//img.uscri.be/pth/f9b39208d1b7f61685f8e8f26ee2e486e5a545c8
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,45 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Histoire d'ombres 1

De
136 pages
An de grâce 4000 après la proclamation de l'Oeuvre Fondatrice, la guerre éclate entre Sirius le Jeune et le peuple de feu Proton. La fille de ce dernier, Slash est une survivante ainsi que son cyborg protecteur Phil et E.C.U.P son fiancé. La planète est dévastée, des Attiliens sont prisonnier, La fille de Proton n'a d'autre choix que de fuir. Slash n'aura qu'un objectif que quand elle découvrira que l'homme qu'elle aimait est mort. En mourant, il laissa à Slash un étrange héritage... Avec cet héritage et la dernière volonté de son fiancé, cette jeune femme compte libérer les Attiliens. Aidée par un pilote Pieux, Hysril, Slash et Phil vont ils réussir à sauver le peuple d'Attila?Ceci est le premier tome de la trilogie Histoire d' Ombres
Voir plus Voir moins

Histoire d'ombres 1
Followsoul Raven
Histoire d'ombres 1
L'Oeuvre en péril




SCIENCE-FICTION











Le Manuscrit
www.manuscrit.com












© Éditions Le Manuscrit, 2004
20, rue des Petits Champs
75002 Paris
Téléphone : 01 48 07 50 00
Télécopie : 01 48 07 50 10
www.manuscrit.com
contact@manuscrit.com

ISBN : 2-7481-4563-1 (fichier numérique)
ISBN : 2-7481-4562-3 (livre imprimé)





A Christine et Eddy
FOLLOWSOUL RAVEN






CHAPITRE PREMIER

EXODE


« Arts de vivre, sciences, cultures, individus, peuples, contrées,
planètes... bafouées, spoliées, détruites, anéanties. Tu n'a pas
hésité ne serait-ce qu'une fois d'écraser des innocents sans même
chercher le dialogue. Tu n'as pas hésité à animer un être pour tes
intérêts sans comprendre sa souffrance. Combien de famille as tu
ainsi détruite? Combien d'injures t'as-t-on adresser dans tes
sinistres tortures? Rien que d'entendre ces cris de douleurs et
d'exaspération résonnent au plus profondes abysses de mon âme.
Ah! Je te vois, toi, le Démon! Non! Comment pourrait on te
regarder pour tes infamies? Je te sens! Toi, ta vile présence et ta
flétrissure. J'en crève de honte! Oui, de honte! D'avoir abandonner
le combat par ma mort. Aujourd'hui, je respire de fierté! Je respire
d'avoir combattu un criminel!
Je te hais, Sirius, je te hais! Ton crime n'aura jamais de
rédemption, jamais! »

Extrait de l'éloge funèbre d' S.H.C en l'honneur de Proton,
Attila.


-Mais qu’est ce qu’il fait? Cela ne prend pas une heure
pour pirater un réseau ? Hurla Slash en activant le
champ de téléportation.
9 HISTOIRE D’OMBRES
-Je ne sais pas mais s’il ne vient pas nous aider, nous
sommes fichu ! Les impérialistes arrivent avec leurs
Hybrides et leurs Nymphes, répondit Phil.
-ils ont sûrement compris notre stratégie de fuite, ils
détruisent nos générateurs d’énergie quantique pour
nous bloquer ici. Déjà deux tokamaks et un réacteur à
antimatière de détruits. Nous avons juste assez d'énergie
pour nous téléporter.
Sans aucune réponse de l'androïde, Slash configura les
paramètres et lança le compte à rebours, en tâtant les
touches humides et grise du clavier de commande. Elle
murmura, en entrant les coordonnées: « le plus loin
possible de ces fichus Hybrides »
Ils étaient bloqués ici, Slash, Phil et E.C.U.P depuis
deux heures, le temps aux hommes de Sirius junior
d'envahir le monde des rebelles. Les appareils de l'
Empreur pilonnaient la planète. On entendait
d’énormes explosions à la surface d' Attila. Leurs
perturbations électromagnétiques et l'ampleur des
explosions suffisaient à dire qu'elles étaient nucléaires.
Elles avaient pour but bloquer la sortie des rebelles qui
s’étaient réfugiés dans les sous-sol du ministère de la
défense. Slash et Phil étaient les seuls dans la salle de
contrôle et E.C.U.P le seul dans la salle informatique. Ils
envisageaient une manoeuvre de fuite par téléportation
vers un univers lointain. E.C.U.P retardait l'opération
militaire en piratant le réseau des astronefs de Sirius.
Phil était un cyborg, il avait pour but de veiller sur Slash
depuis de la mort de son père Proton XV. Il remplissait
son rôle avec succès en protégeant par tous les moyens
sa protégée.
« Par Proton, qu’est ce qu’il fait ? s’impatienta Phil
10 FOLLOWSOUL RAVEN

-Je vais voir, la phase de contact entre ici et notre
destination, se fera dans dix minutes j’ai largement le
temps de le trouver, fit Slash avec précipitation.
Slash arriva dans le couloir principal, c’est un lieu
important pour elle et pour E.C.U.P : C’était l’endroit
où il l’aperçu la première fois. Escorté par les forces de
l’ordre rebelle, E.C.U.P avait fuit Platon, la planète
scientifique de l'empire, pour venir sur Attila. Il était là,
sali par le désespoir et par une espèce suie corporelle
sortant des ses infimes pores. Après son arrestation,
Proton l'interrogea personnellement. L'interrogatoire
ressemblait plus à une psychothérapie qu’à un
questionnaire militaire. Le but d' E.C.U.P se résumait à
la découverte du peuple de Proton. Etre questionné par
le représentant de son asile en valait la peine. Proton
conclu qu' E.C.U.P ne cherchait qu'à découvrir les
moeurs et les sciences du peuple inconnu.
Malheureusement, peu de temps après l'intégration de
l'Etre unique, Proton succomba, plongeant sa propre
nation dans le deuil.
lors d'un exercice, Proton embarqua dans le vaisseau
amiral, inauguré à l'issue d'une grande technologie. Il fit,
comme prévu la périphérie de la planète Attila.
L'exercice se passa normalement jusqu'à ce que dans la
salle des machines, une rétro fusée explosa lors de
l'atterrissage sur Attila, le vaisseau s'écrasa dans un
océan, dévié par le déséquilibre des forces. La cause des
rebelles n'était plus sans Proton, l'idéaliste s'opposant
fermement au projet E.C.U.P. Ce drame provoqua le
déclin des Attiliens car personne n'osa reprendre les
fonctions de l'ancien souverain. Pas même sa fille, Slash,
autrefois ambassadrice de la parole de Proton à travers
l'oeuvre fondatrice et le monde interuniversel, une
11 HISTOIRE D’OMBRES
parole n'existant plus à l'heure du glas. Le régime était
incertain, les grands officiers essayaient d'ordonner la
population. Mais le peuple restait trop fidèle à son
ancien idéaliste, ébloui par son unique lumière. Un
émient savant avait élaboré le programme de
construction: « Phil » . Il fut mis en route dès la mort du
père de Slash. L'androïde était ordonné de protéger
Slash. il fut créé à l'image de son créateur. Froid et
calculateur. Sa chair était de titane assemblée à d'autre
espèces composites. Il devait rappeler la morphologie
humaine paramétré selon le modèle cyborg : conçu avec
une tête essayant de rappeler les traits de visage humain,
les membres bioniques insensibles à la fatigue, une
élocution enrichie avec des spécialités idiomatiques. Nul
ne sait pourquoi ce programme de construction eut été
élaboré. Par anticipation ou par prévoyance...
Slash sillonnait les couloirs, espérant y trouver son
être le plus cher qu'il soit. Elle courrait à pleine jambe.
Ses pas résonnaient, témoignant sa solitude, ses cheveux
non peignés prenait le vent, donnant des frissons à
l'ambassadrice. Quand elle reprit son souffle, elle
regardait quelques désastres dus au bombardements des
vaisseaux. Par une gigantesque vitre, elle eut aperçu un
hangar d'astronefs touché par les feux d' outre espace.
Un vaisseau de transport avait le blindage brisé en deux,
des flammes bleus l'entouraient, les courts circuits
l'eurent mené à son immolation. Les assauts
électromagnétiques avaient perturbé et détruits bon
nombre de systèmes terrestres informatiques et
électroniques. Et qui parle uniquement d'électronique?
Les désastres ne pouvait être plus ample. Le plus haut
seuil des pertes. Il y avait des femmes, des enfants, des
hommes. Ils étaient étalés sur la piste de décollage. Les
12 FOLLOWSOUL RAVEN

victimes avaient leurs ultimes expressions. Dans toutes
épopées, jamais la barbarie n'eut trouvé repos. Rares
furent ceux qui empêchèrent massacres et tueries, leurs
valeurs imposaient la non violence. Elle résultait d' une
valeur solide à laquelle l'unique faiblesse eut pu s' avéré
fatale. Ces êtres avaient écouté leurs instincts, celui ci
leur répétait: « fuir » . En vain. Ils essayèrent d'
échapper cet inévitable conflit. En vain. Sirius était l'un
de ceux qui participait à la prolifération du Mal, tuer des
opposants relevait de la banalité. Slash voyait certains,
de ces opposants, à travers l'éphémère pellicule de buée
et en étant appuyée des ses main moites sur la vitre
salie. Cependant, les Attiliens ne se sentaient pas plus
prospères que les autres peuples sous protectorat de
Sirius. Leurs seuls avantages s'avéraient être un certain
recul face aux innovations technologiques et de bonnes
connaissances scientifiques. Cette cruauté ne pouvait
donc grandir par la jalousie. Une simple divergence sur
la Vie suffit à déclencher le conflit entre Proton et
Sirius.
Slash ne s'attarda pas sur ce spectacle. Sa
préoccupation majeure résidait dans un autre but, bien
qu'elle regrettait de ne pas les avoir sauvé.
Elle entra dans la salle. Une ambiance y régnait.
Lourde. Le bourdonnement quasi-systématique de
l'angoisse, l'adrénaline sécrétée pour une éventuelle
défense, le perpétuel : « Calme toi » firent apparition en
Slash. A peine eut-elle le temps d'être accablée que sa
gorge devint sèche, ses lèvres cotonneuses. Slash
observait la pièce, les montages informatiques et
électriques semblaient insolites. Elle remarqua la
présence d'un grand cylindre métallique... Slash pensa :
« E.C.U.P aurait utiliser une source de puissantes
13