Traverser les ténèbres

Traverser les ténèbres

-

Français
202 pages

Description

Pour pouvoir regarder en face la réalité de la Shoah, il faut s’habituer progressivement aux ténèbres : Helena Janeczek, dont la mère est rescapée d’Auschwitz, nous invite, graduellement, à entrer dans le cœur noir de l’Histoire, dans un roman biographique qui analyse, avec lucidité et tendresse, la façon dont les souffrances d’une génération se répercutent sur la suivante.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 02 avril 2014
Nombre de lectures 3
EAN13 9782330033576
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
HELENA JANECZEK Traverser leromsan traduitdeél’italienpar Mèarguebrite Prozzoelis
ACTES SUD
“LETTRES ïTALïENNES” sérîe dîrîgée par Marguerîte Pozzoî
LE POïNT DE VUE DES ÉDïTEURS
“Moî, depuîs un bon moment déjà, î y a une chose que j’aîmeraîs savoîr. J’aîmeraîs savoîr s’î est possîbe de trans-mettre des connaîssances et des expérîences non avec e aît materne, maîs bîen avant, à travers e pacenta ou je ne saîs comment, parce que e aît de ma mère, je ne ’aî pas bu, maîs j’aî, en revanche, une Faîm atavîque, une Faîm de mort de Faîm qu’ee, ma mère, n’a pus.”
Aînsî s’înterroge, dès e début du îvre, a narratrîce dont a mère, juîve poonaîse, a survécu à a Shoah quî a engoutî toute sa Famîe. Car a vîe quotîdîenne est împrégnée de cette expérîence que es mots sont împuîssants à communîquer. D’où e “dressage” contînue et parFoîs însupportabe que a mère împose à sa Fîe, pour a prémunîr contre es dangers, rées ou îmagînaîres, sans cesse aux aguets. D’où ce sentîment d’être étrangère au monde aemand et à sa cuture, même sî ’Aemagne a été, par a suîte et pour un temps, eur terre d’adoptîon. Un voyage accompî ensembe, à Auschwîtz-Bîrkenau, et raconté avec une pudeur înFînîe, permettra, magré a doueur qu’î suscîte, de rapprocher mère et Ie, dans a tendresse et a compassîon. Par étapes, gradueement, Heena Janeczek nous conduît au bord d’un abme, dans ses propres ténèbres et dans cees de son hîstoîre Famîîae : pour dépasser a stupéFactîon devant e ma, î Faut peut-être oser e regarder en Face.
HELENA JANECZEK
Fille de juifs polonais tous deux déportés, Helena Janeczek a vécu en Allemagne avant de s’installer en Italie, près de Milan, en 1983. Après avoir publié des poèmes en langue allemande, elle a écrit, en italien,Traverser es ténèbres, édité en 1997 – puis réédité en 2011, après le succès du roman Léŝ HîOdééŝ dé MOtécàŝŝîO(Actes Sud, 2012). Ce livre a reçu, en 1998, le prix Bagutta pour la première œuvre et le prix Giuseppe Berto.
DU MÊME AUTEUR
LES HIRONDELLES DE MONTECASSINO, Actéŝ Sûd, . IûŝtàtîO dé cOûvétûé : © Ayŝŝà MOkŝ Tîté Oîgîà : Lezioni di tenebra Édîtéû Oîgîà : MOdàdOî, Mîà © UgO Gûàdà EdîtOé S..A., Pàmé,  ©ACTES SUD,  Oû à tàdûctîO àÇàîŝé ISBN----
HELENA JANECZEK
Tàvéŝé éŝ tÈèbéŝ
Omà tàdûît dé ’îtàîé à Màgûéîté POzzOî
ACTES SUD
… habitavit inter gentes, nec invenit requiem : omnes persecutores ejus apprehenderunt eam inter angustias.
7
François Couperin, Leçons de ténèbres.
L’àûté ŝOî, â à tÈÈvîŝîO, ûé émmé ŝOûtéàît qû’éé Ètàît à ÈîcààtîO d’une jeune Ie juîve morte dans un camp d’extermînatîon. C’est mon amî Oek quî me ’a dît, î me tééphonaît de Rome et, tout en bavardant avec moî, î suîvaît es étapes de cette vîe antérîeure reconstîtuées je ne saîs comment, e récît détaîé de ces souvenîrs întra-utérîns, et î ne ces-saît de répéter “c’est haucînant”. J’aî aors écourté a conversatîon, dîsant que ’émîssîon m’întéressaît moî aussî, même sî ce n’étaît pas vraî, et j’aî aumé a téévîsîon. On voyaît une Femme d’une trentaîne d’années – psychoogue, d’après e texte quî barraît son buste – quî, à ce moment-à, ne paraît pus d’un ater ego dénommé Anna ou Hanna, Baumann ou Naumann, maîs expîquaît au pubîc présent sur e pateau, et à ceuî, vaste et învîsîbe, des tééspecta-teurs, e sens qu’ee avaît tîré de cette expérîence, et ’ensembe de ses concusîons. La paroe est ensuîte aée aux experts : à des psychoogues, parapsycho-ogues, prêtres, amas bouddhîstes traduîts par des moînes, à un psychîatre juîF quî a prîs e partî de a scîence maîs égaement ceuî de a reîgîon, a qua-îIant de “non dogmatîque”, et î a concédé que, certes, a tradîtîon mystîque hébraque admet ’îdée
9
dé mÈtémŝychOŝé, màîŝ î ŝ’àgît d’ûé Èîcàà-tîO àOymé ét îŝOdàbé. Jé dOûté qû’î é àît ŝû dàvàtàgé, ét jé mé démàdé ŝ’î cOàîŝŝàît bîé é ŝûjét. Pûîŝ, ûé émmé ágÈé, jûîvé éé àûŝŝî, à àÈ dû càm dé cOcétàtîO cOmmé d’ûé éxÈîécé tèŝ hàûté – éé à vàîmét dît céà : “vOûŝ ŝàvéz, é càm dé cOcétàtîO éŝt àûŝŝî ûé éxÈîécé tèŝ hàûté” – ét â cé mOmét-â, ŝà téûé, étîèé-mét bàché, ét ŝO Og cOîé é bOîŝ éàîét û éîé àtîcûîé, édàt qû’éé ÈvOqûàît û té, Èèvé ÈÈÈ (O dît Èèvé ? dîŝcîé ? àdété ?) dû gOûOû îdîé Sî AûObîdO, d’û tyé àû nom îndîen sanctîIé par son séjour dans un camp nazî, ’ofrant en exempe à a jeune psychoogue quî accepte voontîers a eçon et répond : “ce que vous me dîtes est très beau”, e sourîre aux èvres. J’aî regardé encore un peu cette émîssîon sur a réîncar-natîon tout en me répétant, pour surmonter mon maaîse et un vague sentîment de proFanatîon, “maîs quî tu es, toî, pour rîre de ces personnes de bonne Foî ? Au Fond, qu’est-ce que tu en saîs…” Moî, depuîs un bon moment déjà, î y a une chose que j’aîmeraîs savoîr. J’aîmeraîs savoîr s’î est possîbe de transmettre des connaîssances et des expérîences non avec e aît materne, maîs bîen avant, à travers e pacenta ou je ne saîs comment, parce que e aît de ma mère, je ne ’aî pas bu, maîs j’aî, en revanche, une Faîm atavîque, une Faîm de mort de Faîm qu’ee, ma mère, n’a pus. Je pare unîquement de cea, de cette Faîm partîcuîère et caîrement névrotîque quî se déchane en moî à certaînes occasîons, devant un morceau de paîn, n’împorte que genre de paîn, bon, mauvaîs, Fraîs, caoutchouteux ou rassîs. Je suîs même capabe de mordre dans des quîgnons de paîn
10