Helgvor du Fleuve bleu

Helgvor du Fleuve bleu

-

Livres

Description

- DEUXIEME EDITION REVUE ET CORRIGEE -

Glavâ, de la tribu des Tsoh, décide de s'enfuir avec sa sœur Amhao pour échapper à un mariage qui la répugne et empêcher sa sœur de mourir sacrifiée. Profitant d’un tremblement de terre, elles gagnent la forêt pendant la nuit. Leur destin croise celui d’Helgvor, vaillant guerrier de la tribu des Ougmar du Fleuve bleu, vouant une haine sans limite aux Tsoh qui, menés par l’impitoyable Kzahm, ont décimé son peuple et enlevé ses femmes. Un chassé-croisé meurtrier s’engage alors, les unes cherchant à fuir leurs semblables qui les oppriment, l’autre poursuivant sa vengeance pour l’honneur des siens.

Helgvor du Fleuve bleu, paru pour la première fois en 1929, est le dernier opus du cycle préhistorique de Joseph Henri Honoré Boex, alias J. H. Rosny Aîné, dont la principale œuvre est la Guerre du Feu.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 27 mars 2014
Nombre de visites sur la page 41
EAN13 9782371160187
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
PREMIÈRE PARTIE
CHAPITREPREMIERLAMONTAGNEDÉVORANTE
Les femmes, à l’entrée des cavernes, contemplaient la flamme rouge qui menaçait les astres, et le ciel s’abaissait sur la plaine comme le creux d’un roc.
Le vieillard Urm disait :
Nos pères ont vu couler des torrents de feu ! Le feu fondait la pierre, les hommes mouraient comme des sauterelles.
Il avait l’âge des corbeaux blanchis : les Tzoh croyaient qu’il était né avec les étoiles, le fleuve et les forêts. Les autres vieillards regardaient avec des yeux creux.
Parce que c’était le temps où les hommes forts cherchent au loin les grands herbivores, la flamme rouge semblait plus redoutable. La montagne grondait dans ses profondeurs. Urm parla aux choses homicides, qui vivent dans la pierre : on ne sait jamais quand elles s’évadent.
Les Tzoh arroseront la montagne de sang chaud, clamait l’ancêtre. Les cœurs vivants seront arrachés des poitrines et nourriront les Vies Cachées.
Il élevait des mains suppliantes, qui avaient la couleur de la cendre et tremblaient comme des roseaux. La flamme pâlit. Les gémissements des femmes se répandirent de caverne en caverne; la voix de la montagne s’abaissa.
Les Tzoh sacrifieront au lever du soleil ! promit encore le vieillard.
Et il murmura :
 Les Tzoh descendent du Grand Sanglier qui est sorti du Roc, un jour que le feu remplissait les torrents. Les Tzoh sont les fils du Sanglier rouge et du Roc.
La tribu venait de l’Orient. Elle savait forger le bronze et cultiver la terre, tandis que les hommes de l’Ouest taillaient encore la pierre. Les cavernes abritaient deux cents guerriers, autant de femmes nubiles, trois cents enfants, peu de vieillards, et la race pratiquant le Loi, qui est de tuer les faibles, elle vivait sans tare.  Demain, fit doucement Urm, trois femmes et un guerrier doivent périr !... L’épreuve des Pierres les désignera... Ce commandement, transmis de la plus haute caverne, jusqu’à la plus basse, rassura les femmes. La montagne avait compris : on n’entendait plus qu’un bouillonnement lointain, la flamme du cratère devint presque invisible.
Les femmes et les vieillards rentrèrent dans l’ombre des rocs. Urm demeurait seul avec Glavâ, fille de Wôkr, qui appartenait au guerrier Wam le Lynx. Car les enfants sont au frère de la mère.
Une seule saison séparait Glavâ de l’enfance. Elle n’avait pas la tête cubique des Tzoh ni leurs sourcils obliques : une aïeule reparaissait dans son visage clair, dans les flammes rousses de ses yeux et dans son immense chevelure, sans cesse croissante, alors que celle des Tzoh s’arrête et se replie en serpents.
Urm y reconnaissait la race des Lacs Verts, dont les guerriers Tzoh avaient jadis capturé des filles. En ce temps, à cause d’une longue disette, les femmes furent décimées; car les aliments doivent aller d’abord aux guerriers. Quand elles devenaient trop faibles, la massue les abattait et leur chair nourrissait les survivants.
Glavâ, songeant à l’épreuve des Pierres, haïssait les Vies Cachées. Pourtant, elle était sûre de
ne pas périr car, haute et flexible, avec des muscles durs, plus forte et plus agile qu’aucune femme des trois clans, elle soulèverait le plus épais des blocs. Mais Amhao, sa sœur, qu’elle préférait à toute la tribu, serait immolée. Une colère épouvantée grondait dans la poitrine de Glavâ. Le chef, Kzahm, fils du Sanglier noir, lui était odieux pour sa rudesse, sa férocité et parce que, au retour des grandes chasses, il lui briserait deux dents canines et ferait d’elle sa femme. Sa tête d’aurochs, son odeur de chacal, et ses yeux frénétiques la remplissaient de dégoût. Elle ne voulait pas voir périr Amhao; pour la sauver, elle se lèverait contre Kzahm, Urm et les Vies Cachées.
Les étoiles sont froides ! marmonna Urm. Pourquoi ne rentres-tu pas dans la caverne ? Jadis, il fut le chef des Hommes du Roc : on lui obéissait encore, malgré ses membres desséchés, parce qu’il connaissait seul toute la légende et tous les mystères. D’ailleurs, sa force dépassait celle des vieillards plus jeunes; il escaladait les cimes ; il marchait pendant la moitié d’un jour : on commençait à croire qu’il était immortel... Glavâ ne l’aimait point. Il exigeait continuellement des sacrifices et il regardait couler le sang avec une gravité joyeuse... Je rentrerai dans la caverne, répondit-elle.
Va!... Il est bon que Urm soit seul pour dire la Grande Parole.
Elle disparut et chercha la niche d’Amhao. Quoi qu’elle connût le sort qui était sur elle, la jeune femme s’était endormie, avec son enfant auprès d’elle : s’il avait été plus jeune, elle aurait été sauve, mais il comptait plus de six saisons.
Le sommeil d’Amhao était trouble et léger. Quand Glavâ lui eut saisi la main, elle se dressa dans l’ombre :
Lève-toi, chuchota Glavâ... et viens avec ton petit.
Quoiqu’elle fût l’aînée et qu’elle eût veillé sur Glavâ enfant, Amhao subissait la volonté ardente de sa sœur. Elle se leva. L’ombre était pleine de souffles. Des corps obstruaient le passage.
Au fond de la caverne, elles se glissèrent par une fissure étroite et raboteuse, jusqu’au torrent, presque à sec, qui roulait entre des murailles granitiques.
Où allons-nous ? demanda Amhao.
Où tu ne mourras point, dit la fille de Wôkr.
Une rumeur s’élargit dans les flancs de la montagne; la lueur rouge remonta jusqu’aux astres.
Les Vies Cachées se vengeront ! Gémit Amhao, qui vacillait comme la ramure d’un tremble; la terreur emplissait sa gorge.
La tête dressée, sentant passer l’horreur obscure, Glavâ se courba sous la légende; mais ses instincts lui conseillaient la révolte et presque l’incrédulité : Amhao reste dans la caverne, c’est pour mourir ! dit-elle. Que feront de plus les Vies Si Cachées ? Sa petite main énergique se ferma sur le bras d’Amhao. Le feu rouge enveloppait la cime, l’eau coulait comme du sang, la montagne avait la voix d’un lion démesuré. Alors, une colère impétueuse souleva la fille de Wôkr : elle brava les éléments, les Vies Cachées et les Clans.
Les Vies Cachées sont aveugles ! dit-elle. Elles frappent’ comme la pierre tombe...
Elle entraînait Amhao dont l’âme fut semblable à celle d’un enfant... Le torrent devint une rivière et une lune ébréchée parut au-delà du Fleuve Noir.
Glavâ marchait vite, sans incertitude, ayant choisi sa voie. On n’entendait plus la montagne, mais la lueur rouge augmentait la clarté de la lune.