//img.uscri.be/pth/2c1d091bfca64b5b79731305bab3d2e1471f232d
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Contes et coutumes canaques au XIXe siècle

De
80 pages
Lorsque les français débarquèrent en Nouvelle-Calédonie pour se l'approprier, il y a juste 150 ans, ils trouvèrent des indigènes divisés en clans, les Canaques, réputés pour leur cannibalisme. Ils firent de cette île d'abord un lieu de déportation. Après la Commune, ils y déportèrent les insurgés survivants, dont Louise Michel, qui la première se pencha sur les coutumes canaques, et transcrivit quelques-uns de leurs contes oraux. Ces contes, augmentés d'autres contes recueillis après elle au début du XXème siècle, forment le présent ouvrage, avec les différents aspects de cette culture primitive qui les éclairent.
Voir plus Voir moins

CONTES ET COUTUMES CANAQUES AU XIXe SIÈCLE

Ouvrages

du même auteur

Romans:

LA POMME ROUGE (Pierre HORAY, réédition PHÉBUS) LES MIROIRS ET LES CHAiNES (ALBIN MICHEL, réédition PHÉBUS) UN BRAS DI HONNEUR (Ëditions INSTITUT ANDRÉ GIDE) Éditions illustrées: Poésie: CHEMIN DE CRGI X (Éditions RIGAL), eaux-fortes de J.J.J. Rigal. Adaptation: ÉPITAPHES GRECQUES (LES IMPÉNiTENTS), présentation de Jean Cocteau, frontispice de Jacques Villon, gravures de Michèle Bardet. Conte: LE MENEUR DIOMBRES (LES IMPÉNITENTS), frontispice de Max Ernst, gravures de Lars Bo. Pastiche de Molière: BELLE MARQUISE (LES IMPÉNITENTS), gravures de 18 artistes.

CONTES ET COUTUMES CANAQUES AU XIXe SIÈCLE

Présentés par Francis GARNUNG

L'Harmattan 5-7, me de l'École-Polytec1mique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 10214 Torino ITALlE

(Q L'Harmattan, 2003 ISBN: 2-7475-4190-8

Collection La Légende des Mondes dirigée par Isabelle Cadoré
Dernières parutions
Pascal BACUEZ (collectés et traduits par), Les ruses de la malice, contes swahili, 2001. Noël LE COUTOUR, Contes de malice et de sagesse, 2001. Catherine CASTALI, La fête des Lumières, 2001. Marie-Christine CABAUD, Ombres et fantômes du Népal - Contes du rire et de l'aigre, 2001. Mariana Cojan NEGULESCO, Le méchant Zméou - contes roumains, 2001. Noël Le COUTOUR, Penda la belle bambara, 2001. Youcef ALLIOUI, Contes kabyles, 2002. Victor NIMY, Kalla la noyée, 2002. Victor NIMY, Maa Mboyo, 2002. Adèle CABY-LIV ANNAH, Contes et histoire du Congo, 2002. Slimane CHABOUNI, Le Roc du Midi suivi de Moche, 2002. Xavier LUFFIN et Espérance KANA, Lorsque les Bruxellois d'ici et d'ailleurs racontent, 2002. Maud LOISILLIER, Le vase chinois, 2002. Jean et Olivier SAUVY, Monts et Merveilles au Pays de Fujiyama, 2002. Ling DI SHI, La Chine de mes ancêtre, Contes chinois, 2002. Christine Adjahi GNIMAGNON, Do Massé, contesfons du Bénin, 2002. Samad BEHRANGUI, La légende de la tendresse, 2002. Michèle MADAR-HAVEL, L'ogresse verte, 2002. Michèle MADAR-HAVEL, Les sept jarres et autres contes de Tunis, 2002. Michèle MADAR-HA VEL,Un sourire sardonique et autres contes effrayants de Tunis, 2002. Saïd ABDALLAH, Trois ruses d'Ibnasaya, contes comoriens, 2002. Bernard Germain LACOMBE, Petis contes des savanes, 2002. Jean-Claude RENOUX, Le voyage d'Hakim, Contes pour les enfants d'aujourd'hui,2003. Adèle CABY-LIV ANNAH, Les contes de la pleine lune, Congo, 2003. Jean-Claude RENOUX, La vache de Belvezet, Contes traditionnels de Provence et du Languedoc, 2003. DOUMBI-FAKOLY, A la recherche de la fontaine magique, 2003 Larbi RABDI, Le roi et les trois jeunes filles et autres contes berbères de Kabylie,2003 Jean-Claude RENOUX, Contes de la belle gitane, 2003

PRÉFACE

+=+=+=+
IlLe gouvernement français (*) était désireux depuis longtemps de posséder dans les parages dloutre-mer quelques localités qui puissent au besoin recevoir ses établissements pénitentiaires. "La Nouvelle-Calédonie lui offrait toutes les conditions désirables. En vertu des ordres de IIEmpereur, le Ministre de la Marine et des Colonies a prescrit, le 1er mai 1853, à Monsieur le Contre-Amiral Febvrier-Despointes, Commandant en chef des forces navales françaises dans IIOcéan Pacifique, de se diriger vers la Nouvelle-Calédonie. l'Conformément aux instructions qui lui avaient été transmises, le Contre-Amiral Fehvrier-Despointes, après slêtre assuré que le pavillon dlaucune autre nation maritime ne flottait sur la Nouvelle-Calédonie, a pris solennellement possession de cette ile et de ses dépendances, y compris Ilile des Pins, au nom et par ordre de sa Majesté Napoléon III, Empereur des Français.
..

Aussitôt que le pavillon de la France a été arboré sur
Il

les terres de la Nouvelle-Calédonie, il a été salué de 21 coups de canon et des cris répétés par IIEtat-major et Iléquipage de :
Vive Il Empereur!

En 1854, Bouéone, chef de la tribu de Pouma, signait, parait-il en pleine connaissance de cause, ce document: IIJe reconnais et accepte librement la souveraineté de Sa Majesté Napoléon III, Empereur des Français, sur la NouvelleCalédonie, et je m'engage, en reconnaissance de la protection que mlassure ma nouvelle nationalité, à protéger et faire
(*) Sous Napoléon III, en 1853.

respecter slétablir

tout sujet français
sur le territoire de

ou autre étranger
ma tribu,

qui viendrait
Il

ou qui sly trouverait

accidentellement.

En foi de quoi rai signé le présent acte...

Voilà un "sauvage" qui a assimilé en moins d'un an jusqu'à notre langage administratif:
Je soussigné Bouéone, chef de la tribu de Pouma (Nouvelle-Calédonie), désireux, dlune part, dlobéir fidèlement aux injonctions qui mlont été faites par le Contre-Amiral Febvrier-Despointes, Commandant en chef les forces navales dans Ia mer Paci fique, agissant dlaprès les ordres de Sa Majesté Napoléon III, Empereur des Français, en présence de son Etat-major, dlavoir à ne plus appliquer désormais, sur mes sujets devenus sujets français, les lois et coutumes du pays, et, de Ilautre, de ne pas délaisser ma tribu dépourvue de toute espèce de code, voulant la faire participer aux droits et aux avantages de tout citoyen français, prie le Capitaine de Vaisseau Louis Tardy de Montravel, commandant la 111 de vouloi r bien décréter des peines à son choix contre les 0) auteurs des crimes suivants, qui désolent principalement la Nouvelle-Calédonie: le meurtre suivi dlanthropophagie ; la guerre; le vol; Ilincendie; le viol... Il Réponse du Capitaine de Vaisseau Louis Montravel à Bouéone, chef de la tribu de Pouma : Tardy de
Il Il Constanti ne :
Il

"Prenant en considération la lettre que vous mlavez adressée, à la date du 7 courant, pour mlexposer le besoin impérieux de réprimer les crimes et délits qui se commettraient à Ilaveni r dans la tribu de Pouma, je veux bien approuver les dispositions qui vous semblent les plus propres à ce but de régénération et de civilisation, en attendant que la législation française ait doté la Nouvelle-Calédonie dlun code en rapport avec ses besoins et sa nouvelle condition. "Je saisis Iloccasion de vous renouveler Ilassurance de la sollicitude de la France pour votre pays, devenu un de ses membres, et de vous féliciter personnellement de votre zêle éclairé et de votre fidélité à remplir les engagements que vous 8