3,7

-

Livres
20 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Dans un monde qui vous a tout pris, seuls les braves trouvent encore la force d’aider leur prochain.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 42
EAN13 9791034200672
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0007€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Bruno Demarbaix
3,7
Table des matières
3,7
L’AUTEUR
MENTIONS LÉGALES
Robbie resta dissimulé deux jours dans le compartim ent moteur de la Buick Regal abandonnée. Les Charognes de Stiegel l’avaient traq ué sans relâche pendant une semaine entre Philadelphie et Wilmington, mais cela faisait deux jours qu’aucun patrouilleur n’était passé par là. Il pourrait bien tôt reprendre sa route vers Lancaster pour livrer son précieux butin. Le capot grinça lorsqu’il le leva pour risquer un œ il dehors. Le crépuscule pénétra par l’ouverture, l’aveugla et éclaira l’intérieur d e sa cache d’un rouge sang. À l’extérieur, une légère brise soufflait, levant des nuages de po ussière brunâtre. Quand ses yeux furent habitués au soleil couchant, il vit à sa dro ite une allée d’arbres au bord d’un terrain de baseball où la nature avait repris ses d roits depuis longtemps. À gauche, le blanc de l’enseigne du garage où La Buick avait jad is été désossée était toujours lisible : Edw. J. Henry & Sons – Auto Body Specialists. La West Fourth Street était déserte et seul le brui t du vent l’animait en faisant danser les marronniers. Il poussa à fond le capot de la vi eille guimbarde pour en sortir. Sous l’effort, les deux charnières cédèrent et firent re tomber dans un bruit de casserole l’énorme couvercle rouillé à l’intérieur du compartiment moteur. — Merde ! Il se figea et tendit l’oreille, mais le vent resta son seul interlocuteur. Il attrapa son sac à dos et l’enfila. Après être resté deux jours cloîtré, l’air ne lui avait jamais paru aussi pur et ce putain de sac aussi lourd. Une petite voix résonna dans son esprit : « Ouvre-l e et prends en juste un peu, ça te fera du bien ». Il secoua la tête pour la chasser. — Ferme-la, ils en ont plus besoin que moi. Cette voix, qu’il avait affectueusement surnommée D ottie, était apparue après sa seconde exploration et n’avait cessé de lui casser les pieds depuis. Lorsqu’il en avait parlé au vieil Oswald, ce dernie r ne parut pas surpris : — Vous, les Collecteurs, pouvez passer plusieurs se maines seuls. Dans ces conditions d’isolement, il n’est pas rare que ce ge nre de troubles apparaisse. Tu n’es pas le seul dans ce cas, Robert, et tu ne devrais p as y prêter attention. Ces paroles avaient eu beau le rassurer, elles n’av aient pas pour autant effacé Dottie de son esprit. Alors Rob l’avait acceptée, et même s’il se serait bien dispensé de ses conseils idiots, il s’était habitué à elle et avait appris à apprécier sa présence. Une voie ferrée encaissée jouxtait la casse du gara ge et l’unique pont la franchissant s’était écroulé depuis longtemps. À l’aide de sa ma chette, il se fraya un chemin à travers la forêt de ronces qui avait colonisé la pe nte. Il longea les rails sur une centaine de mètres vers le nord avant de trouver un accès po ur rejoindre sa route. Sur l’autre versant de l’encaissement, la remontée fut plus fac ile. Un affaissement de terrain avait englouti la moitié d’un parking et la pente était j onchée de carcasse de voitures qui feraient d’excellents points d’appui pour la gravir. La nuit était tombée lorsqu’il déboucha sur la West Second Street qui filait parallèlement à la Lancaster Avenue, son artère dir ectrice. Mais la nuit était claire ce
qui lui évita d’allumer sa torche. En arrivant à l’ intersection avec la Green Hill Avenue, il vit sur sa gauche que des lueurs jaunes baignant la Lancaster. Se ravisant, il poursuivit dans l’obscurité de la West Second pour comprendre d’où venaient ces lueurs. Seuls quelques bâtiments de la zone étaient encore debout et il trouva refuge dans ce qui avait été une station de lavage. Par l’une d es vitres brisées, il observa plusieurs feux de camps dans la Lancaster Avenue. Des maraude urs avaient élu domicile dans une station-service la bordant et avaient dressé un barrage de ruine en travers de la rue. — Manquait plus que ça, Bon Dieu, jura-t-il. Un léger vent se leva et des nuages s’amoncelèrent peu à peu, plongeant son environnement dans une obscurité presque totale. Il réalisa alors...