266 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Exomonde - Livre II : Möa, le temps suspendu

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Möa, année 2306.
Une singularité dans l’espace-temps a ramené Lola à l’époque de sa naissance.
Son bond dans le passé a tragiquement modifié la réalité : Lola a trouvé Zven, mais elle a perdu « les grands ». Unique Terrienne du 24e siècle, au sein d’un peuple au développement encore archaïque, elle va devoir s’adapter à sa nouvelle vie, d’autant plus que les événements liés à sa présence ont fortement bouleversé la société möam.
Mais elle va aussi avoir dix-sept ans pour essayer de percer le mystère de son retour en arrière.
Dix-sept ans pour comprendre que les Möams constituent une véritable énigme. D’où viennent-ils ? Que cachent les profondeurs du sanctuaire qu’ils nomment Ylstérion et qui peut générer un rayon capable de détruire un vaisseau spatial ? Et qui est vraiment Zven ? Ses aptitudes mentales se révèlent de plus en plus exceptionnelles, alors qu’il ne souhaite qu’une chose : mener une existence ordinaire avec Lola.
Dix-sept ans pour que la jeune fille devienne adulte, se prépare à vivre la 71e nuit de Zra en 2323 et puisse tenter l’impossible : retrouver ceux qui l’ont élevée.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 08 mars 2019
Nombre de lectures 118
EAN13 9782370116567
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0000€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.


EXOMONDE

Livre II±Möa, le temps suspendu

Emma Cornellis

© Éditions Hélène Jacob, 2018. CollectionScience-fiction.Tous droits réservés.
ISBN : 978-2-37011-657-4

Prologue


Ça y est, elle est à nouveau seule. Pourtant, elle peut encore sentir le goût de leur dernier baiser
sur ses lèvres. Il avait passé un bras autour de ses épaules qui tremblaient un peu et avait
murmuré :
²Cela fait dix-VHSW DQV TXH WX DWWHQGV FH MRXU F¶HVW QRUPDO G¶rWUH DQJRLVVpH.
²Et si nous nous sommes trompés ? Si je ne reviens jamais«
Il lui avait posé un doigt sur la bouche avant de répondre :
²Tu reviendras. Le temps ne nous a pas empêchés de nous rencontrer, il ne nous séparera
pas. Si la réunionQH IRQFWLRQQH SDV GDQV QHXI MRXUV =UD VHUD j VRQ ]pQLWK HW F¶HVW PRL TXL WH
rejoindrai.
²Tu es prêt à tout abandonner pour me suivre ?
²Nous en avons parlé des centaines de fois, Lola. Tous ceux que nous aimons peuvent très
ELHQ VH SDVVHU GH QRXV«
²Mais si nous avons faux sur toute la ligne 6L OD EUqFKH QH V¶RXYUH SDV!
²Arrête de te faire mal en pensant au pire, tout ira bien. Il y a dix-sept ans, tu as traversé
cette faille en sens inverse. Nous avons vécu toutFH WHPSV HQ VDFKDQW TX¶XQ MRXU QRXV
DWWHLQGULRQV j QRXYHDX FH PRPHQW (OOH V¶RXYULUDBientôt, les nôtres accueilleront la venue de
Zra et le Chemin de Lumière se déclenchera accidentellement exactement de la même manière
TX¶LO \ D GL[-sept ans, parce que cet instant existe, a existé et existera toujours.&¶HVW ELHQ WRL TXL
nous as appris ça ?
Dans un élan, Lola s¶pWDLW EORWWLH FRQWUH O¶KRPPH TX¶HOOH DLPDLW depuissi longtemps.
'¶LQVWLQFW LO VDYDLW OD UDVVXUHU SRXUWDQW,FHWWH QXLW HOOH pWDLW VUH TXH FH Q¶pWDLW TXH GHV PRWV: au
fond de lui, une peur identique à la sienne était tapie.,O O¶avait enlacée fermement et avait enfoui
son visage dans les boucles brunes de la jeune femme. Elle avait senti les larmes de son amant
couler au creux de son cou, et sa voix avait résonné dans son esprit :
² -H QH SRXUUDLV SOXV MDPDLV PH SDVVHU GH WRL /¶LGpH GH QH SOXVpouvoir sentir ton corps
contre le mien est insupportable. Mais si tu ne traverses pas, tu le regretteras pour le restant de
WRQ H[LVWHQFH«Tu dois les rejoindre, Lola.
Non sans mal, et surtout grâce aux données extraites du vieuxflexiLola, ils avaient de
retrouvé le lieu où ils s¶pWDLHQW UHQFRQWUpV SRXU OD SUHPLqUH IRLV 0DLV, sur la pente aride qui

3

GHVFHQGDLW YHUV O¶DE\VVH DXFXQ VLJQH QH SRXYDLW FRUURERUHU OD SRVLWLRQ LQGLTXpH &H Q¶HVW TXH
lorsqueO¶pFODLU V¶était enfin abattu devant euxTX¶LOVavaient su, avec certitude,TX¶LOs étaient au
bon endroit. Tandis que le brouillard s¶pWDLWmis à scintiller, comme si des milliards de cristaux
tombaient du Néant,/ROD DYDLW VHQWL OHV EDWWHPHQWV GH VRQ F°XU V¶DIIROHU
Des hurlements terrifiés avaient retenti au loin et, avec une légèrePRXH G¶H[DVSpUDWLRQ, Zven
avait dû, encore une fois, rassurer leurs compagnons :
² San, Aza, calmez-vous et faites-moi confiance ! Le feu du ciel a seulement frappé le sol et il
ne reviendra pas !
² Ne sois pas dur avec eux !était intervenue Lola, heureuse de cette distraction.Finalement,
c¶HVW OD SUHPLqUH IRLV TX¶LOV VRQW! Sans compter que leurvraiment témoins du phénomène
compréhension du monde est bien plus restreinte que la nôtre.
Lola s¶pWDLW HQVXLWH GpJDJpH GH O¶pWUHLQWH GH =YHQ, à contrec°XU, sans pour autant lui lâcher les
mains. Enveloppée par la nuit froide et le brouillard, sous la lumière blafarde de Zra, elle avait
voulu imprimer dans sa mémoireO¶LPDJHdu compagnon qui partageait sa vie depuis dix-sept ans.
Il était toujours aussi incroyablement attirant avec ses irisG¶DPEUH DX[ UHIOHWV QRLUV &HUWHV,
TXHOTXHV ULGHV V¶pSDQRXLVVDLHQWmaintenant aux coins de ses yeux quand il souriait, mais le temps
avait modelé le garçon à la beauté étrange en un homme au corps athlétique et terriblement
séduisant.
SRXGDLQ OH VFLQWLOOHPHQW V¶pWDLWmétamorphosé en un rideau lumineux, ondoyant à quelques
pas devant eux : c¶pWDLWle moment.,OV V¶pWDLHQW HPEUDVVpV XQH GHUQLqUH IRLV HW HOOH V¶pWDLW pORLJQpe
avec, dans la tête,OHV SDUROHV GH =YHQ TXL O¶DFFRPSDJQaient :

² Aie confiance ! Dans quelques jours, nous serons à nouveau réunis.
Elle avait traversé le phénomène lumineux avec une impression de déjà-vu familière. Mais,
cette fois,HOOH QH V¶pWDLW SDV SUpFLSLWpH GH O¶DXWUH F{Wp HOOH DYDLW UHJDUGp OD WRXWH Meune fille qui
croisait son chemin dans le sens inverse et lui avait souri, en espérant lui insuffler un peu de
courage (OOH V¶pWDLW VRXYHQXeGH O¶DQJRLVVH PDLV DXVVL GH O¶pWUDQJH VHQVDWLRQ TXL O¶DYDLW pWUHLQWH
dix-sept ans auparavant, quand elle avait cru voir son propre visage, comme dans un miroir au
milieu du chatoiement verdâtre. Comment aurait-elle pu comprendre,j O¶pSRTXHque le reflet
Q¶HQ pWDLW SDV XQ HW TX¶LO V¶DJLVVDLWbienG¶HOOH 8QH YHUVLRQ G¶HOOH-même, plus vieille de dix-sept
ans et sur le point de changer à nouveau le cours du temps ?

4

Première partie±Seule sur Möa

5

±1±


/H YLHLO KRPPH V¶DUUrWH SRXU VRXIIOHU HW ILQLW SDU VH ODLVVHU JOLVVHU OH ORQJ GX PXU ,O Q¶HQ SHXW
plus, il doit se reposer. Depuis combien de temps déambule-t-il dans le Labyrinthe ? Une journée,
deux ? Son regard balaie le souterrain étroit où il se trouve. Des couloirs luminescents, creusés
dans la roche, des embranchements à deux, trois ouMXVTX¶j GL[ SRVVLELOLWpV HW SDV XQH SRUWH! Pas
la moindre pièce ! Mais qui étaient donc leurs ancêtres créateurs pour construire une fourmilière
aussi absurde 8Q ULUH pWUDQJH V¶pFKDSSH GH VD JRUJH VqFKH FHOD IDLW XQH pWHUQLWp TX¶LO Q¶D SOXV
G¶HDX HW LO VHQW TX¶LO QH WLHQGUD SOXV WUqV ORQJWHPSV ,O D ELHQ HVVD\p G¶DSSHOHU =YHn, de tendre son
HVSULW j OD UHFKHUFKH G¶XQ DXWUH 0|DP PDLV ULHQ 3DV OH PRLQGUH PXUPXUH Q¶HVW YHQX SHUWXUEHUle
silence. Alors il se résigne, la mort ne lui fait pas peur à son âge et ce tombeau est magnifique
pour un saltimbanque ! Bien sûr personne ne brûlera son corps afin que son âme rejoigne Yls,
PDLV TX¶LPSRUWH,LO Q¶D MDPDLV YUDLPHQW FUX j FHV KLVWRLUHV GH YLH pWHUQHOOH 7URS ODV LO IHUPH OHV
\HX[ 6RQ VHXO UHJUHW HVW GH GHYRLU PRXULU VDQV VDYRLU FH TX¶LO HVW DGYHQXde=YHQ«

*
* *
Le jour se lève et Yls découvre les enfants de ses enfants en état de choc. Une aurore rosée
succède à la nuit =UD V¶HQ HVW DOOp VDQV VRQ FRPEDW HW OH 1pDQW 2EVFXU Q¶HVW SDV PRQWp GHV
SURIRQGHXUV GH O¶$E\VVH SRXU HQYDKLU OD WHUUH GHV YLYDQWVDésemparés, les Möams errent par
petits groupes autour de la place Noire transformée en champ mortuaire. Une trentaine de corps
PHXUWULV V¶DOLJQHQW GpMj &HUWDLQV RQW SpUL EUûlés par le Chemin de LumièreGHYHQX IRX G¶DXWUHV,
WXpV SDU OHV GpEULV GH O¶H[SORVLRQ GH O¶([SORUHU , '¶DXWUHs, encore, ont succombéGH OD PDLQ G¶XQ
congénère. Ceux-là, pHUVRQQH Q¶RVH OHVapprocher. La honte est dans tous les regards, comment
des Möams ont-LOV SX V¶HQWUH-tuer ? Comment ont-ils pu transgresser cet interdit ?
² &¶HVW j FDXVH GX ILOV GH =UD! Vous nH YR\H] GRQF SDV TXH OH UqJQH GH O¶2EVFXU HVW Oj!
V¶pFULH VRXGDLQ <RWD
Le sDJH DX YLVDJH KDLQHX[ V¶HVW SRVWpà quelques pas du cercle du Chemin de Lumière. Ses
habits de cérémonie sont maculés, mais, sur sa tête, la coiffe à cinq branches, symbole de sa
fonction, a retrouvé sa place. Non loin de lui, la dépouille de Jedehia a été posée sur un brancard
confectionné à la hâWH 7DQGLV TXH OHV JHQV V¶DSSURFKHQW GH SOXV HQ SOXV QRPEUHX[ DXWRXU GH OXL
et des gardiens fidèles à Jedehia, Yota poursuit sa diatribe :
²Il y a soixante-dix cycles, nos ancêtres créateurs furent anéantis par le fils de Zra qui se

6

cachait sous les traitsGH O¶Élu et notre terreIXW HQYDKLH SDU O¶2EVFXU! Quand les légendes parlent
G¶XQ F\FOH Rù le monde fut plongé dans les ténèbres, ilQH V¶DJLW SDV GH QXLW pWHUQHOOH!&¶HVW GDQV
QRV F°XUsTXH OHV EUXPHV GH O¶Obscur sont tapies ! Cette nuit, il nous a envoyé son fils, une
nouvelle fois ! Cette nuit, comme il y a soixante-dix cycles, notre dR\HQ D SpUL HQ V¶RSSRVDQW j
lui ! Zven le maudit est de retour, mais il ne nous réduira pas en esclavage ! Nous, les orphelins
G¶Yls, nous avons grandiHW QRV kPHV VRQW SOXV IRUWHV TX¶alors 4XH O¶RQ DPqQH OH ILOV GH =UD
devant moi, je jure de le renvoyer à son père et,VL OD FROqUH G¶<OV GRLW V¶DEDttre sur moi pour avoir
WXp O¶XQH GH VHV FUpDWXUHV M¶HQ DFFHSWH OHV FRQVpTXHQFHV DYHF MRLH HW KXPLOLWp!
À ses côtés, Néthi secoue sa crinière grise chargée de cendre en signe de désapprobation :
²Yota, mesure tes paroles ! s¶H[FODPH-t-HOOH G¶XQH YRL[ IRUWH 7X Q¶HV SDV QRWUHdR\HQ F¶HVW
j +DGM TX¶LO DSSDUWLHQW GH SDUOHU! La nuit de Zra que nous venons de vivre est unique dans notre
KLVWRLUH HW QRXV VRPPHV QRPEUHX[ j QH SDV SDUWDJHU WRQ LQWHUSUpWDWLRQ«
Le visage de Yota devient rouge de fureur, mais Hadj lH FDOPH G¶XQ SHWLW JHVWH HW V¶DYDQFH j
son tour. Le plus âgé des sages aO¶DLU pSXLVp /XL,j O¶HVSULW G¶RUGLQDLUH VL YLI VHPEOH DEDWWX 6RQ
regard vide se pose sur les rescapés :
² 0HV DPLV SHXSOH GH 0|D O¶KHXUH HVW JUDYH HW DXFXQH GpFLVLRQ QH VHUD SULse à la légère ou
sous le coup de la colère. Je vous demande de vous rassembler dans la Coupole Blanche lorsque
Yls sera à son zénith. Prévenez tout le monde, notre peuple doit être uni et accordez-vous un
PRPHQW GH UHSRV HW GH UpIOH[LRQ HQ DWWHQGDQW« &RPPe moi, je vais le faire.
Les gens se dispersent, tandis que le vieux doyen, soutenu par quelques gardiens, se dirige vers
OH SDODLV G¶<OVWpULRQ /D WRXU, qui autrefois se dressait vers Yls, tel un hommage permanent,Q¶HVW
SOXV TX¶XQH RPEUH FDOFLQpHmais la coupole semble intacte. Yota ravale sa fierté, il a parlé trop
vite, comme toujours ,O V¶DSSURFKH GX EUDQFDUG Rù gît Jedehia /H YLVDJH GH O¶DQFLHQdoyen a
O¶DLU SUHVTXH KHXUHX[ GDQV OD PRUW 6HXOH XQH YLODLQH EOHVVXUH VXU OD WHPSH UDSSHOOH OD YLROHQFHde
son départ. A-t-il été tué par le rayon létalGH OD ILOOH GH O¶$E\VVH? Par le pouvoir de Zven ou par
le Chemin de Lumière devenu fou ? Personne ne le saura jamais, mais Yota, lui, a une certitude :
fils de Zra ou pas, tout est de la faute de Zven !
Sur le front de Jedehia O¶anneau de fusion brille de son étrange aura. Doucement, Yota
deVVHUUH OH EDQGHDX GH PpWDO FRXOHXU G¶RU PDW, et, à son grand étonnement, celui-ciV¶pODUJLWen
REpLVVDQW j VD YRORQWp DORUV TX¶LO Q¶D MDPDLV pWp SDUWLFXOLqUHPHQW GRXppour le langage des âmes.
,O JOLVVH O¶REMHW GDQV XQH SRFKH LQWpULHXUeGH VD ORQJXH WXQLTXH G¶DSSDUDW HQ YHLOODQW j FH TXH
SHUVRQQH Q¶DLW UHPDUTXp VRQ JHVWH
Sur la colline, Maré a remonté sD WHQWH VRXIIOpH SDU O¶H[SORVLRQ WDQW ELHQ TXH PDO (OOH HQ VRUW
le visage creusé par la fatigue :

7

² 7RQ DPLH V¶HVW HQGRUPLH GLW-HOOH j =YHQ DVVLV GDQV O¶KHUEH, entre Lia et Lorgham.
$SUqV OH FKRF GH OHXU GpFRXYHUWH F¶HVW /LD TXL OHXU D RIIHUW O¶KRVSLWDOLWp GH OD 0DLVRQ GH VD
grand-PqUH 8Q JURXSH G¶KRPPHV HW GH IHPPHVfous par les événements et la perte rendus
G¶rWUHV FKHUV DYDLW UpFODPp YHQJHDQFH HW YRXOX OHV SUpFLSLWHU GDQV OH 1pDQW 2EVFXU =YHQ pWDLW
entré dans une colère incontrôlable, soulevant les assaillants assez haut pour voir la peur dans
leurs yeux, avant de les laisser retomber, ou arrachant les armes de fortune de leurs mains par la
seule force de sa volonté. Zwaali était, pour une fois, intervenue à bon escient. Elle et les insurgés
V¶pWDLHQW LQWHUSRVpV HQ SURFODPDQW KDXW HW IRUW TXH =YHQ pWDLW O¶Élu du dernier cycle et que son
SRXYRLU pWDLW FHOXL G¶<OV HW QRQ SDV GH =UD /D IRXOHcraintive avait fini par se disperser. Zwaali et
sa petite milice de gardiens étaient restées, protégeant le bivouac de Maré et ses occupants.
²Cette fille et ses amis me font peur V¶H[FODPH 0DUp MH QH YDLV SDV OHV VXSSRUWHU
ORQJWHPSV«
² 6L WX SUpIqUHV PH YRLU SDUWLU MH FRPSUHQGUDL 0DUp FRPPHQFH =YHQ G¶XQH YRL[atone et
sans oser lever les yeux sur elle.
0DUp VH FDPSH GHYDQW OXL j GpIDXW GH SRXYRLU V¶DVVeoir au sol :
²Je diV OHV FKRVHV VDQV GpWRXU HW M¶DL SX WH SDUDître hostile par moments, mais je pensais que
tu me connaissais mieux ! Tu fais partie de ma Maison depuis le jour où/|WWH W¶a amené avec lui,
HW FHOD QH FKDQJHUD SDV PrPH VDQV OXL«
Sa voix se brise et Zven se rHQG VRXGDLQ FRPSWH TX¶HOOH SOHXUH VRQ YLHLO DPL
²Lötte V¶pFULH-t-il en bondissant sur ses pieds.
² ,O Q¶HVW SDV SDUPL OHVvictimes PDLV SHUVRQQH QH O¶D UHYX GHSXLV TX¶LO V¶HVW VpSDUp GH -Xv HW
/ROD GDQV OH /DE\ULQWKH SRXU SDUWLU VHXO j WD UHFKHUFKH«
/H MHXQH KRPPH V¶HQ YHXW WHUULEOHPHQW &RPPHQW D-t-il pu oublier son mentor ? Pourtant la
GRXOHXU j O¶LGpH GH O¶DYRLU SHUGX IDLW ELHQW{W SODFH j XQ DXWUH VHQWLPHQW: une inquiétude diffuse
mêlée de soulagement :
² ,O Q¶HVW SDV PRUW
Il a parlé à voix basse en prenant les mains de Maré dans les siennes. La vieille femme voit
avec stupéfaction les yeux dorés du jeune homme virer au noir, et son regard devenir aussi
SURIRQG TX¶XQH QXLW pWRLOpH
Comme hypnotisé par une vision intérieure, le garçon continue :
²Je peux sentir ses pensées, mais il est trop faible pour avoiU FRQVFLHQFH GH PD SUpVHQFH« -H
Q¶DUULYH SDV j FRPSUHQGUH R LO VH WURXYH! Il y a tropGH JHQV TXL SDUOHQW j O¶LQWpULHXU GH PRL!
Il relâche Maré et se laisse retomber à terre dans un mouvement de désespoir.
² 7X GRLV FRQVWUXLUH XQH EDUULqUH DXWRXU GH WRQ HVSULW &HOD V¶DSSUHQG«

8

Zven lève brusquement les yeux vers celle qui vient de lui donner ce conseil. NéthiV¶HVW IUD\p
XQ SDVVDJH MXVTX¶j HX[ HW HOOH OH UHJDUGH PDLQWHQDQWen hochant la tête.
1RQ VDQV PDO OD VDJH V¶DFFURXSLt en face de lui, elle peut ressentir le désarroi du garçon, et,
instinctivement,F¶HVW j O¶HVSULW Ge celui-ciTX¶HOOH V¶DGUHVVH:
² 7X Q¶HV SDV UHVSRQVDEOH GH WRXV FHV PRUWV &¶pWDLW OD YRORQWp GH =UD HW <OV Q¶\ SRXYDLW
rien !
² -H Q¶HQ VXLV SDV DXVVL FHUWDLQ TXHtoi 6L MH Q¶DYDLV SDV WHQWp GH FRQWU{OHU OHChemin de
Lumière LO QH P¶DXUDLW SDV pFKDSSp QRQ SOXV, et personne n¶aurait péri !
Voilà la partie qui intrigue le plus Néthi, elle demande à voix haute :
²Comment as-tu fait ?
Le jeune homme relève la tête, ses yeuxpWUDQJHV Q¶H[SULPHQW TX¶XQHprofonde détresse. À ce
moment-Oj HOOH QH YRLW TX¶XQ DGROHVFHQW SHUGX GHUULqUHce regard que tous ont appris à redouter.
²Comment as-tu fait pour assujettir le Chemin de Lumière à ta volonté ? insiste-t-elle.
²Si je te disais que je lui ai tout simplement parlé par le langage des âmes, tu me croirais ?
²Après cette nuit, je ne suis plus sûre de rien, alors raconte-moi.
Zven hésite, maiV VHV GHX[ FRPSDJQRQV O¶LQFLWHnt à continuer.
²Jedehia et moi, nous nous sommes retrouvés face à face, hier dans le Labyrinthe. Je savais
TX¶LO UHWHQDLW /ROD SULVRQQLqUH HWqu¶iO YRXODLW VH VHUYLU G¶HOOH SRXU P¶REOLJHU j PH UHQGUHIl a
utilisé le langage des âmes pour me neutraliser et je me suisUpYHLOOp GDQV OH F°XU G¶<OVWpULRQ ,O
SHQVDLW P¶HQIHUPHU GDQV O¶endroit le plus sûr et le plus secret du palais, mais il ne se doutait pas
des effets que cela aurait sur moi !
² /H F°XU G¶<OVWpULRQ Q¶HVW SDV XQH SULVRQ! se récrie la vieille femme, il renferme toute la
magie de nos ancêtres créateurs, etWRL WX Q¶DXUDLV MDPDLV G \ HQWUHU &¶HVW SHXW-être le lieu le
SOXV VDFUp G¶<OVWpULRQ VHXOV OHVsages sont capables de résister à son pouvoir, et encore, pas tous !
Le regard de Zven devient plus grave :
²Néthi, il y a là-EDV XQ HVSULW TXL Q¶HVW SDVmöam, il me parlait et je me sentais comme un
1
sojanà qui l¶on demanderait de comprendre nos légendes ! Mais aussi impensable que cela
puisse paraître,FHW rWUH WHOOHPHQW VXSpULHXU V¶HVW VRXGDLQ PLV j P¶obéir ! J¶ignoreFRPPHQW F¶HVW
arrivé et je ne suis pas sûr de vouloir leVDYRLU«
² 7X SDUOHV GH FKRVHV pWUDQJHV /H F°XU G¶<OVWpULRQ Q¶D MDPDLV OLYUp VHV VHFUHWV j O¶XQ G¶HQWUH
nous.
²Pourtant Jedehia semblait capable de se servir de sa puissance. Il utilisaLW FH TX¶LO D DSSHOp


1
Sojan: petit rongeur, style cobaye. Les Möams utilisent la référence à ce petit animal pour qualifier quelque
FKRVH RX TXHOTX¶XQ GH PLJQRQ DGRUDEOH HWF

9

O¶anneau de fusion.
Devant la surprise de Néthi, Lorgham explique :
² 6L M¶DL ELHQ FRPSULV,LO V¶DJLW GX EDQGHDX GH PpWDO TX¶LO SRUWDLW ORUV GH OD FpUpPRQLH &¶HVW
JUkFH j OXL TX¶LO D REOLJp PRQ FRUSV j OXL REpLU SHQGDQW OHjugement du Chaos. Sans la fille de
O¶$E\VVH YRXV P¶DXULH] YX WUDQVSHUFHU =YHQ GH PRQ pSpH,DORUV TX¶HQ YpULWp MH OXWWDLV SRXU
arrêter mon bras.
Zven acquiesce, mais Néthi reste très perplexe :
²JeQ¶DYDLV MDPDLV YX QL PrPH HQWHQGX SDUOer de cet anneau. Je pense que JedehiaO¶D
découvert et en a gardé le secret pour lui.
²Yota le connaît aussi, intervient encore Zven, il était là lorsque JedehiaO¶D VRUWL GX WU{QH GH
pierre.
²Du quoi ? demande Néthi, amusée.
²LH IDXWHXLO GDQV OH F°XU G¶<OVWpULRQ MH QH OXL WURXYHpas de meilleur qualificatif !
²Hum, nous l¶utilisonsSRXU PpGLWHU -¶DL GpMj FRQVWDWp TXH V¶DVVeoir dedans exacerbe la
FRQVFLHQFH G¶rWUH HQ UHODWLRQ GLUHFWH DYHF OD QDWXUH HW MH SHQVH TXH F¶HVW FH TXL QRXV SHUPHW
G¶DUULYHU j XQ QLYHDX GH PDîtrise du langage des âmes bien supérieur à celui des autres Möams«
² $ILQ G¶rWUH OHV JXLGHV VSLULWXHOV GH QRWUH SHXSOH OHV GpWHQWHXUV GH OD VDJHVVH GH QRV
DQFrWUHV O¶LQWHUURPSW =YHQ PDLVJedehiaV¶HVW VHUYL GX SRXYRLU TX¶LO D GpFRXYHUW SRXU WXHU HW
tromper ceux qui lui faisaient confiance !
²QuoiTX¶LO HQ VRLW WRXW j O¶KHXUH,GHYDQW O¶DVVHPEOée, j¶aimerais que tu ne mentionnes ni cet
DQQHDX QL O¶HVSULW TXH WX DV UHQFRQWUp GDQV OH F°XU G¶<OVWpULRQ TXDQG RQ WH GHPDQGHUD GH SDUOHU
-H QH SHQVH SDV TX¶LO VRLW ERQ GHdévoiler la partG¶obscur qui sommeillait en Jedehia ni le pouvoir
qui se dissimuleGDQV OHV HQWUDLOOHV G¶<OVWpULRQ &HOD YDXW DXVVL SRXU YRXV GHX[ DMRXWH-t-elle en
V¶DGUHVVDQW j /RUJKDP HW /LD
²Tu veux cacher la vérité, une fois encore ! Et Lola ? Comment comptes-tu expliquer son
existence ? s¶HPSRUWH =YHQ
²Tu te méprends, je veux juste éviWHU G¶DXWUHV GUDPHVJedehia est mort en faisant de toi le
ILOV GH =UD WX YDV GHYRLU SURXYHU j WRXV TX¶LO VH WURPSDLW HW FH QH VHUD SDV IDFLOH DSUqVles
événements deFHWWH QXLW *DUGH OH VHFUHW GH WRQ SRXYRLU DILQ TXH G¶DXWUHs ne puissentSDV V¶HQ
servir contre toi. Quant à notre doyen LO D UHMRLQW OH PRQGH GH O¶2EVFXU HQ HPSRUWDQW VRQ pQLJPH
SHUVRQQH QH VDXUD MDPDLV V¶LO YRXODLWt¶utiliserRX V¶LO pWDLW VLQFqUHPent persuadé que tu étais le
mal.
=YHQ EDLVVH OD WrWH DEDWWX SDU O¶pSUHXYH TXL O¶DWWHQG &HOD QH ILQLUD GRQF MDPDLV " 4XRL TX¶LO
fasse, les siens le rejetteront.

10

Comme pour lui donner tort,/LD V¶LQVXUJH:
² /H ILOV GH =UD Q¶D MDPDLVexisté, et nous dirons la vérité, même si certains ne peuvent pas
O¶HQWHQGUH! Tous ontYX OD ILOOH GH O¶$E\VVH, elle viendra, elle parlera, et les gens seront bien
obligésGH FRQVWDWHU TX¶HOOH HVW FRPPH QRXV HW TXH,VRXV O¶2EVFXU LO H[LVWH XQ PRQGH TXL SHXW
QRXV DSSDUWHQLU«
1pWKL VRXULW GHYDQW WDQW G¶H[DOWDWLRQ:
²Encore une fois, je ne cherche pas à vous faire dire des mensonges. Je veux juste vous
PHWWUH HQ JDUGH FRQWUH O¶LJQRUDQFH HW OD SHXU GHX[ WHUULEOHV DOOLpHV TXL SRXUUDLHQW FDXVHU YRWUH
perte si vous ne vous méfiez pas !
²Nous tiendrons compte de ton sage conseil Néthi, lui répond Lorgham, mais nous ne tairons

pas le fait que la cérémonie la plus importante pour notre peuple, depuis bientôt soixante-dix
cycles,Q¶HVW TX¶un rituel dépassé. Plus aucun Élu ne doit donner sa vie à cette mascarade !
² 1RXV VRPPHV G¶DFFRUG VXU FH SRLQW PDLV, par Yls, laisse-moi le dire avec mes mots !
Quand Néthi est partie, Zven lance un regard interrogateur à Lorgham :
²Depuis quand sommes-nous devenus « nous » ?
² -H VDLV TXH WX QH P¶apprécies guère et rassure-toi,F¶HVW UpFLSURTXH PDLV QRXV VRPPHV GX
même côté,j SUpVHQW 7X DV EHDX rWUH OH ILOV GH =UD MH UHVWHUDL GDQV O¶KLVWRLUH FRPPH O¶Élu qui a
trahi Yls et son peuple !6L oD FH Q¶HVW SDV XQH UDLVRQ G¶rWUH KDw DMRXWH-t-il avec sarcasme.
²Tu vas me faire pleurer ! s¶H[FODPH =YHQ.
Lia se lève et les toise avec un regard noir :
²Je ne me doutais pas que vous vous ressembliez autant ! Et croyez-PRL FH Q¶HVW SDV XQ
compliment ! lance-t-elle avec humeur, avant de reprendre : vous nH SHQVH] SDV TX¶LO VHUDLW SOXV
LPSRUWDQW GH SDUOHU GH FH TXH OD ILOOH GH O¶$E\VVH QRXV D UpYpOp?
²Quoi" /H IDLW TX¶HOOH YLHQGUDLW GX IXWXU? interroge Lorgham avec un sourire qui en dit long
VXU OH GHJUp GH VpULHX[ TX¶LO DFFRUGH j VD TXHVWLRQ
²Oui, et surtout,TXH QRXV Q¶H[LVWRQV SOXV GDQV O¶DYHQLU GH 0|D! continue Lia. Nous sommes
tous morts lors de la soixante-dixième nuit de Zra !
² 1RQ HOOH D GLW YHQLU G¶XQ IXWXUd¶où nous serions absents, mais elle est aussi persuadée que
son retour dans le passé a,G¶XQH PDQLqUH RX G¶XQH DXWUH HPSrFKp QRWUH SHXSOH G¶rWUH DQpDQWL«,
corrige Zven.
²Tu y crois ? demande Lorgham.
²Bien sûr -H OD FRQQDLV GHSXLV O¶HQIDQFH HOOH SDUOH VRXYHQW GH PDQLqUH pQLJPDWLTXH, mais
son savoir contient plus de vérité que nos légendes. Elle pense que le Chemin de Lumière est à
O¶RULJLQH GH VD SUpVHQFH LFL,HW PRQ LQVWLQFW PH GLW TX¶HOOH D UDLVRQ. Je ne sais pas comment

11

O¶H[SOLTXHUmais je suis persuadé que ce passage,RXYHUW SRXU O¶Élu, entre la terre des vivants et
Zra, renferme un secret que nous sommes incapables de seulement imaginer. Quand ilV¶HVW
ouvert cetteQXLW M¶DL HX OD VHQVDWLRQ GH PH WURXYHU DLOOHXUV WRXW HQ pWDQW ELHQ Oj«
²Je suis moins convaincu que toi, dit Lorgham, mais une chose est certaine, nous ne devons
surtout pas en parler. La situation est suffisamment inédite et perturbante comme ça !
² 1RXV VRPPHV G¶DFFRUG VXU FH SRLQW
Zven quitte ses compagnons sur ces paroles pour rejoindre Lola dans la tente préparée par
Maré. Malgré la pénombre, il devine son corps recroquevillé sous la couverture de laine. Il se
glisse contre elle et contemple un moment son visage endormi. Les larmes ont laissé des sillons
JULVkWUHV VXU VHV MRXHV VDOLHV SDU OD FHQGUH ,O O¶HQYHORSSH G¶XQ EUDV SURWHFWHXU OD VHUUH FRQWre lui
et soulève la masse de boucles brunes pour déposer un baiser sur la nuque de la jeune fille. Sans
se réveiller vraiment, elle se blottit un peu plus contre lui avec un léger soupir. Zven ferme les
yeux à son tour en se demandant comment il est possible de se sentir aussi heureux dans un
moment si terrible.
*
* *
²Un peu de silence, laissez-le parler ! s¶H[FODPH +DGM HQ VH OHYDQW GH VRQ VLqJH GHdoyen
fraîchement désigné.
0DLV LO IDXGUDLW XQ SHX SOXV TXH VD IUrOH YRL[ G¶DwHXO SRXU IDLUH WDLUH OH YDFDUPH SURYRTXp Sar
OHV SDUROHV GH /RUJKDP /HV JUDGLQV GH O¶immense Coupole Blanche sont noirs de monde. Du
2
plus jeune des enfants dans les bras de sa mère à la plus âgée desopahas, tout le peuple de Möa
est présent pour cette assemblée,TXL UHVWHUD GDQV O¶+istoire comme la première du
soixantedixième cycle, ou le cycle sans Élu, comme certains commencentGpMj j O¶DSSHOHU
Les six sièges des sages ont été disposés en un large cercle au centre de la Coupole et les
Mères ont retrouvé leurs placesDX SUHPLHU UDQJ GH O¶DXGLtoire DYHF OHV SUrWUHV G¶<OV. Devant les
portes et les escaliers qui montent dans les gradins, des maîtres guerriers tentent de maintenir un
peuG¶RUGUH 7RXV OHV DXWUHV TX¶LOV VRLHQWgDUGLHQV G¶<OV PDUFKDQGV SURVSqUHV VLPSOHs bergers
ou novices, se sont répartis comme bon leur semble sur les bancs de pierre.
Lorgham est debout au milieu des sages, il vient de raconter sa version de la nuit de Zra sans
omettreGH GLUH TX¶LO GRXWDLW G¶DYRLU pWpÉlu par Yls depuis la cérémonie du Choix ,O Q¶a pas
caché non plus que Zven lui avait sauvé la vie cette nuit-là, ni le fait que Jedehia avait tenté de le
manipuler comme une marionnette pendant le Grand Départ &¶HVW FHWWH GHUQLqUH DIILUPDWLRQ TXL
D HQIODPPp O¶DXGLHQFH /H MHXQH KRPPHse tourne alors vers Zven, assis au premier rang avec
l¶pWUDQJH ILOOH, et toujours bien gardé par Zwaali et les siens.

2
Opaha: grand-mère.

12

² 4X¶est-ce que tu veux nous faire croire, Lorgham ? lance un vieillard. Que notre doyen était
possédé par Zra ?
² &H Q¶HVW SDV FH TXH M¶DL GLW! C¶est son obsession contre Zven quiO¶D DYHXJOp! Je pense
DXVVL TX¶LO QH SRXYDLW SDV DGPHWWUH TXH OHV FUR\DQFHV TXL UpJLVVHQW QRWUH VRFLpWp Gepuis plus de
mille saisons soient erronées.
8QH H[SORVLRQ G¶LQGLJQDWLRQcouvre sa voix. Tandis que Néthi et Hadj tentent de calmer les
HVSULWV <RWD V¶HVW OHYp OHV MRXHV URXJHV GH FROqUH:
²Tais-toi, immonde menteur ! hurle-t-il. TX HV SDVVp GDQV OH JLURQ GH O¶2EVFXU WD SDUROH HVW
celle de Zra ! Peuple de Möa, notre Élu a failli et, par sa faute, Zra est parti en vainqueur ! Il
voudrait nous faire croire que nous allons vivre désormaisKHXUHX[ VRXV OH UqJQH GH O¶2EVFXU?
Que Zra est un maître indulgent et bon ? Détrompez-vous ! Si nous ne réagissons pas, les brumes
GH O¶$E\VVH HQYDKLURQW OD WHUUH GHV YLYDQWV PDLV,VXUWRXW HOOHV V¶LQILOWUHURQW GDQV QRV F°XUV HW
notre civilisation disparaîtra ! Des entrailles de nos femmes naîtront des créatures de Zra et«
² 7X Q¶HV TX¶XQ YLHX[ IRX VDQV DXWRULWp! lH FRXSH =ZDDOL EUXVTXHPHQW HQ V¶DYDQoDQW DX
milieu du cercle. Tu veux nous effrayer, nous dire que nous sommes déjà morts alors que Möa, au
contraire, est en pleine renaissance ! Oui,-HGHKLD V¶pWDLW WURPSp LO DYDLW UHIXVp GH YRLU OH YpULWDEOH
Élu, celui qui guidera le peuple des vivants vers la vérité. Nous avons failli,F¶HVW H[DFW! Mais
QRWUH VHXOH HUUHXU HVW GH QH SDV DYRLU UHFRQQX O¶Élu du dernier cycle 6¶LO HVW HQFRUH SDUPL QRXV
F¶HVW j FDXVH GH YRXV!
Elle pointe un doigt accusateur sur les sages puis continue :
²Oui, vous, les gDUGLHQV G¶<OV DYHXJOpV SDU PLOOHsaisons de pouvoir et de confort ! Vous
O¶DYH] UHMHWp DX OLHX GH OH SUpSDUHU j VD PLVVLRQ VDFUpH YRXV«
Alors que la voix de Zwaali monte dans les aigus pourGRPLQHU OH YDFDUPH O¶DWPRVSKqUe
commence à dégénérer. Yota, dans une tentative maladroite pour faire taire la jeune fille, la
pousse sans ménagement de côté, ilHVW DXVVLW{W PROHVWp SDU O¶XQ GHV ILGqOHV GH =ZDDOL HW
O¶DVVHPEOpH V¶HPEUDVH FRPPH XQ VHXO KRPPH GHYDQW FH PDQTXH GH UHVSHFW /HVgDUGLHQV G¶<OV
peu habitués à de tels débordements, hésitent à user de violence et se contententG¶HPSrFKHU OD
foule de sortir des gradins. Soudain, alors que le chaos semble inévitable, une injonction retentit
dans tous les esprits :
² Arrêtez ! Plus personne ne mourra à cause de moi !
Les gensV¶LPPRELOLVHnt et Zven rejoint Zwaali, Lorgham et Yota au centre de la coupole. Lola
est avec lui,HOOH D O¶LPSUHVVLRQ G¶rWUH HQ SOHLQ FDXFKHPDU 3RXUWDQW DSUqV OH FKRF G¶DYRLU SHUGX
les grands et de se retrouver seule humaine sur cette planète, elle se dit que rien de pire ne peut
plus arrivHU $FFURFKpH j =YHQ OHV \HX[ pFDUTXLOOpV HOOH QH V¶HVW MDPDLV VHQWLH DXVVL IUDJLOH 'H

13

WRXWH VD YLH HOOH Q¶D MDPDLV YX DXWDQW GH PRQGH HW OHV GpERUGHPHQWV GH SDVVLRQ, dont elle vient
G¶rWUH WpPRLQ, lui font peur. Pourquoi ces gens ne peuvent-ils pas discuter calmement comme le
feraient les grands ? Elle a conscience des doigts de Zven qui se resserrent autour de sa main, il a
entendu sa frayeur.
Yota et Néthi ont repris leurs places respectives parmi les sages tandis que Zwaali et les siens
se retirent du cercle. Seul Lorgham reste avec eux. Lola est plus que jamais frappée par la
différence entre Zven et ses congénères. Les Möams, dans leur ensemble,V¶DSSDUHQWHQW
étonnamment aux peuples humains occidentaux avec leur teint très clair, leurs yeux bleus et leurs
chevelures aussi noires que la nuit =YHQ HVW XQLTXH HOOH V¶HQ UHQG YUDLPHQW FRPSWH &HOD
n¶émane pas de ses iris extraordinaires, ni de sa peau plus ambrée que brune qui semble pailletée
G¶RU PDLV GH VRQ DOOXUH WRXW HQWLqUH ,O pPDQH GH VRQ FRUSs quelque chose de foncièrement
étranger, comme si c¶pWDLW OXL TXL YHQDLW G¶DLOOHXUV HW QRQ HOOH
Des voix s¶élèvent à nouveau PDLV FHWWH IRLV FH Q¶HVW TX¶XQ EUXLW GH IRQGd¶où sourdent
O¶inquiétude, la peur, et même la haine. Zven ressent cette hostilité, il a soudain la certitude que
WRXW FH TX¶LO SRXUUD GLUH Q¶\ FKDQJHUD ULHQ 6RQ UHJDUG GHYLHQW SOXV GXU DORUV TX¶LO V¶DGUHVVH GH
QRXYHDX j O¶DVVHPEOpe en utilisant le langage des âmes. IO D ELHQ FRQVFLHQFH G¶rWUH OH VHXO j
pouvoir le faire, et que cela renforce son imageG¶ÉOX GH O¶2EVFXU SRXU OHV XQV RX GX /LPSLGH

pour les autres, mais il veut les mettre en garde :
² '¶DERUGvRXV P¶DYH] UHMHWp SDUFHque mon corps était différent, ensuite, vous avez fait de
moi le fils de Zra parce que sa marque est inscrite dans mes yeux, et maintenant, quoi ? Vous
voudriez que je porte sur mes épaules la chute de vos belles croyances ? Ou bien que je devienne
votre sauveur ? Mais réveillez-YRXV MH QH VXLV QL OH ILOV GH =UD QL O¶Élu du dernier cycle ! Je ne
sais pas pourquoi je maîWULVH OH ODQJDJH GHV kPHV VDQV MDPDLV O¶DYRLU DSSULV M¶LJQRUH SRXUTXRL
jeSHX[ FRPPDQGHU O¶LQHUWH PDLV MH VXLV FHUWDLQ G¶XQH FKRVH MH VXLV O¶XQ G¶HQWUH YRXV
,O EDLVVH OD WrWH VRXGDLQ pPX LO Q¶DYDLW SDV SUpYX GH VH GpYRLOHU DXWDQW, et le silence qui règne
GDQV OD FRXSROH OXL VHUUH OD JRUJH 3RXUWDQW LO FKRLVLW GH FRQWLQXHU GH VD YRL[ G¶KRPPH '¶DERUG
KpVLWDQW SUHVTXH LQWLPLGp SHX j SHX VRQ WRQ V¶DIILUPH:
²Quand je me suis rendu compte que je pouvais agir sur le Chemin de Lumière,M¶DLaussi
comprisTX¶LO Q¶DYDLW ULHQ GH GLYLQ!-¶DL FUX SRXYRLU O¶DUUrWHU SDUFH TX¶LO REéit au langage des
kPHV -H YRXODLV YRXV PRQWUHU TXH OH &KHPLQ GH /XPLqUH Q¶HVW TX¶XQH FUpDWLRQ GH QRV DQFrWUHVet
que ZraQ¶Daucun pouvoir, pour la simple raisonTX¶LOn¶HVWqu¶XQe invention ! Une invention qui
a fait de moi un paria et à laquelle nous sacrifionsOD YLH G¶XQ KRPPH j FKDTXH QRXYHDX F\FOH!
²Blasphème ! Tu es la preuve vivante que Zra est parmi nous ! Saisissez-vous de lui et
jetezleGDQV O¶2EVFXU!V¶pWUangle Yota en se levant de son siège.

14

²Laisse-moi finir -¶DL DXWDQW OH GURLW GH SDUOHU TXH WRL! tonne Zven.
Puis son visageV¶pFODLUH G¶XQ pWUDQJH VRXULUH HW OHvieux sage se sent soudain soulevé de terre.
Incapable de maintenir une position digne, sesEUDV V¶DJLWHQW GDQV OH YLGH WDQGLV TXH VHV SLHGV
VHPEOHQW JOLVVHU VXU O¶DLU ,O KXUOH G¶LQGLJQDWLRQ HQ ODQoDQW GHV RUGUHV LQFRPSUpKHQVLEOHVquand
Zven prend enfin pitié de lui et lâche son emprise. PersonneGDQV O¶DVVHPEOpH Q¶RVH OHregarder,
mais il remarque, çà et là, des gens qui ont du mal à cacher leur hilarité. Il poursuit :
²Rassure-WRL <RWD TXDQG M¶DXUDL ILQL MH SDUWLUDL -¶LUDL UHMRLQGUH O¶2EVFXU WX Q¶DXUDV SDV j
P¶y contraindre, ajoute-t-il. Après la nuit du Choix, alors que vous vouliez me voir affronter
/RUJKDP SRXU GpWHUPLQHU TXH M¶pWDLV ELHQ O¶HQYR\p GH =UD MH PH VXLV HQIXL GDQV O¶2EVFXU M¶DL
traversé une mer de brumes éternelles, une contrée glacée et hostile où vivent de rares animaux et
les géants«
UnEURXKDKD HIIUD\p O¶LQWHUURPSW HW XQH MHXQH IHPPH VH OqYH SRXU O¶LQWHUSHOler :
²Toi aussi, tu veux nous faire croire à ce conte ! Les géantsQ¶H[LVWHQW SDV O¶$E\VVH HVW OH
WHUULWRLUH GH =UD HW Q¶HVW SHXSOp TXH GHV kPHV GH QRVancêtres !
²Les géants sont des êtres bien réels, mais ce ne sont pas les monstres décrits par nos
légendes, lui rétorque Zven, sans eux, Lola et moi serions morts de froid 4XDQW j O¶Abysse,F¶HVW
une terre aussi vivante et riche que Möa /¶OEVFXU Q¶HVW TX¶XQH LPPHQVH FRXFKH GH QXDJHs qui
nous sépare du reste du monde! ajoute-t-il avec passion.0|D HVW XQH vOH DX VRPPHW G¶XQH
gigantesque montagne &¶HVW FRPPH VL QRXV YLYLRQV VXU OH SLF OH SOXV KDXW G¶Er Madè et
LJQRULRQV O¶H[LVWHQFH GHV SODLQHV IHUWLOHV GX ODF 7DPp!
²Et dans ce monde, il y a des êtres comme elle ? demande encore la fille, en désignant Lola
du menton.
²Lola y vivait bien, mais elle et les siensYHQDLHQW G¶XQH WHUUHbienSOXV ORLQWDLQH«
²Pourquoi parles-tu soudain au passé ? interrogeXQH YRL[ G¶KRPPH SHUVSLFDFH
ZvenH[SOLTXH FH TXL SHXW O¶rWUe en espérant que personne ne perçoive la vérité au fond de son
âme :
² -¶DL XWLOisé le passéSDUFH TX¶LOV VRQW PRUWV 4XDQG OHChemin de Lumière a échappé à mon
FRQWU{OH YRXV O¶DYH] WRXV YX KHXUWHU XQ REMHW JLJDQWHVTXH TXL VHPEODLW WRPEHU GX /LPSLGH?
&¶était une sorte de navire qui peut flotter sur le Limpide. Mais le rayon qui est sorti des entrailles
G¶<OVWpULRQ O¶D Gétruit«
²Tu veux dire le Chemin de Lumière V¶H[FODPH <RWD F¶HVWleSRXYRLU G¶Yls qui a anéanti
les créatures de Zra et leur engin !
Zven secoue la tête, abattu. Il a sciemment évité de nommer le phénomène, imaginant ainsi
qu¶il pouvait lui ôter sa nature divine, mais qui est-il pour ébranler mille ans de croyance ? Alors

15

que, dans la grande salle immaculée, les joutes verbales se déchaînent à nouveau, il se concentre
VXU O¶pQHUJLH TX¶LO VHQW DXVVL ELHQ HQ OXL TX¶j O¶H[WpULHXU GH VRQ FRUSV HW ODLVVH VD SHQVpH VH
UpSDQGUH FRPPH OH PXUPXUH G¶XQ VRXIIOH GH YHQW:
² Alors, dis-PRL <RWD SRXUTXRL <OV QH P¶D-t-il pas fait disparaître ? Celui qui donne la vie à
QRWUH PRQGH Q¶D ULHQ jvoir avec le Chemin de Lumière ! Zra est énigmatique comme les Monts
6XVSHQGXV TXL pFODLUHQW OH /LPSLGH TXDQG <OV V¶HQ YD PDLV FH Q¶HVW SDV XQ GLHX <OV HW =UD Q¶RQW
aucune volonté, voilà ce que je pense et ce queMH FRPSUHQGV ORUVTXH OH F°XU G¶<OVWpULRQ PH
parle ! Mais je ne vous demande pas de me croire, juste de me laisser en paix ! Il y a, sous le
Néant Obscur, un monde qui n¶attendTX¶j rWUH H[SORUé, un monde oùO¶KRUL]RQ HVW VL ORLQ TX¶XQ
MöamQH SRXUUDLW O¶DWteindre,PrPH V¶LO PDUFKDLW WRXWH XQH YLH« -H YDLV SDUWLU HW YRXV SRXUUH]
YRXV UHQIHUPHU GDQV YRWUH LJQRUDQFH HW SUpWHQGUH TXH M¶DL UHMRLQW O¶2EVFXU RXbien mon père !
Mais la vérité,F¶HVW TXH MH YLYUDLsur cette terre que vous refusez de voir !
Ému au poLQW GH VHQWLU GHV ODUPHV G¶LPSXLVVDQFH O¶HQYDKLU LO UHSUHQG OD PDLQ GH /ROD HW VRUW
précipitamment sans lever la tête. Il traverse la cour blanche et passe la porte donnant sur le bord
GX PRQGH SRXU QH V¶DUUrWHU TX¶XQH IRLV ORLQ GH OD PXUDLOOH /j OH UHJard perdu dans le vide, il
V¶DGUHVVH HQILQ j /ROD:
² -H VXLV GpVROpH /ROD LOV QH YHXOHQW SDV GH PRL QL GH WRL« 1RXV DOORQV GHYRLU UHGHVFHQGUH
HW DSSUHQGUH j VXUYLYUH VHXOV«
(OOH O¶HQWRXUH GH VHV EUDV VH KLVVH VXU OD SRLQWH GHV SLHGV SRXUnicher son visage tout contre
celui du jeune homme :
² 7X Q¶\ HV SRXU ULHQ! Quant à moi, j¶DL WRXMRXUV YpFX FRXSpH GH PRQ SURSUH PRQGH MH VXLV
QpH FKH] GHV VXUYLYDQWV WX VHPEOHV O¶RXEOLHU. CH TXL P¶LPSRUWHvraiment,F¶HVW GH FRPSUHQGUH
FRPPHQW M¶DL? Comment avons-nous pupu faire un bond de dix-sept ans dans le passé
communiquer pendant des années alors que tu es mort le jour où ma mère a atterri sur cette
planète" &RPPHQW«
=YHQ SRVH VHV OqYUHV VXU OD ERXFKH GH /ROD HW O¶HPEUDVVH
² Pour moi, la seule chose qui compte,F¶HVW GH W¶DYRLU WURXYpHcommence-t-il,même si nous
ne découvronsMDPDLV OD UpSRQVH MH QH UHJUHWWHUDL MDPDLV«
² 0RL QRQ SOXV«
/D UpSOLTXH GH /ROD HVW VRUWLH VSRQWDQpPHQW /¶LQFRQQX TXL O¶DWWHQG OD SHUWH GRXORXUHXVH GHV
gUDQGV O¶LQH[SOLFDEOH VLWuation où elle est piégée, rien de tout cela ne peut atténuer la sensation
extraordinaireG¶rWUH HQILQ GDQV OHV EUDV GH FHOXL TX¶HOOH DLPHDes cris leur font tourner la tête
YHUV OD IRUWHUHVVH G¶<OVWpULRQ &¶HVW /LD TXL OHV DSSHOOH HQ FRXUDQW /D MHXQH ILOOH KRUV G¶KDOHLQH HW
le visage illuminé, se précipite sur eux :

16

²Zven ! Lola ! hurle-t-elle. Revenez,F¶HVW LQFUR\DEOH! Je pars avec vous, nous partons avec
vous &¶HVW /DEUR HW PD WDQWH HW G¶DXWUHV HQFRUH! Ils se sont réunis dans la cour blanche pour te
suivre, Zven ! Ils veulent tous descendre voir cette terre dont tu as parlé !

17

±2±


/ROD V¶pWLUHavec un grognement. La fraîFKHXU GH O¶DXEH O¶D UpYHLOOpH HW HOOH KpVLWH HQWUH VH
blottir contre Zven ou se lever. Finalement, elle opte pour la deuxième solution. Elle enfile ses
chaussures de marche et une sorte de poncho par-dessus sa tunique et se glisse sans bruit hors de
OHXU FDEDQH (Q IDLW GH FDEDQH LO V¶DJLW SOXW{W G¶XQH KXWWH GH EUDQFKDJHs dans laquelle il est
impossible de se tenir debout ! MaiV F¶HVW SURYLVRLUH HW FHOD D O¶DYDQWDJH G¶rWUH IDFLOH j FKDXIIHU!
6XU O¶HVSDFH GpIULFKp GHYDQW HOOH TXHOTXHV GL]DLQHV G¶DEULV, semblables au sien,V¶pSDUSLOOHQW DX
gré du relief. Les premières habitations dignes de ce nom apparaissent dans la végétation qui
monte au-dessus du Mur. Car les exilés ont vite compris que construire leurs maisons en hauteur
était la meilleure façon de se protéger des prédateurs, tout en laissant le sol libre pour de futures
cultures.
Cela fait seulement trois mois que leur grouSH V¶HVW LQVWDOOpici. ÀO¶HQGURLW H[DFW Rù Jonathan
DYDLW IDLW DWWHUULU O¶K\GUDYLRQ /ROD FKDVVH FHWWH SHQVpH GH VD WrWH DYHF XQH FHUWDLQH UpVLJQDWLRQ:
FHOD QH VHUW j ULHQ GH VH PRUIRQGUH SRXU XQ SDVVp TXL Q¶H[LVWH SOXV HW DXTXHO HOOH QH SHXW SOXV ULHQ
changer. Elle suit un petit sentier dessinéGDQV O¶KHUEHpar les allées et venues répétées de ses pas
pour se retrouver tout au bord du Mur. À ses pieds, trois mille mètres plus bas, la forêt primaire
HVW UHFRXYHUWH G¶une brume rose.<OV EULOOH VXU O¶KRUL]RQ LO QH WDUGHUD SDV j V¶pOHYHU UpFKDXIIDQW
O¶DWPRVSKqUH HW HIIDoDQW OHV RPEUHVfDQWDVPDJRULTXHV GH O¶DXEH /ROD VH SHQFKH SDU-dessus la
barrière de végétation : trois mille mètres de forêt verticale infranchissable. Ou presque. Elle ne
devrait pas se lever si tôt, cela la rend nostalgique ! Elle repense au camping, aux matins tièdes où
elle descendait se baigner dans la Bahia Rosa avec le chien, ou aux grands, assis autour de la table
VRXV O¶apatam« 7URLV PRLV, déjà, que tout a disparu. Elle se détourne résolument du spectacle
immuable de la nature pour regarder sa nouvelle vie.
Ils sont une petite centaine, quatre-vingt-dix-sept pour être exact, à avoir décidé de les
accompagner. Quatre-vingt-dix-sept hommes et femmes, tous jeunes et seulement trois enfants
parmi eux.&¶HVt peu, pourtant leur nombre avait surpris. Yota et les prêtres les plus conservateurs
Q¶DYDLHQW SDV VXSSRUWp TXHtant de personnes bravent les enseignements des gDUGLHQV G¶<OV ,OV
avaient tenté de les dissuader en brandissant la peur ancHVWUDOH GH O¶$E\VVH OHXU SUpGLVDQW, au
PLHX[ XQH YLH GH PLVqUH GDQV OH UR\DXPH GH O¶Obscur, avec impossibilité de revenir, au pire, une
mort atroce entre les griffes des géants monstrueux qui peuplent les terres de Zra. Mais Zven était

18

revenu et la filleGH O¶$E\VVH Q¶DYDLW ULHQ G¶HIIUD\DQW. ElleSDUODLW G¶XQ PRQGH LQILQL TXL
Q¶DWWHQGDLW TX¶eux, un monde dont on ne pouvait pas atteindre le bord et où Yls brillait comme
VXU 0|D &¶HVW SOXV OH GpVLU GH GpFRXYULU FHWWH WHUUH TXH OH UHMHW GH OHXUV FUR\DQFHV Tui les avaient
GpFLGpV PDLV <RWD V¶pWDLW UpYpOp G¶XQH LQWUDQVLJHDQFH WHUULEOH 5HIXVDQW WRXWH LGpH G¶H[SORUDWLRQ
comme il était question au départ, il avait proclamé que ceux qui s¶en iraient seraient considérés
comme bannis à tout jamais. Néthi et HadjV¶pWDLHQW RSSRVpV j OXL, mais les partisans de la peur
étaient les plus nombreux et les deux autres sages, Zan et Ylstar,V¶pWDLHQW Uangés du côté de cette
majorité. Les discussions avaient encore une fois failli dégénérer,HQWUH OHV GpIHQVHXUV G¶XQH
interprétation souple des croyances et les adeptes de la tradition.,O DYDLW IDOOX O¶LQWHUYHQWLRQ GHV
0qUHV SRXU FDOPHU HQILQ OD VLWXDWLRQ (OOHV V¶pWDLHQW UpXQLHV DYHF OHV VDJHV j KXLs clos et, quand le
peuple avait à nouveau été admis sous la coupole Blanche,F¶HVW 0DUp TXL V¶pWDLW OHYpH SRXU
3
réciter lenâham GpFLGp SDU O¶DVVHPEOpe :
²Vous parlez de découvrir un monde nouveau ? Mais, depuis que notre peuple existe, on
nous apprend que, sous le Néant,F¶HVW O¶2EVFXU TXL UqJQH 9RXV YRXOH] ULVTXHU YRV YLHV VXUles
SDUROHV G¶XQ KRPPH j SHLQH VRUWL GH O¶HQIDQFH? MDLV TXL YRXV GLW TX¶LO Q¶HVW SDV OH ILOV GH =UD
que vous avez toujours vu en lui ? Alors, que ceuxG¶HQWUH YRXVveulent braver la vérité qui
enseignée par nos ancêtres créateurs le fassent. Mais nous ne pouvons laisser la colère de Zra
V¶DEDWWUHsur le monde des vivants à cause de vos actions. Nous ne pouvons pas non plus laisser le
chaos et la discordeV¶LQVWDOOHU GDQV QRV YLOODJHV 6L YRXV SDUWH] O¶H[LO VHUD GpILQLWLI
MaréV¶pWDLW WXH YLVLEOHPHQW pPXe par ses propres paroles et ZwaaliO¶DYDLW LQWHUSHOOpH G¶XQH
voix inhabituellement peu assurée :
²Mais Möa est aussi notre terre, je parle au nom des gardiens qui, comme moi, croient que
O¶Élu du dernier cycle est parmi nous : nous ne voulons pas partir ! Nous voulons répandre la
YpULWp VXU OD WHUUH GHV YLYDQWV SDV GDQV O¶$E\VVH!
&¶HVW 1pWKL TXL V¶pWDLW OHYpe pour lui répondre :
²Zwaali, ton groupe apWp MXVTX¶j NLGQDSSHU O¶ÉOX SRXU O¶HPSrFKHU G¶DFFRPSOLU VRQ GHYRLU
Crois-tu que nous puissions vous faire confiance ? Penses-tu être capable de reprendre ta place de
JDUGLHQQH DX VHLQ G¶<OVWpULRQ HW WDLUH WHV FRQYLFWLRQV " 1RXV QH YRXORQV SDV G¶DIIURQWHPHQWV OD
séparation est inévitable.
Les sages leur avaient donné un délai de dix-sept jours pour se préparer et faire leurs adieux.
'DQV OD 0DLVRQ GH 0DUp /LD HW -HwOD Q¶avaient surprisSHUVRQQH HQ GpFODUDQW TX¶HOOHV V¶HQ
DOODLHQW SDU FRQWUH SHUVRQQH QH V¶pWDLW DWWHQGX jce qu¶Ulmej fasse aussi ses bagages. La seconde

3
Nâham QRP PDVFXOLQ XQH ORL RUDOH eWDEOL SDU O¶$VVHPEOpH GHV 0qUHV HW GHV VDJHV OHnâham V¶LPSRVH j
tous et ne peut être défait que par une autre assemblée de Mères et de sages.

19