//img.uscri.be/pth/74560e7f7cd89d664f9c00e7d913916ab85e3523
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Deux femmes de Djeddah

De
194 pages
" Le vieil homme commence un sermon sur la place de la femme dans la société et sur l'obéissance due aux parents. Il me dit que je suis du bois pour les feux de l'Enfer, et qu'il est quasiment certain que je vais y brûler si je ne fais pas pénitence. Enfin je trouve le courage d'essayer de me lever pour partir, mais il me crie dessus de rester assise. Soudainement, il y a un policier dans la pièce et je comprends que je suis en état d'arrestation". Histoire de deux femmes aux prises avec les interdits de leur société.
Voir plus Voir moins
Hanaa Hijazi
Deux femmes de Djeddah
Roman
Traduit de l’arabe (Arabie saoudite) par Philippe Mischkowsky
Deux femmes de Djeddah
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris www.harmattan.com ISBN : 978-2-343-11477-4 EAN : 9782343114774
Hanaa HIJAZIDeux femmes de Djeddah Roman Traduit de l’arabe (Arabie saoudite) par Philippe Mischkowsky Edition originale Dar al-Saqi, Beyrouth, 2015
Prologue Mon nom est Leila. Ce nom est mon destin, un destin d'amour maudit. Ce nom, beaucoup d'autres l'ont porté avant moi, mais pour moi, la seule personne qu'il évoque est Leila Al-Amiriya, de la légende de Kaïs et Leila, celle qui se fut éprise de Kaïs mais eut été 1 contrainte de se marier à Ward . Ma mère n'aurait jamais dû accepter le choix de ce prénom. En réalité, tous les habitants du quartier auraient dû s'unir pour bannir du voisinage ce nom sinistre, ce nom qui évoque à la fois la mort et l'amour. L'amour qui, dans mon pays, est maudit et entraîne la folie ou la mort. Comme si rien n'avait changé depuis des siècles. Comme si le sacrifice de la Leila de légende n'avait pas suffi pour racheter les amoureux de ce pays et pour adoucir le destin de toutes les Leila éprises d'amour. Ma mère savait-elle ce qu'elle faisait en m'appelant ainsi ? Elle m'a chargée d'un fardeau trop lourd et depuis, elle m'observe pour voir si j'arrive à le porter. A-t-elle voulu que je sois martyre ? Ou que je devienne héroïne ? A-t-elle espéré réaliser à travers moi ce qu'elle-même a été incapable de faire ? Ou au contraire a-t-elle voulu se venger de son passé et me condamner à souffrir autant qu'elle ? 1 Il s'agit de la légende deMajnoun Leila(Le Fou de Leila), qui reste très vivace dans la culture populaire arabe, basée sur un poème des plus emblématiques de la poésie préislamique.
7
Chez nous, tous les jours se ressemblent. Il y a des gens qui naissent, qui se marient et qui meurent. Quant aux idées, elles restent. Et elles se résument à ceci : Leila ne sera jamais autre chose que Leila.
8
I A notre époque Quand Maram me voit, elle plaisante : « Voici la Leila de notre époque ! » Elle rigole quand je lui confie mon histoire. « Ton père ne regarde pas la télévision ? » me demande-t-elle. « A notre époque, il y a une princesse Diana qui raconte ses aventures extraconjugales à qui veut bien l'entendre, et le monde entier la trouve sympathique. Et Monica Lewinsky, ton père n'en a jamais entendu parler non plus ? Les gens parlent de sexe partout, et lui veut interdire l'amour ! À quelle époque est-ce qu'il vit ? Ah ma pauvre… » Je réfléchis. C'est à croire que rien n'a changé au cours des siècles depuis la fameuse Leila de la légende. Si le nez de Cléopâtre eut été plus court, si je me fus appelée Noura ou Maha, mon destin aurait été autre. Je regarde Maram, cette étrange créature, et je me mets à douter qu'elle et moi vivons dans le même pays, à la même époque. Parfois, je voudrais croire que tout cela n'est qu'un rêve stupide. Mais Maram relativise : « Au fond, on a chacun ses peines », dit-elle. « Toi, au moins, tu as trouvé ton Kaïs, alors que pour moi, les hommes se suivent et se ressemblent. » Nos sacs à main sont remplis de cartes de visite de médecins pour des rendez-vous dans les hôpitaux privés. Maram a entendu parler d'un excellent dermatologue. J'irai le voir pour lui parler de mes cheveux qui se sont subitement mis à tomber. Et moi je lui parle d'un
9