2049Sous le maillet...

2049Sous le maillet...

-

Français
380 pages

Description

2049...
L’œil fixait le monde, tel qu'il était devenu... Il avait dû être flamboyant. Il semblait désabusé.
Mathilde ressentait tous ces contrastes. Elle était seule, flottant au-dessus de cette multitude hétéroclite sortant de partout, rentrant on ne sait où. Elle ne pouvait rien faire, sinon constater.
L’œil voulait l'ordre et la sérénité, il voyait le sang couler, les pleurs et les larmes...
Mathilde avait peur...
Son ami Fiat Lux, l'ordinateur quantique, allait-il lui permettre de réussir sa mission ?
Dans l'ombre du virtuel, son principal ennemi était là, prêt à tout pour sauver les maîtres du monde. Ses amis francs-maçons auront-ils suffisamment d'influence pour éviter que l'humanité ne succombe à des erreurs fatales ?


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 15 novembre 2017
Nombre de lectures 3
EAN13 9782414137572
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Couverture
Copyright
Cet ouvrage a été composé par Edilivre 175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50 Mail : client@edilivre.com www.edilivre.com
Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction, intégrale ou partielle réservés pour tous pays.
ISBN numérique : 978-2-414-13755-8
© Edilivre, 2017
Dumême auteur, dans d’autres collections : Du même auteur, dans d’autres collections :
omans: 2048…G.A.D.L.U. La conscience… aux éditions Edilivre (2016) 2049…SOUS LE MAILLET… LA CONNEXION… aux éditions Edilivre (2017) 2088…TANGO… PROHIBED… en préparation… (2018)
Ouvrages philatéliques et de loisirs: Quand la franc-maçonnerie et la philatélie racontent l’histoire : tomes 1, 2, 3… aux éditions Qualis Talis (2013, 2014, 2017) Timbrés de ping-pong: éditions Qualis Talis (2016) Timbrés de tango: éditions Qualis Talis (2012) Quand l’erreur crée de la valeur: éditions Qualis Talis (2010) • Nombreux articles parus dans la Philatélie Française, le Monde des Philatélistes, Timbres Magazine, L’Echo de la Timbrologie, la revue de l’Association Française de Philatélie Thématique (AFPT).
Ouvrages professionnels: • Nombreux ouvrages sur la Qualité et l’Ethique des pratiques, sur la Gouvernance associative, sur l’audit et l’évaluation, parus aux éditions Dunod-Privat, ESF, L’Harmattan, AFNOR… • Nombreux articles parus dans différentes revues nationales et internationales. 1 *Jean Luc JOING • A obtenu une médaille d’or et le premier prix thématique au championnat de France de philatélie 2015 (Macon), ainsi qu’une médaille d’or au championnat mondial FINLANDIA (2017) : collection exposée : la franc-maçonnerie. A exposé également à New York et à Rio de Janeiro.
*Avec son épouse Marie Hélène : • Ont gagné le championnat de France de tango argentin 2015 (Levallois Perret) en catégorie tango de scène. Ont été finalistes en tango salon et en milonga.
1. Blog : jeanlucjoing.blogspot.fr
Remerciements
Transformer quelques idées en roman ne se réalise q u’au prix de quelques sacrifices. Beaucoup d’heures de recherches documen taires, de lectures, de réflexion, d’échanges avec des spécialistes, ne se font pas sa ns incidences sur la vie familiale. Quand l’auteur vit son histoire, accompagne ses per sonnages, il peut paraitre quelque peu absent pour tous ceux qui souhaiteraien t partager sa vie quotidienne. Il est donc de tradition que toutes ces personnes s oient remerciées pour leur compréhension et leurs tolérances. Ces remerciements s’adressent donc à tous ceux qui m’ont encouragé ou supporté, en premier lieu mon épouse Marie Hélène. Je n’oublie pas tous les inspirateurs et inspiratri ces de certaines scènes, nulle part cités, qui ont joué, sans le savoir, un rôle non né gligeable. L’éditeur ne doit pas être oublié. Un nouvel auteur n’obtient pas facilement ses premi ères publications. Son style, ses choix, son originalité, ses éventuelles erreurs de débutant aussi, sont autant de risques éditoriaux. À tous, MERCI. Jean Luc JOING
Avertissement
Ce roman est une fiction. Tous les personnages qui y sont décrits sont une pure invention de l’auteur. Les noms et prénoms de ces personnages n’ont pas ét é choisis au hasard et il est probable que certains lecteurs connus de l’auteur r econnaitront le clin d’œil affectueux qu’il a voulu leur exprimer. Néanmoins l’auteur tie nt à souligner que les personnalités de ces héros ne correspondent en rien, sauf coïncid ence involontaire, à ces amis, amies, parents ou descendants. L’histoire est souvent inspirée de faits ou constat s réels, adaptés pour les besoins du roman. En annexe, l’auteur a jugé bon d’ajouter un appendi ce explicatif de ce que la science permet déjà aujourd’hui de réaliser ou d’en visager à court ou moyen terme. Il y ajoute une bibliographie qui permettra aux lec teurs intéressés de parfaire leur opinion sur les sujets abordés. Tous les ouvrages c ités ont été lus. Au-delà du récit, l’auteur revendique des prises de position et rappelle des principes auxquels il est très attaché. De ce fait, ce roman pourrait, par certains aspects , être classable parmi les romans-essais. Il est le deuxième tome d’une trilogie qui devrait se terminer en 2018 (2088 pour les héros). En attendant d’autres aventures… Bonne lecture.
2048-2049
L’occident a fermé ses frontières. Les Etats Unis n e sont plus la première puissance mondiale, mais sur leur territoire se dév eloppent toutes les grandes multinationales propriétaires des progrès scientifi ques qui peuvent changer le destin de l’humanité. Comme l’avait déjà décrypté Fred Turner, de l’unive rsité de Stanford et auteur 2 dlture à la cyberculture’Aux sources de l’utopie numérique. De la contre-cu , ces sociétés ne veulent pas de réglementations strictes puisqu’elles pensent être capables de créer de meilleures règles que les gouvernements . Elles ne veulent pas non plus de règles éthiques imposées de l’extérieur puisque leu r jugement éthique est par définition supérieur… Parallèlement, les mouvements transhumanistes, part iellement financés par ces multinationales, alimentent tous les grands débats de sociétés. La « mort de la mort » peut-elle être maintenant envisagée ? Tout le monde pourrait-il y avoir accès ? Est-ce souhaitable ? 3 Cette nouvelle idéologie pourrait-elle devenir une religion planétaire ou un intégrisme ? Le relativisme, associé au confort, des populations économiquement développées, a produit, comme cela était prévisible, un affaibli ssement des sociétés concernées, au grand bénéfice de la deuxième religion expansionnis te, l’islam, qui tient là sa revanche historique. D’un côté le nihilisme, de l’autre côté , en face, la ferveur, éclatée, et parfois très violente. La population mondiale s’exaspère des attentats, de s exactions, de toutes ces victimes innocentes. La radicalisation des extrémis tes est inversement proportionnelle à leur crédibilité religieuse ou idéologique. De nombreux pays ont été tentés par des dirigeants autoritaires, substituts bien pâles au manque ressenti de valeurs partagées. Les démocraties se sont adaptées, tant bien que mal . Le monde n’a jamais été autant divisé, y compris su r l’utilisation des ressources, menacées par la surpopulation. Plus grand monde ne croit à la possibilité du plein emploi. Les grandes organisations internationales survivent , paralysées par des luttes intestines et par des droits de vetos accordés par une histoire dépassée. Quels seront les vrais dirigeants du monde, demain ? Les paris sont ouverts. Ceux qui, dans leurs laboratoires, fabriquent un no uveau monde, une nouvelle religion, se contenteront ils de multiplier leurs p rofits ? Ne cèderont-ils pas aux sirènes d’un pouvoir sans contrôle ? Quels rôles joueront les super-ordinateurs quantiqu es, devenus conscients ? Et si des cercles discrets étaient capables de tran scender le meilleur de l’humanité ?
2. Fred TURN –Aux sources de l’utopie numérique De la contre-culture à la cyberculture. C et F. éditions, 2013. 3. Robert LOANCY-La notion de sacré : aperçu critiqueParis L’Harmatan, 2008, et – Religion : controverses étymologiques,Pau, juin 2017, et Perspective Ecossaise conférence n°155 (pages 125-133).
Prologue : l’Œil
L’Œil fixe examinait le paysage, le monde, tel qu’il était devenu, sourd autant qu’assourdissant, violent et mourant tout à la fois . Il avait dû être flamboyant, brillant, lumineux. Il semblait plus triste, un peu désabusé. Mathilde ressentait tous ces contrastes. Elle était seule, flottant au-dessus de cette multitude hétéroclite sortant de partout, rentrant on ne sait où. Elle ne pouvait rien faire, sinon constater, observer ces voitures sans chauffe ur, ces immeubles devenus jardins auto-producteurs d’énergies renouvelables, les tour s toujours plus grandes, les gens toujours plus pressés et travaillant toujours moins , les relations humaines devenues numériques. Il semblait y avoir, ici ou là, des signes d’émotio ns et des rencontres physiques, un signe du passé, et aussi quelques explosions de col ère, vite réprimées, comme si elles avaient été largement anticipées. L’œil voulait l’ordre et la sérénité, il ne tolérai t pas les règles bafouées ou les provocations des minorités. Le bonheur était obliga toire, la nécessité absolue, puisqu’il veillait à tout. Il y avait bien trois mondes qui s’imaginaient sans vraiment se connaitre. Un Occident attaché à son histoire et vieillissant, un Orient toujours en proie à ses guerres de religions, copies caricaturales des guerres de c ent ans, et un Sud mourant de chaleur, de soif et de faim. L’œil avait permis aux uns de lever des murs, aux a utres d’acquérir des armes modernes, aux derniers d’accepter la générosité. Mathilde souffrait, non des progrès, elle était pri vilégiée ; elle vivrait bien plus longtemps que ses ancêtres, mais de l’égoïsme ambia nt, d’un isolement d’impuissance. Elle ressentait d’autant plus l’inut ilité, ou tout au moins le peu d’influence de ses actes et de ses engagements, cer tes reconnus, publiés, valorisés, mais si peu entendus. L’Œil voyait le sang couler, les pleurs et les larm es. Il savait que certaines religions ou idéologies arriérées maintenaient aux pouvoirs d es dictateurs biologiques. Il les surveillait. Se servait-il de ces divisions pour mi eux régner ? Mathilde avait peur. Elle tremblait et transpirait sur les terrasses de cette haute tour sécurisée. Pourquoi était-elle là ? Etait-ce une ul time épreuve ? Ce vide l’incitait-elle à l’abandon final ou au lâcher-prise ? Ou, au contrai re, était-ce un tremplin pour s’envoler, survoler, découvrir un autre univers ? L ’œil l’attirait, sa supériorité ne se discutait pas. Là, il n’y avait ni temps, ni souffr ances, que des informations. Elle devait avancer. Elle allait céder, tomber peut-être. Son p ouls s’accélérait. Pourquoi l’œil paraissait ironique ? Bienveillant ou dangereux ? E tait-il un ami ou voulait-il la voir disparaitre ? Le temps s’arrêta avec ce que Mathilde ressentit co mme une chute, une rupture trop vive et trop rapide pour être une douleur. Plu s de bruits, plus de cris, plus de différences, plus d’angoisses, presque plus rien. Mathilde flottait dans la sérénité. Son corps lui é tait étranger. Elle le regardait avec tendresse. Il était beau encore, il avait plu et at tiré. Il était là, étendu sur ce qu’elle croyait être une table d’opérations. Elle voyait de s gens s’affairer autour de lui, régler des appareils, échanger des indicateurs techniques. Derrière leurs masques, elle reconnaissait sa sœur Jeanne qui semblait être la p lus inquiète. Un peu plus loin, des écrans affichaient une multitude de paramètres que semblaient comprendre des
spécialistes… Là, elle reconnaissait un cousin, Alexan dre, docteur en informatique. Sa sœur Hermione ne devait pas être bien loin, mais el le ne la voyait pas. Tout ce petit monde semblait maitriser la situation. L’Œil n’étai t pas là. L’Œil appelait Mathilde, lui demandait de suivre sa lumière, au bout du tunnel, vers l’infini, sans contraintes, sans horaires, sans lim ites… Elle s’y habituait et trouvait çà rassurant, agréable. Elle percevait des images, des mots encourageants, des sentiments positifs. Elle sentait des regards aimants et accueillants aussi. Elle était connue de ces amis, des membres de sa famille, trop tôt disparus. Elle avai t joué sur leurs genoux quand elle était toute petite. Ils se comprenaient sans se parler, sans se toucher. Elle devinait bien d’autres informations disponibles, des possibilités nouvelles de communication. La télépathie existait-elle ici ? Elle voulait tout sa voir, remonter le temps. Mathilde était prête à découvrir ce nouveau monde, mais l’Œil ne l e voulait pas, pas maintenant. Il avait pour elle une autre ambition…
ère 1 partie
Dans le secret des pouvoirs Le transhumanisme en questions