//img.uscri.be/pth/ba0cd63529c1b38228e8b0fc37cd19a3198dda1b
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'Analphabète-conseil

De
218 pages
Un retraité fort actif, voulant en savoir plus sur le numérique, contacte un brillant ingénieur, spécialiste d'un étrange structuralisme informel à la SERTAZ, Services Tous Azimuts. Mais là, le numérique passe vite à la trappe et le narrateur, poussé par sa curiosité indélébile, se retrouve entraîné dans un tourbillon inattendu...
Voir plus Voir moins
L’analphabète-conseil Roman
François Jakobiak
Lvanalphabète-conseil
Roman
Du même auteur
Maîtriser l’information critique,Éditions d’Organisation, 1988Pratique de la veille technologique,Éditions d’Organisation, 1991Exemples commentés de veille technologique, Éditions d’Organisation, 1992 Le brevet source d’information, Dunod, 1994L’information scientifique et technique, Que sais-je ? N° 3015 P.U.F., 1995, 1996 L’intelligence économique en pratique, Éditions d’Organisation, 1998, 2001 L’intelligence économique,la comprendre, l’implanter, l’utiliser, Éditions d’Organisation, 2004, 2006De l’idée au produit, Veille, R&D, Marché, Éditions d’Organisation, 2005 L’intelligence économique, techniques et outils, Éditions d’Organisation, 2009
© L’Harmattan, 2012 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-96726-7 EAN : 9782296967267
A Hélène, Odile et Isabelle
« …car la sainte et salutaire ignorance devait être le bain où se retremperaient les hommes » E. Zola (Germinal)
PROLOGUE J’ai rencontré Ambroise Lamenulle, dans l'une des plus grandes tours de La Défense, à l'occasion d'un séminaire de formation sur "Les bases d'un nouveau marketing socio-syndical". Les deux cents participants, cadres de grandes sociétés pour la plupart, étaient intéressés à des titres très divers par cet alléchant programme où leur étaient en particulier présentés les principes directeurs du Structuralisme Informel, une des voies prometteuses pour lutter contre l'hémorragie des effectifs des grandes centrales syndicales, hémorragie consé-cutive à l'âpreté des luttes tribales entre ces organismes depuis la fin des trente glorieuses. Ambroise Lamenulle avait sur ce sujet comme sur beaucoup d'autres des idées percutantes et originales mises au service d'un enthousiasme indélébile ; le brio avec lequel il les exprimait le rendait agaçant à un nombre relativement élevé d'imbéciles et à une forte proportion de médiocres. De plus, elle le rendait suspect à certains contemplatifs qui n'appré-ciaient pas outre mesure ses idées choc, assez éloignées des canons habituels, des visions édulcorées généralement admises et répandues dans les diverses sources d'information "grand public", ces incontournables médias. Malgré tout, sa popularité était réelle parmi les cadres supérieurs, en particulier chez ceux pour lesquels il ne représentait pas un risque majeur vis à vis de leur déroulement de carrière. Mais Ambroise Lamenulle n'est ni un prêtre, ni un altruiste, ni un mécène. Son temps est très précieux, il coûte cher. C'est un des cinq meilleurs experts nationaux du structu-ralisme informel, reconnu sur le plan international et, par voie de conséquence, ses conférences, onéreuses et 7
nombreuses, lui ont donné l'habitude de facturer allègrement toute intervention d'une durée supérieure à vingt ou trente minutes, à un taux horaire modulable et dégressif, certes, mais toujours assez éloigné du salaire minimum interpro-fessionnel de croissance ou SMIC, étalon reconnu et respecté dans les sphères syndicales ou patronales de toute nature. Il n’accepte par exemple d’être interviewé que moyennant de confortables "royalties", avec facture dûment établie et TVA de dix-neuf soixante pour cent, ce qui montre son originalité car beaucoup préfèrent les dessous-de-table. Ce n'est pas son genre ; il est toujours très réglementaire et n'admettrait pas de voler le fisc. Je ne m’attendais pas à le retrouver quelques années plus tard et à être entraîné dans des aventures surprenantes, inattendues, incontrôlables, qui n’ont rien à voir avec le thème du marketing socio-syndical. Ambroise a maintenant quarante-huit ans, ingénieur, Centrale de Paris, c’est un grand gaillard d’un mètre quatre-vingt-cinq environ, abondante chevelure grisonnante, lu-nettes d'écaille, généralement élégant. A l’issue de ces aventures j’ai avisé Ambroise Lamenulle de mon intention de publier le contenu de nos entretiens futuristes, animés, voire orageux et il a donné son accord. L'écriture ne le passionne pas, c'est avant tout un homme de contact, une bête de conférences où son brio et sa faconde, toute méridionale, font merveille. De plus il est beaucoup trop occupé pour trouver le temps nécessaire à cette rédaction et se passer, du même coup, d'intermédiaire. J'ajoute qu'il a gardé un souvenir mitigé de l'édition car son récent manuscrit,Comment échouer dans la vie ?, recueil de conférences sur ce splendide thème, présenté chez vingt éditeurs différents a été refusé par chacun d'eux.
8
Et pourtant les conférences avaient eu un éclatant succès auprès de centaines de cadres fanatisés, tant dans les actions de formation que lors de congrès à coloration psychoso-ciologique marquée.
Amusé, Ambroise Lamenulle m'a confié : "A tout prendre, le fait que ce livre soit rejeté montre bien la véracité de ce que j'avance. S'il avait été un succès je n'aurais pas eu l'air bien malin ; toute ma philosophie de l'échec faisait faillite".
9