝ ; ét tout àu bout, éŝ quàté déŝ vgt-toŝ àèé-péttŝ-éàtŝ qu’ éut é tout, quàté, c’éŝt-â-dé céux qu Ètàét dÈjâ dé cé modé é cé 6 àv 86. Dé-èé ouŝ, dàŝ à pÈombé, cquàté-hut bàcŝ vdéŝ ŝ’Ètédàét juŝqu’â ’étÈé – ué mé dé à-gÈéŝ vdéŝ àŝŝéz vàŝté ŝàŝ douté pou àccué touŝ é oŝ àcêtéŝ dépuŝ éXïïŝècé.
9
L’assemblée que nous ormîons avaît quelque chose de dérîsoîre, l’églîse étaît bîen trop grande ; nous en ce lîeu, voîlà quî étaît bîen une ultîme blague de notre grand-père, ancîen chîmîste pour laPJau Quaî des Orèvres et grand contempteur des calotîns. Quand îl mourraît, avaît-îl maîntes oîs proclamé dans les der-nîères années, îl souhaîtaît une messe d’enterrement à Notre-Dame. Et sî on luî aîsaît remarquer que, încroyant comme îl l’étaît, îl ne devraît guère atta-cher d’împortance au choîx de la maîson de Dîeu et que l’églîse de quartîer, au coîn de la rue, eraît bîen mîeux l’afaîre pour notre petîte amîlle, îl rétorquaît : “L’églîse Saînt-Nîcolas-du-Chardonnet ? Maîs non, les enants, vous me erez ça à Notre-Dame. C’est à peîne à quelques centaînes de mètres de là, ça coû-tera un peu d’argent, maîs vous y arrîverez. Au aît, j’aîmeraîs bîen une messe en latîn, pas en rançaîs. La lîturgîe à l’ancîenne, s’îl vous plaït, avec beaucoup d’encens, des psalmodîes à n’en plus inîr et du chant grégorîen.” Suîvaît une moue amusée sous sa mous-tache à l’îdée que ses descendants passeraîent deux heures et demîe à s’esquînter les genoux sur des bancs bîen durs. Il étaît tellement satîsaît de sa plaîsanterîe qu’elle entra au répertoîre de ses expressîons avorîtes. “Sî d’îcî là je ne aîs pas un détour par Notre-Dame”, dîsaît-îl par exemple quand îl prenaît rendez-vous chez le coîfeur, ou bîen : “Joyeuses Pâques, on se revoît à Notre-Dame !” Au il des ans, la plaîsanterîe devînt prophétîe, et quand l’heure sonna vraîment pour mon grand-père, nous sûmes, tous autant que nous étîons, ce qu’îl nous restaît à aîre. Il gîsaît là, le nez cîreux, les sourcîls haussés quî luî donnaîent un aîr étonné, à l’endroît précîs où Napoléon Bonaparte s’étaît couronné empereur des
0