Gallaterra - Épisode 1, Le Quidjinn

Gallaterra - Épisode 1, Le Quidjinn

-

Livres
10 pages

Description


Depuis plus de mille ans, un pacte maintient la paix entre les six royaumes de Stella. Mais Garanum, le roi de l’Est, a brisé cet engagement en réveillant un mal enfoui : Gallaterra !



Rien ne destinait Maraé, Vocorm et Farôm à se croiser, mais leur rencontre avec le tyran va tout changer.





Malgré eux, ils vont être plongés au cœur d’une lutte ancestrale qui dépasse largement leurs quêtes personnelles...



Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 04 juillet 2016
Nombre de visites sur la page 2
EAN13 9791034200009
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
img

 

 

Bruno Demarbaix

 

 

 

 

 

GALLATERRA

Épisode 1 :

LE QUIDJINN

 

 

Table des matières

LE QUIDJINN

L’auteur

Mentions légales

 

 

 

Garanum ! Aujourd’hui, il n’y a plus que ce nom qui compte pour moi. Alors que je chevauche vers l’Est, en direction de la plaine écarlate, il résonne et je me remémore cette nuit de pleine lune sans nuages.

Le vent de la période des neiges soufflait déjà et de nombreux hurlements de loups se faisaient entendre depuis la forêt millénaire. Comme chaque soir, je rassemblais du bois pour passer la nuit au chaud, près de la cheminée, avec ma femme et nos deux enfants.

Astoria préparait soigneusement les couchettes, tandis que Plinow et Astoriana jouaient au kilbote. Il était amusant de voir comme ils se complétaient à ce petit jeu. Pli’ faisait preuve d’une grande dextérité dans le maniement de ces boîtes retournées, dont l’une dissimulait une balle, mais Astoriana avait l’œil si vif que pas une seule fois son frère ne la prit en défaut.

Le vent soufflait et sifflait si fort que je ne percevais désormais plus les hurlements lointains des lycans. Un sifflement me parut tout à coup plus perçant que les autres, comme si le vent se concentrait dans une ligne. En ressentant une violente douleur au milieu du dos, je compris que c’était celui d’une flèche qui venait de m’atteindre.

Le choc me fit basculer en avant et ma tête heurta le bois que j’avais entassé. Mon dernier souvenir avant la nuit fut les coups de sabots d’un cheval sur le sol.

Ma tête me faisait affreusement souffrir et la douleur était si forte que je ne parvenais pas à ouvrir les yeux, tant la lumière du jour était aveuglante. Je sentais que le froid m’enveloppait presque totalement, si bien que je ne percevais plus aucune sensation au niveau de mes mains ou de mes pieds. C’est en réalisant comment j’avais fini là que mes yeux s’ouvrirent et que je bondis sur mes deux jambes, ignorant au passage l’absence de sensation et l’horrible douleur qui me tapait dans le dos.

— As…Astoria, bredouillai-je tandis que je me dirigeais vers l’entrée de notre maison.

La porte était grande ouverte et le même froid matinal régnait à l’intérieur. La douleur dans le dos était de plus en plus vive. Je...