Disparition suspicieuse

-

Livres
73 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Jeanne et Simon sont maintenant séparés depuis un peu plus de huit mois. Chacun traverse cette étape de façon différente. Simon ne s’en remet pas : il ne vit plus que pour ses enfants et son travail.
Et voilà qu’il ressent une étrange sensation, négative, dont il n’arrive pas à saisir toute l’ampleur. Il redoute qu’il soit arrivé quelque chose à Jeanne.
À la suite de l’appel de l’inspecteur Gauthier, il le rencontre pour se faire annoncer qu’elle a disparu. Presque une semaine se passe sans aucune demande de rançon ni aucune nouvelle.
Étrange et contre toute attente, cette disparition ne rencontre pas les critères habituels. Un ami douteux semble être le principal suspect. Mais qu’en est-il pour Simon ? Pourrait-il être responsable de l’enlèvement ? A-t-elle vraiment été enlevée ? Pour quel motif ?
Disparition suspicieuse ; un roman où l’intrigue, le suspense et l’amour sont au rendez-vous !

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 18 août 2012
Nombre de visites sur la page 4
EAN13 9782923447933
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0097 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Version ePub réalisée par :
Du même auteur Collection inspiration Disparition suspicieuse, (2004) Roman Le délivreur, (2004) Roman Suspicious disappearance(2005) traduction de , Disparition suspicieuse La croisée, (2005) Roman Il est une fois…, (2006) Roman Susciter une réflexion qui t’appartienne, (2007) Croissance personnelle Susciter une réflexion qui t’appartienne, (2007) Disque compact Et si l’amour…, (2007) Roman Vallée Blanche, (2008) Roman Le délivreur, (2009) Roman Réédition L’ermite millionnaire(2011) Roman Susciter une réflexion qui t’appartienne(2011) Croissance personnelle 2e , éd. L’ermite millionnaire(2012) Roman 2e éd.
Suspense inspiration
Couverture une idée originale de Sylvain Goulet Illustration Élaine Lebeuf Mise en pages Pyxis Photo Gabrielle Robert
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Arc hives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada
Goulet, Sylvain, 1961-
Disparition suspicieuse 2e éd. rev. et corr.
Éd. originale: Varennes, Québec : Éditions d'un Mon de, 2004
ISBN 978-2-923447-92-6
PS8613.O92D57 2012 C843'.6 C2012-941257-0 PS9613.O92D57 2012
Dépôt légal
Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2012 Bibliothèque nationale du Canada, 2012
Éditions la Caboche Téléphones : 450 714-4037 1-888-714-4037 Courriel : info@editionslacaboche.qc.ca www.editionslacaboche.qc.ca
Vous pouvez communiquer avec l'auteur par courriel : sg.ecrivain@gmail.com
Toute ressemblance avec les événements ou les perso nnages ne pourrait être que fortuite.
Toute reproduction d’un extrait quelconque de ce li vre par quelque procédé que ce soit est strictement interdite sans l’autorisation écrite de l’éditeur.
Remerciements À mes enfants, qui m’avez tant encouragé. Vous voir si enthousiastes, du début à la fin de l’ écriture de ce livre, a été ma plus grande source d’inspiration. Je suis si fie r de vous. À Dieu, qui, dans une période laborieuse de ma vie, m’a guidé vers ce qu’il y a de bon en moi ; une réponse, un exutoire, une s ource d’inspiration salvatrice : ce livre. À tous mes lecteurs, lectrices, je vous serre la ma in, en espérant vous rencontrer très bientôt. Je souhaite très sincèreme nt que ce livre vous apporte autant à sa lecture qu’il m’en a apporté à l’écritu re. P.-S. J’ai écrit ce livre en 2002-2003. Je vivais s eul avec mes enfants à l’époque. Dans cette réédition, j’ai choisi de repr endre le même texte de remerciements qu’à sa première parution, en 2004. Sylvain Goulet De l’avis de l’auteur, ce roman s’adresse à un publ ic de 13 ans et plus.
Prologue
Plus de huit mois s’étaient écoulés depuis ce jour fatidique : leur séparation. Cet engagement, leur union, avait pourtant été la r éponse à leurs attentes de plusieurs années. Simon et Jeanne s’étaient alors p romis l’un à l’autre. Après deux ans, tout s’était écroulé. Depuis ce temps, le s nuits étaient devenues bien trop longues. Les journées aussi étaient trop longu es. La fatigue était si intense, parfois, qu’à l’intérieur de sa tête, tout se resse rrait comme dans un étau exerçant une pression continue. Il avait beau faire beaucoup plus d’exercices, boir e moins de café, et s’en tenir à des tisanes une fois l’heure du dîner passé e, lire pendant des heures, rien n’y faisait. Il n’arrivait plus à garder les y eux ouverts après vingt et une heures. Puis, toujours la même histoire, quelques heures pl us tard, il se réveillait en soupirant de façon saccadée, tel un enfant qui aura it trop pleuré après une grande peine. Le réveil était d’une brutalité perverse. En voulan t se coller contre elle, il ne la trouvait plus, désormais. Il allumait alors la l ampe de chevet en se frottant les yeux, puis regardait les photos toutes alignées les unes contre les autres, sur la petite commode près de son lit. Celle de Jeanne, su r laquelle elle y avait jadis inscrit : « Je pense à toi mon amour… je t’aime… p our toujours ! » lui souriait. Il y avait celles de ses enfants à lui et d’autres, de ses enfants à elle. Il savait dès lors que les prochaines heures seraie nt encore une fois trop difficiles pour lui. Il s’étira le bras pour prendr e le livre qu’il avait laissé par terre; il viendrait s’ajouter à tous ceux qu’il avait lus ces derniers mois. Il essayait de se concentrer, sachant que c’était tout ce qu’il po uvait faire, sinon écrire pour contrôler la colère et la peine indescriptibles qui l’envahissaient. C’était tellement fort, parfois, que cela l’empêchait de respirer. La lecture aidant, une fois calmé, sauf à quelques exceptions, il arrivait à se rendormir en priant. Il remerciait Dieu de lui avoi r donné ses enfants et de lui avoir donné la chance d’avoir connu Jeanne, et lui demandait de faire en sorte que tout s’arrange pour le mieux; pour elle, pour l ui, et pour leurs enfants. Le mieux, pour lui, voulait dire implicitement qu’ils forment à nouveau une famille. Puis, comme à tous les matins, à six heures quand l e réveille-matin se mettait à parler ou encore, à chanter, il lui sembl ait qu’il venait à peine de s’endormir et… elle n’était toujours pas à ses côté s.