Balade choreïale

-

Livres
177 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Azir : le premier monde habité découvert par l'humanité. Un monde à la technologie balbutiante, divisé en provinces. Une occasion unique pour l’homme de coexister avec une autre espèce intelligente ou de donner libre cours à ses vieilles tentations colonialistes. Consciente de ce risque, Nerbrume, la très avisée gouvernante azirie, Chorê de Dashmani, et Méline, ambassadeur du Conseil de l’humanité, tentent de ralllier les habitants d'Azir pour faire front commun. Mais la tâche est complexe et le temps compté. Bientôt les hommes vont arriver en masse, avec leur technologie et leur réalisme économique, et menacer de changer radicalement le visage de la planète. Or il n'est pas facile d'inventer un nouveau mode de coexistence ?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 12 mars 2015
Nombre de visites sur la page 107
EAN13 9782846269766
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0037 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Ayerdhal
Balade choreïale
Du même auteur chez le même éditeur
LABOHÊME ET LIVRAIE, roman MYTALE, roman DEMAIN,UNE OASIS, roman CHRONIQUES DUN RÊVE ENCLAVÉ, roman LECHANT DUDRILLE, roman TRANSPARENCES, roman RÉSURGENCES, roman
Ce roman a été publié pour la première fois en 1994
ISBN : 9782846261401
© Éditions Au diable vauvert, 2009
Au diable vauvert www.audiable.com La Laune BP72 30600 Vauvert
Catalogue disponible sur demande contact@audiable.com
Le droit de chacun devrait être dapprendre, le devoir : de comprendre. Cest le moins que lHomme doit à lHumanité sil ambitionne quelle lui survive. Mais lHumanité ne peut pas se contenter de survivre quand trop dhommes nont pas même droit à cette ambition et que dautres vivent si bien. Aussi nobles soientils présentés, apprendre et comprendre ne sont pas des verbes daction. Il faut encore se bouger le cul.
À Joh, qui le sait déjà si bien.
Prologue
Ils attendaient les Yoomans. Le Garim, Shashem, La Tenaya, Niqitiq, Axagese et tous les Chorês, du moins tous ceux que la sagesse avait illuminés, les Faiseurs dEspoirs, les Traceurs de Rêves et les Rassembleurs, ils avaient reconnu lAppel de Grâce, troqué leurs garennes contre les pérégrines et ils étaient venus, depuis leurs bouts de monde, accueillir les Nobles Donneurs. Et Nerbrume avait lhonneur de les recevoir dans sa Choreïa, eux, ses pairs, et les ambassadeurs yoomans. Nerbrume était fière. Oh, pas seulement dêtre lhôtesse de la Grande Rencontre ! Nerbrume était fière davoir été linstigatrice et lorganisatrice de tout ce qui constituait cet événement. Elle, seule, et le GarthYooman, mais Garth était un Noble Donneur et son investissement était dans lordre des choses. Il était descendu des étoiles, un jour, avec toutes ses compagnes et tous ses compagnons, et ils avaient commencé à offrir, jusquà la vie, parfois. Nerbrume avait reçu ce don, comme des milliers dautres, quand, après avoir dévasté la moitié du continent, la malmort sétait abattue sur sa Choreïa, emportant tous ceux quelle frôlait dune agonie définitive. Alors les
9
10
Nobles Donneurs avaient observé la maladie de la même façon quon détaille une pente, et ils lavaient vaincue, tout simplement. Garth avait dit :  Cest juste un vaccin. Une autre fois, il avait dit :  Cest juste un pesticide. Cela avait sauvé la récolte dune année complète. Mais avec les Yoomans tout était toujours juste quelque chose. Ils accomplissaient sereinement des miracles quils appe laient «justeci» ou «justeça» et ils apprenaient aux Aziris à les reproduire, du moins les plus simples. Nerbrume, elle, avait appris très vite quil nexistait pas de miracle, seulement la connaissance et les Nobles Donneurs qui la véhiculaient. À son sens, cétait un miracle. Donc elle avait fait courir lAppel de Grâce et elle avait convoqué les Chorês, pour que tous fussent présents quand le second vaisseau yooman, celui des ambassa deurs, quitterait sa mer détoiles pour accoster Azir, cette île perdue au milieu de lunivers quils transformeraient en havre. Le GarthYooman se tenait derrière elle, debout lui aussi, contrairement à tous les invités qui attendaient assis sur lestrade en dessous deux. Elle se tourna vers lui.  Êtesvous content de revoir dautres visages yoomans? demandatelle. Deux ans, cest long, nestce pas ?  Humain ou aziri, Chorê, cest ce que cache le visage qui est intéressant, réponditil. Un point brillant apparut haut dans le ciel.  Je ne sais toujours lire ni votre visage, ni votre voix, Garth, et je ne suis pas certaine dentendre le sens que vous donnez aux mots, mais vous ne semblez pas mani fester les sentiments auxquels je mattendais.  Le décalage sera encore pire avec ceuxlà.
Il désignait le point qui sabaissait sur lhorizon et gros sissait à vue dil.  Vous attendez trop de nous, Nerbrume, repritil.  Vous me lavez déjà dit et, grâce à vos enseigne ments, jen suis aujourdhui plus consciente que vous ne le pensez. Mais miracle ou science, Azir a besoin des Nobles Dons que vous lui prodiguerez. Il hocha la tête et grimaça un sourire quelle était inca pable dinterpréter. Le vaisseau ambassade ressemblait maintenant à celui que Garth avait commandé, il appro chait majestueusement, au ras de leau.  Cest un spectacle magnifique, commenta Ner brume. Rien que pour cela, je vous serai éternellement reconnaissante.  Bon sang, Chorê ! sirritatil. Ne pariez jamais sur léternité ! Cette fois, Nerbrume comprit.  Vous craignez que les Yoomans ne me déçoivent, cest cela ?  Jai peur quun jour vous me haïssiez. Tandis que lastronef simmobilisait sans un bruit sur la lagune quils avaient asséchée pour lui, à moins de deux heures de la Cité de Dashamni, Nerbrume se tourna vers les dunes quun million des siens avaient investies, puis vers locéan, constellé de milliers dembarcations. Tous ceux qui le pouvaient étaient venus et peu dentre eux attendaient plus quun spectacle, les Rêveurs étant à peu près tous sur lestrade. Que fallaitil répondre à GarthYooman? « Rien de ce que vous ferez dAzir ne sera pas voulu par moi, parce que je vous donne ce que je ne peux pas vous empêcher de prendre. » Mais la Chorê de Dashamni ne pouvait pas dire ce quaucun Noble Donneur et aucun Aziri ne devaient
11
savoir : quelle navait aucune innocence. Parfois, même avant lapparition de Garth, cette solitude intellectuelle lui avait pesé, comme si elle était née des siècles avant lunivers que ses facultés méritaient, comme si le monde était trop petit pour elle. Avec lirruption des Yoomans, elle avait trouvé sa vitesse de croisière parce que, prodigues ou pas, ils étaient des envahisseurs et que, bénévolents ou non, ils allaient coloniser Azir. Pourquoi haïraitelle Garth davoir été le premier élément dun processus inéluctable quand elle pouvait sappuyer sur lui pour lenrayer ?
Première période Dashamni
Chapitre premier
En dixhuit jours despace et dhyperespace, Themys avait eu le temps de se faire à lidée que Mélinene viendrait pas laccueillir et, au fond, cétait mieux ainsi : après huit mois de séparation, il se sentait incapable de ne pas se jeter sur elle pour lembrasser à pleine bouche, ce quelle goûterait moins que lui, sa fonction lui interdisant certaines manifestations conjugales en public. Cette résignation nempêcha bien sûr pas la plus amère déception quand un grand type, très sec, le dos plutôt voûté, le réceptionna à la descente de lastronef.  Themys Devyr ? (Il tendit une main osseuse que Themys serra machinalement.) Garth Long. Je suis ravi de faire votre connaissance (sa voix navait aucune chaleur). Votre femme sexcuse, elle na pas pu venir, elle  Jétais au courant. Themys obtint la mimique ahurie quil attendait. Il sexpliqua de façon à leffacer.  Intuition masculine. Garth hocha la tête, sourit et lentraîna sur la passerelle qui rejoignait un bâtiment semicirculaire, derrière lequel
15