//img.uscri.be/pth/f4ad3b0e7bbff0f93048e7a6562c8711fa9b5291
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Coup de soleil sur le caillou

De
171 pages
Les neuf nouvelles de ce recueil, truculentes, réalistes ou fantastiques, sont pleines de vie, d'humour et d'émotion. Elles ont pour thème le monde calédonien des petits travailleurs caldoches, kanaks, ou zoreilles, les obscurs, les sans grade, ceux qui luttent pour "s'en sortir", ou tout simplement pour survivre et défendre leurs valeurs menacées par la société moderne.
Voir plus Voir moins
COUP DE SOLEIL SUR LE CAILLOU
BIBLIOGRAPHIE
Lauréat dun concours de livre pour enfants, Nouméa  1998 Le Ben Ameur(Finaliste dun concours de ère nouvelles en Métropole) - 1 publication -Nanterre  1998 A paraître prochainement : un roman.
© L'HARMATTAN, 2006 5-7, rue de l'École-Polytechnique ;75005 Paris
L'HARMATTAN, ITALIAs.r.l. Via Degli Artisti 15 ;10124 Torino L'HARMATTANHONGRIE Könyvesbolt ;Kossuth L. u. 14-16 ;1053 Budapest L'HARMATTANBURKINAFASO 1200 logements villa 96 ;12B2260 ;Ouagadougou 12 ESPACEL'HARMATTANKINSHASA Faculté des Sciences Sociales, Politiques et Administratives BP243, KIN XI ;Université de Kinshasa – RDC L'HARMATTANGUINEE Almamya rue KA028 En face du restaurant Le cèdre OKB Agency Conakry - Rép. de Guinée BP 3470
http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 2-296-01654-5 EAN : 9782296016545
Joël PAUL
COUP DE SOLEIL SUR LE CAILLOU
Nouvelles
Préface dHélène Colombani
LHarmattan
Lettres du Pacifique Collection dirigée par Hélène Colombani Conservateur en chef des bibliothèques (AENSB), déléguée de la Société des Poètes Français pour le Pacifique
Cette collection a pour objet de publier ou rééditer des textes littéraires (romans, essais, théâtre ou poésie), dauteurs contemporains ou classiques du Pacifique francophone, ainsi que des études sur les littératures modernes ou les traditions orales océaniennes (mythologies, contes et chants).
Déjàparus
1 -Les terres de la demi-lune, nouvelles par Hélène Savoie. 2 -L&Île-monde, nouvelles par Dany Dalmayrac. 3 -Du rocher à la voile, récits et nouvelles, Cercle des Auteurs du Pacifique. 4 -Mystérieuses civilisations du Pacifique, essai de Christian Navis. 5 -Les montagnes du Pacifique,roman de Dominique Cadilhac.
Tous mes remerciements à Hélène Colombani, sans qui ce premier livre n&aurait pas vu le jour, pour ses encouragements et son aide
PREFACE.
Lorsque Joël Paul ma confié ce manuscrit, après avoir longtemps essuyé les refus de plusieurs éditeurs locaux, jeus lagréable surprise de décou-vrir un réel talent de conteur truculent sans vulgari-té, réaliste et plein dhumour. Tout dabord, que ceux qui déplorent ce quils appellent la tristesse ambiante des oeuvres calédo-niennes se réjouissent : ils retrouveront le sourire à la lecture de ces neuf textes réalistes ou fantastiques, où sous la verve affleure cependant une lucidité non dénuée dangoisse. Nul doute que le microcosme calédonien, ses paysages, les particularités de sa société, ont pro-fondément marqué Joël Paul. Arrivé sur leCaillou* très jeune, il fit dès ladolescence, le rude apprentis-sage des petits métiers qui lont amené à côtoyer le monde des ouvriers venus de tous les horizons, âpres, durs à la tâche, emportés mais sans méchan-ceté. Ce monde a son langage, argotique, peu châ-tié mais très imagé. Cest celui duCamion du bou-langer,la première nouvelle du recueil, qui nous plonge demblée dans lambiance survoltée des rouleurs de mines qui conduisent sans relâche,
7
au-delà de toute fatigue et de toute résistance dénormes engins transportant la latérite rouge arra-chée au flanc des montagnes calédoniennes. Cette course éperdue -parfois vers la mort- lauteur en fait un tableau si terriblement vrai que le lecteur devine quil en parle dexpérience. Là, dans un scénario digne duSalaire de la peur, un homme, à ses ris-ques et périls, est prêt à jouer sa vie comme à la rou-lette russe pour échapper à la misère ambiante. Ailleurs, cest Steve, le jeunecaldoche, qui, pour avoir tué dans un accès de fureur son copain de beuveriezoreille*pour un mot méprisant de trop, voit son destin basculer et rejoindre en un saisissant raccourci celui de son ancêtre, jadis condamné au bagne calédonien. Par la force des choses, ce milieu multiracial a permis à Joël Paul de découvrir le monde kanak dont il nous livre quelques clefs, autre source dintérêt de ces textes. Il donne libre cours à son imagination étayée par une observation pleine dempathie, et démontre que ce thème nest pas un monopole réservé à quelques-uns. Il décrit les affres dun jeune rastaHouaïlou parvenu au dernier stade du désespoir et de la ré-volte contre un monde déshumanisé, qui meurt dans la rue au milieu de lindifférence des passants, ou le profond désarroi dun vieux « sorcier » de tribu, qui ayant perdu ses pouvoirs olfactifs à cause de la pol-lution, part vers Nouméa pour comprendre ce qui lui arrive, dans une longue errance jalonnée de ren-contres symboliques qui le mènent du paisible sé-jour de sa tribu, jusquau cur de la ville bruyante livrée aux bolides, et qui illustre bien le choc des
8
deux cultures. Sagit il dune métaphore prémoni-toire, à lheure où quelques irrédentistes  tels de modernes David- affrontent vainement le Goliath de la toute puissante industrialisation ? Mais le meilleur est pour la fin : cest Kevin, le petit kanak qui désobéissant aux interdits des vieux sages, ramène au bout de sa ligne un poisson empoisonné, dans ce monde du futur où «l&Australie est une dépendance chinoise depuis 2092», où «abandonnées de tous, quelques îles submergent encore, comme la Kanaky», mais sont tellement polluées que «chance pour les blancs, ils sont partis, car ils n&auraient pas résisté à la cha-leur de maintenant, ils étaient trop fragiles 7» Et lon a un frisson quand les vieux ajou-tent :«Quand as-tu entendu un oiseau pour la der-nière fois ?» Voilà pourquoi le sourire que provoquent lhumour, les personnages, les situations cocasses, et les libertés syntaxiques des dialogues, saccompagne au fil des pages dune crainte, celle que Joël Paul nait trop bien perçu ce que sera le monde de demain, et quels enfers viendront se subs-tituer alors aux paradis du bout du monde, dans ces sortes de fondus enchaînés chers au septième art, si par exemple, on ne prenait pas suffisamment au sé-rieux ces petites nouvelles si distrayantes.
Ces saines lectures riches denseignement sont agrémentées de dessins originaux de lauteur.
9
Hélène Colombani