//img.uscri.be/pth/332d1985bddfec9a52674e61437d26f1308dee83
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Gouverneur polio

De
82 pages
Le docteur Sende a voyagé à travers le monde en qualité de médecin, de rotarien, et de député à l'Assemblée nationale du Cameroun. Ce livre est une narration de sa visite des clubs, en qualité de gouverneur de district du Rotary International, dans le turbulent bassin du Congo. A travers un témoignage vibrant, le gouverneur de district révèle que la pauvreté de l'être humain vient de lui-même, et non pas toujours de la nature.
Voir plus Voir moins







Gouverneur polio



Pierre SENDE







Gouverneur polio
Le Rotary sur les rives du Congo




Préface de Philippe Dubin















































Nous savons qu'il reste dans ce livre des imperfections ;
nous prenons cependant l'option de le faire circuler, à petit tirage,
remerciant d'avance tous ceux qui nous aideront à le perfectionner
dans les tirages successifs.





© L’Harmattan, 2011
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-296-55888-5
EAN : 9782296558885
Préface
Je suis très reconnaissant à mon ami le docteur Pierre
Sende, le « gouverneur Polio », pour m’avoir demandé de
préfacer son livre.
Entré au rotary club de Ndjamena en 1986, j’ai été reçu
en ami au club de Yaoundé en 1990 lors de mon
affectation au Cameroun où j’ai participé à la création de
l’Université catholique d’Afrique centrale.
Ce qui caractérise tout d’abord le Rotary, c’est l’amitié
entre des personnes les plus diverses dans un lieu donné,
chacune représentant une activité professionnelle. Cette
amitié animait Paul Harris et ses trois compagnons
lorsqu’ils fondèrent en 1905 le premier club à Chicago, se
réunissant chaque semaine : un avocat, un négociant en
charbon, un ingénieur des mines et un tailleur. Outre le
plaisir d’être ensemble, ils élargissaient le cercle de leurs
relations d’affaires.
Plus d’un siècle après, le Rotary (dont le nom signifie
que les responsabilités sont « rotatoires », c’est-à-dire
qu’elles changent chaque année) s’est développé dans le
monde entier, en particulier en Afrique. Si l’amitié reste
fondamentale, l’élargissement des « relations d’affaires »
ne fait plus partie des objectifs. La politique officielle du
rotary interdit maintenant toute tentative d’utiliser le
privilège d’appartenance à un club rotary en vue d’un
avantage commercial. Le Rotary est un club service,
qualité qu’il partage avec d’autres comme le Lions club.
Aujourd’hui, le but du rotary consiste à cultiver l’idéal
de servir par :
5le développement des relations personnelles
d’amitié entre ses membres, en vue de leur fournir des
occasions de servir l’intérêt général ;
l’observation des règles de haute probité et de
délicatesse dans l’exercice de toute profession ;
l’application de l’idéal de servir pour tout rotarien
dans sa vie personnelle, professionnelle et sociale ;
la compréhension mutuelle internationale, la bonne
volonté et l’amour de la paix.
Au-delà de ces règles, qu’est le Rotary aujourd’hui en
Afrique ? Plus qu’un exposé théorique, qui risquerait de
ressembler à un plaidoyer, la tournée d’un gouverneur
(responsable pour une année d’un district, qui, dans notre
cas, couvre les dix pays du centre du continent) permet de
cerner les divers aspects d’un tel club service. La tournée
du gouverneur Pierre Sende concerne trois pays : le Zaïre
(redevenu RDC, République Démocratique du Congo), le
Burundi et le Rwanda. En 1995, c’est, pour le premier
pays, la décadence de l’État du maréchal Mobutu ; pour le
second pays, la violence pour la conquête du pouvoir ;
pour le dernier les suites du génocide d’avril 1994.
La devise de cette année-là, donnée par le président
international, était : « Sois un ami ». L’amitié rotarienne a
un double sens :
celle des femmes et des hommes de bonne volonté
qui partagent leur amitié dans une société bouleversée. En
chaque lieu, ils sont bien connus.
celle des femmes et des hommes, qui, loin de
constituer un groupe fermé, sont attentifs aux appels de la
société civile dans le but de servir et de contribuer à la
paix entre tous.
6 Etre gouverneur du district 9150, c’est affronter avec
courage, intelligence et détermination les difficultés des
pays qu’on visite. On pense à l’apôtre Paul qui ne
craignait pas les dangers des rivières, des brigands et des
faux frères pour annoncer la Bonne Nouvelle. Le docteur
Pierre Sende répand, quoiqu’il arrive, le message de
l’amitié, sachant adapter ses itinéraires et son programme
aux circonstances. Ici, les dangers s’appellent : vols
aléatoires et risqués, humiliation de la part des forces dites
de l’ordre (on lira avec humour et tristesse l’histoire du
déjeuner de Butembo), méfiances et bien d’autres choses
encore.
Une insistance particulière de cette année-là et des dix
ans qui suivent est l’éradication de la poliomyélite. C’était
un engagement du rotary pour 2005. Il suffit de rencontrer
dans les rues des personnes, adultes ou enfants, atteintes
de cette terrible maladie, pour vouloir faire ce qui est
possible, et c’est possible, ce n’est qu’une question de
moyens. L’objectif a été pratiquement atteint en 2005 dans
le monde : seuls quatre pays sont encore touchés (trois en
Asie, dans les zones de guerre ; un en Afrique, divisé par
diverses querelles, particulièrement religieuses). Le
district 9150 est aujourd’hui considéré comme libéré de ce
fléau, même s’il doit rester attentif.
Nous comprenons pourquoi les Congolais ont baptisé
leur visiteur : « gouverneur polio ». C’est un honneur pour
lui de s’être donné entièrement à cette tâche. La devise
« sois un ami » prend sens pour lui et ceux qu’il rencontre.
Le livre du docteur Pierre Sende, tout en étant éclairant
sur les buts et le fonctionnement du rotary, encouragera
tous ceux qui pensent qu’il y a quelque chose à faire pour
servir le monde d’aujourd’hui, l’Afrique en particulier ;
les difficultés ne manquent pas, que l’on pense au Sida, à
7l’eau potable, à la sécurité alimentaire et à bien d’autres
problèmes. Sont simplement attendus, des femmes et des
hommes qui savent conjuguer leur intelligence et leur
bonne volonté pour servir.

Philippe DUBIN sj
Membre du Rotary club de Yaoundé (Mefou)
Décédé en septembre 2009 à Paris
8